Troubles de la miction masculine

Chez les femmes

La violation de la miction chez les hommes est le plus souvent associée à une obstruction mécanique, c'est-à-dire à un rétrécissement du tractus urinaire à la suite d'une hyperplasie de la prostate. De plus, les troubles urinaires chez les hommes sont associés à une hyperactivité des cellules musculaires lisses de la paroi du tractus urinaire inférieur, ce qui entraîne leur hypertonie. Tandis que l'obstruction mécanique provoque principalement des symptômes obstructifs, l'hyperactivité provoque à la fois des symptômes d'obstruction et d'irritation. En outre, des symptômes assez prononcés du bas appareil urinaire peuvent être observés en l'absence d'obstruction mécanique significative. Les troubles urinaires chez les hommes sont le plus souvent causés par des facteurs à la fois mécaniques et fonctionnels.

Les patients atteints d'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) consultent plus souvent un médecin en raison de symptômes subjectifs et d'un inconfort. Ces symptômes peuvent être:

  • Irritant (irritation) ou comblement (mictions fréquentes, pollakiurie nocturne, urgence, incontinence urinaire impérative);
  • obstructive ou vidange (difficulté à démarrer la miction, flux "lent" et intermittent, crachats, urines ruisselantes après la miction, sensation de vidange incomplète de la vessie);
  • combinaison des composants ci-dessus.

Dans le même temps, les symptômes de remplissage provoquent une plus grande gêne chez les patients - ils ont un impact significatif sur l'activité quotidienne et réduisent la qualité de la vie. La rétention urinaire aiguë est une manifestation extrême des symptômes du bas appareil urinaire causés par l’HBP. Le risque de rétention urinaire aiguë augmente avec l'âge. Le risque augmente également chez les patients présentant un score total d'IPSS supérieur à 7, le taux maximal de débit urinaire.

Littérature recommandée: Alyaev Yu.G., Grigoryan V.A., Gadzhiyeva Z.K. "Troubles Urinaires"

Les informations affichées sur les pages du site ne constituent pas un manuel d'auto-traitement.
En cas de détection de maladies ou de suspicions sur eux devrait consulter un médecin.

Types et symptômes de troubles du système urinaire chez l'homme

Lorsque le système génito-urinaire présente des problèmes importants, il en résulte une violation de la miction des hommes, qui se manifeste par tout un groupe de symptômes.

Le symptôme le plus répandu qui accompagne la violation du système urinaire est une violation de la miction, au cours de laquelle vous pouvez observer un changement important de la fréquence et de la régularité de la miction, une incontrôlabilité accompagnée de douleurs aiguës, une incontinence, un retard prolongé.

Les troubles du système urinaire présentent les symptômes suivants:

  • gestion de la douleur;
  • une diminution du débit urinaire;
  • décoloration de l'urine;
  • retard de la production d'urine;

Il convient de noter que les violations sont divisées en types:

  1. Violation de la fréquence des mictions. Il peut à la fois diminuer et augmenter. Souvent, en parallèle, il existe une rétention urinaire aiguë ou une envie fréquente.
  2. Rétention urinaire Cela représente le genre d'état dans lequel le patient ne peut pas uriner seul, même s'il a un grand désir. La rétention urinaire elle-même a une variation - une rétention urinaire aiguë, qui commence souvent à apparaître brusquement avec des sensations selon lesquelles la vessie est très pleine.
  3. Énurésie Il s’agit du soi-disant processus involontaire et incontrôlable d’excrétion de l’urine. L’envie de aller aux toilettes n’est pas typique pour lui.
  4. Pollakiurie. La miction est fréquente, ce qui provoque initialement une forte envie de vider la vessie.
  5. Impératif, pulsions fortes. Apparaître de manière inattendue, le patient peut ressentir un vif désir de se vider.
  6. Douleur pendant la miction. Il est centralisé dans le périnée, au-dessus du pubis, des fourmillements peuvent apparaître sur toute la longueur du pénis. Il convient de noter que la douleur diminue ou augmente en fonction de la quantité de liquide dans la vessie.
  7. Strangurie. Le retrait liquidien est difficile, il y a des envies fréquentes, une sensation d'urée surpeuplée.

Dysfonctionnement de la miction dans la maladie de la prostate

Une telle violation, qui constitue le principal problème de cette maladie, peut être accompagnée de fréquentes et fausses impulsions accompagnées de l'impossibilité de vider complètement la vessie. Sur la base de la prostatite avancée, qui devient chronique, peut développer une hyperactivité de la vessie, des troubles neurogènes de la miction. Au cours de ce processus, tous les vaisseaux du canal urétral se rétrécissent. La pression urinaire diminue et le jet s’affaiblit ou est complètement interrompu. Un rétrécissement intensif de l'urètre provoque la stagnation de l'urine, ce qui provoque des envies fréquentes.

Quand adénome de la prostate

L'adénome est une telle maladie, à la suite de laquelle des nodules bénins sont formés dans les tissus de la prostate, ils se développent lentement, la glande augmente de taille. Ce processus provoque une variété de problèmes de miction. Le tout premier est un changement dans le flux d'urine, une rétention urinaire aiguë. L'urine est excrétée de manière non concluante, le tout début de la miction commence à s'attarder, accompagné de pulsions assez fréquentes, du sentiment d'une urée surpeuplée. Avec la progression progressive de la maladie, on peut également remarquer une diminution fréquente ou une incontinence absolue de l'urine, alors que l'homme n'est pas en mesure de contrôler son désir d'aller aux toilettes. Dans le contexte d'une descente incontrôlée, l'urine est constamment excrétée en gouttelettes.

Pour adénome de la prostate

En soi, l'adénome de la prostate est une formation bénigne, qui a tendance à croître progressivement sans donner de métastases. Après une hypertrophie de la prostate, il peut y avoir une masse de troubles de la miction. Aux premiers stades de la maladie, il y a un retard dans le début de la descente, le jet perd de son intensité, les pulsions deviennent fréquentes. Une grande envie d'aller aux toilettes apparaît même la nuit, il y a des cas jusqu'à cinq fois. À ce stade de la maladie, la vidange de l'urètre a lieu complètement, au deuxième stade, l'urètre est compacté, de graves dysfonctionnements du fonctionnement du système urinaire apparaissent et, par conséquent, l'urine n'est pas complètement éliminée. Les patients ont l'impression que leur vessie déborde, mais à la fin de la miction, ils ne ressentent aucune sensation de vidange complète. La libération du liquide lui-même s'effectue par petites portions mais fréquemment. Très vite, l'adénome commence à se presser sur le canal de sorte que l'urine est libérée involontairement dans de petites gouttelettes. Au cours de ce processus, on observe un changement important de couleur de l’urine: elle devient rose ou trouble avec une impureté sanglante.

Avec balanite

La balanite est directement liée à une maladie qui cause l'infection de tous les tissus du prépuce et du gland du pénis, ce qui entraîne un processus inflammatoire provoquant un œdème du prépuce et de la tête. Il est à noter que cette maladie trouve sa distribution absolument sur toute la surface et pénètre même dans l'urètre lui-même. En conséquence, l'urétrite commence à se développer, les hommes ont des troubles urinaires. L'infection, qui a eu accès à l'urètre, provoque une inflammation du canal urinaire, une douleur survient lors du sevrage de l'urine. Chez la plupart des patients, l'infraction se caractérise par des appels fréquents aux toilettes, le jet devient intermittent, léthargique. La douleur dans le processus d'abaissement avec la balanite est aiguë, vous pouvez également observer une sensation de brûlure de l'urètre à la surface même du gland du pénis. Il y a aussi un gonflement de l'urètre et à l'avenir, le patient aura d'énormes problèmes d'excrétion d'urine, car pour aller aux toilettes, un homme devra se redresser, et l'urine va sortir dans un flux plutôt faible, en petites gouttelettes.

Maladie et infertilité

Comme mentionné ci-dessus, le concept de violation désigne un trouble au cours duquel un homme peut observer des mictions fréquentes et douloureuses, de l'urine avec du sang et d'autres pathologies. Bien entendu, le processus lui-même ne constitue pas le principal symptôme de l'infertilité, mais montre uniquement la présence de divers processus inflammatoires dans les organes génitaux du patient, susceptibles de provoquer l'infertilité à l'avenir (lisez l'article sur ce problème). Ce type de maladie peut inclure une orchite, une prostatite, une épididymite, une funiculite et autres. Tous ont tendance à se développer à la suite de la pénétration de l'infection dans les organes urinaires, ce qui provoque une défaillance de la miction. En outre, des processus inflammatoires similaires affectent négativement la spermatogenèse, entraînant une diminution de la motilité des spermatozoïdes, une diminution du nombre de spermatozoïdes vivants et une incidence négative sur la conception future d'un enfant utilisant la voie naturelle. En outre, l'inflammation interfère avec la sortie normale du sperme.

Avec vésiculite

La vésiculite agit comme un processus inflammatoire dans les vésicules séminales, ce qui peut également causer une violation de la miction, cela ressemble à de la douleur, du fait que les vésicules enflammées commencent à se comprimer lors de l'accumulation d'urine dans l'urine, ce qui provoque une douleur.

Quand l'hydropisie des membranes testiculaires

Au cours du développement initial, l’hydropisie ne se manifeste pas du tout et ne provoque pas de troubles particuliers. La perturbation de l’hydropisie peut être une conséquence déjà dans les phases finales de la maladie, au cours de laquelle le scrotum augmente de manière significative. En outre, vous devez tenir compte du fait que l’œdème des membranes testiculaires peut entraîner de nouvelles complications, après lesquelles se développent une épididymite ou une orchite aiguë. Lorsqu'une infection passe de l'épididyme à l'urètre et commence avec succès son action «destructive», le patient peut alors souffrir d'uréthrite, caractérisée par une douleur aiguë au cours du retrait de l'urine.

Il convient de noter que ces maladies peuvent également caractériser les troubles de la miction chez les enfants.

Qu'est-ce qui peut causer une miction difficile chez un homme?

Une miction difficile, ou strangurie, est un problème assez commun chez les «hommes». La cause peut être causée par de nombreuses maladies du système génito-urinaire, ainsi que par d'autres systèmes du corps. La limite d'âge n'a pas de signification fondamentale: de plus en plus de jeunes sont exposés à cette pathologie. Mais en raison de l'irresponsabilité de leur santé, de la fausse honte et d'une immunité réduite, les hommes ne se tournent pas vers l'urologue et la maladie progresse, réduisant leur qualité de vie et aggravant leur état général.

Selon les statistiques médicales, les hommes de 30 ans et plus présentent ce problème dans 30% des cas lorsqu'ils consultent un urologue.

Miction difficile a différentes formes, exprimées en:

  • des envies fréquentes d'aller "petit";
  • débit irrégulier d'urine (il peut être divisé et intermittent);
  • inconfort pendant la miction;
  • petites portions d'urine;
  • miction parfois incontrôlable.

Ces symptômes devraient servir de signal à un spécialiste pour en déterminer les causes et prescrire un traitement efficace.

Important à savoir! Tous les changements survenant dans le système urogénital peuvent perturber le processus de miction, causer de la douleur et entraîner des complications graves pouvant aller jusqu'à la mort en cas de début de traitement ou de son absence.

Causes de la strangurie

Une miction obstruée est toujours un symptôme d'une maladie, elle ne se pose pas en soi.

Par conséquent, il est important de comprendre les causes possibles de:

  1. Adénome de la prostate. En raison de l'augmentation de la prostate, qui est sujette au processus inflammatoire, l'urètre est comprimé ou déformé. L'urine ne peut pas se déplacer librement dans l'urètre. Le jet perd sa force, devient faible et coule par intermittence. Un homme doit uriner sur les toilettes avec une grande tension.
  2. Cancer de la prostate. Une condition dangereuse pour la santé et la vie du patient, dans laquelle la prostate se développe avec des modifications de sa structure et de sa forme.
  3. Sténoses des voies urinaires. Un signe de cette pathologie est les parois rétrécies de l'urètre à la suite d'une inflammation affectant les organes génitaux. Cette maladie touche principalement les hommes en raison de l'urètre allongé existant, facilement attaqué par des bactéries nocives.
  4. Prostatite En raison de l'inflammation de la prostate, attaquée par des microbes, contribuant à l'apparition de la maladie, ainsi qu'au gonflement de l'urètre. Ce fait le rend difficile à "aller" aux toilettes. En général, la prostatite est précédée par des maladies précédemment transférées sous la forme d'infections à génocoque, à trichomonas, à mycoplasmes, à chlamydia, à ureaplasma. Les hommes de 50 ans et plus souffrent de la maladie. La strangurie due à la prostatite "ajoute" à son état de malaise général, à un écoulement spécifique de l'urètre, à une altération de la fonction érectile.
  5. Des concrétions (calculs) se sont formées dans le bassin, l'urètre et la vessie rénaux. Leur présence dans les organes ne provoque pas seulement de fortes douleurs en urinant, elle menace également de bloquer ou de rétrécir l'urètre. Le danger existant nécessite une intervention chirurgicale.
  6. Urétrite - inflammation qui affecte l'urètre, le rétrécit et ne donne pas l'urine. En essayant de vider la vessie, un homme ressent une douleur.

Comme on peut le voir ci-dessus, la difficulté à uriner est causée chez l'homme pour diverses raisons. Les changements d'âge se produisent également dans cette liste. Si un homme se plaint de strangurie, c'est peut-être un signe d'adénome.

Important à savoir! Les garçons ou les jeunes hommes ont le plus souvent des difficultés à aller aux toilettes en raison d'hypochondries ou d'hystérie. Les hommes adultes, en revanche, se heurtent à ce problème en raison de l’alcoolisme, de l’utilisation de médicaments diurétiques, de moyens d’excitation et d’une position allongée.

Détérioration de la miction matinale

La rétention urinaire se produit le plus souvent chez les hommes le matin, dès qu'ils se lèvent et vont aux toilettes.

Le problème de la strangurie est accompagné d'un certain nombre d'autres symptômes:

  • malaise général;
  • violation de l'érection;
  • décharge du pénis.

Ces signes indiquent la probabilité d'apparition d'une prostatite due à une infection pénétrante résultant de rapports sexuels sans préservatif, à une lésion des organes pelviens, à un mode de vie sédentaire, à des troubles hormonaux, à des troubles circulatoires ou à une hypothermie régulière.

Le trouble de la miction s'accompagne des symptômes suivants:

  • immunodéprimés;
  • circulation sanguine altérée dans les organes urogénitaux;
  • douleur en urinant;
  • troubles sexuels;
  • dysurie (violation de l'urine).

Mesures de diagnostic

Les hommes doivent apprendre une règle simple: dès la première sensation de malaise lors de la visite aux toilettes, vous devez «écouter» votre corps. Observez le degré de changement dans la nature de l'urine, la fréquence des visites aux toilettes pour vider la vessie et l'apparition de douleurs lors du processus de miction. Les préoccupations concernant le nouvel état de son propre organisme ne doivent pas rester inexpliquées. Un homme doit donc consulter un urologue. Lors de la réception, le spécialiste doit décrire en détail les symptômes et répondre aux questions du médecin afin de recueillir l'anamnèse et le but du diagnostic.

Les mesures de diagnostic sont effectuées de manière exhaustive et comprennent certaines étapes:

  1. Le patient donne du sang pour déterminer un antigène spécifique de la prostate, subit une échographie et la prostate est examinée par palpation. Cela confirme / exclut la présence d'un cancer. Dans certains cas, une biopsie sera nécessaire.
  2. La composition de l'urine du patient est étudiée.
  3. Des scanners ou des échographies sont prescrits pour les concrétions ou adénomes suspectés. Ces méthodes permettent d’évaluer non seulement l’état de la prostate, des reins, de la vessie, mais également leur taille exacte et leur localisation.

De plus, les méthodes de diagnostic incluent:

  1. La débitmétrie urinaire détermine la vitesse de l’urine qui se déplace dans les canaux, son volume, le moment de la miction.
  2. Urethroscopie, réalisée à l'aide d'un appareil à cystoscopie. Il aide à étudier l'urètre, à déterminer la présence de rétrécissements, de calculs, de tumeurs et à bloquer la voie permettant à l'urine de sortir librement.
  3. Ensemencement bactériologique. Pour ce faire, utilisez le frottis urologique matériel pour déterminer l'agent responsable, ainsi que pour évaluer les éventuelles réactions allergiques à l'utilisation d'antibiotiques pendant le traitement.

Traitement de difficulté à uriner

L'approche thérapeutique de la strangurie est basée sur la détermination de ses causes et sur leur élimination. Le médecin établit l'étiologie de la maladie, puis prescrit un régime de traitement individuel à l'aide de médicaments et de physiothérapie, le respect du régime. Il est conseillé aux hommes de ne pas boire de café, d’alcool ou de boissons gazeuses.

Les mictions obstruées sont traitées de différentes manières, en fonction de la gravité et de l'étendue de la maladie. Les principaux médicaments sont des actions urologiques, antibactériennes à large spectre et anticholinergiques. Ces derniers («Buntin», «Oxybutynin», «Probanthin») sont capables de soulager les spasmes de la vessie, l'urètre.

En cas de complications, l'urine est éliminée à l'aide d'un cathéter ou une opération est effectuée. Par conséquent, ne retardez pas la visite chez le médecin.

Le traitement des difficultés à uriner implique le passage de plusieurs étapes consistant à:

  • prendre des médicaments qui inhibent le développement de l'hyperplasie (bénigne);
  • application de la méthode chirurgicale dans les situations nécessaires (cancer, adénome) d'ablation partielle ou complète de la prostate;
  • élimination des sténoses (manipulation endoscopique utilisée pour exciser la zone du rétrécissement);
  • prendre des médicaments pour la lithiase urinaire;
  • manipulations qui cassent des calculs dans le bassin ou la vessie;
  • utilisation d'antibiotiques pour lutter contre la prostatite, l'inflammation de l'urètre infectieux;
  • prendre des médicaments anti-inflammatoires.

Important à savoir! Passer avec succès au cours d'un traitement peut ne pas donner de résultats positifs, des problèmes de miction resteront et continueront à nuire à la santé de l'homme. Dans ce cas, le médecin prescrira l'opération en fonction des caractéristiques individuelles du patient et des spécificités de la maladie.

Traitement de strangooria à l'aide de remèdes populaires

Immédiatement, nous notons que la médecine traditionnelle ne peut pas guérir cette maladie. Les recettes sont utiles pour éliminer les symptômes désagréables. Leur utilisation n'est possible qu'après consultation d'un médecin.

Le problème de la difficulté à uriner est résolu avec l'aide de baies de genièvre et de noix. Lorsque l'urine en gouttelettes doit utiliser la recette suivante: la coquille de noix est broyée, à raison de 9 g par jour. L'écorce et les feuilles du noyer sont également utilisées. Ils sont pris sous forme de poudre deux fois par jour (chaque type - 8 grammes).

Le traitement de l'urétrite est facilité par l'administration de poudre de lentille. Une cuillère à soupe du produit est remplie d'eau tiède et utilisée 30 minutes avant les repas. Boire trois fois par jour.

Les ressources Internet contiennent un grand nombre d'ordonnances de médecine alternative. Ils peuvent être sélectionnés en fonction des préférences et des capacités de chacun, mais ils ont déjà coordonné un traitement supplémentaire avec un spécialiste.

Il est important de se rappeler! Le traitement thérapeutique visant à éliminer les maladies urogénitales prend beaucoup de temps. Cela demande de la patience et de l'endurance. Ignorer les premiers signes mènera à une phase de course qui aggravera considérablement la situation. Il est préférable de prendre des mesures de précaution pour prévenir les pathologies dangereuses pour la santé des hommes.

Mesures préventives

L'obstruction des mictions est une menace sérieuse pour le corps et la vie d'un homme. En poussant constamment aux toilettes, vous vous sentez très mal à l'aise. La maladie menace la dégradation de la qualité de la vie, les complications, le sentiment d'infériorité.

Le supplice peut contourner le côté humain si vous prenez des mesures de précaution et suivez des règles simples qui indiquent:

  1. Maintenir un style de vie actif. L'éducation physique, les sports contribuent non seulement au durcissement du corps, mais éliminent également les phénomènes de nature stagnante. Si le travail d'un homme est associé à une posture uniforme en position assise, il est nécessaire de faire des pauses toutes les heures et de faire des exercices (squats).
  2. Cesser de fumer, boire de l'alcool. Toxines empoisonnées, le corps n'est pas capable de résister aux attaques de micro-organismes, il est progressivement détruit et dégradé. Il convient d’exclure du régime les produits contenant une grande quantité de matière grasse, les épices chaudes, frits au beurre, salés et marinés. Une telle nourriture "aide" au blocage des canaux.
  3. La régularité des rapports sexuels avec un partenaire régulier afin d'éviter une infection par des maladies vénériennes.
  4. Visites opportunes chez l'urologue. Une fois par semestre, l'état de santé des hommes devrait être vérifié.
  5. Évitez l’hypothermie régulière, nocive pour les organes du système génito-urinaire. Il faut "isoler" pendant la saison froide, ne pas s'asseoir sur des surfaces de béton ou de pierre.
  6. Respect du calme, évitement des situations conflictuelles, stress, expériences qui peuvent affecter négativement la psyché et les fonctions de barrière du corps.

Il est important de se rappeler! Si vous éprouvez des difficultés à uriner, ne commencez pas le processus à l'extrême. Il n'est pas nécessaire de s'auto-traiter, hésitant à consulter un médecin. Un préjugé stupide peut coûter la vie à chaque homme.

Miction rare chez l'homme

L'état satisfaisant des organes du système urogénital fait partie intégrante de la santé humaine et affecte directement la qualité de la vie. L'un des troubles les plus courants des fonctions physiologiques du corps est une violation de la miction chez l'homme. Des processus compliqués de filtration du sang dans les reins et de libération rapide de l'urine du corps sont nécessaires au maintien de l'homéostasie. L'apparition d'un inconfort pendant la miction, une diminution ou une augmentation de la quantité d'urine peuvent indiquer un certain nombre de maladies du système génito-urinaire et d'autres systèmes du corps. Si vous rencontrez de tels problèmes, vous devriez consulter un urologue. Il est préférable de ne pas reporter la visite à un spécialiste, car toute pathologie peut être traitée avec beaucoup plus de succès aux stades précoces.

Types de troubles de la miction chez les hommes

Les violations de la miction se caractérisent par des symptômes cliniques brillants et divers. Il existe les types suivants de troubles de la miction:

  • La variation du nombre de mictions par jour: dans ce type de trouble, le volume des urines peut varier ou rester dans les limites de la normale;
  • La survenue de douleur pendant la miction: la douleur peut survenir pendant l'envie d'uriner ou directement au cours du processus, peut irradier vers le périnée;
  • Énurésie: chez les hommes, on observe une incontinence urinaire, une envie d'uriner et une sensation de plénitude dans la vessie, en règle générale, sont absentes;
  • Modification du volume d'urine: normalement, la quantité d'urine excrétée doit être approximativement égale à la quantité de liquide consommée par jour, et dépend également du poids corporel de l'homme. La diminution du volume d'urine s'appelle l'oligurie et l'augmentation est la polyurie. Anurie - la cessation complète de l'excrétion de l'urine est une conséquence d'une insuffisance rénale aiguë;
  • Strangurie: difficulté à uriner en raison d'obstructions des voies urinaires d'étiologies diverses;
  • Décoloration de l'urine, présence d'impuretés pathologiques: souvent une conséquence de maladies inflammatoires des voies urinaires;

Les troubles les plus fréquents sont la strangurie et les mictions rares chez l'homme. En outre, des troubles urinaires souvent provoqués par des maladies inflammatoires des organes urinaires, ainsi que par des infections sexuellement transmissibles.

Pourquoi les troubles urinaires surviennent-ils chez les hommes?

De nombreuses maladies sont accompagnées de troubles de la miction. Selon le tableau clinique, on peut supposer la présence d’une pathologie spécifique. Cependant, il est possible de déterminer avec précision les causes de la déficience urinaire chez les hommes uniquement après un examen approfondi par un urologue et, si nécessaire, par un néphrologue. Les principales maladies caractérisées par des troubles de la miction:

  • Maladies inflammatoires (cystite, urétrite). Avec le développement de la réaction inflammatoire, le besoin augmente, la douleur apparaît pendant la miction. Du sang peut apparaître dans les urines.
  • Pathologie du rein (glomérulonéphrite, pyélonéphrite). En raison de la filtration défectueuse et de la réabsorption des liquides, le volume de l'urine excrétée peut changer au cours de la journée, des impuretés apparaissent;
  • Obstruction de différentes parties du tractus urinaire (calculs, tumeurs, contractions). Il est possible qu’il soit difficile d’uriner, d’augmenter ou de diminuer la miction pendant la journée;
  • Processus infectieux dans les organes urinaires (prostatite, orchite). Accompagné de douleur, une violation du nombre de mictions;
  • Troubles métaboliques (diabète);
  • Troubles hormonaux (pathologies de l'adénohypophyse, des glandes surrénales);
  • Traumatisme aux organes urinaires;

Causes de la miction rare chez l'homme

C'est précisément la réduction de la fréquence des mictions qui est une manifestation dangereuse de diverses maladies. Son danger réside dans le fait que l'homme ne remarque pas immédiatement ce symptôme et ne peut demander l'aide d'un médecin avant longtemps. Les facteurs les plus fréquents dans le développement de ce processus pathologique sont l'obstruction de la lumière de l'uretère par une tumeur ou des calculs dans l'urolithiase. La cause en est souvent un spasme des cellules musculaires lisses, incluses dans la structure de l'urètre, des uretères et de la vessie. Le spasme est causé par un surmenage nerveux général, la prise de certains médicaments et une pathologie de l'innervation. Lorsque l'urine retient son corps, les symptômes cliniques suivants apparaissent:

  • Après avoir uriné, il n'y a plus aucune sensation de vider la vessie.
  • L'apparition de douleurs dans le bas-ventre;
  • Violation générale du bien-être;

Une miction rare est un symptôme typique de la rétention urinaire chronique. En outre, les mictions rares sont caractérisées par la présence d'urine résiduelle dans la vessie immédiatement après la miction.

Strangurie: causes

Strangurie est caractérisée par une difficulté à uriner. Les maladies suivantes conduisent à cette pathologie:

  1. Le rétrécissement de l'urètre dû à un adénome de la prostate. Les nouvelles croissances de la prostate sont très courantes chez les hommes de plus de 50 ans. Dans certains pays, un dépistage est même effectué pour identifier les signes d'un processus tumoral naissant dans la prostate. La difficulté de la miction est dans ce cas due à la compression mécanique de la proportion de la glande prostatique augmentée à l'urètre en raison du néoplasme;
  2. Urolithiase. Dans cette maladie, il y a obstruction d'une partie du tractus urinaire par la pierre (pelvis rénal, uretère, vessie, urètre). La maladie se développe sur le fond des désordres métaboliques et peut être exacerbée par les violations d'un régime spécial. En outre, lorsque la lithiase urinaire, des douleurs aiguës peuvent apparaître dans la région transversale, l’apparition de sang dans l’urine due à la traumatisation du calcul épithélial;
  3. Inflammation de la prostate: la compression de l'urètre est à la base du développement de la difficulté à uriner. En cas d'inflammation, gonflement et augmentation de la taille des deux segments de la prostate. L'intoxication générale du corps, la fièvre, la dysfonction érectile et l'apparition d'impuretés pathologiques dans l'urine sont d'autres symptômes.
  4. Urétrite, cystite: dans ces maladies inflammatoires, la miction est principalement gênée par un syndrome douloureux prononcé. Un homme retient involontairement de l'urine pour réduire l'intensité de la douleur. En plus de la douleur, il se caractérise par de fortes démangeaisons ou des brûlures dans l'urètre;
  5. Balanite, balanoposthite: en raison du développement du processus pathologique dans les tissus du gland du pénis et du prépuce, difficulté à uriner. Cela est dû au développement de l'œdème et au chevauchement partiel de l'entrée de l'urètre. En outre, ces maladies sont accompagnées de douleur, d'hyperhémie des parties affectées du pénis. Il existe un risque d'infection par le haut dans d'autres organes urinaires.

Diagnostic et traitement des troubles urinaires chez l'homme

Étant donné le nombre considérable de pathologies associées à ces troubles ou à d'autres troubles de la miction, il est très important de subir un examen complet par un spécialiste. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, consultez immédiatement l’urologue. La conception de l'enquête dépend des plaintes et des caractéristiques individuelles spécifiques de chaque patient. Cependant, les méthodes standard pour examiner les hommes souffrant de troubles urinaires incluent:

  • Test sanguin clinique général;
  • Analyse d'urine générale: une attention particulière est accordée à la présence de globules sanguins, de cylindres, de protéines;
  • Examiner la diurèse quotidienne;
  • Un frottis sur la flore bactérienne de l'urètre avec suspicion d'étiologie infectieuse du processus;
  • Radiographie des reins, des uretères, de la vessie pour la détection du tartre, de leur localisation, de leur taille;
  • Échographie des reins pour étudier l'état du parenchyme rénal;
  • Échographie de la prostate;

Après avoir mené une enquête et obtenu les résultats des tests, le médecin choisira individuellement un schéma thérapeutique pouvant inclure des méthodes conservatrices et chirurgicales (pour la lithiase urinaire, les néoplasmes des voies urinaires). Il est extrêmement indésirable de se soigner soi-même, des médicaments non contrôlés peuvent supprimer les symptômes, mais n'agissent pas sur la cause immédiate des troubles de la miction.

La dysurie est-elle une maladie commune ou un trouble grave?

Le terme "dysurie" fait référence à un ensemble de symptômes qui parlent d'une forme de déviation de la miction. La dysurie indique des processus pathologiques dans les organes pelviens.

La prévalence des troubles dysuritiques est corrélée au niveau de vie de la population. Si ce chiffre est en moyenne de 20% dans les pays pauvres de l'Est, il atteint 30 à 37% dans les pays d'Europe et d'Amérique. Cela est dû en partie à la détérioration générale de la santé de la population des pays riches, notamment à cause du faible niveau d'activité physique.

Les troubles dysuritiques sont associés à des maladies urogénitales progressives et ont donc tendance à augmenter avec l’âge. Si la fréquence de survenue d'un trouble de miction à des degrés divers chez les personnes des deux sexes jusqu'à l'âge de 60 ans va jusqu'à 20%, ce chiffre dépasse 50% après 60 ans.

Malgré le fait que le système génito-urinaire des hommes et des femmes est différent, les causes fonctionnelles des troubles urinaires sont sensiblement les mêmes.

Difficulté à uriner (strangurie)

Les symptômes

  • Augmente le temps de miction.
  • La miction est difficile.
  • Le flux d'urine devient plus mince, devient lent, jusqu'à l'élimination.
  • Le processus de miction nécessite une tension supplémentaire des muscles abdominaux et, dans certains cas, une pression externe sur le bas de l'abdomen.
  • Le temps qu'il faut pour uriner augmente.
  • Il peut y avoir de la douleur.

Raisons

La strangurie est plus fréquente chez les hommes: la principale cause de difficulté à uriner est le chevauchement mécanique de l'urètre. La prostate, située sous la vessie et entourant le canal urinaire, est précisément l’élément qui comprime la voie d’excrétion urinaire dans les maladies suivantes du système reproducteur masculin:

  • prostatite chronique,
  • adénome,
  • tumeur maligne.

La cystite est la cause la plus fréquente de sturguurie chez les femmes.

La miction obstruée accompagne d'autres pathologies moins courantes:

  • Dysfonctionnement des valves de l'urètre et de la vessie.
  • Urolithiase.
  • Processus inflammatoires dans l'urètre, la vessie.
  • Dystrophie du mur de la vessie.
  • Maladie rénale.
  • Prolapsus des organes génitaux.
  • Un certain nombre de maladies neurologiques.
  • Les tumeurs des organes pelviens (intestins, utérus), fournissant une pression mécanique sur le canal urinaire.

La strangurie se développe progressivement en fonction de la vitesse du processus pathologique principal. Le ralentissement de la progression de la maladie est dû à la capacité du système urinaire à s'adapter aux changements pathologiques en cours.

Méthodes de traitement

Selon la cause de la difficulté à uriner, un traitement approprié est prescrit, ce qui est généralement conservateur.

  • S'il y a un processus inflammatoire, alors des antibiotiques et des anti-inflammatoires sont utilisés.
  • En cas de calculs ou d'autres corps étrangers, une intervention chirurgicale est effectuée.
  • Les tumeurs malignes de la région pelvienne sont soumises à un traitement standard dans ces cas ou à une ablation chirurgicale.

Sans traitement en temps voulu, la strangurie entre dans une forme plus grave de la maladie - l'incapacité d'uriner ou l'ischurie.

Mictions fréquentes (pollakiurie)

Les symptômes

  • Exhorter à uriner plus de 8 fois par jour, dont plus de 2 fois pendant le sommeil.
  • Petites portions d'urine excrétée.
  • Douleur possible dans l'abdomen.

Raisons

Comme dans le cas de la strangurie, les causes des mictions fréquentes sont nombreuses et associées à des processus pathologiques au niveau des organes pelviens, ainsi qu'à d'autres maladies.

La vessie hyperactive est considérée comme la principale cause de pollakiurie. Jusqu'à 40% de la population après 40 ans souffrent de ce trouble. Les femmes dominent cette maladie avec une faible marge et représentent 56%, les hommes - 44% de tous les patients, respectivement.

La vessie montre une activité excessive lorsque la membrane musculaire de la vessie - appelée «détrusor» - est trop forte et rétrécit souvent. La raison en est pas toujours claire. Il peut être enraciné, par exemple, en présence d'une infection de la vessie.

Les autres causes courantes de la pollakiurie chez les hommes et les femmes sont les suivantes:

  • Maladie rénale.
  • Processus inflammatoires dans la vessie.
  • Maladie des voies urinaires.
  • En surpoids.
  • Le diabète
  • Maladies neurologiques conduisant à une dysrégulation de l'urine, par exemple un accident vasculaire cérébral.
  • Tumeurs des organes pelviens, assurant une compression mécanique de la vessie.

Si nous parlons d'hommes, la principale cause de la pollakiurie est une augmentation de la prostate qui, d'une part, réduit légèrement le volume de la vessie, d'autre part - crée une pression excessive sur le sphincter et irrite les récepteurs qui signalent sa surpopulation.

Les femmes ont un complexe d'organes internes de la reproduction, ce qui entraîne une augmentation de la pression sur la vessie. Ici vous devriez lister:

  • Maladies inflammatoires des organes reproducteurs.
  • Changer la position des organes reproducteurs femelles.
  • Syndrome postmenstruel.

La grossesse (à certaines périodes ou pendant toute la durée de la grossesse) s'accompagne d'une envie fréquente d'uriner due à une diminution du volume de la vessie.

En outre, les causes de la pollakiurie temporaire peuvent être:

  • Stress nerveux.
  • Utilisation domestique d'une grande quantité de liquide ou d'alcool.
  • Utilisation de médicaments à effet diurétique (par exemple, dans le cadre de maladies du cœur, du foie et des reins).
  • Les effets des basses températures, entraînant une sensation de "gel", en particulier le refroidissement des pieds en hiver.

Méthodes de traitement

La première chose à faire est de refuser les boissons diurétiques: thé, café et infusions d’action similaire (par exemple, le maté).

La pharmacothérapie comprend les groupes de médicaments suivants:

  • Antibactérien (en fonction du type d'infection et de sa localisation).
  • Médicaments réduisant le processus inflammatoire (par exemple, avec la prostatite)
  • Holinobloqueurs (oxybutynine, chlorure de trospium, toltérodine, solifénacine).

Rétention urinaire (ishurie)

Il est prouvé que cette maladie a été la cause de la mort du grand Pierre Ier. Dans ces temps anciens, les médecins ne pouvaient pas traiter l'isurie.

Les symptômes

  • Incapacité à effectuer la miction.
  • Syndrome douloureux aigu (sauf ischurie, causée par un trouble fondamental du système nerveux central).
  • Une sensation de pression arquée dans le bas-ventre.
  • Dans certains cas, la température peut augmenter.
  • Gonflement de l'abdomen (visible chez les personnes minces).

Raisons

Ishuria est la plus grande difficulté à uriner. Comme la strangurie, cette maladie touche plus souvent les hommes que les femmes.

La principale cause de l'ischurie est le blocage mécanique de l'urètre, qui empêche la sortie de l'urine. Les facteurs de chevauchement peuvent être:

  • Hyperplasie de la prostate.
  • Traumatisme mécanique à l'urètre ou à la vessie, notamment à la suite d'une fracture du bassin.
  • Pierres, tumeurs dans le système urinaire.
  • L'opération réalisée sur des organes adjacents à la vessie.
  • Troubles fondamentaux du système nerveux central (résultant de tumeurs, d'accidents vasculaires cérébraux, de fractures de la colonne vertébrale, de lésions de la moelle épinière ou du cerveau, etc.)

Méthodes de traitement

Ishuria nécessite des soins médicaux d'urgence. Pour la descente d'urine, le patient est guéri par l'urètre. Il s’agit d’une procédure complexe qui doit être effectuée par un technicien qualifié. Le principal danger réside dans la possibilité d'infection de la vessie. Par conséquent, avec un cathéter constant, le tractus urinaire est lavé quotidiennement avec une solution antiseptique.

S'il n'est pas possible de traiter par l'urètre, d'autres méthodes d'extraction de l'urine sont utilisées: la ponction et la cystostomie.

Ishuria est une maladie récurrente: elle a tendance à se répéter. À cet égard, après la descente d'urine, une intervention chirurgicale est recommandée pour éliminer les obstacles à l'écoulement de l'urine.

Incontinence urinaire

Les symptômes

Sous l'incontinence comprendre une telle violation de la miction, dans laquelle:

  • Il y a des pulsions qu'une personne ne peut pas contrôler.
  • L’urine est excrétée indépendamment de la volonté de la personne (la soi-disant fuite involontaire se produit).

Raisons

Les femmes sont plus susceptibles de souffrir d'incontinence que les hommes. Cela est dû aux particularités de la structure anatomique des organes de reproduction de la femme, ainsi qu'aux déformations de ces organes lors de l'accouchement.

On distingue les types d’incontinence urinaire suivants:

En présence de défauts du système urinaire qui ne permettent pas de produire une miction contrôlée, il est d'usage de parler d'un faux caractère d'incontinence urinaire. Les défauts peuvent être:

  • congénitale (par exemple, localisation anormale des uretères);
  • acquis à la suite d'une blessure (par exemple, violation de l'intégrité du tractus excréteur ou de dommages à la structure du sphincter).
    2. vrai

Cela implique l'absence de défauts anatomiques ou acquis du système génito-urinaire.

Un autre nom pour cette espèce est urgent. Cela implique des crises de miction soudaines et aiguës qui sont sur le point de devenir possibles. En l'absence de la capacité d'uriner, le processus se produit involontairement.

Il se produit à la suite d'une contraction involontaire du détrusor. La violation de l'innervation du détrusor se produit pour trois raisons:

  • neurologique (accident vasculaire cérébral, sclérose en plaques, maladie de Parkinson);
  • à la suite de changements liés à l'âge, ou de modifications de l'anatomie des organes urinaires.
  • infection dans la vessie.
    4. stressant

Se produit pendant une activité physique (courir, monter des escaliers, se pencher, mais aussi tousser, éternuer, etc.) et est associé à un faible tonus des muscles pelviens, ce qui entraîne un prolapsus des organes urinaires et une diminution de la pression dans l'urètre. Dans le même temps, une augmentation de la pression intra-abdominale pendant l'exercice augmente la pression sur la vessie, ce qui provoque une fuite spontanée de l'urine.

Il s'agit d'un type d'incontinence masculine associé à un chevauchement de l'urètre par la prostate en état d'hyperplasie. En conséquence, une ischurie survient, la pression dans la vessie augmente et dépasse finalement la pression résultant du chevauchement de l'urètre. En raison du fait que le processus est incontrôlable, on parle d’incontinence urinaire.

L'énurésie nocturne peut avoir de nombreuses causes:

  • Prédisposition génétique.
  • Augmentation de la production nocturne d'urine par les reins en raison d'un déficit en hormone antidiurétique (vasopressine) ou d'une insensibilité des reins à ses effets.
  • Contractions involontaires du détrusor.
  • Diminution de la capacité vésicale en raison de la tension constante du détrusor.
  • Un effet secondaire des médicaments (p. Ex. Somnifères, médicaments psychiatriques).

L'incontinence urinaire sans traitement entraîne la progression des maladies urologiques.

Méthodes de traitement

Le traitement non médicamenteux est effectué simultanément avec le médicament et implique les composants suivants:

  • Entraînement de la vessie.

La technique vise à modifier le stéréotype de la miction: ne pas uriner quand il le souhaite, mais selon un calendrier. Un programme spécial est en cours d’élaboration, selon lequel une personne augmentera progressivement les intervalles entre les mictions jusqu’à 3 heures.

Pour renforcer l'utilisation connue exercice de Kegel. Son essence réside dans la réduction consciente des muscles effectuant l'interruption de la miction.

Le traitement de la toxicomanie comprend:

  • Antispasmodiques (driptan)
  • Antidépresseurs (imipramine, amitriptyline, duloxétine)
  • Holinobloqueurs (oxybutynine, chlorure de trospium, toltérodine, solifénacine).
  • Desmopressin (un analogue synthétique de la vasopressine pour les personnes souffrant d'énurésie nocturne)

Avec l'inefficacité du traitement conservateur pendant 2-3 mois, la question de la faisabilité d'une intervention chirurgicale peut être soulevée. Objectifs de l'opération:

  • Reconstruction des mécanismes du sphincter urétral.
  • Restauration de l'anatomie pelvienne avec facultés affaiblies.
  • Reconstruction du plancher pelvien.

Une méthode chirurgicale est la boucle synthétique sans urétropexie.

Vous ne savez pas comment choisir une clinique ou un médecin à des prix raisonnables? Centre d'enregistrement unifié par téléphone au +7 (499) 519-32-84.

Troubles de la miction masculine

Les mictions fréquentes sont un symptôme assez commun chez les hommes. Normalement, un homme adulte devrait recevoir environ un demi-litre d'eau par jour. Le nombre de sorties aux toilettes varie entre 6 et 10, mais cet indicateur est purement individuel et varie considérablement en fonction du régime alimentaire, du régime hydrique et de la présence de maladies chroniques.

L'envie fréquente d'uriner est un sentiment subjectif; les patients ne consultent donc pas toujours rapidement un médecin qui présente de telles plaintes. Il est à noter que la plupart des maladies associées à des mictions fréquentes sont traitées avec succès et détectées à un stade précoce.

Causes de mictions fréquentes chez l'homme

Toutes les raisons qui poussent les hommes à se rendre souvent aux toilettes peuvent être divisées en deux catégories: physiologiques et pathologiques.

Les causes physiologiques comprennent des modifications de l’alimentation et une consommation accrue de liquides. La quantité de diurèse quotidienne moyenne peut augmenter les produits tels que les fruits crus et les légumes non féculents. Les fortes propriétés diurétiques ont le café et l'alcool. Le coupable le plus évident dans les mictions fréquentes est la bière, une boisson que beaucoup d'hommes consomment beaucoup et souvent.

Si l'augmentation de la diurèse est associée à la nutrition, la miction normale est rétablie dans les jours qui suivent la correction du régime. De plus, les erreurs nutritionnelles et les abus individuels de boissons alcoolisées ne provoquent aucune sensation pathologique liée à la toilette, par exemple des douleurs et des crampes contrairement à certaines maladies, dont le principal symptôme est une miction fréquente.

Prostatite

La prostatite est une maladie inflammatoire de la prostate. Elle survient le plus souvent à cause d'une infection bactérienne et peut se développer même à un âge relativement jeune. En l'absence de traitement opportun, il peut devenir chronique et tourmenter un homme pendant longtemps. La chronisation du processus est également facilitée par un cours de thérapie qui n'est pas complètement enseigné. Les hommes disparaissent souvent après avoir reçu une liste d'ordonnances d'un médecin et ne se présentent pas au contrôle, ce qui peut révéler la nécessité d'adapter le schéma thérapeutique.

En plus des mictions fréquentes pendant la prostatite, un homme peut se plaindre d’un mauvais écoulement d’urine - c’est-à-dire que le besoin urgent sera fréquent, mais non productif. Il est possible que le patient éprouve des difficultés lors de la coupe ou de tout autre inconfort.

Adénome de la prostate

L'adénome est une tumeur bénigne de la prostate qui, de plus en plus grande, serre l'urètre. En même temps, l'homme éprouvant de fréquents envies d'aller aux toilettes ne peut toutefois pas vider complètement sa vessie. Malgré le fait que le patient est sévèrement sollicité, le jet semble lent et intermittent. Parallèlement à cela, ces patients peuvent souffrir d'incontinence urinaire, surtout la nuit.

L'adénome de la prostate se trouve le plus souvent déjà chez les personnes âgées. Les jeunes hommes ne connaissent presque pas cette maladie.

Souvent, les mictions fréquentes chez les hommes peuvent être attribuées à des maladies du système urinaire - pyélonéphrite, cystite, urétrite et urolithiase. Dans de tels cas, la miction devient non seulement fréquente, mais peut également être très douloureuse.

Pyélonéphrite

La pyélonéphrite est une maladie rénale de nature inflammatoire, dans laquelle les fonctions de formation et de séparation de l'urine peuvent être perturbées. En l'absence de traitement adéquat, cela peut entraîner des conséquences graves, telles que le dysfonctionnement rénal - l'insuffisance rénale. Avec la pyélonéphrite, un homme fera l'expérience d'un gonflement, de mictions douloureuses et fréquentes. Dans ce cas, le principal signe diagnostique sera la modification des paramètres de laboratoire de l'analyse sanguine biochimique et des tests cliniques généraux de sang et d'urine.

La cystite

La cystite - inflammation de la vessie - un phénomène assez rare chez les hommes, peut toutefois aussi causer des mictions fréquentes. Il peut se développer à la suite d'une hypothermie ou de l'ingestion d'une infection urogénitale. Dans ce cas, de fréquentes habitudes de toilette peuvent être associées à divers types d'écoulement urétral, ainsi qu'à une température basse, à des symptômes de malaise général et à une éruption cutanée au niveau de l'aine.

Urétrite

Urétrite - le plus souvent gêne les hommes. Cela est dû à la longueur considérable de l'urètre - le canal urinaire - et à la généralité des fonctions exercées (miction et séparation de l'éjaculat). Cette caractéristique physiologique augmente le risque d'urétrite due aux infections urogénitales chez les hommes par rapport aux femmes.

Urolithiase

La lithiase urinaire ou sa version plus légère - la diurèse au sel entraîne également une augmentation du nombre de visites aux toilettes. Cela est dû au fait que les calculs urinaires irritent les voies urinaires, ce qui se manifeste dans le sentiment subjectif d’envie d’uriner. Un facteur supplémentaire est l'augmentation de la quantité de fluide prélevée, ce qui facilite le déchargement des calculs.

Outre les pathologies décrites ci-dessus, les médecins sécrètent des maladies vénériennes et des infections urogénitales qui, une fois dans le corps, provoquent une urétrite.

Infections urogénitales ou MST

Les infections urogénitales et les maladies sexuellement transmissibles incluent la gonorrhée, la syphilis, la chlamydia et d’autres. En raison des caractéristiques anatomiques du corps masculin, toutes ces infections peuvent provoquer une inflammation de l'urètre, accompagnée de sécrétions, de mictions fréquentes et de coupures.

Symptômes pouvant accompagner les mictions fréquentes chez l'homme

Si des facteurs physiologiques, tels qu'une augmentation de la quantité de liquide consommée ou un régime alimentaire particulier, sont à l'origine de fréquents aller aux toilettes, la miction plus fréquente ne s'accompagne généralement pas de symptômes supplémentaires. Si le patient a l'une des maladies décrites ci-dessus, il est tout à fait possible qu'il se plaint de:

  • Douleur ou crampes pendant la miction;
  • Sensation d'un jet discontinu, qui reprend après un changement de position du corps ou un tremblement;
  • Les soi-disant fausses envies, lorsqu'un homme ressent le besoin d'uriner, mais ne peut le faire en raison de l'obstruction du canal;
  • Décharge de l'urètre, dont la nature dépend de l'infection qui les a causés.
  • Fièvre, frissons, fièvre et symptômes de malaise général;
  • Douleur dans la région lombaire, ce qui peut être très important dans les sensations.

Si les visites fréquentes aux toilettes sont accompagnées des conditions décrites ci-dessus, il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible. Si le patient se plaint de douleurs aiguës dans le dos juste au-dessus de la taille, il est recommandé de faire appel à une ambulance, car la décharge des calculs est très douloureuse et nécessite des soins médicaux immédiats.

Diagnostic de mictions fréquentes chez l'homme

Les procédures de diagnostic dans ce cas ne commencent qu'après la collecte des antécédents et l'examen externe du patient. Le médecin vous posera certainement des questions sur le mode de vie, le régime alimentaire, le régime hydrique et les médicaments pris. Il est probable que le spécialiste s’intéressera à certains aspects de la vie intime d’un homme, en particulier si des mictions fréquentes sont associées à un écoulement aigu et étrange de l’urètre. Le plus souvent, le diagnostic repose sur les résultats des études suivantes:

  • Un test sanguin avec la définition d'une formule suggère la présence d'un processus inflammatoire dans le corps et permet de tirer des conclusions sur sa nature (infectieuse ou non). Souvent, les données obtenues peuvent déterminer la déshydratation ou la présence de saignements internes.
  • Analyse biochimique du sang - le principal intérêt de l'augmentation de la miction réside dans des marqueurs de l'état du rein tels que la créatinine, l'urée et l'acide urique.
  • Analyse clinique de l'urine - le plus révélateur des maladies du système urinaire. Il vous permet de déterminer la présence de sels dans le matériel à l'étude, ainsi que de protéines, de sang et de mucus. Toutes ces inclusions sont pathologiques et indiquent que les mictions fréquentes chez l'homme sont causées par une maladie particulière.
  • Échographie des reins et de la vessie - démontre très clairement la présence de calculs dans ces organes, ainsi que la présence d'un processus inflammatoire ou d'autres modifications pathologiques. Avant de procéder à une échographie, vous devez boire au moins un litre d’eau claire et non gazeuse pendant une heure pour une meilleure visualisation.
  • Un frottis urétral suivi d'un bakposevom vous permet d'identifier et d'identifier les infections urogénitales ou les MST. De même, les agents pathogènes du groupe TORCH peuvent être identifiés, ce qui peut également provoquer des mictions fréquentes dans certains cas.
  • La tomodensitométrie est utilisée dans les cas où les ultrasons ne permettent pas de déterminer avec précision la taille et la composition des calculs. Habituellement, une telle procédure est déjà effectuée aux stades avancés du diagnostic, en particulier si une lithotripsie ou une intervention chirurgicale sans contact est prévue.

Mictions fréquentes chez les hommes: traitement

Comme déjà mentionné, le traitement n’est efficace que si l’augmentation des mictions est un symptôme de la maladie. Sinon, il est recommandé d’apporter des modifications à votre régime alimentaire, d’abandonner l’alcool ou les médicaments diurétiques, le cas échéant.

Pour le traitement des pathologies dont le symptôme est une miction fréquente, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • Diurétiques - le plus souvent à base de matières végétales, qui augmentent doucement la diurèse, contribuant ainsi à la décharge de calculs ou de toxines bactériennes.
  • Les médicaments qui modifient le pH de l'urine dans une certaine direction sont nécessaires à la destruction des calculs et des cristaux, afin qu'ils puissent quitter le corps naturellement.
  • Uroantiseptiques - médicaments ayant un effet bactéricide sur les microorganismes pathologiques vivant dans le système urinaire.
  • Les antibiotiques sont utilisés pour traiter les infections urogénitales et les MST.
  • Remèdes antiprotozoaires - utilisés pour traiter certaines maladies causées par des protozoaires, telles que la chlamydia ou l’ureaplasma.
  • Les médicaments antiviraux sont efficaces si les mictions fréquentes sont causées par l'exacerbation d'une infection virale, par exemple le virus de l'herpès génital humain ou le papillome humain.
  • Bloqueurs sélectifs des alpha-adrénorécepteurs - utilisés pour traiter la prostatite et l'adénome de la prostate. Le plus souvent dans la thérapie complexe.

Prévention des mictions fréquentes

La prévention des mictions fréquentes ne doit avoir lieu que si elle est un symptôme de la maladie. S'il s'agit d'une réaction normale du corps à la quantité de liquide bue, il s'agit au contraire d'un aspect positif, car le corps est nettoyé naturellement.

Afin de prévenir le développement de maladies urologiques, il est nécessaire de suivre quelques règles simples:

  • Pratiquez le sexe protégé en utilisant des méthodes de barrière pour prévenir l'infection par les infections urogénitales, ainsi que les MST.
  • Suivez les principes d'une alimentation saine pour réduire le risque de calculs dans les reins. Refus de consommer de l'alcool ou d'être modéré à cet égard.
  • Se soumettre à un examen préventif opportun afin de pouvoir détecter la maladie à un stade précoce. Ceci est particulièrement important avec la lithiase urinaire. Le sable ou les monocristaux répondent bien au traitement et ne nécessitent pas d'extraction chirurgicale.