Hypernephrome

La cystite

L'hypernephrome est une tumeur maligne des reins qui, selon certains scientifiques, est une conséquence des bourgeons embryonnaires tissulaires embryonnaires du rein humain, qui sont pathologiquement pondus au niveau embryonnaire et, selon d'autres, se développent à partir des propres cellules épithéliales de la couche corticale de cet organe. Ce type de tumeur maligne se retrouve plus souvent chez les médecins que les autres cancers (75 à 85% de toutes les pathologies détectées). Il convient de noter que les enfants souffrent extrêmement rarement d'une telle maladie, les hommes plus souvent que les femmes, et l'âge des patients atteints d'un hypernéphrome diagnostiqué est d'environ 20 à 50 ans. La taille de la tumeur peut être très variable. Il y avait un cas où l'hypernephrome lointain du rein avait été pesé et pesait plus de 3 kg. La tumeur se développe plutôt lentement, parfois pendant plusieurs années. Pendant la majeure partie de cette période, le patient peut ne présenter aucun symptôme, ce qui rend difficile le diagnostic précoce de la maladie. Les tumeurs, dont la taille ne dépasse pas 3 cm, sont considérées comme des adénomes bénins et les tumeurs ne dépassant pas 6 cm sont positionnées de manière à donner rarement des métastases. Dans certains cas, lorsqu'une tumeur prend une taille importante, elle peut briser l’intégrité de la couche corticale et pénétrer dans d’autres structures du rein (fibre pelvienne et périrénale). L'hypernephrome peut germer dans la veine cave inférieure ou rénale.

Causes des hypernephromes rénaux

L'étiologie des hypernephromes rénaux est discutable, les causes exactes de cette maladie ne sont toujours pas connues de la science moderne. Cependant, il existe des facteurs qui augmentent le risque de développer des néoplasmes malins des reins, notamment des hypernephromes.

Les données de recherche suggèrent que chez les fumeurs et les personnes qui négligent les principes d'un mode de vie sain, le risque de cancer du rein est beaucoup plus élevé que celui des non-fumeurs et adhèrent aux principes de la saine alimentation.

Les travailleurs de la construction qui sont constamment en contact avec des produits chimiques tels que l'amiante, les solvants, le cadmium, etc., sont à risque. Augmente également considérablement le risque d'hypernéphrome rénal en prenant des médicaments à long terme contenant de la phénacétine.

Des antécédents de patients atteints d'un cancer du rein indiquent souvent la présence de maladies telles que:

  • diabète sucré;
  • l'embonpoint ou l'obésité;
  • hypertension artérielle;
  • la tuberculose;
  • pyélonéphrite;
  • maladie polykystique des reins;
  • la dystopie, etc.

Il existe des preuves d'une susceptibilité génétique à cette forme de néoplasmes malins des reins.

Symptômes d'hypernephrome rénal

Comme indiqué ci-dessus, l'hypernephrome peut pendant longtemps «ne pas montrer de signes de vie», c'est-à-dire que le processus de formation et de croissance de la tumeur passe souvent inaperçu du patient. Les spécialistes considèrent souvent que cette pathologie fait partie des «constatations médicales», c'est-à-dire qu'elle est découverte par hasard lors de l'examen d'un patient pour une autre raison. Du début du processus pathologique aux premiers symptômes, cela peut prendre plusieurs années. Il existe une certaine triade de symptômes caractéristiques de tous les états pathologiques du rein:

  • la présence de sang dans l'urine du patient (hématurie);
  • syndrome douloureux d'intensité variable;
  • identification du site de la lésion lors de la palpation.

On a également noté des manifestations extrarénales de cette maladie: aggravation de l'état somatique général, nausées, vomissements, manque d'appétit et, par conséquent, perte de poids.

L'hématurie ou la présence de sang dans l'urine du patient est le symptôme diagnostique le plus important. Ce processus peut avoir une intensité différente. Chez certains patients, la présence de sang dans l'urine ne peut être déterminée que par un examen microscopique, chez d'autres, l'hématurie peut être profuse ou totale. L'hématurie sévère conduit à l'anémie.

Le syndrome de la douleur suit immédiatement les premiers signes d'hématurie. La douleur peut ressembler à une colique rénale irradiant dans le bas du dos. La douleur accompagne constamment le patient et est douloureuse dans la nature.

Il faut faire attention aux symptômes indirects. La défaite des deux reins est assez rare. Il existe souvent une lésion droite ou gauche de cet organe. L'hypernephrome du rein gauche peut entraîner une complication telle que les varices du testicule et du cordon spermatique chez les hommes d'âge moyen et âgé. L'hypernephrome du rein droit peut provoquer une jaunisse, car la tumeur peut pincer les voies biliaires.

Diagnostic de l'hypernephrome

Si vous remarquez les symptômes décrits, demandez immédiatement conseil à un urologue. C'est un examen urologique complet qui constitue la mesure de diagnostic la plus fiable. Lors de l'examen visuel du patient et de la palpation, on peut détecter certains signes d'hypernéphromes: gonflement des jambes, dilatation veineuse sur la peau de l'abdomen, varices du cordon spermatique, asymétrie assez caractéristique de l'abdomen, etc. Une tumeur dans le rein n'est pas toujours palpable. En particulier, il est difficile de palper la tumeur chez les patients présentant une masse corporelle importante.

Au cours de l'examen urologique, les mesures de diagnostic suivantes sont effectuées.

  1. L'urographie excrétrice est une méthode de radiographie pour diagnostiquer les maladies du système urinaire. Permet de détecter des déformations structurelles ou des irrégularités dans le travail du système de placage bassin-bassin
  2. La pyélographie rétrograde est une autre méthode d’examen radiographique qui permet de visualiser et d’étudier l’état du système des voies des reins. Conduit avec l'impossibilité d'une urographie excrétrice et avec un dysfonctionnement rénal prononcé.
  3. Biopsie rénale à l'aiguille fine avec analyse morphologique ultérieure du matériel obtenu.
  4. Échographie des reins.
  5. Imagerie par résonance magnétique et calculée. Vous permet de déterminer avec précision la taille de la tumeur et sa prévalence, ainsi que de détecter la présence de ganglions lymphatiques hypertrophiés.
  6. L'angiographie est une méthode d'examen aux rayons X qui permet de visualiser les structures vasculaires des reins.
  7. Phlébographie - Examen des veines par rayons X, basé sur l'introduction d'un agent de contraste. Vous permet de déterminer la perméabilité des veines.

Le patient doit également subir des tests sanguins et urinaires généraux. En présence d'hypernéphromes, d'hématurie, d'érythrocyturie, une augmentation significative du taux de sédimentation des érythrocytes, une anémie, etc., peut survenir.

Afin d'exclure la présence de métastases, un examen d'organes tels que les poumons, le foie et les os du squelette est effectué. Ce sont ces organes et systèmes qui présentent le plus grand risque de métastases.

Traitement des hypernephromes rénaux

Le traitement de cette maladie comprend trois domaines principaux: la chimiothérapie, les rayons X et la chirurgie. Le choix de la méthode de traitement dépend du stade de la maladie, de la taille de la tumeur et de la viabilité fonctionnelle du deuxième rein. Si la tumeur est reconnue comme opérable et si le second rein est capable de prendre en charge les deux fonctions, l'ablation complète d'un rein, ainsi que de la glande surrénale, des tissus adjacents et des ganglions lymphatiques.

Si la tumeur a un diamètre inférieur à 7 cm et ne s'étend pas au-delà de la capsule, une néphrectomie partielle est possible. Aussi, cette opération est effectuée dans les cas où le patient a une déficience fonctionnelle dans le travail du deuxième rein intact.

S'il n'est pas possible de retirer la tumeur, des mesures sont prises pour bloquer les vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur. L'irradiation aux rayons X et la chimiothérapie peuvent être à la fois une valeur indépendante et être utilisées conjointement avec des méthodes de traitement chirurgicales.

D'autres traitements de haute technologie (cryothérapie, radiothérapie, etc.) ont une efficacité non prouvée.

Prévision et prévention de l'hypernephrome

L’examen préventif des néphrologues et des urologues revêt une grande importance. Un tel examen est nécessaire même pour les personnes en parfaite santé au moins une fois par an. Cela est particulièrement vrai chez les hommes âgés de 40 à 60 ans, car ils sont plus à risque d'hypernefromes.

Un diagnostic précoce est la clé d'un traitement réussi. Si un hypernéphrome est détecté au premier stade, le patient peut alors être complètement guéri. Au quatrième stade de la maladie, le pronostic est sombre et les médecins, le plus souvent, ne peuvent même pas atteindre un an de survie.

Ne remettez pas la visite chez le médecin! Prenez soin de votre santé!

Procédures appliquées
avec la maladie Hypernephroma

Signes d'hypernephromes rénaux: traitement et pronostic

L'hypernéphrome (cancer de la glènephroïde, adénocarcinome à cellules claires du rein, tumeur de Gravits) est une pathologie oncologique touchant le tissu rénal.

En urologie, il s’agit de la forme de cancer la plus répandue. Aux premiers stades de la pathogenèse, la maladie ne se manifeste pas.

Dans les cas où la tumeur atteint une taille significative, il y a violation du système urinaire.

Le plus souvent, l'anomalie est diagnostiquée chez des patients âgés de 20 à 50 ans. Les hommes sont plus sensibles à l'hypernephrome que les femmes. Dans l'enfance, la tumeur de Gravits est détectée extrêmement rarement.

Informations générales sur la maladie

L'hypernéphrome est une maladie très dangereuse car il se métastase rapidement vers d'autres tissus et organes (ganglions lymphatiques, foie, colonne vertébrale, os du crâne, poumons, cerveau, tissu adipeux, intestins). Par conséquent, pour identifier cette pathologie, le patient dès que possible, il est nécessaire de faire un traitement opératoire.

Une tumeur maligne, en règle générale, est localisée dans un rein (le plus souvent le bon), bien que les lésions bilatérales d'organes ne soient pas exclues. Un cancer hypernéphroïde du rein gauche est diagnostiqué dans environ 25-30% des cas.

Si une tumeur est détectée chez des patients de moins de 20 ans, les garçons auront une puberté précoce, les filles un virilisme et les filles un hirsutisme. Parfois, le pseudohermaphroditism et la macrogenitomy se produisent.

Les causes

Pour établir les causes exactes du développement de la maladie, le médicament n'a pas encore réussi. Cependant, un certain nombre de facteurs ont été remarqués qui activent la formation de cellules cancérogènes:

  • diabète sucré;
  • maladies virales chroniques;
  • la présence d'hypertension;
  • tuberculose rénale;
  • exposition aux radiations;
  • résistance immunitaire réduite du corps;
  • poids corporel excessif;
  • utilisation de substances cancérogènes contenues dans les produits alimentaires;
  • urolithiase;
  • dépendance à l'alcool et au tabagisme;
  • maladie rénale chronique (glomérulonéphrite, dystopie, maladie polykystique, néphrosclérose, pyélonéphrite);
  • prédisposition génétique;
  • pathologies auto-immunes;
  • l'utilisation de certains médicaments (cytostatiques, diurétiques, hormones);
  • exposition à divers types de produits chimiques (nitrates, mercure, amiante, herbicides, nitrites, cadmium, vapeurs d'essence, solvants);
  • hémodialyse planifiée.

Des tumeurs néphroïdes de petite taille se forment dans la couche corticale du rein. À ce stade, le cancer hypernéphroïde ne peut être détecté que par angiographie.

Avec la progression de la maladie, la tumeur se développe dans le tissu périrénal et dans le pelvis rénal. La tumeur de Gravitsa se caractérise par le fait qu'elle se développe très souvent dans la veine cave inférieure et rénale.

En conséquence, leur fonctionnement est altéré. Les petites tumeurs se développent très lentement (3-5 ans ou plus).

Types et classification

Compte tenu des caractéristiques génétiques des tumeurs et de leur structure histologique et cytologique, on distingue cinq types de cancer du rein:

  • carcinome à cellules claires (diagnostiqué dans 75 à 85% des cas);
  • chromophobe;
  • oncocyte;
  • chromophile (papillaire);
  • cancer de leurs propres tubes.

Il existe une autre classification non officielle du cancer du rein:

  • adénocarcinome (cancer du bassinet du rein);
  • hypernephrome (hyperplasie du parenchyme rénal);
  • sarcome du rein (exclusivement pour les enfants).

Les symptômes

Il est presque impossible de détecter un hypernephrome aux premiers stades de développement, car il n’ya aucun signe caractéristique de la maladie. Une augmentation de la tumeur et de sa germination dans les tissus, les vaisseaux et les organes voisins contribue à la manifestation des signes classiques d'hypernéphrome:

  • douleur dans la localisation des reins;
  • saignements abondants;
  • L'examen de la palpation des reins a révélé la formation d'une tumeur;
  • anémie sévère;
  • hématurie;
  • protéinurie;
  • la pyurie;
  • la cachexie (épuisement sévère du corps);
  • chez les hommes, une expansion du cordon spermatique;
  • gonflement des jambes;
  • une température subfébrile est parfois observée;
  • la dyspnée, les myalgies, les arthralgies, l'énurésie, les vertiges, les nausées, les brûlures d'estomac et les vomissements sont très rarement rapportés.

Pour les nourrissons, les symptômes ci-dessus ne sont pas typiques. Le cancer est détecté complètement par hasard lors d'un examen de routine (échographie) des reins.

Étapes de développement

Le développement de pathologies cancérogènes est organisé. Le processus de séparation est plutôt arbitraire, car il est impossible de déterminer avec précision la portée d’une phase donnée.

Dans la pathogenèse de l'hypernephrome, les médecins distinguent 4 étapes:

  • I - la tumeur est localisée, ne s'étend pas au-delà de l'organe, n'affecte pas la capsule ni les tissus adjacents;
  • II - la germination est observée dans la glande surrénale, la capsule ou le tissu adipeux pararénal;
  • III - la maladie affecte les ganglions lymphatiques régionaux, la veine cave inférieure et rénale, il n'y a pas de métastases à ce stade;
  • IV - les organes adjacents sont impliqués dans le processus (rate, intestin, glande pancréatique), des métastases sont détectées même dans des organes distants.

Qui contacter et comment diagnostiquer

Si vous rencontrez des problèmes avec les reins, vous devez contacter une clinique par un urologue ou un néphrologue qualifié. Le diagnostic nécessite des données anamnestiques, les résultats d'études de laboratoire et d'instruments:

  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • tests d'urine pour les cellules atypiques;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • sonographie des reins et autres organes internes;
  • test sanguin pour la présence de marqueurs tumoraux spécifiques;
  • urographie interne;
  • tomographie par ordinateur;
  • radiographie thoracique;
  • phlébographie;
  • angiographie rénale;
  • biopsie des reins ou des ganglions lymphatiques;
  • examen microscopique du biomatériau obtenu;
  • ostéoscintigraphie.

Méthodes de traitement

Compte tenu du fait que lors de la confirmation du diagnostic, le patient subit une opération chirurgicale urgente, il est déconseillé d’envisager d’autres méthodes de traitement des hypernephromes ci-dessous.

Le traitement des hypernephromes par la médecine traditionnelle est extrêmement dangereux pour la santé.

Intervention chirurgicale

Si la tumeur est opérable et que le second rein peut assumer les fonctions des deux, l’élimination du rein du tissu adipeux environnant est fixée. Une néphrectomie partielle (partielle) de l'hypernephrome est possible. En outre, une telle opération est montrée dans les cas où il y a des problèmes avec le deuxième rein.

Si plusieurs métastases sont trouvées, l'opération ne peut pas être effectuée. Dans ce cas, une embolisation des artères est recommandée. Après cela, la croissance active de la tumeur s'arrête.

Traitements de chimiothérapie

La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent être utilisées isolément ou en combinaison avec des méthodes de traitement opérationnelles. Les rayons X aident à traiter uniquement les métastases uniques, à condition que le tissu adipeux ne soit pas affecté.

Lors de la prescription d'une chimiothérapie (Gemcitabine, Vinblastine, Sutent, Méthotrexate), non seulement les cellules cancérogènes, mais également les cellules saines sont affectées. La radiothérapie est une méthode indispensable pour le traitement des tumeurs inopérables.

Un traitement symptomatique visant à soulager la douleur et à maintenir la santé émotionnelle de la personne est également présenté. Récemment, les médecins ont commencé à prescrire des inhibiteurs de l’angiogenèse (Sorafenib, Ramucirum, Temsirolimus, Aflibercept, Sunitinib, Nexavar, Bevacizumab).

Complications possibles

La néphrectomie est la méthode la plus efficace pour traiter les néoplasmes malins des reins, mais sa mise en œuvre peut entraîner un certain nombre de complications:

  • la formation de foyers secondaires;
  • dommages aux organes et tissus adjacents (artères, veines, tissus adipeux, etc.);
  • le saignement est possible dans la période postopératoire;
  • infection de la plaie;
  • la leucémie;
  • détérioration significative de la santé;
  • pneumothorax;
  • perte de cheveux;
  • hernie postopératoire.

Prévention et pronostic

Lors du diagnostic précoce d'un adénocarcinome à cellules claires du rein, le pronostic est favorable. Avec de multiples métastases, le pronostic est mauvais, 95% des patients ne vivent pas jusqu'à un an. Un diagnostic précoce est la clé d'une thérapie réussie. Pour prévenir le développement d'une tumeur, il convient de respecter les recommandations suivantes:

  • contactez un spécialiste dès les premiers signes de la maladie;
  • manger rationnellement;
  • contrôler votre poids;
  • augmenter la résistance immunitaire du corps;
  • faire de la thérapie physique;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes;
  • éliminer les effets des facteurs cancérogènes;
  • faire l'objet d'un dépistage régulier;
  • en temps opportun éliminer les pathologies chroniques.

L'hypernéphrome est la forme de cancer du rein la plus répandue. Cette maladie doit donc être traitée avec le respect qui convient. Vous n'avez pas besoin de vous autodiagnostiquer ni de vous soigner, car le risque de complications est élevé.

Une tumeur au rein dangereuse et difficile à voir.

L'hypernephrome ou une tumeur du rein est une maladie dangereuse, dont on ne peut pas soupçonner la présence pendant longtemps. Il peut être malin ou bénin. Une tumeur bénigne au stade initial est plus courante. Cependant, ses symptômes sont généralement à peine perceptibles et la maladie est donc souvent déclenchée. Il se développe, affecte les tissus environnants et prend une forme menaçante, dont le pronostic est difficile à prévoir.

Hypernephroma a différentes tailles. Il peut être aussi gros qu’une tête d’épingle ou atteindre un volume égal à celui de la tête d’un adulte. Les tumeurs touchent principalement les personnes âgées de 40 à 70 ans. Chez les hommes, il est presque deux fois plus courant que chez les femmes. Chez les enfants, cela arrive très rarement.

Parfois, une néoplasie affecte les tissus des deux reins, mais dans la plupart des cas, elle est localisée sur un. Surtout à droite. L'hypernephrome rénal du côté gauche n'est observé que dans un tiers des cas.

Une tumeur maligne présente le danger de donner très rapidement des métastases aux poumons, à la colonne vertébrale et aux os du crâne. Les cellules touchées se propagent sous forme de caillots dans l'ensemble de l'organisme par les veines. Ils sont localisés dans les os et les articulations, pénètrent dans les ganglions lymphatiques et forment des foyers totaux.

Les métastases dues à la propagation des cellules cancéreuses dans les veines affectent le cerveau, les poumons, le tractus intestinal et le tissu adipeux. Souvent, le processus de leur formation est latent et est détecté trop tard. Le patient devient inutilisable et le pronostic est décevant. Cela est particulièrement vrai pour les femmes qui prennent les symptômes de la maladie pour des troubles utérins. En conséquence, leur éducation n’est détectée qu’avec la tomodensitométrie (TDM) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Si la tumeur s'est formée avant l'âge de 20 ans, elle a un effet étrange sur le processus de croissance et de développement sexuel d'une personne. La nouvelle croissance est hormonalement active et peut causer une puberté précoce chez les garçons, un hirsutisme chez les filles et un virilisme chez les femmes. Des cas de pseudohermaphrodisme et de macrogénitomie ont été rapportés.

Signes d'une tumeur

À partir du moment de la formation d'une tumeur jusqu'à l'apparition de ses signes évidents, cela peut prendre plusieurs années. De nombreux patients remarquent de graves problèmes de santé lorsque les métastases sont déjà devenues du tissu adipeux. Leur anxiété n'est souvent causée que par une forte augmentation de l'abdomen, qui s'est produite rapidement.

Les premiers symptômes de la maladie sont une hématurie (apparition de sang dans les urines) et une douleur coupante ou tirante dans la région lombaire. C'est pourquoi les femmes prennent la maladie pour des troubles utérins. L'hématurie est due à la destruction des parois des vaisseaux sanguins ou à la stase du sang provoquée par un néoplasme. Dans certains cas, l'hypernephrome s'accompagne de vomissements, d'une augmentation de la température corporelle jusqu'à 38 ° C et d'une colique aiguë dans le bas du dos.

La quantité de sang dans l'urine est différente. Parfois, c'est à peine perceptible. Il y a parfois des saignements abondants qui teignent l’urine de couleur écarlate. Il peut contenir des caillots sanguins. L'hématurie est intermittente, courte et apparaît à intervalles longs. Mais il arrive que cela dure une semaine ou même un mois.

En général, un saignement abondant se produit lorsque la tumeur est palpable. C'est le deuxième signe clair de maladie. Ses autres symptômes sont exprimés en:

  • faiblesse générale;
  • perte de poids;
  • perte d'appétit;
  • myalgie;
  • douleurs articulaires.

S'il y a des métastases, le signe d'hypernéphrome peut être varicocèle. C'est une expansion des veines dans le scrotum, accompagnée de douleur et d'une sensation de lourdeur dans l'aine. La varicocèle se développe suite à la compression d'une tumeur des veines rénale et testiculaire.

Causes de la tumeur

Toutes les causes de la médecine clinique sont encore inconnues. Cependant, un certain nombre de facteurs ont augmenté le risque de développer un cancer du rein. C'est:

  • Dépendance à la nicotine;
  • L'obésité;
  • Le diabète sucré;
  • L'hypertension;
  • Pathologie rénale;
  • Maladie rénale polykystique;
  • L'utilisation de médicaments hormonaux;
  • L'utilisation de cyostatiques;
  • Exposition à divers produits chimiques;
  • Prédisposition génétique.

L'exposition aux radiations, les maladies virales chroniques, les substances cancérogènes dans les produits alimentaires augmentent le risque de cancer.

Comment diagnostiquer une maladie

La pyélographie rétrograde, la phlébographie, l'échographie, la biopsie rénale, l'angiographie, l'urographie excrétrice, le scanner et l'IRM sont utilisés pour établir le diagnostic. Le patient est testé pour le sang et l'urine. Une cystoscopie est réalisée afin de déterminer la source du saignement dans l'hématurie (le cas échéant).

L'échographie vous permet de connaître la taille et l'emplacement de la formation et d'obtenir des informations sur l'invasion vasculaire. L'urographie permet d'établir le degré de défaut du pelvis rénal. Si les fonctions du rein gauche ou droit sont considérablement réduites et qu’il est impossible de procéder à une urographie, une pyélographie rétrograde est réalisée.

Une étude utilisant la tomodensitométrie et l'IRM fournit des données sur la taille et l'emplacement de la tumeur. De plus, le scanner et l'IRM peuvent déterminer s'il existe des métastases et des lésions des ganglions lymphatiques. La biopsie est nécessaire pour déterminer le type de néoplasme. Si le scanner et l'IRM ont montré la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, leur biopsie est également effectuée.

Traitement de la maladie

Le traitement de l'hypernéphrome est réalisé par radiothérapie et chimiothérapie, néphrectomie, lymphadénectomie. Dans le cas où l'étude a montré que le deuxième rein fonctionne normalement, une néphrectomie est réalisée.

Cela peut être radical ou partiel. Le premier implique l'ablation complète du rein. Il est fabriqué avec une grande quantité d'éducation, la destruction du tissu adipeux et l'épithélium du corps, la menace de sa rupture. La néphrectomie partielle consiste à retirer une partie du rein. Il est entrepris lorsque l'hypernephrome est petit.

Si les scanners CT et IRM montrent que les métastases se sont totalement propagées, l'opération ne peut pas être effectuée. La seule issue est l’embolisation des artères, dans laquelle les vaisseaux alimentant le néoplasme sont bloqués. Pour cette raison, il arrête sa croissance active.

La lymphadénectomie est pratiquée lorsque des métastases se trouvent dans les ganglions lymphatiques. La chimiothérapie et les rayons X peuvent être utilisés avec ou sans intervention chirurgicale. L'irradiation aux rayons X n'affecte que les métastases simples et en l'absence de lésions du tissu adipeux.

Les hypernephromes malins peuvent être prévenus si une échographie est réalisée régulièrement et si du sang apparaît dans les urines (scanner et IRM). Cela permettra de détecter en temps opportun l'occurrence d'une éducation pathologique et de prendre des mesures. La prévision a toutes les chances de devenir favorable. La tumeur n'a pas le temps de détruire les tissus environnants. Par conséquent, il existe une forte probabilité de le détruire complètement ou d’arrêter le processus de développement.

Hypernephroma rein

Hypernéphrome rénal - une maladie dangereuse, considérée comme la pathologie la plus répandue du cancer du rein. Il n'apparaît pas immédiatement, mais peut se développer sur plusieurs années sans donner de signes évidents. La tumeur à son stade initial a une forme bénigne, mais en raison d'un problème de diagnostic et de l'absence de douleur, elle dégénère en une tumeur maligne pouvant constituer une menace pour la vie humaine.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur habituel s'est débarrassé des problèmes de rein par une méthode efficace. Elle a vérifié elle-même - le résultat est 100% - un soulagement complet de la douleur et des problèmes de miction. Ceci est un remède naturel à base de plantes. Nous avons vérifié la méthode et décidé de vous le recommander. Le résultat est rapide. METHODE EFFICACE.

Liste des raisons

Aucun signe distinctif de l'apparition de la maladie n'a été identifié à ce jour, mais au cours de l'étude de cette pathologie, les événements les plus fréquents dans la description de la maladie ont été observés. En examinant les symptômes d'hypernephromes rénaux, les médecins ont découvert une tendance: presque chaque patient avait une expérience de fumeur sérieux et fumait au moins un paquet de cigarettes par jour. Il est prouvé que se débarrasser d'une mauvaise habitude réduit de 20% la probabilité de dommages aux organes d'ici vingt ans.

Les causes de l'oncologie des reins sous forme d'hypernefromes incluent clairement l'emploi dans une production dangereuse. Les conséquences d'un contact étroit et prolongé avec des substances toxiques et d'autres produits chimiques sont souvent déplorables et pathologiques. Particulièrement dangereux:

  • vapeurs d'essence;
  • poussière d'amiante;
  • tous les types d'herbicides;
  • produits chimiques toxiques.

Abus de médicaments contenant de la phénacétine, pyélonéphrite au stade de développement chronique, infection du système urogénital, tuberculose - tous ces facteurs aggravent et provoquent l’hypernéphrome rénal.

Outre les principales causes susmentionnées d'une tumeur, les facteurs suivants peuvent être mentionnés:

  • polykystique;
  • diabète sucré;
  • néphrosclérose;
  • l'hypertension;
  • tuberculose rénale;
  • calculs rénaux;
  • patient en surpoids;
  • la dystopie;
  • exposition aux ondes radioactives;
  • insuffisance rénale hémodialyse;
  • prendre des médicaments groupe cytostatique;
  • l'abus de drogue d'hormone.

La présence de plusieurs facteurs justifie un traitement immédiat en clinique et un examen préventif complet, sans quoi le résultat du développement de la tumeur pourrait devenir imprévisible.

Symptomatologie

La période de manifestation des indicateurs de la maladie à partir du moment de la formation de l'hypernéphrome jusqu'à la réception de preuves évidentes de la présence d'une tumeur peut durer plusieurs années et dépend de l'anatomie humaine. Les conséquences de l'apparition de tumeurs sont caractérisées par une douleur dans la région lombaire, une hématurie et une tumeur est facilement détectable à la palpation.

Le premier signe de la présence d'hypernéphromes du rein doit être considéré comme l'apparition de sang dans les urines. L'hématurie survient de manière inattendue, la description de la douleur par le patient ne se produit généralement pas, le processus est total ou abondant et se produit chez 60% des patients. L'hématurie intense conduit à une anémie et la microhématurie, qui se développe à la suite d'une lésion rénale causée par un hypernéphrome, est diagnostiquée exclusivement pendant l'analyse d'urine.

Les signes de dommages au rein causés par l'hypernéphrome comprennent:

  • varicocèle chez les hommes (à la suite de métastases de fermeture de veine);
  • apparition soudaine de fièvre accompagnée de frissons;
  • arthralgie;
  • faiblesse générale;
  • haut-le-cœur et nausée;
  • myalgie;
  • perte de poids nette;
  • réduction de l'appétit.

Diagnostics

Au cours de l'examen initial, le médecin traitant peut détecter visuellement et à l'aide de la palpation la localisation de la tumeur. L'abdomen du patient augmente de taille et de façon inégale - le côté droit est significativement par rapport au côté gauche. Il y a un filet veineux sur la paroi abdominale, les jambes gonflent, avec pression, apparaissent des sensations douloureuses qui ne disparaissent pas longtemps.

La numération globulaire complète révèle un excès significatif des indicateurs normaux des leucocytes et de la RSE. Dans l’étude de l’urine, des caillots sanguins et des particules de pus ont été détectés, tandis que le nombre de globules rouges et de globules blancs était également supérieur à la normale. La cystoscopie est recommandée pour déterminer l'étendue des dommages à la vessie.

Afin de déterminer la taille de la tumeur, la présence de calculs dans les tissus des reins, de déterminer les atteintes éventuelles aux vaisseaux, une échographie est réalisée et un examen urographique est effectué pour suivre l'évolution des tissus.

Outre l'identification de la taille d'un néoplasme, des études par IRM et par tomodensitométrie peuvent être menées pour comprendre comment sont affectés les tissus du rein et des organes voisins, ainsi que le fonctionnement du système lymphatique.

Lors de la prescription d'un traitement à un patient, une biopsie des reins et des ganglions lymphatiques est réalisée par une intervention chirurgicale, ce qui permet de connaître l'histotype de la tumeur.

Comment traiter

Lors du diagnostic d'hypernephromes rénaux, les méthodes de traitement médical ne sont pas prescrites; seule une solution rapide est recommandée:

  • si un seul rein est atteint, l'organe malade est retiré avec la glande surrénale et les tissus endommagés avoisinants;
  • avec la défaite et le deuxième rein, il peut être partiellement enlevé;
  • Lorsque la vie d'un patient est menacée à la suite d'une intervention chirurgicale, une embolisation artérielle est utilisée, ce qui permet de bloquer les vaisseaux alimentant le sang en tumeur.

L'opération n'annule pas la chimiothérapie et la radiothérapie, qui sont appliquées en parallèle.

Dans les cas où l'opération est contre-indiquée, la radiothérapie est utilisée pour prolonger la vie du patient en ralentissant le développement de la tumeur. L'élimination des symptômes douloureux est possible avec un traitement palliatif.

Prévention

Pour prévenir les manifestations d'hypernephromes du rein peut être après un mode de vie sain. Le refus de fumer et de consommer des boissons alcoolisées est obligatoire, vous devez donc maintenir un régime alimentaire équilibré et une consommation rigoureuse de la quantité requise de vitamines et de minéraux. L'activité physique doit être maintenue constamment, mais une fatigue excessive et un effort physique intense sont contre-indiqués, idéaux, surtout chez les personnes âgées, la marche nordique. L'utilisation de remèdes populaires pour maintenir le tonus n'est possible que sur la recommandation du médecin, l'auto-traitement est exclu.

Outre ces mesures, vous devez faire attention aux points suivants:

  • si des pathologies des reins sont détectées, il est nécessaire de suivre le traitement de manière opportune et complète;
  • Évitez le contact avec des produits chimiques nocifs et l'utilisation excessive de médicaments;
  • Il est recommandé d'effectuer régulièrement une échographie du rein.
  • Si du sang est détecté dans les urines, passez immédiatement un examen urologique.

Ce qui menace

Les lésions rénales dues à l'hyperéphrome sont plus fréquentes chez les hommes. Chez les adultes âgés de 40 ans et plus atteints de cette maladie, les enfants font rarement partie du groupe à risque.

La prolifération des tumeurs peut atteindre des tailles gigantesques, allant de 1 à 2 mm, la tumeur peut atteindre la taille de la tête. Dans de rares cas, les deux reins sont endommagés, l'hypernéphrome n'affecte qu'un seul organe droit et les pathologies du côté gauche ne se fixent que dans 30% des cas.

Les effets des hypernephromes rénaux sont extrêmement dangereux en raison du développement rapide de ce néoplasme dans le corps. Les cellules touchées par cette maladie se propagent très rapidement par le biais du sang. En conséquence, avec le développement de métastases souffrent:

  • les poumons;
  • système osseux;
  • le cerveau;
  • tractus intestinal;
  • tissu adipeux.

Avec la propagation des métastases, leur localisation est observée dans les ganglions lymphatiques et les articulations.

L'absence de symptômes évidents et de douleur peut compliquer la détection rapide d'une tumeur, et les méthodes médicales seront impuissantes - l'opération dans les cas avancés n'est pas en mesure de résoudre le problème. De telles complications sont plus fréquentes chez les femmes en raison de la similitude des symptômes d'hypernéphromes des reins et de troubles utérins.

Lorsqu'un néoplasme survient chez les jeunes de moins de 20 ans, les effets indésirables suivants peuvent survenir:

  • pseudohermaphroditisme;
  • macrogénitomie;
  • garçons de la puberté accélérés;
  • les filles peuvent développer l'hirsutisme;
  • les manifestations du virilisme sont caractéristiques des femmes.

Probabilité de mort

Le taux de survie à 80% pour détecter la maladie au stade initial et prendre des mesures rapides pour l'éliminer. Cet indicateur est assez élevé dans le cancer, mais n’est possible qu’avec une détection précoce. En ce qui concerne le développement à long terme des néoplasmes et la propagation des métastases aux organes voisins, les prévisions sont décevantes: seuls 5% des patients peuvent vivre environ un an et une tumeur au dernier stade tue une personne en quelques mois.

La peine sévère qui consiste en un hypernephrome rénal négligé ne peut être annulée qu’avec des examens préventifs réguliers.

Vaincre une maladie rénale grave est possible!

Si les symptômes suivants vous sont familiers:

  • maux de dos persistants;
  • difficulté à uriner;
  • violation de la pression artérielle.

Le seul moyen est la chirurgie? Attendez et n'agissez pas par des méthodes radicales. Guérir la maladie est possible! Suivez le lien et découvrez comment le spécialiste recommande un traitement.

Cancer du rein néphroïde

L'hypernéphrome du rein est une tumeur maligne de nature épithéliale, qui est un type de cancer cellulaire de cet organe. Comme cette maladie est de plus en plus observée chez les personnes de sexe et d’âge différents, il est utile de connaître les principales causes de sa survenue, ses symptômes, ainsi que les méthodes modernes de diagnostic et de traitement activement utilisées par les spécialistes.

Causes de la pathologie

Les médecins ne peuvent nommer aucune raison exacte du développement de la maladie. Néanmoins, certains facteurs peuvent augmenter le risque d'apparition d'hypernephromes rénaux.

Ceux-ci comprennent:

  • la présence d'un excès de poids;
  • fumer et boire de l'alcool;
  • maladies du système excréteur;
  • traitement avec certains médicaments;
  • grave hérédité génétique;
  • pathologie des glandes endocrines.

Les spécialistes notent également que le cancer du rein hypernéphroïde peut devenir une pathologie concomitante.

Parmi ces maladies initiales, il convient de souligner:

  • l'hypertension;
  • diabète sucré insulino-dépendant;
  • la tuberculose;
  • insuffisance rénale chronique;
  • la présence de kystes;
  • maladies infectieuses et bactériennes.

De plus, n'oubliez pas que les hommes sont beaucoup plus souvent exposés à l'hypernéphrome. La raison en est une violation des glandes surrénales et de la prostate, qui, à des degrés divers, se rapportent au travail du système génito-urinaire.

Dans le cas où cela n’était pas possible, il est nécessaire d’étudier les symptômes du cancer des cellules rénales.

Symptômes d'hypernephromes

Il peut y avoir une différence de plusieurs années entre le moment d’apparition de cette pathologie dans les structures rénales et le début des symptômes.

Les signes cliniques d'hypernéphrome sont accompagnés d'une triade spécifique:

  1. Hématurie
  2. La douleur
  3. Gonflement.

En outre, la maladie est caractérisée par la présence de symptômes, considérés comme non spécifiques.

  • troubles urinaires;
  • métastases aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • compression des vaisseaux sanguins des reins et des structures avoisinantes;
  • une baisse de l'activité du système immunitaire;
  • troubles trophiques dans les structures des organes pelviens;
  • déséquilibre eau-sel.

La connaissance de ce symptôme de la maladie vous permet de le diagnostiquer à un stade précoce. Cela simplifie grandement le traitement de la pathologie et augmente également les chances que le pronostic pour la santé du patient soit très favorable.

Méthodes de diagnostic et de traitement de la maladie

Le cancer des cellules claires est diagnostiqué à l'aide de diverses méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire.

Parmi eux, il convient de souligner:

  • tests sanguins et urinaires généraux et biochimiques;
  • urographie à l'aide d'un appareil à rayons X et d'un agent de contraste;
  • échographie des reins;
  • tomographie par ordinateur;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • biopsie d'organe;
  • examen morphologique des reins droit et gauche.

Lorsque l'hypernéphrome dans le sang peut être observé, le taux de sédimentation des érythrocytes est augmenté, de même que l'anémie. Dans l'urine - la présence de globules sanguins. Si la lésion est localisée à gauche, augmentation de la concentration en métabolites. Pour exclure la présence d'une hémorragie dans la vessie, le médecin peut utiliser l'examen des structures cellulaires des reins.

Il convient de rappeler que la tumeur du rein droit se produit souvent. Ceci est le résultat de la localisation anatomique de certaines structures du système excréteur humain.

Le traitement pathologique peut être basé sur la chirurgie, la radiographie et la chimiothérapie. Avec la fonctionnalité préservée d'un rein non affecté et un stade opérant d'hypernéphromes, le médecin choisit généralement l'ablation radicale de l'organe. Si la maladie n'a affecté qu'une petite partie de la structure rénale, le traitement implique alors une élimination partielle, ce qui préservera la plupart des tissus sains.

Si une intervention chirurgicale n'est pas possible dans un cas particulier, le médecin peut utiliser la méthode d'embolisation artérielle. Dans ce cas, le traitement vise à bloquer le trophisme d'une tumeur maligne.

Il convient de rappeler que le traitement de cette maladie ne devrait être prescrit et supervisé que par un médecin. D'autres options sont dangereuses pour la vie du patient!

Hypernéphrome du rein gauche

Selon les statistiques, un cancer du rein hypernéphroïde est retrouvé dans 90% des cas de diagnostic de néoplasmes rénaux. Il représente 5% du nombre total de maladies oncologiques. La pathologie est diagnostiquée 2 fois plus souvent chez l'homme que chez la femme. Avec un diagnostic opportun, le pronostic est favorable. Pour prévenir les métastases, il convient de consulter un médecin en cas de survenue de symptômes.

Qu'est-ce que l'hypernephrome rénal?

Dans le cancer du rein hypernéphroïde, il se produit une métastase rapide des poumons, de la colonne vertébrale et du crâne.

Le cancer hypernéphroïde ou cellulaire léger est la tumeur maligne la plus répandue des reins. Il se développe à partir de tissu épithélial et peut affecter toute structure de néphron. La taille de la tumeur est de 3 cm.Il existe des cas connus de diagnostic de cancer hypernefroid, dont le poids était de plus de 3 kg. Selon les statistiques, seule une tumeur sur 45, dont la taille est inférieure à 3 cm, est maligne. Le néoplasme se développe souvent à l'intérieur de la capsule rénale et infecte les vaisseaux qui nourrissent l'organe. Les hommes les plus exposés au développement de la pathologie sont les hommes âgés de 40 à 70 ans. Chez les enfants, la maladie est extrêmement rare.

Retour à la table des matières

Qu'est-ce qui cause la maladie?

Les principales raisons du développement de la pathologie incluent:

  • hérédité chargée;
  • fumer, surtout pendant longtemps;
  • déséquilibre hormonal, hormonothérapie;
  • intoxication toxique;
  • mauvaise qualité de l'eau potable, pollution de l'environnement;
  • la présence dans le rein de calculs irritant l'épithélium;
  • une gamme de maladies rénales et métaboliques;
  • en surpoids.

Retour à la table des matières

Mécanisme de développement

Le carcinome à cellules claires du rein ne se forme que dans l'organe cortical. Au stade initial de développement, le cancer hypernéphrotique ne peut être détecté que par angiographie. La fréquence des lésions des reins gauche et droit est approximativement égale. Dans des conditions défavorables, en particulier si le patient fume ou est souvent en contact avec des substances toxiques, par exemple au travail, la tumeur se développe, affectant le parenchyme rénal et y germant. La formation de sorties au-delà de la capsule rénale affecte les vaisseaux sanguins et lymphatiques, organes situés près des reins.

Jusqu'à ce que la tumeur atteigne 5―6 cm de diamètre, aucune métastase ne se produit. L'examen histologique montre que les cellules tumorales sont similaires à l'épithélium des tubules rénaux. On trouve les cellules lumineuses alternant avec des grains et des fuseaux. Le développement intensif de la tumeur entraîne la formation de nécroses, de calcifications et d'hémorragies, qui se retrouvent dans la formation.

Retour à la table des matières

Quels sont les symptômes de la pathologie?

Dans le cancer du rein hypernéphroïde, les symptômes ne peuvent apparaître qu'au dernier stade de développement de la pathologie, lorsque les métastases atteignent d'autres organes.

Au début du développement d'une tumeur, il n'y a aucun signe de la maladie. La pathologie est capable de progresser pendant des dizaines d'années sans se manifester. Avec une augmentation progressive du cancer hypernéphrotique, des douleurs apparaissent dans la région des reins et du sang apparaît périodiquement dans les urines. Si aucun traitement n'est commencé à ce moment-là, une colique rénale chronique peut se développer.

Le cancer se manifeste par une détérioration de l'appétit du patient.

Parallèlement à cela est observé:

  • faiblesse générale;
  • perte d'appétit;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • fièvre
  • un certain nombre de signes caractéristiques de lésions de métastases de divers organes.

Retour à la table des matières

Méthodes de diagnostic

L’hypernephrome du rein est détecté à l’aide des méthodes de diagnostic suivantes:

  • Inspection générale. Le patient a une augmentation de l'abdomen, la manifestation du réseau veineux sur celui-ci, la présence d'un œdème.
  • Analyse clinique du sang. La pathologie est caractérisée par des taux élevés de RSE et de leucocytes.
  • Analyse clinique de l'urine. Dans l'urine, on trouve du sang et du pus.
  • Échographie. Détecte la présence, l'emplacement et l'étendue du développement de la tumeur.
  • Urographie de contraste. Détecte les modifications et les déformations du tissu rénal.

Retour à la table des matières

Comment traiter la pathologie?

En cas de détection d'un cancer du rein hypernéphroïde, une intervention chirurgicale est prescrite. Si le rein non atteint remplit pleinement ses fonctions, la tumeur est enlevée avec l'organe et la glande surrénale affectés. Si le deuxième rein ne fonctionne pas correctement, une partie de l'organe affecté est retirée. Parallèlement au traitement opératoire, une chimiothérapie et une radiothérapie sont menées.

Au dernier stade de la maladie, une personne peut recevoir une radiothérapie.

Si la pathologie est détectée au dernier stade de développement et que l'opération ne donne aucun résultat, le patient reçoit une radiothérapie et une chimiothérapie, si cela est souhaité. Ces méthodes de traitement peuvent ralentir la croissance de la pathologie et prolonger quelque peu la vie du patient. Il est important de fournir un soutien moral au patient et de lui fournir les conditions de vie les plus confortables.

Retour à la table des matières

Quel est le pronostic du cancer du rein?

Hypernephroma rein - formation maligne pouvant métastaser un certain nombre d’organes et entraîner la mort. Selon le stade de développement où la maladie a été diagnostiquée, le pronostic ultérieur dépend:

  • La détection d’une tumeur au stade initial de développement, à condition qu’elle soit entièrement traitée, peut guérir 9 patients sur 10.
  • Le traitement initié à partir du deuxième stade de la maladie entraîne une rémission prolongée chez 50% des patients.
  • Les métastases à d'autres organes permettent à seulement 15% des patients de vivre plus de cinq ans.
  • Avec la germination du rein et la défaite des organes environnants, le pronostic est mauvais.

Retour à la table des matières

Comment prévenir?

Pour éviter le développement d'un cancer des reins, il est important d'arrêter de fumer et d'éviter le contact avec des substances toxiques. Il est recommandé de mener une vie saine, de bien manger et de ne pas manger d'aliments de qualité douteuse. Il est nécessaire de subir régulièrement un examen médical et de traiter rapidement les maladies détectées. Pour un lieu de résidence permanent, choisissez des régions respectueuses de l'environnement.

Les principaux signes d'hypernephromes

Il y a une douleur rénale (dans le bas du dos), du sang dans les urines (hématurie), le rein augmente.

Dans certains cas, le processus oncologique est asymptomatique, pouvant aller jusqu'à la métastase des organes distants.

L'hématurie survient chez 4 patients sur 5 et n'est généralement pas accompagnée de douleur. Parfois, la fièvre et les vomissements sont associés à ce symptôme.

La douleur pendant la miction est rare et est associée à un écoulement de caillots sanguins dans l'uretère (chez la femme, le symptôme n'est pas prononcé).

La quantité de sang dans l'urine peut varier considérablement - des saignements abondants (aux jets) aux inclusions imperceptibles visuellement (les globules rouges sont déterminés dans l'analyse de l'urine).

Galerie de photos: principaux symptômes

Des saignements abondants se développent lors de la fusion d'un gros vaisseau par une tumeur, lors de la germination dans le pelvis rénal.

Au stade du saignement, la tumeur est déjà palpable. En plus du sang dans les urines, des protéines et du pus sont sécrétés (dans la moitié des cas). L'augmentation du rein, malgré le nom de la maladie (hyper-augmentation, néphros-rein), n'est que dans 70% des cas.

L’hypernephrome se propageant relativement lentement, l’espérance de vie de ces patients est donc favorable à son diagnostic et à son élimination en temps voulu.

Le long des canaux lymphatiques, la tumeur se propage à contrecœur, mais il existe des cas où l'hypernéphrome pénètre dans les vaisseaux sanguins jusqu'aux organes voisins, longtemps avant l'apparition des symptômes rénaux.

La douleur n'est observée que chez la moitié des patients aux derniers stades du processus oncologique. Peut être permanent ou périodique, donnez à l'aine, la vessie.

Le blocage des voies urinaires par des caillots sanguins et des éléments tissulaires tumoraux est accompagné d'une clinique de coliques rénales.

Symptômes associés (secondaires)

L'expansion des veines du testicule (varicocèle) est due à la compression de la tumeur ou de métastases (y compris les ganglions lymphatiques intéressés) des veines rénales ou directement du cordon spermatique. En règle générale, les sensations douloureuses ne sont pas accompagnées.

Augmentation de la température corporelle. Les causes de ce symptôme ne sont pas claires. On pense qu'il provoque une dégradation des tissus et un dysfonctionnement hormonal de la glande surrénale touchée.

Manifestations rares d'hypernephromes: essoufflement, énurésie, nausée, brûlures d'estomac. Une cachexie peut survenir à un stade ultérieur de la maladie.

Galerie de photos: Signes connexes

Metastasize la tumeur aux poumons et aux os: le crâne, la colonne lombaire.

Facteurs contribuant au développement de l'hypernephrome

  • Pathologie surrénalienne héréditaire, présence de parents directs atteints d'oncopathologie;
  • Diabète, obésité, hypertension artérielle;
  • L'utilisation de la chimiothérapie, cytostatiques;
  • Kyste, maladie polykystique des reins, glomérulonéphrite, pyélonéphrite;
  • Carcinogènes, effets radioactifs.

Galerie de photos: provoquer des maladies

Diagnostic de la maladie

Les patients ont prescrit une analyse détaillée du sang, de l'urine et d'une échographie.

Pour des informations sur la nature et l'étendue du processus, une IRM du rein avec contraste est prescrite, une biopsie permettant de déterminer le type de tumeur. L'urographie est assignée à l'étude du défaut du bassin. Lorsque l'hématurie produit une cystoscopie.

L'IRM et le scanner peuvent déterminer l'étendue et la faisabilité d'une intervention chirurgicale.

Traitement hypernephrome

À prédominance chirurgicale. En règle générale, nous parlons de l'ablation du rein affecté avec des métastases tumorales, à condition que le second fonctionne normalement.

La complexité de la situation réside dans le fait qu'en l'absence de métastases visibles dans les ganglions lymphatiques régionaux, la maladie peut atteindre des organes distants par le système circulatoire. Par contre, il arrive souvent qu’il n’y ait qu’une métastase et que, lorsqu’elle est retirée, le patient se débarrasse de la maladie.

La radiothérapie est utilisée pour les tumeurs inopérables. L'irradiation ralentit la croissance tumorale. Dans certains cas, le traitement chirurgical est associé à une chimiothérapie et à une radiothérapie.

Vidéo sur le traitement de l'hypernéphrome (néphrectomie)

Indications et contre-indications à la chirurgie

Jusqu'à présent, il n'y a pas de consensus. Position générale - tous les cas d'hypernephrome doivent être opérés, en l'absence de cachexie, de métastases multiples dans les organes internes.

La réduction de la fonction du deuxième rein n'est pas une contre-indication absolue, car le patient décède des suites d'un saignement, d'une intoxication et de la diffusion du processus beaucoup plus rapidement (et plus probablement) que d'une insuffisance rénale. Dans les formes graves d'insuffisance rénale et / ou de diabète sucré, ne sont pas opérés.

En cas d'insuffisance cardiaque grave, l'opération n'est pas effectuée.

Si la tumeur a déjà germé à travers la capsule rénale et a capturé les ganglions lymphatiques environnants, la plupart des cliniques ne fonctionnent pas.

Avec une seule métastase - commencez par retirer le rein affecté, puis la métastase.

Plus l'hypernéphrome est diagnostiqué rapidement et le rein retiré, meilleur est le pronostic pour le patient. Dans des situations difficiles, la possibilité de greffer un organe d'un donneur peut être envisagée.

Étiologie

À ce stade de développement de la médecine, il est impossible de déterminer de manière fiable les causes sous-jacentes à l’hypernéphrome rénal. Selon les statistiques, la pathologie est diagnostiquée plus souvent chez les hommes d'âge moyen et plus avancé (de 40 à 65 ans). Cependant, la plupart d'entre eux sont de gros fumeurs. Le tabagisme est considéré comme l'une des causes les plus probables du développement de tumeurs malignes du système urinaire. Les personnes travaillant dans la production chimique constituent un autre groupe à risque. Un contact constant avec des substances cancérigènes (essence, amiante, solvants organiques, pesticides, etc.) peut entraîner l’apparition d’un hypernéphrome rénal. Par conséquent, les employés des entreprises industrielles qui travaillent en contact permanent avec des substances nocives doivent se soumettre à un examen médical annuel et faire attention à l'état du système urinaire.

Le risque d'hypernéphrome rénal augmente en présence de maladies telles que la pyélonéphrite chronique, la glomérulonéphrite, la néphrolithiase, etc. Le groupe à risque est constitué de personnes dont les parents de sang ont souffert de maladies oncologiques (en particulier du système urinaire).

Morphologie

La tumeur se développe à partir de tissu épithélial. Sa croissance de carcinome à cellules claires peut commencer à partir de n'importe quelle structure de cet organe. Extérieurement, la tumeur ressemble à un nœud avec une surface nodulaire dense. C'est dans la capsule, mais avec une augmentation intensive, il se développe dans les tissus sains. Si la formation atteint une taille importante, elle pénètre non seulement dans le parenchyme rénal, mais endommage également la paroi de la veine cave inférieure. La principale voie de métastase est hématogène.

Lorsqu’elle est coupée, la tumeur est «panachée»: on voit apparaître des foyers nécrotiques, des hémorragies pétéchiales, des accumulations de la couche adipeuse, des zones de croissance du tissu fibreux. Dans l'épaisseur de la formation elle-même, on peut trouver de petits kystes remplis de contenus séreux ou sanguinolents.

Tableau clinique

Le principal danger de l'hypernephrome est son évolution asymptomatique. Dans cette maladie, une très longue période de latence.

La présence d'hypernephromes peut être suspectée pour la première fois lorsque les symptômes locaux apparaissent. L'hématurie sans douleur est la plus importante sur le plan diagnostique. Le sang dans l'urine apparaît brusquement dans le fond du bien-être complet, sans signe d'intoxication aiguë et passe également rapidement. Certains patients indiquent la libération de petits caillots sanguins.

Une hématurie sévère peut entraîner la formation d'un caillot sanguin, ce qui ferme la lumière de l'uretère et empêche le rejet de l'urine en temps voulu. Dans ce contexte, il existe une douleur intense qui se produit après la présence de sang dans les urines. Avec l'occlusion de la lumière de l'uretère, la miction est considérablement gênée, le liquide s'accumule, étire la capsule du rein et provoque une douleur. Les patients décrivent la douleur comme grave, aiguë et crampante. Cette attaque doit être différenciée de la colique rénale.

Dans la période de croissance tumorale rapide, les symptômes d'intoxication se rejoignent. Les patients se plaignent de faiblesse, de léthargie, de perte de poids (cachexie du cancer), de fièvre constante de faible intensité. Avec une augmentation significative de la douleur rénale peut apparaître dans la région lombaire.

Diagnostics

Les plus informatifs chez hypernephroma sont des méthodes de recherche instrumentales. Au cours de la collecte des antécédents et de l'examen physique, le médecin ne peut que suspecter le développement du processus tumoral. En cours d’examen, le médecin attire l’attention sur l’aspect du patient. Asymétrie de l'abdomen, cachexie, pathologie des veines de la cavité abdominale et des membres inférieurs, tout cela peut donner au médecin une idée du développement du processus oncologique. Mais pour les hypernéphromes, ces symptômes ne sont pas pathognomoniques.

La palpation dans la moitié des cas peut être retrouvée hypertrophie du rein. Chez les patients en surpoids ou avec de petites tumeurs, il n'est pas possible de palper l'induration.

Les ultrasons aident à déterminer la taille, la structure, l’échogénicité des reins et de la tumeur. Également à cette fin est attribué un ordinateur ou une imagerie par résonance magnétique.

Le cancer du rein hypernéphroïde peut être confirmé ou réfuté uniquement après une biopsie. Il est utilisé pour déterminer l'affiliation histologique de la tumeur pour le choix du schéma de traitement.

Méthodes de traitement de l'hypernephrome

Le choix du traitement pour le cancer de l'hyper néphroïde du rein dépend du stade de la maladie. Dans les deux premières étapes, vous pouvez recourir à l'ablation chirurgicale de la tumeur. Il est préférable d’effectuer une néphrectomie (résection complète de l’organe en formation). Avec le rein, une partie de la graisse rétropéritonéale et des ganglions lymphatiques régionaux sont enlevés. Cette technique opératoire est nécessaire pour éliminer non seulement la tumeur, mais également les métastases.

Avec une petite taille de la tumeur, lorsqu'il est possible de préserver le corps, il est embolisé. Cette technique dans laquelle la sonde est installée dans les vaisseaux qui alimentent la tumeur. Il ferme la lumière du navire et sa puissance s'arrête.

Si le patient a tardé et que la tumeur ne peut pas être retirée chirurgicalement, une chimiothérapie et une radiothérapie sont prescrites.

Hypernephroma rein est un type de cancer peu agressif. Avec un traitement rapide et une détection précoce du processus tumoral, le pronostic à vie est favorable.

Causes de la pathologie

Les médecins ne peuvent nommer aucune raison exacte du développement de la maladie. Néanmoins, certains facteurs peuvent augmenter le risque d'apparition d'hypernephromes rénaux.

Ceux-ci comprennent:

  • la présence d'un excès de poids;
  • fumer et boire de l'alcool;
  • maladies du système excréteur;
  • traitement avec certains médicaments;
  • grave hérédité génétique;
  • pathologie des glandes endocrines.

Les spécialistes notent également que le cancer du rein hypernéphroïde peut devenir une pathologie concomitante.

Parmi ces maladies initiales, il convient de souligner:

  • l'hypertension;
  • diabète sucré insulino-dépendant;
  • la tuberculose;
  • insuffisance rénale chronique;
  • la présence de kystes;
  • maladies infectieuses et bactériennes.

De plus, n'oubliez pas que les hommes sont beaucoup plus souvent exposés à l'hypernéphrome. La raison en est une violation des glandes surrénales et de la prostate, qui, à des degrés divers, se rapportent au travail du système génito-urinaire.

Dans le cas où cela n’était pas possible, il est nécessaire d’étudier les symptômes du cancer des cellules rénales.

Symptômes d'hypernephromes

Il peut y avoir une différence de plusieurs années entre le moment d'apparition de cette pathologie dans les structures rénales et le début des premiers symptômes.Les signes cliniques de l'hypernephrome sont accompagnés d'une triade spécifique:

En outre, la maladie est caractérisée par la présence de symptômes, considérés comme non spécifiques.

Parmi ces signes, les experts distinguent souvent:

  • faiblesse générale;
  • douleur dans les muscles et les articulations;
  • perte de poids;
  • perte d'appétit;
  • coliques rénales;
  • des nausées et des vomissements;
  • migraine et vertige.

Ces experts comprennent:

  • troubles urinaires;
  • métastases aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • compression des vaisseaux sanguins des reins et des structures avoisinantes;
  • une baisse de l'activité du système immunitaire;
  • troubles trophiques dans les structures des organes pelviens;
  • déséquilibre eau-sel.

La connaissance de ce symptôme de la maladie vous permet de le diagnostiquer à un stade précoce. Cela simplifie grandement le traitement de la pathologie et augmente également les chances que le pronostic pour la santé du patient soit très favorable.

Méthodes de diagnostic et de traitement de la maladie

Le cancer des cellules claires est diagnostiqué à l'aide de diverses méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire.

Parmi eux, il convient de souligner:

  • tests sanguins et urinaires généraux et biochimiques;
  • urographie à l'aide d'un appareil à rayons X et d'un agent de contraste;
  • échographie des reins;
  • tomographie par ordinateur;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • biopsie d'organe;
  • examen morphologique des reins droit et gauche.

Lorsque l'hypernéphrome dans le sang peut être observé, le taux de sédimentation des érythrocytes est augmenté, de même que l'anémie. Dans l'urine - la présence de globules sanguins. Si la lésion est localisée à gauche, augmentation de la concentration en métabolites. Pour exclure la présence d'une hémorragie dans la vessie, le médecin peut utiliser l'examen des structures cellulaires des reins.

Il convient de rappeler que la tumeur du rein droit se produit souvent. Ceci est le résultat de la localisation anatomique de certaines structures du système excréteur humain.

Le traitement pathologique peut être basé sur la chirurgie, la radiographie et la chimiothérapie. Avec la fonctionnalité préservée d'un rein non affecté et un stade opérant d'hypernéphromes, le médecin choisit généralement l'ablation radicale de l'organe. Si la maladie n'a affecté qu'une petite partie de la structure rénale, le traitement implique alors une élimination partielle, ce qui préservera la plupart des tissus sains.

Si une intervention chirurgicale n'est pas possible dans un cas particulier, le médecin peut utiliser la méthode d'embolisation artérielle. Dans ce cas, le traitement vise à bloquer le trophisme d'une tumeur maligne.

Il convient de rappeler que le traitement de cette maladie ne devrait être prescrit et supervisé que par un médecin. D'autres options sont dangereuses pour la vie du patient!