Cancer de la prostate: causes et différences de l'adénome de la prostate

Urétrite

La prostate joue un rôle important dans la vie d'un homme.

La fonction de reproduction, la capacité à avoir des rapports sexuels et d'autres actions importantes du corps dépendent de cet organe du système urogénital.

La prostate est souvent sensible à diverses maladies. parmi lesquels l'hyperplasie bénigne et le cancer de la prostate.

À propos de la maladie

Adénome, cancer de la prostate - ce sont des néoplasmes (tumeurs) dans les couches du tissu prostatique.

La maladie est insidieuse, les symptômes du cancer de la prostate ne sont pas toujours perceptibles aux stades initiaux. En outre, les hommes, en raison de leur obstination et de leur timidité, demandent rarement une aide médicale. S'il n'y a pas de signes prononcés de problèmes avec le système génito-urinaire, la partie masculine de la population attendra avec détermination de s'auto-guérir.

Selon les statistiques, 15 patients sur 100 âgés de plus de 50 ans ont un dossier d'oncologie de la prostate dans leur dossier médical. Avec l'âge, le pourcentage de la maladie augmente considérablement: après 65 ans, un tiers des personnes sont atteintes de cellules cancéreuses. Après 30 ans, un homme est très susceptible aux problèmes de la prostate, affectant d'une manière ou d'une autre le développement du cancer de la prostate.

Causes du cancer de la prostate

Tout d’abord, dans la zone à risque, quel que soit l’âge, il existe des personnes dont les proches ont été atteints d’oncologie - plus la relation est étroite, plus la probabilité de la maladie est élevée.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate? La cause principale du cancer de la prostate est une forte augmentation de la testostérone.

Cancer de la prostate - causes:

  • âge - plus de 40 ans;
  • échec hormonal;
  • écologie, manque de vitamine D (ultraviolet);
  • mauvaise alimentation, surpoids;
  • fumer;
  • profession;
  • opérations liées à la suspension de la reproduction;
  • manque de vie sexuelle.

Le travail assis peut provoquer la stagnation de la prostate, entraînant des processus inflammatoires et des complications supplémentaires.

Des paires d'un oligo-élément tel que le cadmium, utilisé dans les ateliers de soudage, dans la production de colorants chimiques, de caoutchouc et d'autres composants, ont des effets néfastes sur la santé humaine, provoquant le développement du cancer.

En outre, la consommation de grandes quantités d'aliments contenant du calcium conduit à l'oncologie.

Maladies précancéreuses

Diverses infections génitales peuvent être un catalyseur pour le développement de maladies précancéreuses de la prostate:

De telles maladies infectieuses peuvent détruire le développement normal des cellules, donnant ainsi une impulsion à l'apparition de tumeurs malignes.

Les types de prostatite (congestive, prostatite infectieuse, bactérienne) peuvent être les causes du cancer de la prostate chez l'homme - la structure des couches internes de la prostate est en train de changer. Certains types de rétrovirus peuvent causer le cancer.

Qu'est-ce qui est commun et en quoi l'adénome est-il différent?

L'adénome de la prostate est un cancer ou pas? L'adénome et le cancer de la prostate sont des tumeurs situées dans les tissus de la prostate. Cependant, dans l'adénome, la tumeur a des cellules bénignes, dont l'ADN n'est pas perturbé.

La similitude de la maladie en l'absence de symptômes à un stade précoce de développement.

La tumeur dans l'adénome se propage de telle manière qu'elle interfère avec le fonctionnement normal de l'urètre adjacent.

Avec une tumeur maligne, il existe une distribution inégale, avec le développement futur de cellules cancéreuses pouvant traverser les vaisseaux sanguins, affectant les cellules d’autres organes, les endommageant.

Après un examen, seul un médecin peut établir un diagnostic précis en confirmant ou en infirmant un adénome de la prostate!

L'adénome de la prostate peut-il évoluer en cancer?

Dans certaines situations, la transition d'un état bénin à un état malin d'une tumeur est possible. Plus souvent, l'adénome se développe et est traité sans conséquences graves. Cependant, l'adénome et le cancer de la prostate, qui présentent des symptômes similaires, peuvent se développer simultanément dans le corps, ce qui aggrave la situation.

Quel médecin contacter?

La probabilité d'auto-guérison d'un adénome ou d'un cancer de la prostate sans l'utilisation de médicaments est extrêmement faible. Besoin d'assistance médicale.

Vous devez contacter votre urologue pour déterminer la maladie, son degré de développement et une nouvelle sélection de la méthode de traitement, qui a été développée - de médicaments hormonaux aux bloqueurs du développement de tumeurs, en passant par une intervention chirurgicale.

L'automédication est formellement interdite - certains médicaments présentent un certain nombre de contre-indications que le patient ne connaît pas toujours, la médecine traditionnelle peut provoquer une accélération du développement de la maladie, le temps peut aussi être simplement perdu.

Conclusion

L'adénome et le cancer de la prostate sont des formations qui ne sont pas diagnostiquées immédiatement. Vous pouvez vous protéger en observant certaines règles - utilisez des aliments sains, adoptez un mode de vie sain, consultez régulièrement un urologue. L'essentiel est de ne pas gérer divers problèmes du système urogénital.

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate chez les hommes

L'adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate) est la plus fréquente des maladies urologiques bénignes chez les hommes de plus de 60 ans, entraînant l'apparition de symptômes irritatifs et obstructifs. Les symptômes ci-dessus conduisent à une violation de l'adaptation sociale et affectent le statut social d'une personne. Environ le quart des patients atteints d'adénome ont besoin d'un traitement chirurgical en raison de l'apparition de symptômes irritatifs et obstructifs. Une hypertrophie macroscopique de la prostate est observée chez 50% des patients. Actuellement, il existe une tendance générale à augmenter l'espérance de vie, la proportion de personnes âgées de plus de 60 ans augmente, de sorte que le problème de l'adénome de la prostate devient de plus en plus urgent. Il existe de nombreux médicaments pour le traitement de l'adénome de la prostate, mais la méthode de traitement chirurgicale reste une sorte de "standard" dans le traitement des patients atteints de cette maladie.

Le développement de l'adénome de la prostate

L'augmentation du métabolisme des androgènes dans les cellules de la prostate joue un rôle majeur dans le développement de l'adénome. Une augmentation de l'activité de la 5α-réductase dans l'épithélium des glandes de la prostate entraîne une conversion accrue de l'hormone mâle (testostérone) en 5α-déshydrotestostérone. En conséquence, les facteurs de croissance qui provoquent la prolifération des cellules stromales de la prostate sont activés.

(T-testostérone, 5eR-5α-réductase, DHT-5α-déshydrotestostérone, récepteur AR-androgène)

Le cancer de la prostate est-il un cancer?

La question est: adénome de la prostate (hyperplasie) - est-ce un cancer ou pas?

Afin de répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre ce qu'est un antigène spécifique de la prostate (PSA). Le PSA est un marqueur tumoral spécifique à un organe, utilisé pour le diagnostic différentiel entre le cancer de la prostate, l'adénome de la prostate et le processus inflammatoire de la prostate (prostatite). Le PSA est un polypeptide qui se trouve dans le sérum à l'état lié ou libre. La détermination du taux de PSA dans le sérum est l’un des principaux critères d’exclusion du cancer de la prostate (taux normal de 0 à 4 ng / ml). Il est également nécessaire d'évaluer les ratios de PSA libre et total (PSAbias / PSA tot). Si le ratio est inférieur à 15% - la probabilité d'un processus malin dans la prostate n'est pas exclue.

Le patient doit également effectuer un examen digital rectal et une échographie de la prostate.

Le tableau ci-dessous montre la différence de palpation entre adénome de la prostate et cancer.

Prostate bénigne ou tumeur de la prostate

Adénome de la prostate - est-ce un cancer ou pas?

Lorsqu'ils entendent le mot tumeur, beaucoup de personnes se souviennent immédiatement du diagnostic de cancer.

Mais est-ce toujours quand une personne a un néoplasme dans le corps, est-il condamné en conséquence, et cet adénome s'applique-t-il également?

Pour comprendre cela, il faut d’abord analyser les caractéristiques des pathologies correspondantes.

Tumeurs bénignes et malignes

Avant de répondre à la question: l'adénome est un cancer ou non, il est nécessaire de comprendre les caractéristiques distinctives de deux types de tumeurs: bénigne et maligne.

Par cancer, on entend directement les néoplasmes, qui sont difficiles à traiter et ne sont pas complètement traités par la médecine moderne. De telles pathologies avec le meilleur résultat ne peuvent entrer que dans la rémission, qui peut durer des mois, des années et parfois même des décennies. Mais la probabilité d'une rechute est grande.

Prostate normale et envahie

Les tumeurs bénignes (un adénome en est un) - ce sont des néoplasmes faciles à traiter et à guérir pour toujours.

Dans ce cas, les premier et deuxième perturbent dans la plupart des cas le travail de l’organe touché. En règle générale, les tumeurs malignes affectent le fonctionnement des systèmes de l'organisme bien plus que les systèmes bénins. Cela est dû au fait qu'ils ont tendance à se développer rapidement et ne s'arrêtent pas pour atteindre une certaine taille.

Le résultat est un très grand nombre de nouveaux tissus. Souvent, s'il n'est pas traité, le cancer se propage à d'autres organes - en médecine, ce processus s'appelle métastase.

La plupart des bactéries bénignes ne se développent généralement pas rapidement, mais la multiplication cellulaire aléatoire du tissu correspondant ralentit avec le temps.

Souvent, il arrive même qu'une telle tumeur commence à se contracter d'elle-même.

Mais avec la prostatite, il ne faut pas espérer que tout se passera tout seul. Premièrement, la probabilité que cela soit très faible.

Deuxièmement, l'adénome bénin de la prostate peut évoluer en tumeur maligne. À son tour, il est difficile et parfois impossible à éliminer.

L'adénome de la prostate et le cancer de la prostate sont deux choses différentes, mais avec quelques réserves. En particulier, au niveau biologique, ils présentent de nombreuses similitudes et le premier peut facilement devenir le second sans traitement approprié.

Comment diagnostique-t-on l'adénome?

Le médecin professionnel établit le diagnostic approprié assez facilement après une échographie. La tumeur est clairement visible à l'échographie.

Dans ce cas, un diagnostic préliminaire peut être posé sur la base d'une palpation normale.

Si un petit nodule est trouvé lors de la sonde, cela indique une forte probabilité de la présence d'un adénome.

Afin de vérifier de manière fiable si un adénome de la prostate ou un cancer de la prostate se produit, le temps doit passer. Les tumeurs bénignes et malignes se comportent différemment, ce qui nous permet de déterminer le type de néoplasme.

Symptômes de pathologie

Le meilleur moyen de détecter la présence de la pathologie à temps est de se soumettre régulièrement à un examen médical. Toutefois, s’il n’ya pas de telles possibilités, dès les premiers signes, il est nécessaire de passer immédiatement à un examen, car la manifestation de symptômes évidents est caractérisée par une tumeur développée.

Détecter l'adénome de la prostate n'est pas difficile. Cette pathologie est caractérisée par les symptômes suivants:

  • désir inhabituellement fréquent d'aller aux toilettes;
  • problèmes lors de la tentative de vider la vessie (jet faible, impossibilité de vider complètement l'organe, etc.);
  • difficulté à retenir l'urine;
  • douleur dans le péritoine et le périnée, fortement exacerbée par la miction.

Si vous présentez au moins certains des symptômes ci-dessus, vous devez consulter votre médecin ou, au moins, effectuer une palpation de manière indépendante.

Les causes

Malgré des années de recherche et de controverse médicale, la cause exacte du développement du cancer de l'adénome de la prostate n'a pas encore été établie.

Mais il existe plusieurs théories, dont l'une est acceptée par la majorité des membres de la communauté médicale.

On suppose que le développement d'une tumeur est associé à une modification de l'équilibre de la testostérone, en raison de laquelle se produit une division anormale des cellules du tissu de la prostate.

Ce fait est également corroboré par le fait que la maladie se développe généralement après 50 ans, lorsque la concentration de l'hormone mâle diminue rapidement.

Étapes de développement

Identifier la maladie dans la première étape est difficile. Cela se produit généralement lors d'un examen médical planifié ou par accident.

Cela est dû au fait que la pathologie à ce stade ne se manifeste presque pas - la tumeur en est à ses balbutiements.

La deuxième étape se déroule aussi plutôt calmement. Le patient ne ressent pas de gêne et le fonctionnement de ses organes n'est pas altéré. Mais en même temps, il est déjà possible de révéler le néoplasme par palpation et de le confirmer au moyen d’une biopsie.

Au troisième stade de développement, les principaux symptômes commencent à apparaître et à se développer. Le patient se rend souvent aux toilettes et ressent un inconfort qui, après un certain temps, se transforme en une douleur prononcée.

Contrairement à l'adénome de la prostate, le cancer à ce stade en raison de sa croissance rapide provoque des anomalies dans d'autres organes. En particulier, il aggrave la condition des vésicules séminales, des parois du bassin et de la vessie.

Le quatrième stade n'est caractéristique que pour les néoplasmes malins. Quand cela se produit, la destruction de divers organes internes et os commence. Le cancer métastase dans des systèmes éloignés de la prostate: foie, poumons, etc. Le patient en ce moment fleurit tous les symptômes caractéristiques de l'oncologie.

Vous pouvez déterminer avec certitude si l'adénome de la prostate peut évoluer en cancer. Oui c'est possible!

Comment est la thérapie?

Le pronostic pour le traitement de l'adénome est très positif. Les exceptions sont des cas où la pathologie a provoqué des complications.

Les techniques chirurgicales modernes permettent d’éliminer complètement la tumeur et la correction hormonale empêche la division cellulaire anormale.

Mais il faut comprendre que l'adénome et le cancer de la prostate sont des choses différentes. La seconde pathologie n'est pas complètement traitée, mais entre seulement dans un état de rémission avec un résultat favorable. La probabilité de succès de l’arrêt de la maladie dépend à son tour de la nature de la tumeur, des caractéristiques de l’organisme et du stade.

Maintenant spécifiquement sur le traitement de l'adénome. La première étape est l'observation. Après le diagnostic de la maladie, il faut du temps pour que le spécialiste puisse étudier le comportement de la tumeur au fil du temps. Selon les informations recueillies, la radiothérapie peut être prescrite.

Elle est réalisée en cas de suspicion de cancer. Cette technique permet de récupérer 80 à 90% des tissus, ce qui réduit considérablement l'intensité de la division cellulaire.

Au stade initial, ils essaient dans la plupart des cas de mettre fin à la pathologie avec un traitement hormonal.

Nettoyer la balance de testostérone arrête la croissance de la tumeur et conduit parfois à sa réduction. Dans les cas où les méthodes ci-dessus ne montrent pas l'efficacité appropriée (cela se produit dans les cas avancés), une intervention chirurgicale est effectuée. Le médecin coupe simplement le tissu formé.

Lorsque l'adénome est un traitement ponctuel. Il vise à éliminer ou à réduire la gravité des symptômes (par exemple, normalise le processus de miction).

Vidéos connexes

Sur les symptômes et les principes du traitement de l'adénome de la prostate dans l'émission télévisée «Live Healthy!» Avec Elena Malysheva:

Il s’est avéré que la réponse à la question: l’adénome de la prostate est cancéreux ou non - négatif. Bien que deux maladies soient caractérisées par la présence d'une tumeur, elles ont un caractère différent.

Par conséquent, il est totalement inutile de considérer le diagnostic d'adénome comme une phrase, mais aucune mesure ne doit être prise - cela ne devrait pas être le cas, car sans prendre de mesures, une maladie relativement simple peut se transformer en une pathologie mortelle.

Tumeur de la prostate: symptômes et traitement, ablation de la tumeur

La prostate est un organe glandulaire non apparié situé sous la vessie. Un stroma de la prostate peut être formé chez l'homme à partir de cellules ou de cellules. De plus, la tumeur peut avoir un caractère à la fois malin et bénin.

Les tumeurs malignes de la prostate chez l'homme (cancer) ne peuvent pas être traitées par un traitement médical. Complètement se débarrasser de la maladie ne peut être que chirurgicalement.

Le cancer bénin de la prostate (HBP) est une maladie susceptible d'un traitement médical aux stades initiaux. Si la maladie a atteint une gravité de 2-3 degrés, une intervention chirurgicale est nécessaire. Mais une tumeur bénigne peut être enlevée en utilisant des procédures peu invasives.

Cancer de la prostate: causes et symptômes

Le cancer de la prostate (code CIM-10 - C61) est une maladie caractérisée par la formation d'une tumeur maligne (carcinome) dans la prostate. L'aspect de la tumeur est présenté sur des photos et des vidéos thématiques.

Identifier avec précision les causes de la maladie est difficile. Mais les scientifiques ont tendance à croire que l'hérédité est un facteur prédisposant. Avec le cancer de la prostate chez les parents au premier degré, le risque de cancer augmente en moyenne de 10 à 15%.

De plus, selon les oncologues, le style de vie et l'âge du patient ont une grande influence. Ainsi, le plus souvent, les hommes à partir de 50 ans souffrent d'une tumeur. En présence de mauvaises habitudes (alcoolisme, toxicomanie, tabagisme), le risque de cancer dans la prostate augmente plusieurs fois. À propos, les habitudes alimentaires de l'homme jouent un rôle important.

Les symptômes caractéristiques d'une tumeur de la prostate (maligne) sont les suivants:

  • Miction intermittente. La raison en est que le cancer augmente la taille et la taille de la glande de la prostate. En conséquence, le corps rétrécit la lumière de l'urètre et provoque des troubles dysuriques.
  • Sensation de douleur et de brûlure dans l'urètre pendant la miction. Ce symptôme poursuit constamment un homme. Il arrive que la douleur et les brûlures s’accompagnent d’une envie impérative d’uriner la nuit.
  • Douleur à l'aine et au périnée, bien pire lors de la miction ou des rapports sexuels. En outre, les patients peuvent se blesser au testicule et même au pénis.
  • L'apparition d'impuretés sanguines dans l'urine ou l'éjaculation.
  • Dysfonction érectile
  • Augmentation de la température corporelle, accompagnée de frissons et d'autres symptômes d'intoxication.

À propos, avec une tumeur maligne de la prostate, les symptômes chez les hommes peuvent être «complétés». Le fait est que, dans le contexte de l'apparition du carcinome, il se produit souvent des métastases qui affectent les organes voisins.

Tumeur bénigne: causes et symptômes

L'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome de la prostate) est une pathologie très courante chez les hommes de plus de 40 ans. La maladie n'est pas aussi dangereuse que le cancer de la prostate. Le code pour la CIM-10 est N40-N51.

Les causes exactes du cancer bénin de la prostate chez l'homme ne sont pas connues de la science à ce jour. Mais encore une fois, les scientifiques affirment qu'il existe un certain nombre de facteurs prédisposants au développement de la maladie. Ces facteurs incluent:

  1. Prostatite chronique ou aiguë.
  2. Pathologie du système génito-urinaire.
  3. Alcoolisme, toxicomanie, tabagisme et autres mauvaises habitudes.
  4. Hypodynamie (mode de vie sédentaire).
  5. L'utilisation de stéroïdes anabolisants. Le fait est que de nombreux stéroïdes entraînent une augmentation des taux de DHT (dihydrotestostérone). C'est cette hormone qui conduit au fait que les cellules de la glande de la prostate et du stroma répondent à l'hyperplasie bénigne.
  6. Instabilité psychologique, stress constant.
  7. Manque de vie sexuelle régulière.
  8. MST
  9. Mauvaises conditions environnementales. Également nuire au travail de la prostate des conditions de travail néfastes.
  10. L'obésité et la nourriture malsaine.

En urologie, il existe une classification de l'HBP par localisation et par gravité. L'emplacement de l'adénome est subpubulaire, intravésical et rétrotrigonal. La sévérité de l'HBP est compensée (étape 1), sous-compensée (étape 2), décompensée (étape 3).

Les symptômes caractéristiques de l’HBP incluent:

  • Dysfonction érectile Ce symptôme peut être accompagné d'une libido réduite. De plus, un homme souffrant d'adénome est sujet à l'éjaculation prématurée.
  • Douleur et lourdeur à l'aine et au périnée.
  • Troubles dysuriques. L’HBP est accompagnée de mictions intermittentes, d’une envie impérieuse d’uriner, d’un sentiment de vidange incomplète de la vessie.
  • L'apparition d'impuretés sanguines dans l'urine ou l'éjaculation.

Traitement du cancer de la prostate

Avant de prescrire une méthode spécifique pour traiter une tumeur de la prostate chez l'homme, le patient doit subir un diagnostic approprié. Il est nécessaire de passer un test sanguin général et biochimique, de procéder à un examen rectal digital de la prostate, de donner du sang pour le PSA, de subir un examen pathologique des spécimens de biopsie de ponction, TRUS de la prostate, échographie du petit bassin, IRM.

Sur la base des données de l’enquête, le médecin évalue la situation, détermine le degré d’agressivité du cancer et, en conséquence, choisit la tactique de traitement optimale.

L'élimination du carcinome est réalisée par plusieurs méthodes:

  1. Chimiothérapie. Cette méthode est la plus courante et en même temps efficace. L'essence de la chimiothérapie est réduite à l'effet des médicaments sur les cellules pathogènes. La méthode aide à suspendre la croissance du carcinome et à prévenir l’apparition de métastases. Le coût de la chimiothérapie est relativement faible et la plupart des patients en ont les moyens.
  2. Manipulations chirurgicales radicales. Les opérations les plus courantes pour les tumeurs de la prostate sont la prostatectomie et la résection transurétrale de la prostate. Après ces manipulations, vous pouvez non seulement survivre, mais aussi vivre pleinement. Dans la plupart des cas, après une prostatectomie et une résection transurétrale, le pronostic est favorable.
  3. Curiethérapie. L'essence de la procédure est réduite à l'introduction d'une aiguille dans la prostate, à travers laquelle l'isotope d'iode est injecté. Cette technique vous permet d'éliminer uniquement les cellules pathogènes. En termes d'efficacité, la curiethérapie est bien meilleure que l'irradiation standard avec les anciennes méthodes. Le coût d'une telle procédure est très élevé.
  4. Thérapie par ultrasons. Cette méthode implique l'influence des ultrasons sur les cellules tumorales. Les scientifiques ont découvert que le rayonnement haute fréquence entraînait la mort de cellules pathogènes.

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. La méthode spécifique est choisie exclusivement par le médecin traitant. Certains patients sont intéressés, est-il possible de guérir complètement le cancer de la prostate et vivent encore longtemps, en utilisant des remèdes populaires?

Traitement de l'adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est beaucoup plus facile à traiter. Cependant, si vous consultez des médecins trop tôt, une conséquence extrêmement désagréable de l'HBP peut se développer: une rétention urinaire aiguë. De plus, une tumeur bénigne peut provoquer une insuffisance rénale.

Avant le traitement, vous devez subir un diagnostic complet. Assurez-vous de faire un test sanguin pour le PSA, une numération sanguine complète et biochimique, une échographie des organes pelviens, une prostate TRUS. Un examen rectal digital de l’organe glandulaire fait partie intégrante du diagnostic.

À la suite du diagnostic, le médecin doit connaître la nature du néoplasme et la gravité de la maladie. Le traitement de la gravité de l'HBP 2-3 est effectué à l'aide de ces méthodes:

  • Vaporisation laser. Le laser aide à évaporer l'eau des cellules pathogènes, à la suite de quoi le néoplasme "meurt".
  • Dilatation du ballon.
  • Thérapie par micro-ondes transurétrale.
  • Prostatectomie ouverte.

Traitement de l'adénome de la prostate 1-2 gravité - médicament. Les alpha-1-bloquants, les inhibiteurs de la 5-alpha réductase, les complexes multivitaminiques avec du zinc, les antispasmodiques aideront à enrayer les manifestations de la maladie à un stade précoce de sa progression.

Pour rétablir le travail normal de la prostate, il est nécessaire de faire de l'exercice, de suivre un régime alimentaire équilibré et d'abandonner les mauvaises habitudes. La survie en HBP est presque de 100% avec un accès opportun aux urologues.

Pour le traitement et la prévention de l’HBP et de la prostatite, vous pouvez utiliser des compléments alimentaires. Par exemple, le patch urologique chinois ZB Prostatic Navel Plasters de ZB a un puissant effet anti-inflammatoire, angioprotecteur et immunomodulateur.

Si elle est utilisée à des fins prophylactiques, la prostate ne gonfle pas et les cellules de l’organe glandulaire ne succombent pas à une hyperplasie. Ce fait a été prouvé à la fois lors d'essais cliniques menés dans l'Union européenne et aux États-Unis et dans la pratique.

Commandez un patch urologique contre la prostatite et l'adénome de la prostate sur le site officiel

POSER UNE QUESTION AU DOCTEUR

Tumeurs malignes de la prostate: traitement, symptômes

Toutes les tumeurs de la prostate peuvent être divisées en malignes et bénignes.

L'hyperplasie bénigne, ou adénome de la prostate, ne fait pas directement référence aux tumeurs. Il s'agit de la prolifération du tissu glandulaire de la glande dans les parties centrales de l'organe.

Les tumeurs malignes dans la prostate se produisent principalement dans ses parties périphériques - le cancer de la prostate. Malgré les différences considérables dans le traitement et le pronostic, les tumeurs bénignes et malignes présentent des symptômes similaires, bien que dans ce dernier cas, elles apparaissent assez tardivement.

Symptômes du ventre de la prostate

Les symptômes des tumeurs tant bénignes que cancéreuses dépendent de sa propagation dans la prostate: si la tumeur ne dépasse pas les limites de l'organe, des troubles de la miction tels que ceux observés peuvent être observés:

  • sensation de vidange incomplète de la vessie,
  • mictions fréquentes,
  • sensation de brûlure ou de pression.

Si une tumeur maligne de la prostate se propage à la vessie ou au rectum, elle peut causer:

  • douleur dans ces organes
  • inconfort ou
  • saignement.

La métastase d'une tumeur de la prostate dans l'os se caractérise par des symptômes tels que:

  • douleurs osseuses et
  • fractures pathologiques.

Le plus insidieux des tumeurs cancéreuses survenant dans la prostate est l’absence de symptômes évidents aux stades précoces, car ils apparaissent assez tardivement dans le cas des tumeurs malignes de la prostate.

Par conséquent, les examens préventifs recommandés pour les hommes de plus de 45 ans revêtent une importance particulière. Pas besoin de perdre du temps et d'attendre l'apparition des symptômes typiques d'une tumeur de la prostate! Sinon, le traitement des tumeurs malignes de la prostate est entravé.

Diagnostic du cancer de la prostate - malin ou non?

Si vous avez des symptômes d'une tumeur, vous devriez immédiatement consulter un médecin! Le diagnostic comprend:

  • examen digital de la prostate,
  • Échographie,
  • PSA et
  • si nécessaire, biopsie de la prostate avec histologie.

Comme les symptômes d’une tumeur sont similaires dans le cas de variantes bénignes et malignes, la tâche du médecin au premier stade est d’exclure le processus malin de la prostate.

Une simple analyse du PSA (antigène spécifique de la prostate) joue un rôle important dans la détermination du développement possible d'un processus oncologique dans la prostate. Seulement alors la nomination du traitement approprié.

Stades de croissance des tumeurs de la prostate

Le développement d'une tumeur bénigne (adénome de la prostate, HBP) ​​est divisé en trois étapes. La différence en étapes est exprimée dans la sévérité des symptômes, ce qui nuit à la vie normale du patient.

Le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate dépend bien entendu de son stade. Les méthodes de traitement des stades 1, 2 et 3 sont différentes: traitement médicamenteux, résection partielle de la prostate et, au dernier stade, une ablation radicale de la prostate.

Le développement d'une tumeur maligne (cancer, adénocarcinome de la prostate...) est déjà divisé en quatre étapes.

Le 1er et le 2 - la tumeur est toujours localisée dans la prostate (capsule). C'est la meilleure période pour le traitement réussi d'une tumeur. Le 3, les tissus adjacents à la glande et aux vésicules séminales sont affectés.

Au stade 4, les métastases du cancer affectent les ganglions lymphatiques, les organes distants et les os.

Les possibilités des médecins allemands dans le traitement de chaque stade du cancer de la prostate sont nombreuses. Les cliniques spécialisées en Allemagne disposent des technologies les plus avancées en matière de traitement du cancer de la prostate (lorsqu'il existe des chances) et de prolonger la vie du patient aux stades avancés de la maladie.

Classification des tumeurs de la prostate

Pour choisir la bonne tactique de traitement, il est nécessaire de connaître exactement le degré de malignité de la tumeur et son stade de propagation. À cette fin, des méthodes de classification du cancer de la prostate ont été développées. À l’heure actuelle, la communauté médicale internationale a adopté trois grandes classifications:

  1. Système TNM;
  2. Échelle de Gleason;
  3. Classification morphologique.

La classification d’une tumeur de la prostate selon le système TNM détermine le degré de propagation du cancer: si elle se trouve toujours dans la prostate (T), quelle est la taille de la tumeur, si elle a dépassé la glande de la prostate et si d’autres organes et ganglions lymphatiques sont atteints (N), il existe des métastases ( M).

La classification du cancer sur l'échelle de Gleason détermine le degré de malignité de la tumeur. Combien de cellules de la prostate à l'intérieur de la tumeur sont modifiées, par rapport à la normale (cellules saines). L'échelle comporte 5 gradations, où 1 est le degré minimal de changement et les cellules 5-tumorales sont complètement indifférenciées: elles n'ont rien de commun avec la structure normale des cellules.

La morphologie classe les tumeurs de la prostate en fonction de leur origine - de quelles cellules elles proviennent (épithéliales ou non épithéliales). Sur cette base, il est diagnostiqué soit comme un adénocarcinome, soit comme un carcinome épidermoïde, etc. Avant de traiter une tumeur, celle-ci doit être diagnostiquée selon les trois classifications.

Traitement d'un cancer de la prostate

Méthodes chirurgicales

Dans le traitement du cancer de la prostate, on utilise à la fois un traitement conservateur et une résection transurétrale de la prostate (TUR). Grâce à l'utilisation de méthodes modernes de traitement du cancer de la prostate en Allemagne, les tumeurs oncologiques ne sont pas un verdict aujourd'hui.

Les patients atteints d'une tumeur limitée aux stades précoces peuvent espérer une guérison complète lors d'une opération radicale consistant à enlever la prostate (prostatectomie radicale).

Une telle opération en Allemagne est réalisée principalement en ménageant des méthodes peu invasives. Dans de nombreuses cliniques, il utilise un robot da Vinci chirurgical. Souvent, malgré le retrait de la prostate, les médecins réussissent à préserver les nerfs responsables de la puissance.

Méthodes conservatrices

Si le traitement chirurgical d'une tumeur maligne de la prostate est impossible ou non effectué à la demande du patient, la curiethérapie est une méthode alternative. Si, au moment du diagnostic du cancer de la prostate, des métastases sont déjà présentes, les méthodes de traitement sont prescrites individuellement ou en association, telles que:

  • radiothérapie
  • chimiothérapie ou
  • traitement antihormonal.

Dans les cliniques allemandes, de nouvelles méthodes de traitement des tumeurs bénignes et malignes de la prostate sont constamment développées. L’utilisation de Lutezia-177 est l’une des innovations récentes déjà appliquée depuis fin 2014 dans le traitement du cancer de la prostate en Allemagne. Il s’agit d’un agent novateur des radionucléides utilisé dans le cancer résistant aux hormones.

Pour des questions sur le traitement des tumeurs de la prostate en Allemagne, veuillez contacter
Centre de la prostate Dortmund

Beurhausstraße 40
44137 Dortmund

Téléphone en Allemagne:
+49 (152) 267-32-570

en Russie:
+7 926 649 68 77

Email:
Cette adresse email est protégée contre les robots collecteurs de mails. Vous devez activer Javascript pour la voir.

Cancer de l'adénome de la prostate: symptômes, signes, classification et traitement

  • 1 classification
  • 2 symptomatologie
  • 3 diagnostics
  • 4 traitements

Le cancer de l'adénome de la prostate survient dans la plupart des cas chez les hommes âgés (65 ans et plus).

Malgré le fait qu’aujourd’hui il n’existe aucune donnée fiable permettant d’expliquer la naissance d’une tumeur maligne, il est de coutume, dans la pratique médicale, de distinguer les facteurs qui font apparaître cette tumeur.

Classification

Il est important de comprendre que l'adénome et le cancer de la prostate sont deux maladies différentes. La première est une tumeur bénigne qui se développe à la suite de:

  • prédisposition génétique;
  • avoir atteint l'âge de 50 ans;
  • prostatite prolongée (processus inflammatoire de la prostate);
  • troubles hormonaux;
  • mode de vie inapproprié (tabagisme, mauvaise alimentation) et plus.

Traiter cette maladie n'est pas toujours nécessaire. Les médecins prescrivent souvent l'observation dynamique afin d'établir la dynamique du développement.

Le cancer de la prostate survient principalement pour les mêmes raisons. Si un homme de la famille proche rencontre cette pathologie, le risque de formation d'une tumeur maligne augmente considérablement. De plus, les cellules de l'adénome de la prostate peuvent dans certains cas se transformer en cellules cancéreuses. Les causes de la formation de cancer de la prostate et d'adénome de la prostate sont également:

Caractérisé par l'apparition de nodules dans la prostate, qui se développent par la suite en tumeurs malignes.

La maladie se caractérise par une division cellulaire focalisée et relativement active, qui finit par se transformer en pathogène.

Les hommes exposés au cancer sont les hommes, dont le régime alimentaire est principalement composé de graisses animales et d'aliments cancérogènes. Ces personnes incluent les personnes menant une vie sédentaire, ce qui provoque la stagnation du suc prostatique, entraînant la formation de foyers d'inflammation dans la prostate.

Symptomatologie

Le principal danger posé par le cancer de la prostate est dans la plupart des cas l'absence de symptômes graves avant les troisième et quatrième stades de développement de la tumeur. A ce stade, la présence d'un néoplasme peut être principalement déterminée par un test sanguin de PSA.

Les symptômes du cancer et de l'adénome de la prostate sont également:

  • incontinence urinaire;
  • augmentation du besoin d'uriner;
  • retards notables dans la vidange de la vessie;
  • faible débit d'urine;
  • douleur localisée principalement dans le périnée;
  • gonflement des membres inférieurs, du périnée et du scrotum, indiquant un cancer de la prostate de grade 4, lorsque la tumeur s'est métastasée aux ganglions lymphatiques;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • violation de la fonction érectile;
  • jaunissement de la peau, complété par une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit (métastases au foie);
  • défécation douloureuse causée par la compression d'une tumeur intestinale.

Diagnostics

Une tumeur cancéreuse se développe sur quatre étapes, chacune caractérisée par ses propres caractéristiques. Dans les deux premiers cas, la tumeur ne quitte pas la prostate, les cellules cancéreuses se divisent très lentement. De plus, le patient n'a aucun problème associé à la croissance de la tumeur.

Au troisième stade, le cancer quitte la capsule prostatique et affecte les organes et les tissus situés à proximité. La dernière étape du développement de la pathologie est caractérisée par l'apparition de métastases.

Lorsque les premiers symptômes décrits ci-dessus apparaissent, il est conseillé aux hommes âgés de 40 ans et plus de consulter un urologue. De plus, afin de prévenir ce groupe de personnes, il est nécessaire de passer un examen médical annuel.

Le diagnostic de la maladie commence par la collecte d’informations sur l’état actuel du patient et l’examen rectal de la prostate. S'il y a des phoques dans la prostate, des études supplémentaires sont prévues:

  • numération globulaire complète;
  • Test sanguin de PSA;
  • Échographie des organes pelviens;
  • IRM et CT;
  • biopsie.

Ce dernier complète le diagnostic du cancer de la prostate. Au cours de cette procédure, une petite aiguille est utilisée pour collecter une petite quantité des tissus de l'organe affecté.

Traitement

Dans le cancer de la prostate, le traitement est prescrit sur la base de données de diagnostic, ce qui vous permet de déterminer le stade actuel de développement de la pathologie et les caractéristiques individuelles du patient. Aujourd'hui, dans le traitement de cette maladie, les méthodes suivantes sont utilisées:

Non prescrit aux patients âgés de 75 ans et plus en raison du fait que l'opération comporte un risque plus grand pour la santé de l'homme que la pathologie elle-même.

Au cours de la chirurgie, la prostate est complètement ou partiellement enlevée. De plus, le liquide est extrait des ganglions lymphatiques pour des recherches supplémentaires.

Ce dernier permet d’établir si la tumeur a commencé à se métastaser.

Toujours dans la médecine moderne pour le traitement des tumeurs malignes utilisé le dispositif "Da Vinci". L'opération dans ce cas est réalisée à travers plusieurs petites ponctions pratiquées dans la cavité abdominale.

En raison du fait que l'une des raisons du développement d'une tumeur est un échec hormonal, une méthode d'élimination d'un ou deux testicules est utilisée pour traiter la pathologie. On recourt à cette méthode lorsque, pour une raison quelconque, le patient subit un traitement hormonal contre-indiqué ou n’a pas donné de résultats positifs.

La chimiothérapie vous permet de suspendre la division des cellules cancéreuses ou même de détruire complètement la tumeur. Cette méthode est utilisée pour les cancers aux stades 3 et 4. Au cours de la chimiothérapie, des médicaments à toxicité élevée sont utilisés:

  • La mitoxantrone;
  • La doxorubicine;
  • Paclitaxel et d'autres.

La chimiothérapie est souvent utilisée en complément d'une chirurgie.

La méthode implique une exposition aux cellules pathogènes par les rayons X, qui violent la structure de ces dernières, ce qui conduit finalement à leur destruction. Le traitement est effectué par cours de cinq jours pendant deux mois.

Afin de réduire les dommages causés aux tissus sains, une capsule spéciale contenant une substance radioactive est également introduite dans le corps du patient. Cette méthode de traitement s'appelle la curiethérapie.

Tumeurs de la prostate (prostate)

Parmi les tumeurs bénignes de la prostate chez les hommes âgés de plus de 50 ans, l'adénome le plus fréquemment observé est un néoplasme glandulaire bénin. Des changements adénomateux dans la prostate surviennent chez 35 à 45% des hommes âgés de 50 à 60 ans et chez 75% de ceux âgés de 65 à 75 ans.

Au cours de l'évolution clinique de l'adénome de la prostate, il y a trois stades: le stade I se manifeste par des sensations désagréables au niveau du périnée ou du bas-ventre, des mictions difficiles et fréquentes, surtout la nuit. Le flux d'urine est lent. Au fil du temps, les intervalles entre les mictions sont réduits, la fréquence des mictions nocturnes pouvant atteindre 6 à 8 fois.

À la palpation de la prostate, la taille est légèrement augmentée, de consistance serrée-élastique, avec un sillon médian lissé. Au stade I, la paroi musculaire de la vessie est hypertrophiée, de sorte que lorsque vous urinez, la vessie est complètement vidée. Le stade II est caractérisé par l'apparition du symptôme "d'urine résiduelle" - rétention urinaire chronique dans la vessie.

Au stade II après la miction, l'urine restant dans la vessie à raison de 100-200 ml peut être détectée par cathétérisme. Le muscle de la vessie s'affaiblit avec le temps; en même temps que la quantité d'urine résiduelle augmente, l'infection jointe provoque une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie (voir Cystite), ce qui entraîne la formation de calculs.

La miction devient non seulement très fréquente, mais également douloureuse, il existe des dysfonctionnements des voies urinaires supérieures. Le troisième stade de l'adénome de la prostate commence - le stade d'ischurie paradoxale, c'est-à-dire l'incontinence urinaire au cours de sa rétention chronique. Le stade III se caractérise par une insuffisance rénale marquée, la densité de l'urine devient faible (1002-1005).

A ce stade, l'envie douloureuse d'uriner cesse, mais les patients constatent que l'urine est constamment incontinente, elle est excrétée goutte à goutte. La quantité d'urine par jour s'accumule dans la vessie jusqu'à 2-3 litres. Apparaît une azotémie, qui se traduit par une nette détérioration de la santé du patient, une faiblesse, une bouche sèche et soif, des troubles dyspeptiques - nausée, constipation.

Au stade III, une pyélonéphrite survient souvent (voir), ce qui altère la fonction rénale, accélérant ainsi le développement de l'insuffisance rénale.

Aux stades I et II de la maladie, une rétention urinaire aiguë peut survenir, provoquée par une hyperhémie des organes pelviens due à la consommation d'alcool, une constipation prolongée, une hypothermie.

Au stade I après le cathétérisme de la vessie avec rétention urinaire aiguë, la miction est restaurée; au stade II, elle peut ne pas se rétablir. Le cathétérisme doit être effectué en observant l’asepsie la plus stricte avec un cathéter en caoutchouc Nelaton ou Timann.

Cathéter en métal est une procédure médicale et nécessite des compétences particulières.

Pour établir un diagnostic d'adénome de la prostate, les études suivantes sont réalisées: palpation de la prostate, percussion de la vessie, inspection de l'urine fraîchement urinée; l'azote.

Les méthodes d'investigation aux rayons X produisent une urographie excrétrice pour étudier la fonction rénale, l'état des voies urinaires supérieures et une cystographie avec de l'oxygène ou une solution à 10% de sergozine pour obtenir une image de l'adénome de la prostate entrant dans la lumière de la vessie (cystographie lacunaire).

Traitement: un traitement conservateur est possible dans les deux premiers stades de la maladie; il comprend un régime hygiénique, un régime alimentaire, un traitement médicamenteux. Les patients doivent éviter le refroidissement général et le refroidissement des jambes, une assise prolongée, une conduite longue en voiture ou à vélo. La rétention d'urine lors de la sollicitation peut provoquer une rétention urinaire aiguë.

La fonction normale de l'intestin est importante, avec les laxatifs prescrits pour la constipation. Les boissons alcoolisées et la bière devraient être interdites. Les épices, la moutarde, les conserves et les viandes fumées sont exclus du régime.

Le traitement médicamenteux vise à réduire l'hyperhémie des organes pelviens et à lutter contre l'infection: utilisation d'antibiotiques (chloramphénicol 0,5 g 3 à 4 fois par jour, 0,25 g d'ototétrine 4 fois par jour pendant 5 à 7 jours), des préparations à base de sulfanilamide ( 1,0 g d'étazol 4 fois par jour, 0,5 g d'urosulfan 3 à 4 fois par jour pendant 7 à 10 jours) ou des préparations de nitrofurane (furadonine 0,1 g 3 fois par jour pendant 10 à 15 jours). jours) Au cours du traitement chirurgical de l'adénome de la prostate, les patients produisent une adénomectomie trans-vésiculaire.

Des tumeurs malignes âgées de 60 à 70 ans, le cancer de la prostate survient souvent, ce qui peut être asymptomatique pendant une longue période.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, des douleurs au périnée et au sacrum apparaissent, des mictions fréquentes et douloureuses allant jusqu'à la rétention urinaire aiguë apparaissent.

La propagation de la tumeur à l'extérieur de la capsule de la prostate peut entraîner une compression des parties inférieures des uretères et une altération de l'écoulement de l'urine par les voies urinaires supérieures. Métastases au cancer de la prostate principalement dans les os du bassin, du sacrum et de la colonne lombaire.

Le diagnostic de cancer de la prostate est établi au moyen de la palpation de la prostate, dans laquelle on trouve un phoque dans la prostate de consistance cartilagineuse.

Aux stades avancés du cancer de la prostate, il s'agit d'une masse très dense, aplatie mais inégale, sans contours nets.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, le patient doit effectuer une cystoscopie, un examen radiologique du pelvis et de la colonne vertébrale, ainsi qu'une biopsie de la prostate, souvent effectuée par ponction à travers le rectum.

Traitement du cancer de la prostate: l'ablation radicale de la prostate n'est possible qu'au stade précoce du cancer de la prostate; la grande majorité des patients au début du traitement produisent une castration - retrait des deux testicules, puis pendant une longue période (pendant des années) sont traités avec des hormones sexuelles féminines.

En violation de la miction, une rétention urinaire chronique et une azotémie entraînent une résection transurétrale de la prostate. Cette opération consiste à exciser des sites tumoraux au niveau du col de la vessie à l'aide d'un instrument spécial: un résectoscope inséré dans l'urètre.

L'excision est réalisée par une boucle à laquelle un courant haute fréquence est fourni sous le contrôle de l'oeil.

Cancer de l'adénome de la prostate. Les symptômes

La tumeur maligne de la prostate (carcinome) se développe à partir des cellules d'un organe jouant un rôle important dans la région génitale de l'homme.

Le cancer de la prostate se développe lentement et peut rester en croissance pendant des années, mais cela ne le rend pas moins dangereux, en particulier lors de métastases.

Le cancer de l'adénome de la prostate est plus souvent diagnostiqué chez les hommes de race négroïde et, chez les Asiatiques, il est moins probable. En Russie, plus de 15 000 cas de cancer malin de la prostate sont diagnostiqués chaque année. Il est donc important d’en savoir le plus possible sur la maladie.

Le risque de tomber malade augmente avec l'âge: après 35 ans, un homme sur 10 000 est malade, après 60 ans - un sur 100, après 75 ans - tous les huit ans.

Symptômes du cancer de la prostate

Les scientifiques ne sont pas en mesure de dire pourquoi le cancer de la prostate se forme, mais ils notent les facteurs qui provoquent la mutation cellulaire. En particulier, il convient de s’inquiéter pour ceux qui ont des problèmes avec le travail du corps pour diverses raisons.

  • échec dans l'équilibre hormonal. La tumeur se développe avec une augmentation du niveau d'hormones mâles (testostérone, androstènedione, dihydrotestostérone). Par conséquent, le cancer de la prostate est appelé type de tumeur hormono-dépendant.
  • avec une maladie telle que l'adénome inflammatoire de la prostate, le cancer de la prostate peut également survenir. Les adénomes de la prostate et d’autres modifications bénignes provoquent la croissance de cellules qui, dans un état normal de la glande, ne devraient pas l'être. De telles cellules peuvent se transformer en cellules malignes pour diverses raisons.
  • la prostatite est une maladie relativement inoffensive des organes génitaux masculins pouvant provoquer un manque d'oxygène et une altération de la circulation sanguine dans la prostate, à la suite de quoi les cellules commencent à muter;
  • attaque de bactéries et de corps immunitaires, sous l'influence desquels les cellules de la prostate se modifient au niveau génétique, ce qui contribue au développement d'une tumeur;
  • L'adénose atypique est un état précancéreux de nature congénitale ou acquise. Dans cet état, au centre de la glande, des nodules sont détectés, dont les cellules se divisent et se développent plus activement que les cellules voisines, en modifiant leur structure. Le gros noyau de ces cellules est un indicateur de leur capacité à devenir malignes à tout moment en raison de l'influence de facteurs mutagènes;
  • l'hyperplasie de la prostate avec malignité est une autre affection précancéreuse lorsque, dans certains foyers de la prostate, les cellules commencent à se diviser activement. Au fil du temps, elles ressemblent de moins en moins aux cellules typiques de la prostate, devenant de plus en plus des signes de néoplasmes malins.

Facteurs contribuant au cancer

Les défaillances susmentionnées de l'état de santé des hommes n'indiquent pas nécessairement le risque d'une maladie maligne. Afin de ne pas provoquer de tumeur de la prostate, le traitement de diverses maladies de l'organe doit être associé à un mode de vie sain.

Il est nécessaire d'éviter les facteurs ci-dessus susceptibles d'augmenter le risque de développer un cancer:

  • régime déséquilibré, lorsque la viande rouge et les aliments gras prédominent dans le régime;
  • abus d'alcool, le tabagisme;
  • travail dans la production dangereuse, en particulier contact avec le cadmium (production de textiles, de caoutchouc, travail d'impression et de soudage);
  • âge après 50 ans;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • vie sexuelle irrégulière provoquant la stagnation de la prostate;
  • diminution de l'immunité dans le contexte de maladies chroniques, long séjour dans un état stressant;
  • génétique - les scientifiques ont identifié les gènes BRCA 1 et BRCA2 pouvant provoquer le développement de tumeurs. Par exemple, le cancer de la prostate chez un père augmente de 2 fois le risque d'une maladie similaire chez un fils;
  • virus (rétrovirus, herpès, cytomégalovirus).

Symptômes du cancer de la prostate

À un stade précoce, le cancer de la prostate est un adénome, les symptômes ne se manifestent en aucune manière - la maladie évolue à couvert, elle n’est détectée que par un test sanguin (augmentation du PSA - antigène prostatique).

Par conséquent, le cancer est retrouvé accidentellement chez les hommes lors de l'examen d'autres maladies du système urogénital, les organes pelviens. Les symptômes de la maladie deviennent apparents lorsque la tumeur se propage aux organes voisins - les intestins et la vessie.

Les premiers symptômes apparaissent lorsque la tumeur atteint une taille telle qu'elle commence à exercer une pression sur la vessie, irritant son mur sensible.

Le résultat est:

  • se lever la nuit 2 ou 3 fois pour uriner, bien qu'un seul soulèvement soit considéré comme la norme;
  • pendant la journée, les envies d'uriner apparaissent jusqu'à 15-20 fois, ce qui est très, et il est difficile de les supporter, même l'incontinence;
  • pendant la miction, l'homme ressent une douleur et une sensation de brûlure;
  • douleur au pubis et au périnée.

Si une tumeur de la prostate hypertrophiée rétrécit le canal urinaire en bloquant l'écoulement de l'urine de la vessie, les symptômes seront les suivants:

  • difficile d'uriner;
  • l'écoulement d'urine est interrompu;
  • à la fin de la miction, l'urine cesse de couler et est excrétée goutte à goutte;
  • après avoir vidé la vessie, l’impression reste qu’elle reste pleine.

En raison du faible ton des parois de la vessie, il est nécessaire d'uriner, de forcer les abdominaux, et même cela n'aide pas beaucoup - l'urine est lente, la vidange de la vessie est lente.

En raison du débordement de la vessie, l'urine monte dans une direction différente, ce qui entraîne une expansion du pelvis rénal et de l'uretère. Il rend la douleur, provoque la formation de calculs rénaux.

Dans les situations difficiles, l'écoulement de l'urine devient impossible car le conduit est bouché. Un homme ne peut pas uriner sans assistance médicale (le médecin insère un cathéter dans la vessie via l'urètre). Si du sang est détecté dans le sperme et l'urine, la tumeur a endommagé les vaisseaux de la vessie, de l'urètre et des vésicules séminales.

Gonflement du scrotum, du pénis et des jambes suggère que les métastases tumorales dans les ganglions inguinaux. Les dommages aux nerfs sensoriels menant aux organes génitaux mènent à l'impuissance. Lorsque le cancer de la prostate se propage au rectum, l'homme ressent une douleur lors des selles, se plaignant souvent de constipation.

Les métastases d'une tumeur dans l'os provoquent des douleurs dans la colonne vertébrale et les os du bassin. Si les métastases touchent le foie, les patients ressentent un jaunissement de la peau et des douleurs au côté droit des côtes. Une toux sèche sans raison peut parler de métastases au poumon.

Les symptômes susmentionnés du cancer de l'adénome de la prostate et des complications qui y sont associées n'apparaissent pas immédiatement, mais augmentent avec le temps.

Aucun de ces symptômes n'est un signe précis de cancer, mais peut signaler d'autres maladies. Dans tous les cas, lorsque des problèmes sont détectés, il est préférable de contacter immédiatement votre urologue.

Dépendance des symptômes sur le stade du cancer

Au premier stade, la tumeur est encore trop petite - ses dimensions microscopiques rendent impossible sa palpation lors de la palpation ou de l'échographie. Aucun symptôme de carcinome ne provoque initialement, et il ne peut être détecté que par un test sanguin, ce qui augmentera le taux de PSA.

Au deuxième stade, la tumeur est déjà plus grosse, mais elle reste dans la prostate, limitée à sa capsule. Lors d’un examen numérique, un médecin peut ressentir une tumeur, qui est un nodule serré.

Le cancer de grade 2 peut être observé à l’échographie. Les symptômes de ce stade se manifestent par une miction altérée du fait que la prostate exerce une pression sur l’urètre. La miction est lente, il y a une douleur et des crampes au périnée. La nuit, un homme doit se rendre plusieurs fois aux toilettes.

Au troisième stade, la tumeur se développe au-delà de la prostate et affecte les organes voisins. Les vésicules séminales sont les premières à souffrir, après quoi le tour vient à la vessie et au rectum.

Les métastases n'atteignent pas encore les organes distants, les symptômes sont donc liés aux sensations locales. Au stade 3 du cancer, l'homme éprouve des difficultés avec la puissance et ressent souvent des douleurs au dos et au pubis. En urinant, il y a une sensation de brûlure, du sang est détecté dans l'urine.

Au quatrième stade de développement, la taille du cancer augmente de manière significative, elle donne des métastases aux organes distants (foie, os, ganglions lymphatiques des poumons) et les symptômes peuvent donc être liés à la localisation de tumeurs secondaires. Le patient se sent faible et impuissant face à une intoxication grave. En raison de son incapacité à uriner, un cathéter est inséré dans l'urètre.

Les médecins disent qu’avec une tumeur localisée de la prostate, la mort du patient ne menace le patient que dans le cas d’une évolution prolongée de la maladie. Cela signifie qu'il est inapproprié pour les patients âgés de commencer un traitement radical de la tumeur. Dans ce cas, seule une thérapie de soutien est prescrite.

Le cancer de la prostate n'est pas une phrase, surtout à un stade précoce. Si vous l'identifiez au tout début, vous pouvez obtenir un rétablissement complet ou une rémission durable. Même à un stade avancé, un traitement bien choisi vous permet d’obtenir de bons résultats et de prolonger la vie des patients.

Prévention du cancer de la prostate

Aucun médicament magique ne peut protéger 100% de toutes les maladies, y compris le cancer. Les recommandations générales de prévention peuvent réduire le risque de conditions pathologiques de toute nature.

Ce qui suit sont des recommandations que les gens connaissent, mais pour une raison quelconque ne prennent pas en compte:

  • S'en tenir à un régime alimentaire équilibré. Il est souhaitable d'abandonner les viandes grasses, les légumes et les céréales devraient prévaloir dans le régime alimentaire, il existe une pyramide de bonne nutrition, où tout est clairement indiqué.
  • Évitez les agents cancérigènes sous quelque forme que ce soit. Les substances nocives peuvent entraîner des mutations de cellules, donc leur transformation en cellules malignes. Les cancérogènes sont dans la production dangereuse, la fumée de tabac, les additifs alimentaires, les nitrates.
  • Mener une vie active. Mouvement - la clé pour améliorer la santé. Même 15 minutes de charge le matin et 40 minutes de marche pendant la journée peuvent considérablement améliorer l'immunité et améliorer la santé.
  • Ajustez le sommeil et la vigilance. Au cours d'une nuit de sommeil, la mélatonine est produite dans le corps - une hormone qui protège contre le cancer.
  • Évitez la congestion dans la prostate. Une activité physique régulière, des mouvements, une vie sexuelle bien établie - qui contribueront à éviter l’inflammation de la prostate et à assurer la sortie du suc prostatique. Ceci est important pour ceux qui mènent une vie sédentaire.
  • Subir régulièrement un examen préventif. À l'âge de 50 ans, un homme doit subir un dépistage du cancer de la prostate tous les 2 ans - pour faire un test sanguin de détection d'un antigène et une échographie. Si une personne est atteinte de prostatite, un examen devrait être effectué chaque année.

Si vous êtes attentif à votre santé et prenez des mesures rapides pour éliminer les maladies, vous pouvez vivre une vie longue et heureuse.