Cystite hémorragique

Chez les femmes

La cystite hémorragique est une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie, qui s'accompagne d'une libération de sang dans les urines. En même temps, il apparaît non seulement à la fin de la miction, mais tache la totalité du liquide libéré par la vessie.

L'urine avec une cystite hémorragique acquiert soit une teinte rose pâle, soit une couleur marron boueuse et sale et une odeur désagréable (offensive). En outre, en cas de perte de sang importante, des caillots de sang total peuvent être libérés.

Avec une longue évolution de la maladie et une perte de sang abondante, le patient développe une anémie ferriprive qui se manifeste par une faiblesse grave, des vertiges et un essoufflement. Dans le test sanguin, il y a une diminution de l'hémoglobine et des globules rouges. Avec l'anémie, tout le corps souffre d'un manque d'oxygène. Une autre conséquence grave de la cystite hémorragique est la possibilité de blocage de la lumière de la vessie ou de l'urètre avec un caillot de sang.

Une cause très fréquente de cystite hémorragique aiguë est l'infection à adénovirus, qui se manifeste cliniquement par une augmentation des symptômes d'inflammation de la vessie après un rhume.

La cystite avec du sang peut également survenir à la suite d'une exposition au rayonnement sur le corps et après la prise de certains médicaments du groupe des cytostatiques (médicaments utilisés pour traiter les tumeurs).

Causes de la cystite hémorragique

Comme mentionné ci-dessus, la cause de la cystite hémorragique est le plus souvent des virus, mais les bactéries et les champignons peuvent également provoquer la maladie. Il y a le rayonnement de cystite et la nature médicinale.

Les facteurs prédisposant au développement de la maladie sont:

  • L'habitude de «durer» longtemps et de ne pas vider la vessie, même s'il existe un désir prononcé d'aller aux toilettes. En raison de cette condition (étirement excessif des fibres musculaires), il y a une violation de la circulation sanguine dans la paroi de l'organe;
  • Obstacle mécanique (anatomique) à la libre circulation de l'urine. Cela peut être un rétrécissement de la lumière de l'urètre ou sa compression par une tumeur en croissance ou un processus inflammatoire prononcé dans les tissus environnants;
  • Diminution de la contractilité de la paroi musculaire de la vessie. Cette condition a souvent une nature neurogène;
  • La présence dans la lumière de l'urètre de corps étrangers susceptibles de blesser la membrane muqueuse et, par conséquent, de provoquer un processus inflammatoire;
  • La présence d'une tumeur dans les organes du système urogénital (vessie, urètre) pouvant être infectée au cours de la désintégration;
  • Non-respect des règles d'hygiène personnelle, qui permettent aux microbes des organes de l'appareil reproducteur et du rectum d'entrer dans la vessie;
  • Diminution des défenses de l'organisme (protection immunitaire) dans certaines maladies, telles que le diabète sucré, les pathologies de la thyroïde, la ménopause, ainsi que pendant la grossesse et après l'accouchement.

Symptômes de la cystite hémorragique

Tout d’abord, c’est une miction très fréquente et douloureuse. L'urine est colorée en rouge en raison de la présence de sang frais. Le nombre de mictions par jour peut atteindre 40 fois ou plus, y compris la nuit. Cependant, la portion pour chaque acte est très petite. Il y a aussi ce qu'on appelle l'impératif, c'est-à-dire les impulsions impératives. Ils forcent une personne à aller aux toilettes, mais ils ne sont pas accompagnés de miction. Préoccupé par la douleur ou le malaise constant dans la moitié inférieure de l'abdomen, en particulier les sensations désagréables à la fin de la miction augmentent.

La cystite hémorragique est une forme grave d'inflammation de la vessie. Il n’est pas rarement accompagné d’une symptomatologie générale: de la fièvre (fièvre), une faiblesse générale, des frissons et un malaise sont ajoutés aux symptômes décrits ci-dessus.

La cystite hémorragique aiguë est presque jamais traitable avec des remèdes simples. Et si le processus est lancé, la maladie deviendra nécessairement chronique. La cystite hémorragique chronique se caractérise par des périodes d'exacerbation et de rémission (récupération relative). À chaque nouvelle exacerbation, les signes de cystite peuvent être atténués. Seul le sang dans les urines reste constant.

Avec un long processus, les fibres musculaires d'un organe peuvent être remplacées par du tissu conjonctif, ce qui entraîne une perte de fonctionnement de l'organe.

Complications de la cystite hémorragique

Une complication dangereuse de la cystite hémorragique est une tamponnade de la vessie, c'est-à-dire un blocage de sa lumière avec un caillot de sang. Dans ce cas, l'urine constamment formée ne peut pas sortir, le corps doit donc s'étirer assez fortement.

Il y a aussi la possibilité d'infection. Les microbes peuvent pénétrer dans le sang par les vaisseaux sanguins endommagés, ce qui dans les cas graves entraînera une infection sanguine. La pyélonéphrite, une inflammation du tissu rénal, se joint le plus souvent. Les saignements prolongés entraînent nécessairement l'apparition d'une anémie ferriprive.

Traitement de la cystite hémorragique

Le traitement de la cystite hémorragique consiste principalement à éliminer le facteur qui a conduit au développement de la maladie. Si la cystite est de nature bactérienne, la prescription d'antibiotiques est montrée, si la nature virale est prouvée, alors antiviral et immunomodulateur. Si la cystite est causée par la prise de médicaments, ceux-ci doivent être remplacés par d'autres.

Assurez-vous de prescrire des médicaments anti-raideurs hémostatiques et vasculaires. Le premier groupe comprend l'administration de médicaments par voie intraveineuse à l'hôpital, ainsi que les comprimés (par exemple, Etamzilat ou Ditsinon 1 comprimé trois fois par jour).

Les plantes médicinales doivent également être prises pour traiter la cystite sanguine. Cela peut être Fitolizin, Kanefron, infusion de busserole. Nous ne devrions pas oublier de boire abondamment. Les eaux minérales alcalines non gazeuses, le jus de canneberge et la sève de bouleau jouent un rôle particulièrement important.

Cystite hémorragique aiguë: symptômes, causes, traitement

La cystite hémorragique est une forme compliquée d'inflammation de la vessie. Quelle est la maladie? Pourquoi cela se produit-il? Comment se débarrasser de la cystite hémorragique?

Cystite hémorragique - en quoi est-ce différent de l'habituel? Symptomatologie

Toute cystite est associée à des lésions de la muqueuse vésicale. Et presque toujours le patient a exprimé les plaintes suivantes:

  1. Augmentation du besoin urinaire.
  2. Une petite quantité d'urine excrétée du corps.
  3. Sensations désagréables dans le bas-ventre.
  4. Rezi et sensation de brûlure en urinant.
  5. L'incapacité à vider complètement la bulle, son poids constant.
  6. Odeur désagréable émanant de l'urine.
  7. Turbidité de l'urine.
  8. Augmentation de la température corporelle à 37,7 degrés.

Tous ces symptômes persistent dans la cystite hémorragique aiguë, mais un autre survient, l'hématurie. Sous ce terme se cache le fait d'apparition dans l'urine de traces de sang. Ça arrive:

  • microhématurie (le sang est très petit, sa présence est déterminée uniquement en laboratoire par l'augmentation du nombre de globules rouges);
  • hématurie macroscopique (le sang est relativement abondant, il est clairement visible à l'œil nu).

Bien entendu, le patient seul ne peut déterminer qu'une hématurie macroscopique: chez elle, l'urine acquiert une teinte rosâtre ou brunâtre. Le plus brillant de la couleur, le sang fraîchement libéré. Pourquoi les saignements se produisent-ils? Le processus infectieux se développe si activement qu'il commence à affecter profondément les parois de l'organe, «atteignant» les vaisseaux sanguins et les endommageant. Le plus souvent, le sang se démarque de quelques gouttes, mais ça arrive, ça fait des caillots.

Pourquoi une cystite hémorragique aiguë se produit-elle?

La cystite hémorragique aiguë est due à une infection de la vessie. Il peut bouger par le bas (de l'urètre) et par le haut (des reins). Dans le rôle de l'agent causal du processus infectieux sont:

  • E. coli;
  • bacille de pus bleu;
  • adénovirus;
  • mycoplasme;
  • champignon;
  • streptocoque;
  • staphylocoque;
  • l'herpès;
  • Chlamydia, etc.

Mais pour exacerber la cystite, une immunité réduite est nécessaire: un corps en bonne santé supprimera facilement l’activité des «invités» pathogènes. Par conséquent, même l'entrée dans la bulle de l'agent pathogène ne conduit pas toujours au développement de la maladie.

Parmi les facteurs qui augmentent le risque de cystite hémorroïdaire:

  1. Hygiène inadéquate. Ignorer les normes d'hygiène individuelle est particulièrement dangereux pour les femmes. Le changement intempestif de tampons et de serviettes, l'habitude de porter le même sous-vêtement pendant plusieurs jours, le processus d'essuyage incorrect après une défécation - tout cela augmente le risque de pénétration de micro-organismes dans l'urètre. Le sexe anal est également malsain immédiatement après un rapport sexuel vaginal (sans changer de préservatif): dans ce cas, E. coli peut facilement «bouger» de l'anus et de l'urètre.
  2. L'hypothermie Le froid a un effet négatif sur l'état des vaisseaux sanguins. C'est pourquoi l'immunité locale diminue rapidement et les agents infectieux commencent à se multiplier activement.
  3. Maladies concomitantes. La présence de diabète, de lithiase urinaire et de toute maladie inflammatoire est considérée comme défavorable.
  4. Habit longue à supporter les pulsions urinaires. L'urine stagnante se transforme en un excellent endroit pour la vie des microbes pathogènes.

En général, la cystite survient plus souvent chez les femmes (ceci est facilité par les caractéristiques anatomiques du corps). Mais c'est la forme hémorragique qui est plus typique chez les hommes de plus de 40 ans. Ici les points suivants jouent leur rôle:

  • À cet âge, la plupart des hommes développent un adénome de la prostate, qui provoque une cystite hémorroïdaire;
  • dans leur jeunesse, les hommes ont le temps de «rassembler» une masse d'infections sexuellement transmissibles qui peuvent rester cachées pendant longtemps et se manifester ensuite par une inflammation.

Parfois, la cystite hémorragique survient à partir de zéro, c'est-à-dire qu'une hématurie est observée parmi les premiers signes de la maladie. Mais il arrive que cette forme de la maladie n'agisse que comme une complication de l'inflammation aiguë habituelle. Si la cystite "standard" n'est pas traitée correctement, elle peut être aggravée et renaître en hémorroïde.

Comment traiter la cystite hémorragique aiguë

La cystite hémorragique n’est pas traitée à la maison en raison du risque de complications. Parmi eux se trouvent:

  • perte de sang importante pouvant causer une anémie ferriprive;
  • blocage de la lumière de la vessie par un caillot sanguin, rendant impossible l'écoulement normal de l'urine et la probabilité de développement d'un état collaptoïde;
  • empoisonnement du sang dû à la pénétration de microbes dans les vaisseaux endommagés.

Dans certains cas, l’exacerbation de la cystite hémorroïdaire devient un prétexte pour placer le patient à l’hôpital, alors que l’inflammation habituelle est traitée en ambulatoire.

La thérapie comprend traditionnellement:

  1. Réception des médicaments. Ils sont sélectionnés en fonction du type de cystite hémorragique pathogène. Les antibiotiques (Monural) sont efficaces contre les bactéries, les antiviraux (Acyclovir) contre les virus et les antimycotiques (Fluconazole) contre les champignons. Des plantes médicinales recommandées (Canephron) et des immunomodulateurs (Gepon) sont également recommandés. Assurez-vous de prendre des médicaments qui arrêtent les saignements et renforcent les vaisseaux sanguins (Etamzilat).
  2. Laver la bulle. Cela est particulièrement important pour la dissolution des caillots sanguins. Traditionnellement, une solution saline est utilisée, bien que d'autres liquides puissent convenir.
  3. L'utilisation de méthodes de médecine traditionnelle. Il est conseillé au patient de boire des boissons à base de canneberges, d’airelles, de cendre de montagne, de chélidoine, de lin et d’oreilles. Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter à boire du miel de citron vert. Aussi utile jus de citron dilué avec de l'eau.
  4. L'utilisation de médicaments homéopathiques. La cystite hémorragique est un outil approprié basé sur l'épine-vinette, l'anis, la prêle, la mousse et la belladone. Bien que l'efficacité de ces médicaments ne soit pas prouvée.

Vous ne pouvez en aucun cas vous réchauffer avec une hématurie: la chaleur ne fera qu'accroître les saignements, ce qui compliquera encore l'évolution de la maladie.

Cystite ou non-cystite: signes d'autres maladies impliquant l'hématurie

Bien que l'hématurie accompagne toujours les premiers signes de cystite dans la forme hémorroïdaire, elle peut également être un symptôme d'autres maladies. Comment savoir?

  1. Dans la cystite hémorragique aiguë, du sang apparaît dans la dernière partie de l'urine, au stade final du processus urinaire.
  2. En cas de pathologies de l'urètre, l'hématurie survient au tout début de l'acte de miction. Dans ce cas, il peut y avoir des calculs mobiles dans l'urètre ou une tumeur.
  3. Pour les problèmes de reins, le sang est sécrété tout au long du processus de vidange de la vessie. Il faut suspecter une tuberculose du rein, une lithiase urinaire, un gonflement ou une lésion des organes.

À propos, la présence d'autres maladies n'exclut pas la possibilité d'une cystite hémorragique aiguë: les pathologies du système urogénital se accompagnent souvent les unes les autres.

La cystite hémorroïdale aiguë est une condition dans laquelle il est urgent de consulter un médecin. Si vous ne le faites pas, la détérioration de la santé ne sera pas longue.

Symptômes de la cystite hémorragique et son traitement

Dans la pratique médicale moderne, les cas de cystite hémorragique sont assez souvent enregistrés. Par conséquent, de nombreux patients sont intéressés par des informations supplémentaires sur cette maladie. Pourquoi une maladie survient-elle? Quels sont les symptômes accompagnés? Quelles sont les méthodes de traitement proposées par les médecins? Les réponses à ces questions seront utiles à de nombreux lecteurs.

Qu'est-ce que la cystite hémorragique?

La cystite est une maladie qui s'accompagne d'une inflammation des tissus de la vessie et de leurs lésions ultérieures. Cette maladie est considérée comme assez commune. Parfois, la maladie s'accompagne d'une lésion des couches superficielles, mais aussi plus profondes, jusqu'aux petits vaisseaux sanguins - il s'agit précisément d'une caractéristique de la cystite hémorragique. Dans le même temps, les vaisseaux alimentant les tissus de la vessie se dilatent, le degré de perméabilité de leurs parois change. Une caractéristique de cette forme de maladie est la présence de sang dans les urines, qui deviennent souvent roses ou même rouges.

Les principales causes de la maladie

De nombreux patients s'intéressent à la question des facteurs influençant la cystite hémorragique. Les causes de la maladie peuvent être différentes. Le processus inflammatoire est le résultat de l'activité de l'infection. Le plus souvent, la forme hémorragique est associée à une infection des tissus avec des particules virales. D'autre part, le développement de la maladie en présence de bactéries et de microorganismes fongiques est également possible, bien qu'il soit moins fréquent.

Selon des études statistiques, la cystite hémorragique chez les femmes est moins souvent diagnostiquée que chez les personnes de sexe plus fort. Les hommes les plus sujets à la maladie sont plus susceptibles d’être atteints, en particulier dans le contexte de l’adénome de la prostate. En outre, la cause du développement de la maladie peut être la prise de certains médicaments (en particulier les cystostatiques), ainsi que l'exposition du corps (dans le traitement du cancer).

Naturellement, certains facteurs de risque augmentent la susceptibilité du corps à l'infection. Cette liste comprend:

  • Obstructions mécaniques, notamment des tumeurs, des pierres ou même des objets étrangers. De telles formations peuvent non seulement entraver l'écoulement normal de l'urine, mais également endommager les membranes muqueuses et les tissus plus profonds.
  • Certains patients présentent une diminution de la fonction contractile des fibres musculaires de la vessie, qui a généralement une origine neurogène.
  • Les facteurs de risque peuvent être attribués à l'habitude de tolérer sans vider complètement la vessie. Une contention constante de l'urine entraîne un étirement de la vessie et une modification des propriétés des fibres musculaires. Un processus similaire entraîne une perturbation de la circulation sanguine normale.
  • Le processus inflammatoire peut être le résultat d'une mauvaise hygiène. Selon les statistiques, E. coli est le "coupable" de la cystite dans environ 80% des cas.
  • La cystite peut se développer dans le contexte d'autres maladies inflammatoires infectieuses du système génito-urinaire.
  • Les facteurs de risque incluent également une diminution de l'activité du système immunitaire, ce qui entraîne une plus grande vulnérabilité des tissus de la vessie à diverses infections. A propos, nous parlons ici d'un affaiblissement général et local des défenses de l'organisme (par exemple, une cystite peut se développer dans un contexte d'hypothermie sévère).

Cystite hémorragique: symptômes

En fait, le tableau clinique de cette maladie est assez typique. La cystite hémorragique aiguë est accompagnée des symptômes suivants:

  • Mictions fréquentes et désagréables, parfois même jusqu'à 40 fois par jour, y compris la nuit. La quantité d'urine libérée à la fois est considérablement réduite. Il existe également des désirs impératifs qui ne sont pas accompagnés de miction.
  • L'excrétion de l'urine s'accompagne de douleurs coupantes sévères, dont l'intensité augmente à la fin de l'acte de miction.
  • Il y a aussi des douleurs constantes dans le bas-ventre.
  • Du sang frais est toujours présent dans l'urine, ce qui le rend rose ou rouge.
  • La cystite hémorragique est une maladie inflammatoire grave qui s'accompagne d'une intoxication grave. Il y a une forte augmentation de la température corporelle, des frissons, des douleurs musculaires, une faiblesse générale, une perte d'appétit, une perte de poids, de la somnolence, etc.

Selon les études, la cystite hémorragique chez les enfants est plus grave que chez les adultes. Chez les patients jeunes, la fièvre est sévère, parfois jusqu’à des états délirants. À propos, en pédiatrie, cette maladie est considérée comme très dangereuse, car elle n’est pas facile à traiter.

Méthodes de diagnostic de base

Au moindre soupçon de la présence d'une telle maladie, vous devriez consulter un médecin. Pour commencer, le médecin recueillera l'anamnèse et procédera à un examen général, puis prescrira d'autres tests. En règle générale, les premiers patients passent des tests sanguins (vous pouvez déterminer la présence d'un processus inflammatoire) et de l'urine (lors des tests de laboratoire, des impuretés sanguines y sont détectées). Les cultures de laboratoire des échantillons prélevés permettent de déterminer plus précisément le type d'agent pathogène et sa sensibilité à un médicament particulier.

En outre, une radiographie et une échographie des organes pelviens sont effectuées, ce qui permet de déterminer la présence et la localisation du processus inflammatoire. Si nécessaire, on prescrit au patient une cystoscopie, qui permet d’examiner soigneusement les muqueuses des voies urinaires et de la vessie, d’évaluer l’étendue des lésions, de détecter les corps étrangers, etc.

Cystite hémorragique: traitement

Le schéma thérapeutique dépend de la cause de la maladie et de sa gravité. Alors, quelles mesures nécessite la cystite hémorragique? Le traitement vise principalement à éliminer la cause. Si l'inflammation résulte d'une activité bactérienne, des antibiotiques sont prescrits aux patients, en particulier des médicaments du groupe "Monural", "Ciproflaksatsin" et du groupe des fluoroquinolones. Si la maladie est d'origine virale, des médicaments antiviraux sont utilisés et un traitement immunitaire est réalisé (prise de préparations d'interféron, complexes multivitaminiques).

Pour éliminer la douleur, des antispasmodiques sont prescrits aux patients ("Spazmalgon", "No-Spa"). Il est utile de prendre des médicaments homéopathiques, en particulier «Canephron», «Fitolysin», qui restaurent la circulation sanguine et le système excréteur dans son ensemble. L'irrigation de la vessie est parfois réalisée avec des solutions antibactériennes ou antiseptiques. Dans le menu, vous devez exclure les plats salés, acides et épicés, ainsi que tout produit irritant les parois de la vessie.

Un blocage des voies urinaires avec un caillot de sang est une indication pour une intervention chirurgicale immédiate.

Maladie chronique

En l'absence de traitement ou de traitement incorrect, la probabilité qu'une maladie devienne chronique est élevée, ce qui s'accompagne de périodes d'exacerbation et de bien-être relatif. Lors de l'atténuation des symptômes, le patient se sent assez bien - aucune aggravation grave n'est observée. Pendant les périodes d'exacerbation, le tableau clinique est à peu près identique à celui de la forme aiguë: mictions fréquentes et douloureuses, douleurs abdominales, impuretés sanguines dans les urines, fièvre.

La cystite chronique est beaucoup plus difficile à traiter. De plus, cette forme de maladie est dangereuse, car la présence d’une inflammation persistante entraîne le remplacement du tissu musculaire de la vessie par des éléments du tissu conjonctif. À leur tour, de tels changements peuvent entraîner la perte de leurs fonctions principales par la vessie.

Des complications sont-elles possibles?

Certaines maladies très dangereuses peuvent apparaître sur le fond de la cystite hémorragique. Pour commencer, il convient de noter qu'avec une évolution prolongée et l'absence de traitement, une anémie ferriprive peut se développer en raison d'une perte de sang permanente.

En outre, une éventuelle transition de l'infection vers les tissus environnants, qui est lourde de pyélonéphrite, une inflammation des organes du système reproducteur. Par exemple, chez les femmes, la cystite hémorragique peut endommager les tissus de l’utérus et de ses appendices. Il est extrêmement rare qu'une infection pénètre dans la circulation sanguine, d'où elle se propage dans tous les systèmes organiques. Cette complication survient généralement dans le contexte d'un déficit immunitaire prononcé.

Une conséquence extrêmement dangereuse de la cystite hémorragique est une tamponnade de la vessie, obstruée par un caillot de sang. Ainsi, une rétention urinaire aiguë se développe, ce qui entraîne un fort étirement des tissus de la vessie et parfois leur rupture.

Traitement des remèdes populaires

Naturellement, l'utilisation de certaines recettes populaires peut accélérer le processus de guérison. Mais utiliser des médicaments maison n'est possible qu'avec l'autorisation du médecin. Par exemple, un marais médicinal est considéré comme très efficace, car il possède des propriétés enveloppantes et réduit considérablement l’inconfort. Une cuillère à soupe de racine de plante broyée doit être versée avec un verre d'eau bouillante et laisser infuser pendant quatre heures. Il faut accepter sur un demi-verre de 3 z-4 fois par jour. Les bouillons à base de persil et d’aneth frais sont également considérés comme de bons médicaments.

Il existe d'autres outils qui aideront à éliminer la cystite hémorragique chez les femmes. Le traitement comprend des plateaux chauds de prêle des champs, de camomille, de sauge et de canneberge. Par ailleurs, les mêmes décoctions et infusions peuvent être prises par voie orale.

Cystite hémorragique chez la femme: traitement

L'une des pathologies les plus graves et les plus graves de la vessie est la cystite hémorragique chez la femme, dont le deuxième nom est hémorroïdaire. Avec miccia, le sang est détecté dans les urines. L'urine prend une odeur particulière désagréable. L'apparition de tels symptômes est associée à la destruction de la membrane muqueuse et à l'amincissement des parois vasculaires de l'organe du système urinaire. Cette condition nécessite un diagnostic et un traitement immédiats.

Causes de la cystite hémorragique chez les femmes

La cystite hémorragique aiguë se produit le plus souvent pour les raisons suivantes:

  • des calculs et des diverticules dans la vessie;
  • radiothérapie;
  • prendre un certain groupe de drogues;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • pathologies internes qui réduisent l'immunité;
  • abstinence fréquente de la miction.

Chez les femmes, cette maladie est le plus souvent diagnostiquée pendant la grossesse et la ménopause, lorsque des modifications hormonales se produisent dans le corps. Les maladies associées au système hormonal sont également capables de provoquer le processus pathologique. Cette catégorie comprend les pathologies endocriniennes.

La cystite bactérienne en tant que maladie indépendante conduit rarement à la forme hémorroïdaire. Cependant, cela peut être compliqué dans le contexte d'une immunité réduite, lorsque le corps manque de ressources supplémentaires pour lutter contre l'infection.

Parmi les médicaments, le plus souvent la cystite hémorroïdaire est causée par le citrate de clomifène, un médicament sur la base duquel des médicaments tels que Clomiphene et Clostil Begit sont produits.

Symptômes de la cystite hémorragique chez les femmes

La cystite hémorragique est une maladie infectieuse qui présente des symptômes similaires à ceux du processus inflammatoire aigu de la vessie. Elle se distingue de la cystite aiguë par la présence d’un écoulement de sang et la puanteur provenant de l’urine. La pathologie d'origine infectieuse se distingue par un certain nombre d'autres signes dont les principaux sont:

  • fièvre
  • faiblesse générale et malaise;
  • besoin fréquent d'aller aux toilettes;
  • sécrétions d'urine rares pendant le miccation;
  • douleur aiguë à l'aine ou au bas-ventre après la miction.

Cette condition nécessite une attention médicale immédiate. L’examen nécessaire aidera à prescrire un traitement en temps voulu et à prévenir les maladies chroniques, qui constituent une dangereuse anémie ferriprive.

Diagnostic différentiel

La cystite hémorragique chez les femmes, dont les symptômes et le traitement requièrent une attention appropriée et en temps utile, doit d’abord être différenciée de la pyélonéphrite et de la lithiase urinaire, qui présentent des symptômes similaires. À cette fin, le patient doit passer plusieurs types de tests d’urine.

La cystite hémorroïdaire chez les femmes est diagnostiquée en réduisant le nombre de globules rouges dans l'urine. Dans le cas d'une évolution chronique de la pathologie chez un patient, une anémie ferriprive est détectée.

Si la maladie est causée par des micro-organismes pathogènes, un ensemencement supplémentaire est effectué pour aider à identifier le type d'agent pathogène.

De plus, dans des conditions stationnaires, une cytoscopie peut être nécessaire pour identifier l'étendue des lésions de la muqueuse.

Traitement de la cystite hémorragique

La cystite hémorragique chez les femmes dont le traitement est recommandé chez les patients hospitalisés est dangereuse en raison du développement de complications. C'est pourquoi les premiers symptômes ne devraient pas être retardés lors d'une visite dans un établissement médical, où ils effectueront les diagnostics nécessaires et prescriront les médicaments appropriés.

Traitement hospitalier

À l'hôpital, le patient est lavé par la vessie, nécessaire à la résorption des caillots sanguins, qui ont eu le temps de se former à l'intérieur de l'organe. Cette procédure est nécessaire pour normaliser la miction.

Si, pour une raison quelconque, le lavage n'est pas possible, une cystoscopie avec utilisation d'anesthésique est prescrite.

Traitement médicamenteux

La cystite hémorragique aiguë chez les femmes d'étiologie bactérienne est traitée avec des antibiotiques du groupe des fluoroquinolones, notamment la norfloxacine, la ciprofloxacine et leurs analogues.

La norfloxacine à raison de 400 mg est administrée une fois par jour pendant 1 à 2 semaines, en fonction de la gravité de la pathologie.

La ciprofloxacine est considérée comme un médicament antibactérien plus puissant que le précédent. Il est pris à raison de 250-500 mg deux fois par jour pendant 7 à 10 jours.

Chez les femmes enceintes, le médicament de choix est Monural, dont l’utilisation est permise au cours de la seconde moitié de la grossesse.

Outre l’antibiothérapie, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • analgésiques et antispasmodiques;
  • médicaments hémostatiques;
  • vitamines des groupes C et K.

Pour soulager les spasmes et les douleurs, on prend le plus souvent du Diclofenac, du Baralgin ou du Nosh-na.

Etamzilat et Ditsinon appartiennent à des préparations à effet hémostatique. Tous les médicaments prennent 1 comprimé jusqu'à trois fois par jour.

Il est recommandé de prendre Ascorutin ou Vikasol en tant que complexes de vitamines pendant la période de traitement.

L'utilisation de plantes médicinales

Les préparations phytopharmaceutiques utilisées dans le traitement complexe de la forme hémorroïdaire incluent Canéphron et Fitolysin.

Canephron est l'une des préparations à base de plantes les plus efficaces. Il a une action diurétique, antispasmodique, anti-inflammatoire et antimicrobienne. Les principaux ingrédients actifs du médicament sont le lovage, le romarin et le centauré.

La phytolysine a un effet diurétique et dissout sur la pierre. En outre, le médicament aide à soulager les spasmes de la vessie et a une action anti-inflammatoire. Le médicament est capable de laver le sable et de réduire la cristallisation des composants minéraux de l'urine.

Traitement à domicile

Le traitement de la cystite hémorragique, qui nécessite une approche intégrée, nécessite également une correction de la nutrition.

Les aliments tranchants, épicés, sucrés, fortement salés, frits et fumés, ainsi que les aliments riches en acides et en huiles essentielles, sont nécessairement éliminés de l'alimentation. Il est interdit aux boissons d'utiliser du thé fort, de l'alcool, du café et des sodas sucrés. Les produits de cette catégorie peuvent irriter et blesser encore plus les tissus de la vessie.

Pendant le traitement, le patient doit boire beaucoup de liquide sous forme d’eau potable, de boissons aux fruits et de compotes. Les boissons aux fruits de canneberge ont un effet thérapeutique qui a également un effet antimicrobien et anti-inflammatoire.

À la maison, on utilisait aussi des décoctions de légumes à partir de graines d’aneth, de lin et d’achillée millefeuille.

Pour la préparation du bouillon à l'aneth, vous aurez besoin d'une cuillerée à thé de graines de base et d'un verre d'eau bouillante. Les graines brassées insistent pendant 8 à 10 heures. La boisson résultante est bue le matin. L'infusion de graines de lin est préparée de manière similaire.

Pour la préparation d'une décoction de millefeuille, on utilise une herbe pré-coupée. Le composant végétal dans le dosage de deux cuillères à soupe est brassé dans un verre d'eau bouillante. Boisson infusée pendant une heure. Le remède qui en résulte se boit toute la journée, en petites portions.

Recommandations en cours de traitement

Lorsque vous diagnostiquez une maladie aussi grave que la cystite hémorragique, ne vous soignez pas. Il est nécessaire de prendre des médicaments prescrits exclusivement par l'urologue. Sinon, la maladie peut suivre un cours chronique.

Pendant la durée du traitement, il est strictement interdit de prendre un bain chaud et de procéder à des interventions thermales, qui sont préférées par de nombreuses femmes. L'utilisation de la chaleur peut entraîner le développement de complications graves sur le fond de la forme hémorroïdaire de la maladie.

Mesures préventives

Pour éviter la récurrence de la maladie aidera un certain nombre de conformité avec des mesures simples, qui sont les suivantes:

  • renforcement de l'immunité;
  • hygiène personnelle;
  • vidange rapide de la vessie;
  • prendre une grande quantité de liquide;
  • une bonne nutrition, à l'exception des produits qui provoquent des rechutes.

Afin d'éviter le développement d'une forme chronique, il est très important de suivre un traitement jusqu'au bout, qui a été prescrit par le médecin.

L'histoire de l'un de nos lecteurs:

Cystite hémorragique: symptômes et traitement

Le processus inflammatoire de la membrane muqueuse de la vessie, accompagné d'une hématurie (libération abondante de globules rouges dans les vaisseaux sanguins), est appelé cystite hémorragique.

Les pathologies sont plus sensibles chez la femme, ce qui est associé à des caractéristiques anatomiques: un urètre large et court facilite la pénétration des micro-organismes dans la vessie, des modifications du niveau hormonal pendant la ménopause (hypoestrogénation) entraînent une diminution de l'immunité locale et une infection par la microflore pathogène.

La cystite hémorragique masculine, en tant que maladie indépendante, ne se produit presque jamais, mais de nombreuses affections accompagnent l'apparition de sang dans les urines.

L'inflammation dans la vessie peut être associée à des bactéries, des virus, des champignons.

Il existe des formes aiguës et chroniques du processus inflammatoire. À forme aiguë les symptômes sont plus prononcés et se développent soudainement, cystite hémorragique chronique le sang dans l'urine ne se plaint pas du sang, les globules rouges ne sont diagnostiqués que par examen microscopique.

Facteurs prédisposant au développement de la cystite hémorragique

Les facteurs qui contribuent au développement de l'inflammation dans la vessie sont nombreux:

  • maladies chroniques du tractus urogénital;
  • foyers d'infection chronique dans le corps;
  • des erreurs dans le régime alimentaire;
  • fissure, hémorroïdes au stade aigu;
  • infections sexuellement transmissibles;
  • chirurgies et manipulations médicales des organes génito-urinaires;
  • accouchement compliqué;
  • anomalies du système urogénital;
  • prendre des cytostatiques, des hormones;
  • avitaminose (notamment carence en vitamines P et C);
  • l'hypothermie;
  • intoxication par des substances toxiques;
  • radiothérapie;
  • corps étranger de la vessie;
  • l'apparition de l'activité sexuelle chez les femmes;
  • certains troubles sanguins, tels que l'hémophilie;
  • immunopathie.

Chez les hommes, la cystite hémorragique est souvent une complication après résection transurétrale ou se développe sur le fond de la stagnation urinaire (adénome de la prostate, tumeur, rétrécissement de l'urètre).

Symptômes de la cystite hémorragique

Le symptôme principal est l'apparition de sang dans les urines dans le contexte de troubles dysuriques, caractérisés par ce qui suit:

  • mictions fréquentes en petites portions;
  • douleur en urinant;
  • douleur abdominale basse;
  • urgence d'uriner;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • faiblesse, apathie;
  • augmentation de la température de nombres subfébriles à fébriles;
  • incontinence urinaire due à la douleur;
  • changement dans la qualité de l'urine: une odeur désagréable, un mélange de sang, de pus, de flocons.

Si des douleurs sourdes et douloureuses se rejoignent dans la région lombaire, cela indique la propagation de l'infection dans le trajet ascendant par les uretères jusqu'aux reins. Dans ce cas, la température monte à 39 degrés, avec des frissons, l'état de santé général se dégrade.

Il faut noter que l'hématurie macroscopique est une indication d'hospitalisation.

Que faire si du sang apparaît dans l'urine

L'hématurie macroscopique est un signe sérieux de trouble des organes génito-urinaires.

Le diagnostic différentiel est réalisé avec une tumeur de la vessie, de la prostate, des reins, de la lithiase urinaire, de la néphropathie dysmétabolique, de la glomérulonéphrite avec syndrome hématurique, de la néphropathie médicamenteuse en présence de médicaments affectant la coagulation sanguine, etc.

La principale différence qui suggère le diagnostic de cystite hémorragique aiguë est l'apparition de sang dans les urines en raison de la douleur, des crampes lorsque les mictions sont fréquentes. L'hématurie dans les processus oncologiques est totale et sans douleur dans 85% des cas.

Parfois, la tumeur, sauf l'apparition de sang dans les urines, ne se manifeste pas.

Pour que le diagnostic correct soit établi, il est nécessaire de subir un examen clinique et urologique complet:

  1. Analyse générale de l'urine et du sang. Dans l'urine diagnostiqué avec un nombre accru de leucocytes, bactéries, protéines. Parfois, le saignement est si prononcé que les érythrocytes couvrent tous les champs de vision et il est impossible de compter les éléments uniformes. La présence de cristaux de sel dans l'urine permet d'impliquer une lithiase urinaire. Une augmentation du nombre de leucocytes, un déplacement de la formule leucocytaire vers la gauche, une accélération de la vitesse de récupération estimée est enregistrée dans le sang. Si l'hématurie existe depuis longtemps, il est possible de réduire le nombre de globules rouges et d'hémoglobine.
  2. Test de trois verres. Cette méthode permet de diagnostiquer la partie du sang qui provient du système génito-urinaire. Dans la cystite hémorragique, l’hématurie est généralement totale, c’est-à-dire que les 3 échantillons d’urine sont uniformément colorés avec du sang. L'apparition de sang à la fin de l'acte de miction indique une inflammation du col de la vessie.
  3. Culture d'urine pour la détermination des agents pathogènes et la sensibilité aux antibiotiques.
  4. Étude sur les IST;
  5. Dépistage - test du cancer de la prostate (PSA).

Méthodes d'enquête instrumentale

  1. Après soulagement des phénomènes, une hématurie macroscopique est réalisée. examen cystoscopique, qui est la norme d'or dans le diagnostic de la cystite hémorragique. Les signes de cystite hémorragique avec cystoscopie ressemblent à ceci:
    • hyperémie, relâchement du mucus;
    • injections vasculaires avec des sites d'hémorragie;
    • dépôt fibreux ou fibreux - purulent sur les parois;
    • suspension, trouble de la solution de travail.
  2. Échographie de la vessie et des reins. vessie, suspension dans la lumière.
  3. Échographie de l'utérus(en cas de suspicion de tumeur avec germination dans la vessie).
  4. TRUS;Si la cystite hémorragique est secondaire et est causée par une invasion de la tumeur dans la vessie, une imagerie par résonance magnétique peut être réalisée pour préciser la prévalence.

De plus, vous devrez peut-être consulter un phthysiologue pour exclure la tuberculose urogénitale.

Traitement de la cystite hémorragique

Le régime pour la cystite hémorragique au lit, la nutrition prescrite avec la restriction du régime de consommation aiguë, acide, salée, fumée, augmentée.

Les procédures thermiques pour hématurie macroscopique sont contre-indiquées!

Les médicaments de première intention pour la cystite hémorragique sont des antibiotiques. Le médicament est prescrit de manière empirique, car il n'est pas raisonnable d'attendre les résultats de bacposev. Un médicament à large spectre d'action est sélectionné, si les agents pathogènes détectés dans l'urine n'y sont pas sensibles, si un autre antibiotique est inclus dans le schéma, en tenant compte de la sensibilité, et le premier médicament est annulé.

Lévofloxacine (Floracid, Glevo): 500 mg 1 fois par jour pendant 7 à 10 jours.

Fosfomycine (Monural): 3 mg 1 fois par jour, prolongé pour un usage unique.

Norfloxacine (Nolitsin, Norbaktin): 400 mg 2 fois par jour pendant 10 jours.

Ciprofloxacine (Ciprolet, Cipro, Ciprobai): 500 mg 2 fois par jour pendant 10 jours.

Le traitement commence par l’utilisation d’antibiotiques. Les uroseptiques atteints de cystite hémorragique sont moins efficaces. Ils sont prescrits après une antibiothérapie.

Uroseptics modernes pour la cystite qui sont populaires chez les urologues:

Furomag 50 mg, 1 capsule 3 fois par jour - 10 jours. Furomag est un médicament du groupe des nitrofuranes, d’effet similaire au médicament Furagin, mais il a été mieux toléré par les experts. Les troubles dyspeptiques, qui surviennent souvent après la prise de Furagin, sont rarement résolus pendant le traitement par Furomag.

Palin (acide pimémidinique, quinolone) 0, 2 mg, 2 gélules 2 fois par jour - 10 jours.

Nitroxoline (5-NOK) 100 mg 4 fois par jour -10 jours

Des antispasmodiques sont utilisés pour soulager la maladie et soulager le syndrome urinaire.

Drotaverinum (No-shpa) sur 2 comprimés 3 fois par jour. Si la pression artérielle a tendance à baisser, vous pouvez réduire la posologie: 1 comprimé 3 fois par jour, durée de 7 à 12 jours.

Papaverine 20 mg 3 fois par jour, pendant 5 à 7 jours. Vous pouvez utiliser la papaverine sous forme de bougies. Entrez 1 bougie 2 fois par jour de manière transrectale.

Bukospan - bloqueur des récepteurs M-cholinergiques, 1-2 comprimés 2 à 3 fois par jour.

Le médicament à base de vitamines Ascorutin (acide ascorbique et rutine) renforcera la paroi vasculaire. Réduit la fragilité capillaire et la perméabilité vasculaire.

Prendre 1 comprimé 2 à 3 fois par jour, pendant 14 jours au maximum.

Comme moyen d'améliorer le système immunitaire utilisé Genferon, Viferon, Kipferon en doses adultes sous la forme de bougies.

Le cours de traitement pour 1 bougie 2 fois par jour transrectalement jusqu'à 10 jours.

Les médicaments ont des effets antiviraux, antimicrobiens et immunomodulateurs.

Pour arrêter le saignement, il est raisonnable d'utiliser le médicament Ditsinon, qui est un activateur de la formation de thromboplastine. La substance active est l'etamzilat.

Ditsinon, contrairement à Vikasola, commence à agir après 15 minutes.

Vous pouvez commencer par une administration intraveineuse ou intramusculaire, puis passer au comprimé. La dose quotidienne ne dépasse pas 10 à 20 mg / kg, la fréquence d'administration est de 3 à 4 fois par jour.

La dose quotidienne est divisée en 3 ou 4, ce sera une dose unique.

Traitement topique de la cystite hémorragique

Dans le contexte d'hématurie macroscopique grave, les instillations sont contre-indiquées car il existe un risque accru d'hémorragie. L'instillation dans la vessie atteinte de cystite hémorragique ne commence pas plus tôt que 5 jours d'antibiothérapie, après la cessation du saignement. Les procédures sont principalement prescrites aux femmes. Chez les hommes, le cathétérisme quotidien de la vessie peut provoquer une inflammation aiguë.

L'exception est faite par les patients avec l'épitsistostomie enlevée. Dans ce cas, verser des solutions antiseptiques à travers le drainage en profitera.

En fonction de l'image cystoscopique, choisissez des solutions antiseptiques pour l'administration:

  • La chlorhexidine,
  • Dioxidine
  • Dimexide à une dilution de 1:10,
  • Emulsion de sintomycine diluée avec 0,5% de novocaïne,
  • Metrogil,
  • Miramistin,
  • Furacilin,
  • Candidat au rince-bouche (utilisé lorsque l'infection fongique est confirmée).

Parmi les huiles utilisées à base d'argousier, de pêche, de rose sauvage. Les composants contenus dans les huiles ont non seulement un effet anti-inflammatoire et enveloppant, mais renforcent également les parois des vaisseaux sanguins.

La durée du traitement est en moyenne de 10 à 12 injections, parfois prescrites par instillation quotidienne, mais vous pouvez effectuer la perfusion dans la vessie et tous les deux jours.

Les complications après une cystite hémorragique peuvent être une vessie hyperactive.

La plainte principale est l'envie incontrôlable d'uriner fréquemment et de ne pas retenir l'urine. Si cette condition dure longtemps, il existe un risque de diminution du volume de la vessie (microcyste).

Les experts estiment que, selon les indications, les inhibiteurs M-anticholinergiques peuvent être inclus dans le schéma: Vesicare, Driptan, Spasmex, Urotol.

Par exemple, Vesicare a prescrit 5 mg 1 fois par jour au cours du mois.

Rééducation après avoir souffert de cystite hémorragique

Pour éviter une récurrence d'inflammation de la vessie, vous devez suivre un certain nombre de règles:

Essayez de boire plus de liquides: boissons aux fruits, boissons aux fruits, décoctions d'herbes diurétiques. Vous pouvez acheter des formes de légumes prêtes à l'emploi:

  • La phytolysine;
  • Canephron;
  • Urolesan;
  • Brusniver;
  • Collection urologique, etc.

Les vêtements doivent correspondre aux conditions météorologiques. Après l'hypothermie, il existe un risque de reprise de la cystite.

Une bonne nutrition n’est pas superflue: tous les produits irritant la membrane muqueuse de la vessie sont sujets à exclusion.

Aux premiers symptômes de la cystite, vous devriez consulter un médecin.

Mishina Victoria. Urologue, examinateur médical

Cystite hémorragique

La cystite est une maladie familière et désagréable associée au développement d’une inflammation de la vessie. Une forme dangereuse de la maladie - la cystite hémorragique, caractérisée par une lésion profonde de la membrane muqueuse, jusqu'aux capillaires et aux vaisseaux sanguins de la vessie. Le problème est commun chez les femmes, les hommes souffrent moins souvent en raison des caractéristiques anatomiques de la structure du système urinaire.

L'essence et les formes de la maladie, les manifestations cliniques

La cystite hémorragique se développe avec une inflammation de la couche interne de la vessie. Le degré de dommage est plus important qu'avec la cystite classique. En raison du développement de la maladie, les vaisseaux sanguins deviennent fragiles et fins, faciles à endommager et à gonfler (comme dans une maladie appelée hémorroïdes). Il en résulte un mélange de sang dans les urines.

La cystite est divisée en:

  1. aigu - caractérisé par un développement rapide et des symptômes prononcés, une nette détérioration de l'état du patient; la cystite hémorragique aiguë est une affection dangereuse en raison du risque accru de rupture de la vessie;
  2. chronique - apparaissant sur le fond de la cystite aiguë insuffisamment traitée; Une caractéristique importante de l'évolution chronique est l'alternance de rechutes (exacerbations) et de rémissions.

Les manifestations cliniques chez les hommes et les femmes sont similaires:

  • L’apparition de sang dans l’urine est le symptôme principal; le sang peut uniformément peindre l’urine de la couleur "chair de viande" ou se distinguer sous la forme de caillots (caractéristique du stade avancé);
  • l'odeur putride de l'urine, la turbidité, la présence de sédiments et de gros flocons;
  • besoin fréquent d'excréter l'urine en petites portions (jusqu'à 40 fois par jour);
  • des crampes, une sensation de brûlure en urinant;
  • douleur dans le bas-ventre et le bas du dos;
  • fièvre, fièvre, frissons;
  • malaise et somnolence.

Causes de la maladie chez les hommes et les femmes

La cystite avec du sang se développe dans la plupart des cas en raison d'une infection de la vessie par des virus (cytomégalovirus, virus de l'herpès simplex) et des bactéries pathogènes (Escherichia coli, protéas, cocci). Parfois, une cystite hémorragique apparaît sur le fond de l'exposition au rayonnement et de l'intoxication médicamenteuse. Chez les hommes, la maladie se développe souvent dans le contexte des maladies chroniques de la prostate.

Les principales causes de la pathologie:

  • l'habitude de supprimer l'envie d'uriner, la vidange rare de la vessie, ce qui perturbe l'écoulement du sang dans les vaisseaux et leur blocage, le pressant;
  • violation du processus d'écoulement de l'urine en raison d'un rétrécissement de la lumière des voies urinaires en raison d'une tumeur;
  • spasmes dans les tissus de la vessie en raison de problèmes de neurologie;
  • la présence de corps étrangers dans la lumière de l'urètre;
  • ignorer les règles d'hygiène personnelle;
  • diminution des défenses de l'organisme en raison de pathologies endocriniennes et auto-immunes chroniques.

La cystite hémorragique chez les femmes se développe souvent après l'accouchement en raison d'une chute de l'immunité générale et locale, d'une lésion des organes du système génito-urinaire. Les maladies gynécologiques de nature infectieuse et non infectieuse, telles que l'endométrite, la colpite, la vulvite et le myome utérin, sont également des facteurs qui déclenchent l'apparition d'une cystite avec du sang chez la femme.

L'évolution de la maladie dans l'enfance

  • La cystite hémorragique peut toucher les jeunes enfants. Les filles risquent davantage de tomber malades que les garçons. La maladie de l’enfant est grave et les symptômes apparaissent soudainement - caillots de sang dans l’urine, augmentation brutale de la température à 38 degrés, douleur intense, anxiété générale et pleurs. Parfois, il y a des nausées, des vomissements.
  • Le développement de la maladie chez les enfants est provoqué par les raisons suivantes:
  • infections virales et bactériennes passées, y compris maladies grippales et respiratoires;
  • l'hypothermie;
  • mauvaise hygiène, remplacement tardif des couches et des couches;
  • stress et anxiété;
  • anomalies congénitales de la structure du système urinaire.

La cystite hémorragique chez l'enfant est dangereuse avec des complications graves: développement d'une anémie ferriprive, pyélonéphrite, blocage de l'urètre, nécrose de la vessie avec perte complète des fonctions adéquates. Par conséquent, au moindre soupçon d'apparition de sang dans les urines d'un enfant de tout âge, vous devez immédiatement faire appel à une assistance qualifiée.

Caractéristiques de la forme chronique

La cystite chronique survient à cause d'un traitement mal prescrit ou de son absence. L'auto-traitement mène souvent à la pathologie de transition sous forme chronique. Si la cause de la maladie n'est pas complètement éliminée, la maladie se manifeste à nouveau, les périodes d'exacerbation sont remplacées par des rémissions.

En cas de rechute, les symptômes de la cystite se manifestent par une hématurie (présence de sang dans les urines), une douleur, une détérioration de l'état de santé, une gêne lors de la miction. Pendant les périodes d'affaiblissement de la maladie, les signes précurseurs peuvent disparaître complètement, mais les patients ont souvent des envies fréquentes d'uriner et des douleurs lombaires.

La cystite hémorragique chronique est dangereuse car l'inflammation constante de la vessie entraîne une atrophie de la membrane muqueuse et son remplacement par le tissu conjonctif. Chez les patients atteints de la forme chronique, une immunité faible et une anémie sont souvent observées.

Méthodes de diagnostic

La cystite hémorroïdaire ne peut être ignorée. En l'absence de traitement approprié, la maladie deviendra chronique au bout de 7 à 10 jours. Pour un traitement réussi nécessite un diagnostic bien organisé. Le diagnostic repose sur les résultats des tests de laboratoire et des études instrumentales.

Pour diagnostiquer la cystite, vous pouvez utiliser:

  • analyse d'urine générale, qui augmentera le nombre de leucocytes, de protéines totales, de globules rouges, d'épithélium squameux, de cylindres et de bactéries
  • test sanguin général, dans lequel avec la cystite hémorroïdaire augmente le niveau de neutrophiles de la bande, ESR;
  • Échographie de la vessie et des organes pelviens,
  • méthode radiologique;
  • biopsie cystoscopie.

La cystoscopie (examen endoscopique de l'urètre et de la vessie) est une méthode fiable qui permet de déterminer avec précision l'étendue et la profondeur de la lésion de la membrane muqueuse de l'organe et de ses vaisseaux.

Après l'organisation de toutes les procédures de diagnostic, les données sont rassemblées, le diagnostic de "cystite hémorragique" est confirmé ou réfuté. Lors du diagnostic, il est important de différencier l'affection avec d'autres maladies inflammatoires de la vessie et des reins - pyélonéphrite aiguë, problèmes de cancer, urolithiase au stade aigu.

Tactique de traitement

Le traitement de la cystite hémorragique chez les femmes et les hommes sera couronné de succès, sous réserve de l’élimination du facteur qui a provoqué le développement d’une inflammation. Si la cystite est de nature bactérienne, des antibiotiques sont prescrits, ainsi que des médicaments antiviraux, antiviraux et des immunomodulateurs. Le traitement aigu de la cystite hémorragique est mieux traité dans un hôpital. En urologie, il existe une tactique commune dans le traitement de la maladie:

  • une série de médicaments antimicrobiens (Monural, Amoxiclav, Azithromycine) - pour supprimer l'inflammation et détruire la microflore pathogène, prévenir le développement de complications bactériennes telles que l'intoxication par le sang et la pyélonéphrite;
  • la nomination de médicaments hémostatiques (Dicine, acide aminocaproïque);
  • la nomination de médicaments pour renforcer les vaisseaux sanguins et les capillaires (Askorutin);
  • médicaments pour renforcer le système immunitaire (Viferon, interféron);
  • antispasmodiques (Drotaverin, Baralgin);
  • remèdes à base de plantes pour normaliser le travail des reins et des voies urinaires (Canephron, Fitolysin, Urolesan).

Les médicaments peuvent être administrés par voie orale sous forme de comprimés, de gélules ou par voie intraveineuse ou intramusculaire.

Le régime alimentaire des patients atteints de cystite hémorragique n’est pas moins important. Une nutrition adéquate et un régime de consommation adéquat aident à soulager la pression sur les reins et la vessie, à améliorer la miction et à restaurer la muqueuse enflammée. Principes de l'alimentation pour la cystite hémorroïdaire:

  • élimination complète des aliments gras, frits et salés;
  • restriction de l'apport en protéines;
  • boisson abondante à deux litres (eau claire, jus faible);
  • rejet d'épices et d'épices;
  • préférence en faveur des légumes bouillis, des céréales, des soupes.

Médecine populaire contre la maladie

Il est impossible de guérir complètement la cystite avec du sang en utilisant des méthodes populaires, mais il est possible d’atténuer l’évolution de la maladie et d’accélérer son rétablissement. La médecine traditionnelle utilise activement la phytothérapie avec l'utilisation d'herbes ayant un effet diurétique, anti-inflammatoire et cicatrisant.

Recettes populaires pour la cystite hémorroïdaire:

  1. une infusion de graines d'aneth - les graines sont moulues en farine, 10 g de poudre sont versés avec un verre d'eau, étirés pendant 2-3 heures et pris oralement le matin après avoir été bien mélangés;
  2. Infusion d'achillée - un verre d'eau bouillante est ajouté à 20 g de matière première; ils sont étirés pendant une heure, après refroidissement, ils boivent la boisson pendant la journée;
  3. thé de racines de persil - ajoutez 10 tasses d’eau bouillie pour 10 g de racine émincée, laissez refroidir, buvez du thé 1/3 tasse trois fois par jour.

Prévention

Les mesures préventives minimisent le risque de cystite hémorroïdaire.

  • La règle la plus simple mais la plus importante est que la vessie doit être vidée à temps pour que l’organe fonctionne sans faute.
  • Il est également important de respecter les règles d'hygiène personnelle - ceci s'applique aux femmes comme aux hommes. Les procédures d'eau régulières, le port de lin de tissus naturels réduisent le risque d'introduction de bactéries pathogènes dans les voies urinaires.
  • Une alimentation bien organisée, le respect du régime de consommation aide les reins et la vessie à fonctionner pleinement, sans stress.
  • Pour les femmes, il est important de traiter rapidement les maladies gynécologiques - nombre d’entre elles peuvent déclencher le développement de la cystite.
  • Les hommes souffrant d'adénome de la prostate doivent être surveillés par un urologue pour éviter les problèmes d'écoulement d'urine.

La cystite est une pathologie dangereuse qui, en l'absence de traitement approprié, peut avoir de nombreuses conséquences graves, allant jusqu'à la perte complète par la vessie de ses fonctions principales de nettoyage du corps et d'élimination des toxines. Avec un traitement rapide chez le médecin, la maladie est traitée avec succès en 10-14 jours.