Adénome de la prostate - symptômes chez l'homme, les premiers signes, les causes, le traitement et les complications de l'adénome

La cystite

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne qui se développe à partir du stroma ou de l'épithélium glandulaire de la prostate. En soi, l'adénome ne métastase pas, mais peut éventuellement dégénérer en adénocarcinome (cancer de la prostate).

Chez 30 à 40% des hommes de plus de 50 ans et entre 75 et 90% des plus de 65 ans, la forme de prolifération du tissu glandulaire dans le col de la vessie se modifie.

Quelle est cette maladie, pourquoi survient-elle chez les hommes de plus de 40 ans, quels sont les premiers symptômes et quel est le traitement prescrit, allons au-delà.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance.

En cas d'adénome, un organe est agrandi, ce qui provoque une compression de la vessie et de l'urètre. Cela perturbe le courant d'urine et conduit à une accumulation d'urine résiduelle. En outre, un homme peut développer une infection de l’appareil génital, une lithiase urinaire et un cancer. L'augmentation est indolore, ce qui est dangereux pour le diagnostic rapide de la maladie.

La prostate: qu'est-ce que c'est?

La prostate, également appelée prostate, est un organe situé légèrement en dessous de la vessie. L'objectif principal de la prostate - le développement d'un secret spécifique, qui fait partie du sperme. Le secret de la prostate, déterminant la consistance de l'éjaculat (contribuant notamment à sa dilution), contient des vitamines, des enzymes, de l'immunoglobuline, des ions zinc, etc.

La prostate pour hommes est le «deuxième cœur» responsable de la fonction sexuelle, de l'état psycho-émotionnel et de la santé en général.

Les principales fonctions de la prostate comprennent:

  • liquéfaction des spermatozoïdes - grâce à cela, les spermatozoïdes acquièrent une motilité active et deviennent généralement viables;
  • sécrétion - dans sa composition, il contient des enzymes, des protéines, des graisses et des hormones, sans lesquels le système reproducteur ne fonctionnerait pas normalement;
  • Éjection de la graine - les muscles lisses de la prostate sont capables de contraction, ce qui assure l'écoulement de la graine dans l'urètre, et c'est ainsi que se produit l'éjaculation.

Les causes

L'adénome de la prostate se développe et se développe progressivement. Bien que cette maladie touche principalement les hommes âgés, les symptômes initiaux peuvent être identifiés dès l'âge de 30 à 40 ans. Fait intéressant, au début, les nodules des cellules se forment massivement et ne commencent à grossir qu’après une longue période.

  1. Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.
  2. Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

Un certain nombre de facteurs concomitants peuvent contribuer au développement de l'adénome. Ceux-ci comprennent:

  • Surpoids (l'accumulation de tissu adipeux contribue au développement des hormones féminines);
  • Facteur héréditaire;
  • Athérosclérose;
  • Abus de tabac et d'alcool;
  • Processus inflammatoires dans les reins et l'urètre;
  • Hypodynamie et régime malsain;
  • Hypertension artérielle.

Types d'adénome de la prostate

Selon la structure et l'emplacement, il existe trois types d'adénome:

  1. La tumeur pénètre dans l'urètre par l'urètre, déformant le sphincter interne et perturbant sa fonction.
  2. La tumeur augmente dans la direction du rectum, la miction est légèrement altérée, mais la perte de contractilité de la partie prostatique de l'urètre ne permet pas à la vessie de se vider complètement.
  3. Avec un compactage uniforme de la prostate sous la pression d'un adénome sans l'augmenter, on n'observe ni rétention urinaire dans la vessie ni trouble urinaire. C'est le type d'adénome le plus favorable.

Symptômes de l'adénome de la prostate chez les hommes

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs.

Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend:

  • augmentation de la miction,
  • envie persistante (impérative) d'uriner,
  • nycturie
  • incontinence urinaire.

Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend:

  • difficulté à uriner,
  • apparition retardée et augmentation du temps de miction,
  • sensation de vidange incomplète
  • uriner par intermittence flux lent,
  • la nécessité de forcer

Les premiers signes à surveiller:

  • Les premiers signes d’un adénome de la prostate sont un flux d’urine lent, une envie accrue d’uriner, qui ne se terminent pas toujours par une vidange de la vessie.
  • Au fur et à mesure que la tumeur grossit, le patient ne souhaite plus savoir quelles sont les causes de l'adénome de la prostate, il s'inquiète davantage de la façon de se débarrasser des symptômes inquiétants. La miction devient difficile, vous devez forcer, uriner, connecter les muscles abdominaux.

Avec la complication de l'adénome de la prostate et son passage à un stade sévère, tous les symptômes s'intensifieront, ce qui affectera la vie du patient. Dans les cas surchargés, seule la chirurgie peut aider, raison pour laquelle il est si important de faire attention aux symptômes. Même s'ils ont été répétés 1 à 2 fois, un examen complet est requis.

L'adénome de la prostate chez l'homme passe par plusieurs étapes, chacune s'accompagnant de signes et de complications croissants.

Formulaire compensé

Les changements les plus caractéristiques dans la miction de cette étape sont:

  • plus fréquent
  • moins libre
  • moins intense qu'auparavant (le flux d'urine n'a plus l'apparence d'une parabole caractéristique, mais tombe presque à la verticale).

Avec la poursuite de la croissance de la prostate et la compression accrue de l'urètre, les symptômes suivants apparaissent:

  • augmentation du besoin d'uriner pendant la journée
  • diminution du débit urinaire,
  • augmentation de l'incidence d'un désir irrépressible d'uriner (les pulsions dites impératives),
  • participation des muscles auxiliaires: le patient met de temps en temps à rude épreuve l'estomac au début ou à la fin de la miction pour une meilleure vidange.

Stage sous-compensé

Sous-compensé - une augmentation de la prostate a atteint des niveaux lorsqu'elle a commencé à affecter fortement la fonction de la vessie pour éliminer l'urine du corps. Les violations se produisent:

  • la vessie est libérée par portions
  • l'épaisseur des parois de la bulle augmente
  • une partie de l'urine est conservée,
  • si la vessie déborde, une miction involontaire peut se produire,
  • l'urine peut être trouble et contenir des impuretés sanguines.

Adénome de la prostate de stade 3 - décompensé

Il y a une baisse de la contractilité de la vessie aux limites minimales, une augmentation de l'urine résiduelle peut être d'environ deux litres. Un étirement important de la vessie, dans lequel ses contours apparaissent sous la forme d’un ovale ou d’une forme sphérique, atteignant le nombril et, dans certains cas, s'élevant considérablement plus haut, est également pertinent.

Pendant ce temps, la nuit, et après et pendant le jour, l'urine est excrétée de manière systématique ou permanente, ceci se produit de manière involontaire, en raison des gouttes de la vessie débordante.

Symptômes associés de l'adénome:

  • faiblesse
  • nausée et manque d'appétit
  • constipation
  • soif et bouche sèche.

Implications pour les hommes

Complications de l'adénome de la prostate:

  • Rétention urinaire aiguë. Une complication apparaît à 2 ou 3 stades de la maladie en raison de la compression de l'urètre par la prostate hypertrophiée.
  • Inflammation des voies urinaires. Les processus stagnants dans la vessie entraînent la prolifération de bactéries. Ils provoquent l'apparition d'une cystite, d'une urétrite, d'une pyélonéphrite.
  • Urolithiase. La vidange incomplète de la vessie entraîne l'apparition de microlithes, de cailloux ou de dépôts minéraux. Ils peuvent provoquer un blocage de la vessie et une rétention urinaire.
  • Hématurie L'apparition d'érythrocytes dans l'urine, à l'origine des varices du col de la vessie.

Diagnostics

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie.

Le diagnostic comprend:

  1. Le médecin effectue un examen digital de la prostate.
  2. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction.
  3. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses.
  4. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

L'analyse du PSA dans l'adénome de la prostate est un indicateur important pour déterminer l'étendue de la maladie et la désignation du traitement. Une telle étude est recommandée pour chaque homme de plus de 40 ans chaque année, car il diagnostique toutes les anomalies de la prostate et peut même détecter le cancer de l'adénome de la prostate.

Malgré le fait que de nombreux patients aident les médicaments et améliorent considérablement la qualité de vie, dans presque 100% des cas, les symptômes désagréables réapparaissent quelque temps après l’arrêt du traitement.

  1. Les alpha-bloquants détendent les muscles de la vessie et de la prostate, normalisent le processus de miction: silodosine, Dalfaz, Omnik, Setégis, Kornam, Adenorm, Flosin, Doxazosine, Lokren.
  2. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont nécessaires pour réduire la quantité de tissu glandulaire de la tumeur de la prostate, ainsi que pour contrôler et corriger les hormones: Dutasterid, Finasteride.
  3. Les antibiotiques sont nécessaires pour réduire l'activité de la flore pathogène, si la cause de l'adénome est une infection pathogène et une reproduction rapide: Céphalosporines, Gentamicine.
  4. Les médicaments anti-inflammatoires sont nécessaires à un homme pour éliminer rapidement l'inflammation de la prostate et réduire la douleur aiguë liée à l'adénome de la prostate: Voltaren, Dikloberl, Diclofenac.
  5. Les antispasmodiques pour un homme sont nécessaires si le syndrome douloureux, même si un régime strict est observé, ne recule pas, ne faiblit pas. Préparations: Papaverine, Ibuprofen, Buscopan.

Avant de prendre des médicaments, assurez-vous de consulter votre médecin, car Il existe des contre-indications d'utilisation.

Opération

Les mesures chirurgicales sont appliquées lorsque l'inefficacité d'un traitement conservateur ou lorsque la maladie est négligée. Dans l'adénome de la prostate, une opération est prescrite pour les indications absolues:

  • Incapacité à uriner;
  • Hématurie massive;
  • Des pierres dans la vessie;
  • Processus pathologiques dans la prostate;
  • Une augmentation de la proportion moyenne de la prostate;
  • Insuffisance rénale;
  • Grande accumulation d'urine résiduelle.

Une opération non programmée (urgence) est effectuée dans la journée qui suit le début des complications: hémorragie grave menaçant la vie du patient et rétention urinaire sous forme aiguë.

Préparation à la chirurgie:

  1. Un test sanguin général est effectué pour déterminer l'anémie (réduction de la quantité d'hémoglobine et de globules rouges), la leucocytose (en parlant de tout processus inflammatoire).
  2. Avant la chirurgie, il est nécessaire de vérifier le fonctionnement des reins à l'aide d'un test sanguin biochimique. En cas d'insuffisance rénale, la créatinine et l'urée sanguine seront élevées.
  3. Des études de coagulation sanguine sont nécessaires pour exclure le risque de thromboembolie ou de saignement, pendant et après la chirurgie.
  4. ECG (électrocardiogramme) - afin d’exclure les complications possibles du cœur pendant la chirurgie.

Il existe différentes méthodes de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate:

  • La résection transurétrale ou TUR est une méthode répandue, car une telle opération est réalisée à travers l'urètre sans incisions. Cependant, il ne peut être utilisé qu'avec une masse d'adénome allant jusqu'à 60 g et contenant jusqu'à 150 mg d'urine résiduelle dans la vessie. De plus, cette méthode n'est pas autorisée en cas d'insuffisance rénale du patient.
  • L'adénomectomie (prostatectomie ouverte) est une méthode populaire de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate en raison du nombre réduit de contre-indications. Il est important d'utiliser lorsque la masse de la prostate dépasse 40 grammes et que la quantité d'urine résiduelle est de 150 ml. Ne pas interférer avec l'opération et les diverses complications de la pathologie.

Probabilité de rechute

Après une intervention chirurgicale pour adénome de la prostate, des rechutes inflammatoires sont possibles. À cet égard, pendant la période postopératoire, il est nécessaire de respecter les précautions que le médecin désigne:

  • ne pas trop travailler
  • ne pas surcharger
  • suivre un régime
  • être supervisé par un spécialiste.

Traitement mini-invasif de l'adénome de la prostate.

  1. Méthode thermique - la taille de la prostate diminue sous l’influence des températures élevées. La radiofréquence et le rayonnement micro-ondes sont utilisés pour chauffer les tissus d'un organe, moins souvent - les ultrasons.
  2. Cryodestruction - les cellules des tissus anormaux sont détruites par l'exposition à des températures extrêmement froides.
  3. Technique laser - le rayonnement laser affecte l’eau des tissus de la prostate et la réchauffe. Il y a un pliage (coagulation) du tissu de l'organe.
  4. Dilatation par ballonnet de l'urètre - un cathéter est inséré dans l'urètre avec un ballon à l'extrémité duquel la lumière de l'urètre est dilatée.
  5. Stenting de l'urètre de la prostate - un stent (squelette en forme de cylindre) est inséré dans l'urètre, ce qui facilite l'urination du patient.

Régime alimentaire pour adénome

Le régime alimentaire est sélectionné individuellement pour chaque patient en tenant compte du degré de négligence de la pathologie, de l'état général du patient et de ses antécédents, ainsi que des préférences gustatives du patient. Mais, comme le montre la pratique, changer de mode et d'équilibrer les rapports de force ne suffit pas.

Une attention particulière est portée aux produits riches en sélénium (Se) et en zinc (Zn), qui ont un effet positif sur la tumeur en réduisant sa taille. Au cours de la maladie, l’homme devrait recevoir pendant la journée 25 mg de zinc et au moins 5 µg de sélénium.

Adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate)

En médecine moderne, la croissance de la prostate due à la croissance active des tissus est appelée adénome de la prostate. Bien que certains experts "expérimentés" et les patients de cet âge utilisent encore des termes tels que adénome de la prostate ou rétention urinaire. En toute justice, nous notons que ce nom a un autre synonyme: hyperplasie bénigne de la prostate (ci-après appelée HBP).

Dans tous les cas, l’essence de la maladie consiste à augmenter la taille de la prostate, ce qui entraîne l’apparition de ganglions gênant la miction normale. Caractère bénin implique l'absence de métastases, ce qui distingue la maladie du cancer de la prostate.

L'adénome de la prostate est considéré comme une maladie masculine chez les personnes âgées. À 50 ans, un homme sur deux a des problèmes de miction qui, après avoir consulté un spécialiste, sont tenus pour responsables de cette maladie. Avec l’âge, l’incidence augmente et à l’âge de 70 ans, trois hommes sur quatre éprouvent les mêmes problèmes. Selon les résultats de la recherche médicale, sur 15% des hommes ne sont pas sensibles à l’HBP. Au même moment chaque année, la probabilité de la maladie augmente.

Causes de l'adénome de la prostate

Toutes les causes d'adénome de la prostate peuvent être divisées en deux groupes.

Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.

Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

En toute justice, il convient de noter que les causes de l'adénome de la prostate ne sont pas encore entièrement comprises. Les scientifiques mènent régulièrement des recherches visant à identifier des corrélations avec d'autres maladies ou avec les particularités de la vie personnelle d'une personne, mais toutes ces études n'ont jusqu'à présent pas donné de résultats significatifs. Bien que, par exemple, il ait été possible de réfuter l'idée selon laquelle la prostatite et l'adénome de la prostate sont interconnectés. Comme le montrent les statistiques, les deux maladies peuvent se manifester de manière totalement indépendante ou inversement, simultanément. Par conséquent, malgré les diverses causes hypothétiques de l'adénome de la prostate, le seul facteur prouvé qui augmente le risque de morbidité est l'âge.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Pour mieux comprendre les signes de l'adénome de la prostate, vous devez d'abord comprendre ce qui se passe dans la prostate d'un homme présentant l'apparition de cette maladie. Comme vous le savez, la taille normale de la prostate, située sous la vessie, est approximativement égale à la taille d’une noix. Lorsque le tissu prostatique commence à se développer, un ou plusieurs nodules apparaissent inévitablement dessus. Ils pressent l'urètre, de sorte que la miction est perturbée. Il est clair que ce processus ne se produit pas immédiatement, mais progressivement. Pour cette raison, en fonction des symptômes, il existe trois stades de la maladie.

Initialement, lorsque le canal commence seulement à se rétrécir sous l'influence externe, les premiers symptômes de l'adénome de la prostate apparaissent. Ils consistent à changer les sensations en urinant. Les hommes en bonne santé ont une sensation agréable en vidant la vessie, ce qui est tout à fait normal. La disparition de ces sensations peut servir de premier appel au réveil.

Malheureusement, les hommes ont tendance à déduire des modifications détectées de toute autre maladie que la maladie. Par conséquent, les médecins sont extrêmement rarement traités. Pendant ce temps, HBP se présente sous la forme suivante. Les symptômes de l'adénome de la prostate sont plus évidents.

En particulier, une réduction notable de l'urètre entraîne une diminution de la puissance des jets. Lorsqu'il y a peu d'urine (aux derniers stades de la vidange), elle devient verticale ou même se sépare en gouttes séparées. Naturellement, dans ce cas, la vessie n'est pas complètement vidée. Le patient doit mettre à rude épreuve les muscles abdominaux, pressant ainsi la vessie et l'urine qui y reste après une courte période de temps provoquera un autre besoin urgent d'uriner. Ce sont également les principaux signes de l'adénome de la prostate.

S'il n'est pas traité, de nouveaux symptômes apparaissent, similaires à ceux de l'énurésie. Ainsi, un homme ne peut plus faire la nuit sans uriner et le temps qu'il peut «tolérer» est considérablement réduit, jusqu'à l'incontinence totale.

L'importance de la référence rapide à un spécialiste lors de la détection des premiers signes est également due au fait que, sans traitement approprié, l'adénome de la prostate peut entraîner des complications graves, qui feront l'objet d'une discussion ultérieure.

Complications de l'adénome de la prostate

Comme vous le comprenez, l'adénome de la prostate entraîne des problèmes de miction. Et cela, à son tour, provoque un sérieux coup aux reins. Leur défaite graduelle peut se traduire par de fréquents maux de tête, irritabilité, soif constante et sensation de bouche sèche. Le fait que l'urine dure trop longtemps dans la vessie augmente considérablement le risque de contracter une infection des voies urinaires, telle que la pyélonéphrite, l'urétrite et d'autres, ainsi que l'apparition de la lithiase urinaire.

Il faut bien admettre que ce ne sont pas les pires complications de l'adénome de la prostate. Le développement sans entrave des nœuds de la prostate peut conduire à un chevauchement complet de l'urètre. Dans ce cas, l'urine s'accumule dans la vessie, sans issue, ce qui se traduit par une douleur intense et une menace pour la vie de l'homme. Avec de tels signes, un cathéter est installé pour drainer l'urine ou, en cas de besoin urgent, une opération chirurgicale immédiate est effectuée.

Le danger est que le chevauchement complet de l'urètre puisse se produire même aux premiers stades de la maladie. Tout dépend d'une certaine combinaison de facteurs provoquants, tels que l'hypothermie, l'abus d'alcool, le fait de s'abstenir d'uriner, etc.

Malheureusement, ce ne sont pas toutes les complications de l'adénome de la prostate. Parfois, la croissance de la prostate entraîne l'apparition de sang dans les urines. La difficulté de diagnostiquer cette complication réside dans la faible concentration de sang qui ne peut être vue à l'œil nu. L'analyse de l'urine permet donc d'identifier la maladie par la présence de caillots sanguins lors d'un examen microscopique du sédiment.

Une telle variété de complications, chacune en soi très difficile pour le corps, nécessite le diagnostic précoce de la maladie à ses débuts.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie. Un scan du doigt de la prostate est ajouté à l'enquête.

Pour les études de laboratoire, le matériel (c'est-à-dire le secret de la prostate et les frottis de l'urètre) est pris après un massage de la prostate. Le médecin traitant peut obtenir certaines informations grâce à une échographie, qui détermine la présence de calculs, la quantité d'urine résiduelle après une selle, la taille de la prostate.

Une autre méthode de recherche est la débitmétrie urinaire. Littéralement, le nom du terme est traduit par la mesure de la vitesse du jet d'urine. En plus de la vitesse, un certain nombre d'autres paramètres sont mesurés, grâce auxquels le diagnostic de l'adénome de la prostate devient plus précis.

Bien que l'adénome de la prostate n'entraîne pas toujours de conséquences oncologiques, un test sanguin obligatoire est demandé aux hommes à risque, c'est-à-dire âgés de plus de 50 ans. Selon les résultats des tests de laboratoire, il est possible d'identifier les traces de la présence d'une tumeur maligne ou d'obtenir des données sur son absence. C'est à partir de cet âge qu'il est recommandé de faire une prise de sang comme procédure annuelle. En cas de suspicion de problèmes oncologiques, des études complémentaires caractéristiques sont réalisées.

Traitement de l'adénome de la prostate

Après le diagnostic, le médecin se voit attribuer l’une des trois options possibles pour le traitement de la maladie. Il s'agit d'un traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate, de la chirurgie et de méthodes non médicamenteuses non opératoires.

Le traitement médicamenteux implique la prise de certains médicaments. Sur le marché aujourd'hui, ils sont présentés en grande quantité, le rendez-vous est donc laissé à la discrétion du médecin.

Tous les médicaments visent à détendre les fibres musculaires de la prostate ou à en réduire le volume. Dans les deux cas, la compression de l'urètre est réduite et le cours normal de l'urine est rétabli.

Malheureusement, les médicaments ne peuvent aider que dans les phases initiales et leurs effets ne sont donc pas toujours suffisants. Dans ce cas, le patient se verra probablement proposer une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate peut être effectué ouvertement ou sans incision, lorsque le chirurgien effectue toutes les manipulations à travers l'urètre.

Parfois, les méthodes non chirurgicales peuvent constituer une alternative à la chirurgie. Tous visent à ré-élargir l'urètre. Cela se fait soit en agissant sur le canal lui-même (dilatation du ballon ou stents de la prostate), soit en agissant sur la glande de la prostate (thermothérapie ou coagulation par micro-ondes).

En ce qui concerne les méthodes préventives, il n’existe malheureusement pas de recommandations efficaces susceptibles de garantir une protection contre les adénomes de la prostate. En fait, toutes les mesures préventives sont réduites à des facteurs de nivellement qui augmentent le risque de maladie, à savoir la malnutrition, l’abus d’alcool et d’autres mauvaises habitudes.

Signes d'adénome de la prostate chez les hommes

L'adénome de la prostate n'est pas une maladie aussi rare que cela puisse paraître. Fondamentalement, sa racine est près de l'urètre. Aujourd'hui, l'adénome de la prostate est une maladie très courante. Les hommes de plus de 50 ans ont obtenu un résultat positif du traitement dans 45% des cas et après 60 ans, ce chiffre augmente.

Vous pouvez empêcher le développement de l'adénome de la prostate. Il suffit de consulter un médecin à temps pour suivre un traitement. En aucun cas la maladie ne doit entrer dans la phase chronique: le diagnostic et le traitement doivent être effectués au stade initial.

Symptômes et signes de l'adénome de la prostate

Il existe plusieurs groupes de symptômes de la maladie. Certains sont basés sur une irritation du col de la vessie avec une hypertrophie de la prostate. Cette irritation se manifeste par une envie accrue d'uriner, entraînant de fréquentes visites aux toilettes.

D'autres symptômes provoquent des irrégularités dans l'écoulement de l'urine dans l'urètre. En même temps, son jet n’est pas trop fort, lorsqu’il urine, il faut pousser et la vessie n’est pas complètement vidée.

Le premier stade de l'adénome de la prostate est caractérisé par les caractéristiques suivantes:

  • émission fréquente d'urine;
  • l'incapacité de contrôler l'envie d'uriner;
  • la nécessité de pousser au début ou à la fin de la miction;
  • émettre de l'urine dans un filet faible.

Dans la seconde étape, les symptômes sont plus prononcés en raison de mécanismes compensatoires:

  • excrétion de l'urine en petites gouttes, pas de jet du tout;
  • pour l'administration du besoin naturel besoin de pousser;
  • les urines résiduelles deviennent de plus en plus nombreuses, mais en même temps, la miction devient de plus en plus difficile;
  • la présence d'une envie d'uriner douloureuse, ainsi que de fortes douleurs dans les zones lombaire et pubienne, provoquées par une consommation excessive d'alcool, l'hypothermie et le surmenage.

Au troisième stade, les muscles de la vessie perdent leur capacité à se contracter et le résultat pour le patient peut ne pas être réconfortant.

Méthodes d'enquête

  • rectal;
  • Échographie;
  • dynamique urinaire;
  • détermination de l'antigène spécifique de la prostate par le sang.

Types d'adénome

  1. Les racines de l'adénome se développent dans la vessie, alors qu'elles détruisent les sphincters internes. Dysfonctionnement diagnostiqué.
  2. Le tissu est distribué uniformément dans tout le canal urinaire, il n'y a pas de symptômes pathologiques. Cette espèce est rare.
  3. La vessie n'est pas complètement vidée: elle empêche le scellement, ce qui affecte la région rectale.

La gravité des troubles de la miction ne dépend pas directement de la taille de la tumeur de la prostate. Mais le facteur décisif reste sa prolifération. Une petite tumeur au-dessus de l'urètre affecte de manière significative la santé et l'état du corps dans son ensemble. Elle doit donc être localisée et traitée rapidement. Si une tumeur se forme dans la région des glandes périphériques périurales, elle peut être asymptomatique.

Quand voir un docteur

Un homme qui a découvert les symptômes suivants doit nécessairement demander l'aide d'un médecin:

  • retirer la douleur;
  • douleur pendant les rapports sexuels ou la miction;
  • l'incapacité de contrôler l'envie d'uriner;
  • écoulement anormal des voies urinaires;
  • désir sexuel réduit;
  • gonflement des organes génitaux;
  • l'incapacité de concevoir un enfant.

Il est recommandé de consulter un urologue une fois par an à titre préventif pour tous les hommes de plus de 40 ans. Ne sous-estimez pas le sérieux de la situation!

Traitement

Pour soigner l'adénome de la prostate à un stade précoce, vous pouvez utiliser des médicaments. Tout d'abord, il est recommandé d'utiliser des préparations à base de plantes, des médicaments du groupe des alpha-bloquants, ainsi qu'un traitement hormonal.

Vous pouvez vous débarrasser de cette maladie par chirurgie. Cette mesure est utilisée dans de rares cas où le traitement médicamenteux est inefficace ou que des complications surviennent au cours de l'évolution de la maladie.

Il n'est pas recommandé de se soigner soi-même. Tout d’abord, il est nécessaire de consulter un médecin: c’est lui qui choisira individuellement une méthode de traitement du patient.

Des complications

• écoulement involontaire d'urine, sa rétention chronique;
• développement d'une insuffisance rénale, accompagné d'une réduction de l'appétit, d'une pénurie d'eau, d'une faiblesse, d'un haut-le-cœur, d'une sécheresse de la bouche;
• formation de calculs rénaux ou de la vessie;
• sensibilité de la vessie et des reins aux maladies infectieuses;
• apparition de sang dans les urines en raison d'un saignement dans les veines prostatiques.

Adénome de la prostate: symptômes et traitement

Adénome de la prostate - les principaux symptômes:

  • Faiblesse
  • Nausée
  • Mictions fréquentes
  • Perte d'appétit
  • Mictions fréquentes la nuit
  • Douleur dans le périnée
  • Bouche sèche
  • Incontinence urinaire
  • Constipation
  • Soif intense
  • Impuissance
  • Épuisement
  • Faiblesse du ruisseau en urinant
  • L'urine goutte après la miction
  • Odeur d'urine de la bouche

L'adénome de la prostate (adénome de la prostate) est par son essence un terme quelque peu dépassé, et est donc utilisé aujourd'hui sous une forme légèrement différente - sous la forme d'hyperplasie bénigne de la prostate. L'adénome de la prostate, dont nous considérons ci-dessous les symptômes, est plus familier dans cette définition. La maladie se caractérise par l'apparition d'un petit nodule (éventuellement de quelques nodules), qui augmente progressivement avec le temps. La particularité de cette maladie est que, contrairement au cancer dans cette région, l'adénome de la prostate est une croissance bénigne.

  • Description de la maladie
  • Les étapes
    • Stade I
    • Étape II
    • Étape III
  • Symptômes communs
  • Raisons
  • Traitement

Description générale

L'adénome de la prostate est l'une des maladies «masculines» les plus courantes chez les hommes âgés de plus de 50 ans. La définition même de cette maladie peut sembler une convention, car ce n’est pas la prostate qui est susceptible de proliférer, comme on peut le supposer, mais seulement les petites glandes appartenant à la couche sous-muqueuse du col de la vessie, qui forment trois îles particulières -cervical groupe d'un postérieur. Sur cette base, il serait plus correct de définir cette maladie comme un adénome des glandes paraurétrales.

Les tentatives visant à déterminer les fonctions qui effectuent les glandes paraurétrales ne donnent pas un résultat clair. Il existe une hypothèse sur le fait que ces glandes sont responsables de la sécrétion interne, antagonistes des glandes sexuelles mâles. La croissance survient au moment de la survenue de processus atrophiques, concentrés dans la prostate, jusqu'à la période d'extinction de l'activité sexuelle masculine. Lorsque cela se produit, l'implication du tissu glandulaire dans la formation de la tumeur, mais également celle des muscles et des tissus conjonctifs.

Ainsi, la tumeur peut être non seulement adénomateuse, mais également fibreuse ou myomateuse. Les adénomes varient également selon leur forme, qu’ils soient sphériques, cylindriques ou en forme de poire. Comme nous l'avons déjà noté, ils peuvent consister en un nœud et plusieurs. Leur poids varie également, ce qui peut être de l'ordre de 10 grammes et atteindre 200 ou plus.

Selon la structure et l'emplacement, l'adénome peut être représenté sous trois formes:

  • Une tumeur qui pénètre dans la vessie en passant à travers l'urètre, déformant le sphincter interne avec violation de sa fonction.
  • Une tumeur élargie vers la région rectale qui perturbe légèrement la miction, mais provoque une perte des capacités contractiles inhérentes à la partie prostatique de l'urètre, de sorte que la vessie pleine ne se libère pas.
  • Tumeur dans laquelle la prostate est comprimée uniformément sous l'effet de la pression exercée par celle-ci. Une augmentation de la tumeur ne se produit pas, ce qui exclut par conséquent les manifestations négatives telles que la rétention urinaire dans la vessie et une miction altérée. Cette variante de la tumeur est la plus favorable.

Principales étapes de la maladie

La taille de la tumeur ne détermine pas toujours le degré de dysfonctionnement de la miction. Ces troubles en plus grand volume sont déterminés sur la base de la direction dans laquelle se développe l'adénome. Ainsi, la croissance du groupe postérieur de glandes d’adénome de petite taille lors de son porte-à-faux, semblable à la valve au-dessus de l’urètre, peut provoquer un retard de miction. En même temps, un adénome de grande taille, qui s'étend des glandes latérales au rectum et à l'arrière, peut être caractérisé par l'absence de toute manifestation clinique de la maladie.

En fonction des caractéristiques de l'évolution clinique de la maladie, déterminez les étapes suivantes.

Stade I

Il est également défini comme le «stade précurseur». Elle se caractérise par une augmentation de la miction, qui est particulièrement prononcée la nuit, atteignant parfois 8 fois. Il y a une flaccidité du flux d'urine. Au fil du temps, difficulté à uriner. Pour vider la vessie, le patient doit pousser.

Avec le développement d'un adénome correspondant à sa première apparition, un symptôme tel que l'incontinence urinaire, apparaissant en rêve à la suite d'une relaxation arbitraire obtenue par le sphincter, peut être pertinent. Cela est dû, en retour, à l'absence d'obstacle sous la forme d'un sphincter interne pour les fuites d'urine de la vessie. Progressivement, la maladie passe au deuxième stade.

Quant à la durée de l'étape, elle est déterminée individuellement, dans certains cas jusqu'à 12 ans. Dans le pire cours de la maladie, les deux stades de la maladie, le premier et le deuxième, passent sur une période pouvant aller jusqu'à deux ans.

Étape II

Il se caractérise par une plus grande sévérité des symptômes. Le flux d'urine acquiert un caractère pur, avec des gouttes interrompues. Ici aussi, la patiente doit être tendue, ce qui permet à une hernie de se former ou à un prolapsus du rectum. Si le premier stade était caractérisé par une hypertrophie des fibres musculaires dans la région du détrusor, à ce stade, ils sont déjà amincis.

La zone de la paroi de la vessie, exempte de fibres musculaires, commence à s'étendre entre elles, ce qui conduit à la formation de poches (diverticules) - c'est dans celles-ci que s'accumulent ensuite l'urine résiduelle. Au départ, sa quantité est d'environ 200 ml, mais plus tard, il peut atteindre 500 ml, 1 l et plus. En cas d'hypertrophie au niveau de la paroi de la vessie, il se forme un repliement grossier qui fait obstacle à l'entrée active de l'urine dans la vessie par le haut des voies urinaires. Cela conduit à sa stagnation ultérieure dans les uretères et, comme vous pouvez le deviner, dans les reins. À son tour, cela conduit déjà à des symptômes d'une évolution compliquée de la maladie sous la forme d'une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie et d'une miction douloureuse.

Cette étape, sous l’influence d’un certain nombre de facteurs (stress, alcool, rétention urinaire, hypothermie, troubles alimentaires, etc.) peut conduire à une rétention urinaire absolue. Dans ce mode de réalisation, la transition des désirs douloureux en douleur, concentrée dans la région de l’entrejambe, et ensuite dans la région sus-pubienne et dans le bas du dos. Tout ceci est une condition préalable à l’admission à l’hôpital, l’excrétion de l’urine se fait ici à l’aide d’un cathéter. Déjà après cela, certains patients ont recouvré la miction, alors que d'autres ont déjà besoin d'un appel constant à une assistance médicale. Il y a une diminution de la contractilité des muscles inhérente à la vessie, et cela dure jusqu'à la perte de tonus absolue.

Par la suite, les complications associées au processus d’infection des voies urinaires se détériorent. Il convient de noter que si la possibilité de passer de la première à la deuxième étape peut être mise en doute, la transition de la deuxième étape à la troisième est inévitable.

Étape III

Il y a déjà une baisse de la contractilité de la vessie aux limites minimales, une augmentation de l'urine résiduelle peut être d'environ deux litres. Un étirement important de la vessie, dans lequel ses contours apparaissent sous la forme d’un ovale ou d’une forme sphérique, atteignant le nombril et, dans certains cas, s'élevant considérablement plus haut, est également pertinent. Sa sensibilité s'aggrave alors que les patients sont moins susceptibles de présenter des symptômes associés à une rétention urinaire, décidant à tort que la maladie avait atteint certaines améliorations.

Pendant ce temps, la nuit, et après et pendant le jour, l'urine est excrétée de manière systématique ou permanente, ceci se produit de manière involontaire, en raison des gouttes de la vessie débordante. Pour cette raison, les patients sont obligés d'utiliser constamment un urinoir. Ce stade est également caractérisé par un complexe de complications provoquées par des troubles des reins.

L'adénome de la prostate, dont les symptômes se manifestent maintenant par une faiblesse et une perte totale de l'appétit, une bouche sèche et une soif constante, une constipation et des nausées fréquentes, est associé à des symptômes d'empoisonnement provoqués par des scories azotées. Ces symptômes incluent notamment la dépression et l'épuisement, l'odeur de l'urine se dégageant de la bouche. Avec une augmentation de la température dans ce cas, on peut parler d'une exacerbation provoquée par une infection, qui est un compagnon constant lors de la stagnation de l'urine. Cela nécessite une attention médicale immédiate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

En règle générale, les caractéristiques susmentionnées de la maladie se remplacent assez lentement, ce qui s'explique par la lenteur, dans la plupart des cas, du développement de l'adénome. Souvent, il n’ya aucun symptôme et une hypertrophie de la prostate devient la seule manifestation de la maladie. Les manifestations des symptômes de la maladie peuvent être intermittentes, entraînant une amélioration périodique, puis une détérioration.

Tous les hommes qui ont une prostate élargie n’éprouvent pas les symptômes de la maladie, car la taille de la prostate ne détermine pas toujours la gravité de ses symptômes. Dans ces conditions, un patient présentant une taille de prostate relativement grande peut ne présenter aucun symptôme, tandis qu'un patient présentant une taille de prostate relativement petite peut présenter des symptômes très prononcés de la maladie.

Les premiers symptômes de l'adénome de la prostate apparaissent au moment où la prostate hypertrophiée commence à entraver de manière significative le processus d'écoulement de l'urine, ce qui lui fait perdre la possibilité d'un écoulement libre de la vessie. De ce fait, un certain nombre de symptômes typiques de la maladie apparaissent:

  • mictions fréquentes la nuit;
  • l'apparition de mictions urgentes pendant la journée;
  • affaiblissement du flux en urinant;
  • lorsque la miction est complète, l'urine goutte.

Causes de la maladie

En ce qui concerne les causes de cette maladie, la fin de leur nature n’est pas claire. Le principal facteur de risque de la maladie est l'âge, c'est-à-dire que plus un homme est âgé, plus le risque de développer une tumeur est élevé. Les jeunes hommes rencontrent rarement un adénome, ce qui s'explique par les particularités des modifications du système endocrinien liées au vieillissement du système reproducteur dues à l'hyperplasie des glandes paraurétrales.

Traitement

En tant que méthode principale de traitement de la maladie considérée, nous utilisons la méthode chirurgicale, dont la pertinence peut être discutée même au stade initial de la maladie. L'intervention chirurgicale dans cette situation implique le retrait de l'adénome (pas la prostate elle-même, comme beaucoup le supposent à tort).

Après l'opération, les fonctions rénale et vésicale sont progressivement restaurées. Dans certains cas, il est également possible de rétablir la fonction sexuelle affectée par cette maladie. En fonction des caractéristiques de l'adénome, de son stade et de son type, déterminez l'une des trois options suivantes pour le retrait:

  • Suppression d'un adénome en une seule étape: elle est produite en l'absence des facteurs énumérés ci-dessus, ainsi que lorsqu'un diagnostic d'insuffisance cardiaque n'est pas pertinent pour le patient.
  • Pour le premier stade de la maladie, la seule méthode radicale est l'opération en deux étapes, au cours de laquelle l'intervalle entre les moments est prolongé, il peut être de l'ordre de plusieurs mois. Si nous parlons d'une forme plus grave de la maladie, une fistule supra-pubienne permanente est superposée.
  • Electrorésection transurétrale: cette option implique une élimination incomplète de l'adénome produit par un cystoscope. Cette opération n'est pas une méthode radicale, des complications sont souvent signalées après.

Séparées et adénome ces formes dans lesquelles l'intervention chirurgicale est généralement pas nécessaire. Ainsi, la première étape peut souvent obtenir par un traitement conservateur, qui, cependant, n'exclut pas les manifestations de la rétention urinaire aiguë et fréquente, la fréquence urinaire (environ 10 fois), la formation de saignements dans les veines stagnantes de la vessie ou l'apparition de grosses pierres en elle. Tout cela, à son tour, conduit à une mesure forcée sous la forme de la chirurgie, même en l'absence d'urine résiduelle.

Dans la deuxième phase de la maladie, la chirurgie est une mesure nécessaire, car l’utilisation d’un traitement conservateur est la solution, sauf une amélioration temporaire de la maladie. De plus, avec l'utilisation systématique du cathéter dans ce cas, il existe un risque d'infecter la vessie, ce qui affectera également les voies urinaires (supérieures).

En cas d'apparition de symptômes pertinents pour la maladie considérée, il est nécessaire de consulter un urologue.

Si vous pensez avoir un adénome de la prostate et les symptômes caractéristiques de cette maladie, votre urologue peut vous aider.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui, selon son degré de prévalence, se classe au quatrième rang des autres types de cancer les plus répandus dans la pratique médicale. Le cancer de la prostate, dont les symptômes ne sont caractéristiques que de cette maladie, ne survient pas principalement chez les hommes de 50 ans et plus.

L'insuffisance rénale à elle seule implique un tel syndrome dans lequel toutes les fonctions pertinentes pour les reins sont altérées, entraînant la rupture de divers types d'échanges entre eux (azote, électrolyte, eau, etc.). L'insuffisance rénale, dont les symptômes dépendent de l'évolution de cette affection, peut être aiguë ou chronique, chacune des pathologies se développant sous l'effet de circonstances différentes.

L'amylose rénale est une pathologie complexe et dangereuse dans laquelle le métabolisme des protéines, des glucides, est perturbé dans les tissus des reins. Il en résulte une synthèse et une accumulation d’une substance spécifique, l’amyloïde. C'est un composé protéine-polysaccharide qui, dans ses propriétés basiques, est similaire à l'amidon. Normalement, cette protéine n’est pas produite dans le corps, sa formation est donc anormale pour l’homme et entraîne une violation des fonctions des reins.

La néphrite en médecine est appelée l'ensemble des diverses maladies inflammatoires des reins. Tous ont une étiologie différente, ainsi qu'un mécanisme de développement, des caractéristiques symptomatiques et pathologiques. Dans ce groupe, les cliniciens incluent les processus locaux ou communs, au cours desquels le tissu rénal se développe, partiellement ou complètement détruit.

L'insuffisance rénale chronique est un processus pathologique dans lequel les reins cessent de fonctionner pleinement. La maladie est causée par diverses maladies dont les causes et la localisation ne sont pas toujours associées aux reins. La maladie se caractérise par la mort du tissu structurel des reins, constitué de néphrons et responsable de la production et de la filtration de l'urine.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate - la prolifération du tissu glandulaire de la prostate, entraînant une perturbation de l'écoulement de l'urine de la vessie. Caractérisé par des mictions fréquentes et difficiles, y compris nocturnes, un affaiblissement du flux d'urine, un écoulement involontaire d'urine, une pression dans la vessie. Par la suite, une rétention urinaire complète, une inflammation et la formation de calculs dans la vessie et les reins peuvent se développer. La rétention urinaire chronique conduit à une intoxication et à une insuffisance rénale.Le diagnostic de l'adénome de la prostate comprend l'échographie de la prostate, l'étude de son secret et, si nécessaire, une biopsie. Le traitement est généralement chirurgical. Le traitement conservateur est efficace à ses débuts.

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance. Pour l'hyperplasie bénigne de la prostate se caractérise par une évolution bénigne.

Prévalence de l'adénome de la prostate

Seule une petite partie des patients atteints d'adénome de la prostate demande l'aide médicale, un examen approfondi permet toutefois de détecter les symptômes de la maladie chez un homme sur quatre âgé de 40 à 50 ans et chez la moitié des hommes entre 50 et 60 ans. L'adénome de la prostate est détecté chez 65% des hommes âgés de 60 à 70 ans, 80% des hommes âgés de 70 à 80 ans et plus de 90% des hommes âgés de plus de 80 ans. La gravité des symptômes peut varier considérablement. Des études dans le domaine de l'urologie suggèrent que des problèmes de miction surviennent chez environ 40% des hommes atteints d'adénome de la prostate, mais seulement un patient sur cinq de ce groupe demande l'aide d'un médecin.

Causes de l'adénome de la prostate

Le mécanisme de développement de l'adénome de la prostate n'est pas encore complètement défini. En dépit de l'opinion répandue associant adénome de la prostate à prostatite chronique, aucune donnée ne permet de confirmer le lien entre ces deux maladies. Les chercheurs n'ont révélé aucun lien entre le développement d'un adénome de la prostate et la consommation d'alcool et de tabac, l'orientation sexuelle, l'activité sexuelle et les maladies vénériennes et inflammatoires.

L'incidence de l'adénome de la prostate dépend fortement de l'âge du patient. Les scientifiques pensent que l'adénome de la prostate se développe à la suite de troubles hormonaux chez l'homme lorsque l'andropause (ménopause masculine) se produit. Cette théorie est corroborée par le fait que les hommes qui ont été castrés avant la puberté et, très rarement, après avoir été castrés, ne souffrent jamais d'adénome de la prostate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs. Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend une miction accrue, une envie persistante (impérative) d'uriner, une nycturie, une incontinence. Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend une difficulté à uriner, une apparition retardée et une augmentation du temps de miction, un sentiment de vidange incomplète, une miction avec un jet lent et intermittent et la nécessité de faire un effort.

On distingue trois stades de l'adénome de la prostate:

  • Adénome de la prostate au stade compensé (stade I)

Modifie la dynamique de l'acte de miction. Il devient plus fréquent, moins intense et moins libre. Il est nécessaire d'uriner 1 à 2 fois par nuit. En règle générale, la nycturie au stade I de l'adénome de la prostate ne préoccupe pas le patient, qui associe des réveils nocturnes persistants au développement d'une insomnie liée à l'âge.

Pendant la journée, la fréquence normale des mictions peut être maintenue. Toutefois, les patients présentant un adénome de la prostate au stade I ont une période d'attente, particulièrement prononcée après une nuit de sommeil. Ensuite, la fréquence des mictions diurnes augmente et le volume d'urine libéré au cours d'une miction unique diminue. Il y a des pulsions impératives. Un courant d'urine, qui formait auparavant une courbe parabolique, se détache lentement et tombe presque à la verticale.

Au stade I de l'adénome de la prostate, une hypertrophie des muscles de la vessie se développe, ce qui permet de préserver l'efficacité de sa vidange. Il n’ya pas ou peu d’urine résiduelle dans la vessie à ce stade. L'état fonctionnel des reins et des voies urinaires supérieures est préservé.

  • Stade sous-compensé de l'adénome de la prostate (stade II)

Au stade II de l'adénome de la prostate, le volume de la vessie augmente et des modifications dystrophiques se développent au niveau des parois. La quantité d'urine résiduelle atteint 100-200 ml et continue d'augmenter. Tout au long de l'acte de miction, le patient est contraint de forcer intensément les muscles abdominaux et le diaphragme, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante de la pression intravésicale. L'acte de la miction devient multiphase, intermittent, ondulant.

Le passage de l'urine le long des voies urinaires supérieures est progressivement perturbé. Les structures musculaires perdent leur élasticité, les voies urinaires se dilatent. La fonction rénale est altérée. Les patients s'inquiètent de la soif, de la polyurie et d'autres symptômes d'insuffisance rénale chronique progressive. Lorsque les mécanismes de compensation sont perturbés, la troisième étape commence.

  • Adénome de la prostate au stade décompensé (stade III)

La vessie dans l'adénome de prostate de stade III est distendue, débordant d'urine, facilement déterminée par la palpation et visuellement. Le bord supérieur de la vessie peut atteindre le niveau du nombril et les niveaux supérieurs. La vidange est impossible même avec une tension intense des muscles abdominaux. Le désir de vider la vessie devient continu. Une douleur abdominale grave peut survenir. L'urine est excrétée fréquemment, en gouttes ou en très petites portions. À l'avenir, la douleur et le besoin urgent d'uriner s'atténuent progressivement. Une rétention urinaire paradoxale caractéristique de l'adénome de la prostate se développe (la vessie est pleine, l'urine est constamment libérée goutte à goutte).

À ce stade de l'adénome de la prostate, le tractus urinaire supérieur est dilaté, les fonctions du parenchyme rénal sont altérées en raison de l'obstruction constante du tractus urinaire, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le système pelvis. La clinique d'insuffisance rénale chronique se développe. Si les soins médicaux ne sont pas fournis, les patients décèdent de CRF progressive.

Complications de l'adénome de la prostate

Si aucune mesure thérapeutique n'est prise, une insuffisance rénale chronique peut se développer chez un patient atteint d'adénome de la prostate. Dans les adénomes de la prostate, une rétention urinaire aiguë se développe parfois. Le patient ne peut pas uriner lorsque la vessie est pleine malgré un désir intense. Pour éliminer la rétention urinaire, une vessie est cathétérisée chez l'homme, parfois une intervention chirurgicale d'urgence ou une ponction de la vessie.

Une hématurie est une autre complication de l'adénome de la prostate. Une microhématurie est notée chez un certain nombre de patients, mais des saignements abondants et fréquents sont également causés par le tissu adénome (en cas de lésion résultant d'une manipulation) ou par des varices dans la région du col de la vessie. Avec la formation de caillots, il est possible de développer une tamponnade de la vessie, dans laquelle une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire. La cause du saignement dans l'adénome de la prostate devient un cathétérisme diagnostique ou thérapeutique.

Des calculs vésicaux pour l'adénome de la prostate peuvent apparaître à la suite d'une urine stagnante ou migrer des reins et des voies urinaires. Dans la cystolithiose, le tableau clinique de l'adénome de la prostate est complété par une augmentation de la miction et une douleur irradiant vers la tête du pénis. En position debout, en marchant et en faisant des mouvements, les symptômes deviennent plus prononcés, en position couchée - diminue. Le symptôme de la "pose d'un jet d'urine" est caractéristique (malgré le vidage incomplet de la vessie, le jet d'urine est soudainement interrompu et ne reprend que lorsque la position du corps change). Souvent, dans l'adénome de la prostate, des maladies infectieuses se développent (épididymo-orchite, épididymite, vésiculite, adénite, prostatite, urétrite, pyélonéphrite aiguë et chronique).

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Le médecin effectue un examen digital de la prostate. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

Juger de manière fiable du degré de rétention urinaire dans l'adénome de la prostate permet l'analyse de la débitmétrie urinaire (le temps de miction et le débit urinaire sont déterminés par un appareil spécial). Pour exclure le cancer de la prostate, il est nécessaire d'évaluer le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate), dont la valeur ne devrait normalement pas dépasser 4 ng / ml. Dans les cas controversés, une biopsie de la prostate est réalisée.

La cystographie et l'urographie excrétrice en cas d'adénome de la prostate au cours des dernières années sont moins fréquentes en raison de l'apparition de nouvelles méthodes de recherche moins invasives et plus sûres (échographie). Parfois, une cystoscopie est réalisée pour exclure des maladies présentant des symptômes similaires ou en préparation d'un traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Traitement de l'adénome de la prostate

Le critère de choix du traitement de l'adénome de la prostate par un urologue est l'ampleur des symptômes I-PSS, reflétant la gravité des troubles de la miction. Selon cette échelle, si le score est inférieur à 8, aucun traitement n'est requis. Avec 9-18 points, un traitement conservateur est effectué. Si la somme des points est supérieure à 18, une opération est nécessaire.

  • Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur est pratiqué à un stade précoce et en présence de contre-indications absolues à la chirurgie. Pour réduire la gravité des symptômes de la maladie, on utilise des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (dutastéride, finastéride), des alpha-bloquants (alfuzosine, terazosine, doxazosine, tamsulosine), des préparations d’origine végétale (extrait de prune africaine ou de fruit de sabal).

Des antibiotiques (gentamicine, céphalosporines) sont prescrits pour combattre l’infection, se joignant souvent à un adénome de la prostate. À la fin du traitement antibiotique, les probiotiques sont utilisés pour rétablir la microflore intestinale normale. L'immunité est corrigée (interféron alpha-2b, pyrogène). Les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux sanguins qui se développent chez la majorité des patients âgés atteints d’adénome de la prostate empêchent l’approvisionnement en médicaments de la prostate; par conséquent, trental est prescrit pour normaliser la circulation sanguine.

  • Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Il existe les techniques chirurgicales suivantes pour le traitement de l'adénome de la prostate:

  1. adénomectomie. Elle est réalisée en présence de complications, d'urine résiduelle en quantité supérieure à 150 ml, d'adénome masse supérieure à 40g;
  2. TOUR (résection transurétrale). Technique mini-invasive. L'opération est effectuée à travers l'urètre. Conduite lorsque la quantité d'urine résiduelle ne dépasse pas 150 ml, la masse d'adénome ne dépasse pas 60 g. Non applicable en cas d'insuffisance rénale.
  3. ablation au laser, destruction au laser, vaporisation de la prostate par la TUR. Méthodes d'économie. Une perte de sang minime permet les opérations avec une masse tumorale de plus de 60g. Ces interventions sont des opérations de choix pour les jeunes patients atteints d'adénome de la prostate, car elles permettent de préserver la fonction sexuelle.

Il existe un certain nombre de contre-indications absolues au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate (maladies décompensées des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, etc.). Si le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate n'est pas possible, on effectue un cathétérisme de la vessie ou une chirurgie palliative - cystostomie. Il faut garder à l’esprit que le traitement palliatif réduit la qualité de vie du patient.