Symptômes et traitement de la cystite de rayonnement

Infertilité

Tous les médicaments et mesures thérapeutiques ont certains effets secondaires. Ainsi, en présence de tumeurs malignes dans la région pelvienne, la radiothérapie est prescrite. Elle est également capable de provoquer une pathologie telle que la cystite de rayonnement. Selon les statistiques, dans presque tous les cas sur cinq, il existe des signes de dommages à la vessie. C'est pourquoi il est particulièrement important de savoir comment se déroule la pathologie et quelles méthodes existent pour son élimination.

Causes de la cystite de radiation

Le développement de pathologies telles que la radiothérapie ou la cystite post-radiologique a deux raisons:

  • réponse irrégulière des tissus à l'exposition aux radiations;
  • violation des techniques de radiothérapie.

En conséquence, les tissus des voies urinaires sont endommagés, ce qui entraîne l'apparition de troubles fonctionnels. Simultanément, des symptômes tels que incontinence urinaire, réduction du volume de la vessie, durcissement des parois, formation de fistule et signes d'inflammation apparaissent.

La formation d'hyperréflexie est caractéristique des dommages causés par les radiations lorsqu'une sensibilité accrue des parois de l'organe est constatée. En outre, dans presque tous les cas, l’infection est survenue. Lors de l'examen d'un patient, il est important d'apprendre à distinguer cette pathologie des modifications postérieures à la chimiothérapie. Les symptômes dans ce cas sont souvent associés à une douleur aiguë. Lors de la vidange de la vessie apparaissent des impuretés sanguines.

Clinique de la maladie

Selon le type de symptômes qui apparaissent, il existe cinq types de pathologie:

  • La formation de changements vasculaires sur les parois du corps. Il en résulte une hématurie: impuretés sanguines dans les urines. Mictions fréquentes. Dans les études de laboratoire, la présence dans l'urine d'érythrocytes, de leucocytes et de protéines. Etudes biochimiques sans modifications. Les mêmes signes apparaissent dans la cystite après la chimiothérapie, il est donc particulièrement important de collecter l'anamnèse. Pour confirmer le diagnostic, une cystoscopie est prescrite, ce qui permet de détecter des timbres présentant des hémorragies.
  • La cystite catarrhale se manifeste par une augmentation de la miction jusqu'à 25-30 fois par jour. À la fin de la vidange de la bulle marquée douleur intense, parfois il y a des gouttes de sang. Dans ce cas, le diagnostic différentiel est important, ce qui permet de distinguer les dommages radioactifs de la cystite après la chimiothérapie. À cette fin, une cystoscopie est prescrite, ce qui permet de détecter une diminution du volume de la vessie et des zones hémorragiques.
  • Formation d'ulcères de radiation. Il fait sentir les signes suivants: augmentation de la miction jusqu’à 30 fois à la frappe, douleur intense, présence d’impuretés sanguines dans l’urine, ainsi que libération de flocons et de sable. Chez les femmes, il y a une lésion des organes reproducteurs. Dans une étude de laboratoire, des leucocytes, des érythrocytes, des bactéries et une grande quantité de sels de calcium sont détectés. Lors d'un examen instrumental de la vessie, une modification du volume de l'organe n'est pas observée ou est notée en petites quantités. Par conséquent, il est possible de distinguer entre les radiations et les cystites chimiques uniquement grâce à l'évaluation d'activités antérieures, à savoir la radiothérapie.
  • La cystite invasive est particulièrement brillante. La fréquence des mictions atteint 40 fois à la frappe, dans l'urine il y a des impuretés de sang et de sable. La présence de bactéries est caractéristique. Lorsque la cystoscopie a révélé une diminution du volume du corps à 100 millilitres. Les ulcères sont marqués sur les muqueuses et recouverts d'une tache blanche de sels et de protéines.
  • La cystite à rayons est souvent confondue avec la renaissance d'un cancer. Psevdorak procède avec des changements dans les parois de la membrane muqueuse du corps. La douleur peut être absente. Les symptômes suivants sont caractéristiques: augmentation de la miction, présence de sang dans les urines et détérioration de l'état général.

Événements médicaux

Toute la complexité de la pathologie réside dans le fait que dans presque cent pour cent des cas, elle se produit avec la formation de profonds changements dans les tissus de l'organe. Contrairement à la cystite de radiation, une substance chimique se développe suite à une augmentation de la charge sur les reins et la vessie, qui doivent éliminer du corps les produits formés après la chimiothérapie. Par conséquent, la thérapie dans de tels cas est réduite à la nomination de médicaments anti-inflammatoires et à l'entretien du corps.

La cystite de rayonnement est rarement sujet à un traitement médicamenteux. Au stade initial du traitement est réduite à la nomination de médicaments qui renforcent l'immunité locale et améliorent la nutrition des tissus de l'organe affecté.

Afin de ne pas avoir à traiter le processus inflammatoire à l'avenir, des agents antibactériens sont prescrits aux premiers signes d'irradiation et un traitement anti-inflammatoire est sélectionné. Chez les femmes, il est particulièrement important de réorganiser les organes génitaux afin de prévenir la transmission de l'infection.

En plus de ce qui précède, le traitement de la cystite comprend la nomination de médicaments pour stimuler la circulation sanguine, améliorer la régénération des tissus, réduire l'humeur allergique du corps, ainsi que des antalgiques et des antispasmodiques. En présence d'incontinence urinaire, des agents sont prescrits pour réduire la contractilité de l'organe.

À la maison, il n'est pas recommandé de traiter les lésions par rayonnement. Il est permis d'utiliser des remèdes populaires avec l'autorisation d'un médecin. En règle générale, à la maison, les recettes sont utilisées pour réduire l'inflammation, soulager l'irritabilité et augmenter l'immunité générale.

Les méthodes chirurgicales ont la plus grande efficacité. Un tel traitement est prescrit si la pharmacothérapie et la physiothérapie ne produisent aucun effet pendant 4 à 6 mois. En outre, les indications pour la chirurgie sont:

  • une forte diminution du volume de la bulle;
  • violation de la perméabilité due à la formation d'œdème ou de blocage avec une pierre;
  • accumulation de grandes quantités de sang dans la vessie;
  • la présence de grosses pierres dans la vessie.

Le traitement chirurgical consiste à éliminer les corps étrangers, à éliminer les ulcères, à rétablir la conductivité des conduits, etc. Après la chirurgie, des médicaments anti-inflammatoires, immunostimulants et analgésiques sont prescrits. Les traitements parallèles sont autorisés indépendamment, y compris les remèdes populaires, sous la surveillance d'un médecin.

Complications et prévention de la pathologie

En l'absence de traitement ou si la maladie progresse rapidement, la probabilité de modifications cicatricielles des parois de la vessie et l'accumulation de plus de calculs augmente. Chez les femmes, il existe un risque de formation de fistule.

La seule prévention de la pathologie est un examen régulier par un spécialiste de tous les patients soumis à un traitement des tumeurs malignes par radiothérapie.

La vidéo suivante porte sur la prévention et le traitement de la cystite:

Cystite de rayonnement

La cystite est une maladie inflammatoire de la vessie. Le plus souvent, la pathologie est due à une infection dans le corps, mais une inflammation non infectieuse est également possible. Cette dernière comprend la cystite par radiation chez les femmes, qui survient après la radiothérapie pour le cancer.

Le fait est que la membrane de la vessie est très sensible à divers stimuli. La radiothérapie irrite les parois de la vessie, perturbe la circulation sanguine des tissus et provoque l'apparition d'ulcérations. La cystite de rayonnement est une pathologie pouvant entraîner de graves complications. Par conséquent, lorsque des signes de maladie apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Causes de la cystite de radiation chez les femmes

Selon les statistiques, il y a cystite radique chez 5 femmes ayant traité un cancer de l'utérus, des ovaires ou d'autres organes du pelvis. Amélioration du risque de cystite, procédure incorrecte, réaction inadéquate du corps au traitement, caractéristique du corps.

  • fortes doses;
  • procédures trop fréquentes;
  • violation de la procédure;
  • si les tissus sont mal protégés des radiations.

En radiothérapie, le médecin agit sur le cancer en le détruisant par irradiation. Mais pendant le traitement, les tissus environnants sont blessés. Si la tumeur était située près de la vessie, des fissures douloureuses apparaîtront à l'arrière-plan de la radiothérapie, ce qui perturbera le métabolisme.

Pour éviter cela, la radiothérapie est prescrite avec une pause de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines. Pendant ce temps, le tissu sain blessé est restauré. Si la procédure est effectuée trop souvent, des complications peuvent survenir, notamment une cystite de rayonnement.

Symptômes de la cystite de rayonnement

La cystite de rayonnement chez les hommes et les femmes se manifeste par les symptômes suivants:

  • mictions fréquentes;
  • douleur dans le bas-ventre et pendant la miction, les rapports sexuels;
  • avec la cystite de radiation, du sang peut également apparaître dans les urines.

Une caractéristique distinctive de la cystite causée par d'autres pathologies est la douleur, avec des envies fréquentes d'aller aux toilettes. Le patient peut se rendre aux toilettes 20 à 30 fois par jour, tandis que l’urine libère des gouttelettes, bien que le besoin soit assez prononcé. Avec la cystite de radiation, les patients se plaignent d'une détérioration de leur état général. Il peut y avoir des vertiges, des nausées, une faiblesse, des performances réduites.

Si vous rencontrez des problèmes de miction après une radiothérapie, consultez votre urologue le plus tôt possible. Si vous ne consultez pas votre médecin à temps, les complications suivantes surviennent:

  • perforation de la fistule vésicale;
  • saignements;
  • la formation de calculs dans la vessie;
  • cicatrices de la vessie.

Dans les cas graves, une intervention chirurgicale sera nécessaire.

Comment traiter la cystite de rayonnement: médicaments

Le traitement de la cystite de rayonnement est généralement conservateur, les opérations sont effectuées dans de rares cas et avec de graves violations du travail de l'organe. Tout d'abord, les patients se voient prescrire des anti-inflammatoires.

Une administration d'argent, d'oxygène ou de méthyluracile directement dans la vessie est indiquée. Si un tel traitement est inefficace, des corticostéroïdes sont introduits - des anti-inflammatoires hormonaux.

Bien que la cystite de rayonnement ne soit pas infectieuse, les bactéries peuvent toujours pénétrer dans l’organe par l’urètre et compliquer la situation. Dans ce cas, la nomination de médicaments antibactériens:

Pour le soulagement de la douleur, les antispasmodiques sont présentés, par exemple No-shpa et les analgésiques.

Les phytopreparations ayant des effets diurétiques et anti-inflammatoires sont également utilisées pour traiter la cystite par radiation:

Il est impératif d'assigner un traitement adjuvant sous forme de complexes de vitamines, de médicaments immunomodulateurs, de médicaments pour la régénération rapide de la paroi de la vessie.

Remèdes populaires pour la cystite radique

La cystite après la radiothérapie n'est pas recommandée pour traiter leurs propres remèdes populaires. Si vous avez des problèmes, vous devez immédiatement consulter un médecin. Dans le traitement complexe est autorisé l'utilisation de remèdes populaires, ils ont un effet symptomatique et aident à éliminer la douleur.

Pour le traitement de la cystite de rayonnement, les remèdes suivants sont utiles:

  • jus de myrtille et de canneberge;
  • collection urologique avec busserole, calendula, feuille d’airelle et d’autres herbes;
  • plateaux de camomille, thé à la camomille;
  • de l'inflammation contribue à la décoction de l'hypericum.

Il n'est pas recommandé de faire un échauffement avec une cystite de rayonnement, car la maladie peut être compliquée du fait d'une telle procédure.

Conclusion

La cystite de radiation est une maladie très désagréable, qui complique grandement la vie d'un patient atteint d'oncologie. Si le temps d'agir, alors se débarrasser des manifestations de la cystite sera rapidement. Mais il est très important que la thérapie soit opportune et correcte et qu'elle soit également réalisée sous la supervision d'un spécialiste expérimenté.

Traitement de la cystite de rayonnement

Laisser un commentaire

La cystite de radiation est la conséquence la plus courante de la chimiothérapie. La membrane muqueuse de la vessie est très sensible aux radiations; de ce fait, lors de l'exposition aux radiations du corps humain, la circulation sanguine, le métabolisme et la régénération en souffrent et des ulcères se forment dans la paroi de la vessie. La cystite de radiation apparaît souvent après une chimiothérapie intracavitaire pour le cancer de la vessie, du vagin et du col de l'utérus.

Les causes

La pathologie post-radiologique a deux causes principales:

  • réaction incorrecte des tissus du corps à la chimiothérapie;
  • exécution injuste de l'équipement.

Par la suite, cela commence inévitablement à endommager les tissus de la vessie, entraînant la formation de troubles. Selon les statistiques, les symptômes de dysfonctionnement des voies urinaires commencent littéralement tous les cinq cas de chimiothérapie. C'est pourquoi il est nécessaire d'étudier attentivement les symptômes de la pathologie et de déterminer comment elle peut être traitée.

Symptômes de pathologie

Le principal signe que vous avez contracté une cystite post-irradiante est le syndrome de la douleur, au cours duquel les mictions des femmes sont très douloureuses. Le reste du temps, il se produit une douleur coupante au bas de l'abdomen. Le nombre de rafales à vider peut être de 30 fois par jour, voire plus. Caractéristique peut être appelée une diminution du volume de l'urine. Il devient trouble, il y a souvent du sang, souvent en volumes assez considérables. En outre, dans l'urine peuvent être détectés des flocons ou de petites pierres, ce qui est un signe d'une grande abondance de sels. Un patient atteint de cystite radique note inévitablement l'apparition d'une faiblesse, d'une fatigabilité facile, de maux de tête et de vertiges, et sa qualité de vie diminue.

Tenant compte du fait que la cystite est extrêmement rare chez les hommes, la plupart d’entre eux ne prêtent aucune attention à ses signes, ce qui permet à ces maladies de progresser. Cependant, les symptômes de la cystite chez l'homme sont nombreux et ils sont assez spécifiques:

  • miction douloureuse;
  • augmentation de la fréquence des mictions et difficulté de ce processus;
  • douleur dans la région pubienne;
  • matières étrangères dans l'urine.
Retour à la table des matières

Des complications

La cystite de rayonnement provoquée par la chimiothérapie peut être compliquée par un saignement important, des rides cicatricielles de la vessie, des calculs dans l'organe et la fistule entre la vessie et le vagin, qui sont des trous traversants. Ces signes peuvent mettre la vie en danger et nécessiter des soins médicaux immédiats.

Traitement de la cystite

Le traitement de la cystite par irradiation pose des difficultés considérables car, par la suite, la chimiothérapie entraîne de profonds changements dans la paroi de la vessie en raison d’une diminution de la réparation tissulaire, de l’ajout de diverses infections et d’une diminution de la résistance corporelle. Il est possible de guérir cette pathologie, je suis guidé par les actions thérapeutiques suivantes:

  • traitement fortifiant;
  • thérapie antibactérienne;
  • thérapie symptomatique;
  • intervention chirurgicale.
Retour à la table des matières

Thérapie réparatrice avec des médicaments

Le traitement de la cystite après la radiothérapie consiste à injecter les médicaments directement dans la vessie, ce qui permet une préparation aussi rapide et efficace que possible. Dans une situation où cette pathologie est légère, il suffit d'injecter de l'oxygène, de l'argent et du méthylurocyle à l'intérieur. Cependant, la méthode ci-dessus ne donne souvent pas un effet positif. Les médecins se tournent ensuite vers les corticoïdes pour obtenir de l'aide, ce qui affecte la zone touchée. Les corticostéroïdes peuvent être utilisés non seulement en injections, mais également en comprimés.

L'une des méthodes les plus importantes de traitement de la pathologie de la cystite par rayonnement consiste en un traitement de renforcement général visant à maintenir et à améliorer l'immunité du patient. On injecte par voie intraveineuse au patient des préparations protéiques et des médicaments, à l'aide desquels la récupération des cellules endommagées de la membrane muqueuse est accélérée. En outre, il est nécessaire de renforcer le corps du patient avec des multivitamines, telles que la vitamine B12, l'acide folique et l'acide ascorbique.

Thérapie antibactérienne

Lorsque la cystite radioactive est diagnostiquée au stade initial, elle ne s'accompagne pas de symptômes exprimés de manière aiguë et ne menace pas du tout la vie de la femme. Il est possible d'arrêter son évolution en utilisant des bougies à la belladone. Cependant, cela ne garantit pas une guérison totale, pour laquelle des mesures plus sérieuses devraient être prises. Il peut arriver que la pathologie soit compliquée par une infection parvenue dans le canal urinaire. Dans cette situation, les médecins prescrivent des antibiotiques. La durée du traitement est d'environ 10 jours, au cours desquels les bactéries de la vessie du patient sont détruites.

Thérapie symptomatique

Outre ce qui précède, le traitement comprend des médicaments conçus pour stimuler la circulation sanguine, améliorer la régénération des tissus, réduire les réactions allergiques dans le corps, ainsi que des analgésiques et des antispasmodiques. Si la cystite radioactive est accompagnée d’incontinence urinaire, un médicament est prescrit au patient afin de réduire la contractilité de l’organe.

Traitement chirurgical

Cependant, le traitement le plus efficace est une intervention chirurgicale. Cette méthode est prescrite dans les cas où la pharmacothérapie n’a pas eu d’effet pendant 4 à 6 mois. Les indications pour les méthodes chirurgicales sont:

  • une diminution rapide du volume de la vessie;
  • violation de la perméabilité due au gonflement ou au blocage avec une pierre;
  • la présence d'une quantité considérable de sang dans la vessie;
  • être dans la vessie de grosses pierres.

L'intervention chirurgicale consiste à enlever les corps étrangers, à rétablir la conductivité du conduit et d'autres manipulations. Après l'opération, les médecins prescrivent au patient des anti-inflammatoires, des immunostimulants et des analgésiques. L'auto-traitement est acceptable, ce qui inclut les remèdes populaires, cependant, sous la supervision d'un médecin.

Traitement à l'aide de remèdes populaires

La plupart des guérisseurs sont d'accord et recommandent de traiter les pathologies après la chimiothérapie en injectant de l'huile de poisson ou de l'argousier dans la vessie de la femme. Ces fonds ont réellement un effet cicatrisant, cependant, seulement lorsqu'ils sont appliqués à l'extérieur, l'introduction à l'intérieur est dangereuse, car il y a une chance de contracter une infection supplémentaire ou de blesser la paroi de la vessie. Les remèdes populaires les plus inoffensifs incluent les décoctions suivantes: busserole, ortie et canneberge. Ces infusions ont une action anti-inflammatoire, antibactérienne et diurétique. Cependant, il convient de rappeler que les remèdes à base de plantes fonctionnent mal.

Nourriture santé

Pour guérir la pathologie, vous devez surveiller de près le régime alimentaire et vous en tenir à des aliments sains. Les produits doivent être dotés d'un grand nombre de calories et inclure un nombre considérable de protéines et de vitamines. Les aliments irritants pour les muqueuses doivent être exclus du régime alimentaire. Ces produits comprennent les oignons, l'ail, le radis, les aliments épicés et fumés. Dans le régime alimentaire devra inclure l'huile de poisson, l'huile d'argousier et les jus de fruits frais. Il convient de noter que ce régime doit être compilé par une diététiste, car il est important que le patient au cours du traitement des effets de la chimiothérapie utilise des produits qui aident à restaurer la membrane muqueuse.

Prévention de la cystite de rayonnement

Étant donné que la chimiothérapie est une conséquence de la cystite de radiation, les patients devront prévenir le cancer. Les médecins recommandent fortement d'arrêter de fumer et de cesser complètement de boire de l'alcool, de suivre un régime alimentaire sain et de suivre la routine quotidienne. Il est nécessaire de procéder chaque année à un examen endoscopique de la vessie par des spécialistes.

Cystite postradiation

Dans le traitement des néoplasmes malins, la radiothérapie est souvent réalisée - irradiation d'une tumeur avec des faisceaux de rayonnements ionisants (rayons X, γ, β - rayonnement neutronique).

La méthode repose sur une sensibilité relativement plus grande à l'ionisation des cellules cancéreuses à division rapide par rapport aux cellules normales.

Si les cellules se divisent souvent, les dommages de l'ADN plus rapidement s'accumulent sous l'influence de l'ionisation, ce qui empêche leur reproduction. La tumeur est irradiée de manière à nuire le moins possible aux tissus sains, mais malheureusement, il n’est pas toujours possible de l’éviter complètement.

Lors de l'irradiation de tumeurs situées dans la région pelvienne, le tissu de la vessie est souvent endommagé accidentellement. La muqueuse vésicale est très sensible aux rayonnements ionisants. Le plus souvent, il est affecté par l'irradiation des cancers de la vessie et, chez la femme, des tumeurs malignes du vagin et du col de l'utérus. Si la tumeur est située au loin (dans la poitrine, par exemple), la vessie n'est pas exposée à l'action directe du faisceau ionisant et la cystite ne peut se développer qu'en conséquence d'une diminution de l'immunité générale.

Sous l'influence des radiations, la membrane muqueuse de la vessie perd partiellement ses propriétés protectrices, ce qui contribue à la reproduction des micro-organismes pathogènes et conditionnellement pathogènes qu'elle contient.

Avec l'impact direct du faisceau, la régénération naturelle de la membrane muqueuse peut être perturbée, ce qui conduit au développement progressif d'ulcères profonds affectant la paroi musculaire de la vessie.

Cystite après radiothérapie

La cystite après radiothérapie se manifeste cliniquement après 3 à 6 semaines, parfois même après plusieurs années. Comme il est causé par des modifications dégénératives de l'épithélium de la membrane muqueuse, des récepteurs nerveux, des vaisseaux sanguins, il peut difficilement faire l'objet d'un traitement conservateur et constitue un grave problème urologique. Les manifestations de la cystite post-radiologique ressemblent à des manifestations de cystite d'étiologie différente, mais parfois plus prononcées:

  • miction fréquente d'uriner (20 à 40 fois par jour), parfois improductive;
  • douleurs coupantes pendant et après la miction;
  • l'apparition de sang dans l'urine, coloration parfois uniforme de l'urine, parfois goutte à la fin de la miction, formant parfois des caillots;
  • la formation de flocons dans l'urine et éventuellement de calculs solides - cristaux de sels urinaires;
  • incontinence urinaire.

Tableau clinique

Le tableau clinique de la cystite dépend de la nature des lésions de la vessie associées à l'irradiation:

  1. Les varices, une augmentation de la perméabilité de leurs parois. Dans l'urine, du sang apparaît, besoin urgent d'uriner fréquemment. L'analyse d'urine détecte les leucocytes, les protéines et l'hémoglobine. L'examen cytoscopique révèle des hémorragies muqueuses.
  2. Catarrhe. Se manifeste par des mictions fréquentes et douloureuses au bout desquelles une petite quantité de sang est sécrétée. L'analyse d'urine révèle les globules rouges, les globules blancs et les protéines. La cystoscopie détecte les hémorragies et les zones ulcérées de la membrane muqueuse. Réduction possible du volume de la cavité de la bulle.
  3. Inflammation chronique, accompagnée de dépôts sur la membrane muqueuse de couches de cristaux de sel urinaires (incrustation de cystite). Elle est causée par une bactérie pathogène conditionnelle qui décompose l’urée (Corinebacterium Urealyticum, E. Coli, Ureaplasma Urealyticum) dans le contexte d’une diminution de la résistance aux antimicrobiens de la muqueuse vésicale. Diffère très fréquemment et douloureuse miction, l'urine comprend du sang, des flocons, des calculs durs. L'analyse urinaire montre un grand nombre de leucocytes, érythrocytes, calcium; La culture bactériologique d'urine révèle une microflore pathogène. L'analyse biochimique du sang montre l'excès de créatinine et d'urée. La membrane muqueuse de la vessie est recouverte d'ulcérations, le produit de la coagulation sanguine - fibrine, dépôts de sel. Sous cette forme, une réduction significative du volume de la vessie peut être observée.
  4. La formation d'ulcère de rayonnement. Se manifeste par des mictions fréquentes, une douleur constante, du sang dans les urines. Dans l'urine peuvent apparaître des flocons et du "sable". L'analyse d'urine révèle des leucocytes, des érythrocytes, des protéines, des sels de calcium, des bactéries. La cystoscopie peut différencier la formation d’ulcères de radiation de la cystite encroûtante ou de l’inflammation catarrhale. Une complication des ulcères de radiation peut être une perforation de la paroi de la vessie ou, chez la femme, la formation d'une fistule vésico-vaginale.
  5. Parfois, des manifestations similaires aux symptômes de la cystite post-irradiation peuvent provoquer une dégénérescence cancéreuse de la membrane muqueuse de la vessie, caractérisée par des mictions fréquentes et l'apparition de sang dans les urines. Le syndrome douloureux peut être absent.

L'examen cytoscopique de la cystite avec antécédents de radiothérapie des organes pelviens est crucial pour le diagnostic et la prescription d'un traitement adéquat; Ce n'est pas le cas lorsque le patient peut refuser une procédure désagréable.

Traitement conservateur de la cystite de rayonnement

Les méthodes de traitement conservateur peuvent être générales, affectant le patient de manière systémique et locale. Le plus souvent, ils sont utilisés dans le complexe.

  • en cas d'infection bactérienne, une antibiothérapie est indiquée en fonction des résultats d'un antibiogramme ou d'un antibiotique à large spectre prescrit de manière empirique;
  • en cas de spasme réflexe des sphincters des voies urinaires (en réaction à une douleur) et de difficultés à uriner, appliquez un médicament antispasmodique - papaverine, mais - shpa et autres;
  • pour les douleurs douloureuses, des analgésiques non narcotiques sont utilisés, souvent en association avec des antispasmodiques (spazmalgon ou analgine intramusculaire avec de la papavérine);
  • L'acide ascorbique et les vitamines du groupe B sont prescrits pour augmenter la capacité de régénération des tissus de la vessie.
  • l'introduction dans la cavité de la vessie de solutions aqueuses d'antiseptiques - Miramistin (chlorhexidine), dioxidine;
  • pour la cautérisation des ulcères, des préparations d'argent sont parfois introduites dans la cavité de la vessie;
  • introduction dans la vessie d'une solution aqueuse de méthyluracile, accélérant la régénération tissulaire et la cicatrisation de la surface de la plaie;
  • introduction d'une solution d'hydrocortisone dans la vessie (effet anti-inflammatoire, réduction de la perméabilité capillaire, inhibition de la croissance du tissu conjonctif). Dans certains cas, l'hydrocortisone est contre-indiquée en raison de son effet immunosuppresseur.

Méthodes invasives (chirurgicales)

Les méthodes chirurgicales sont utilisées si le traitement conservateur est inefficace:

  • diathermocoagulation - cautérisation des lésions de la membrane muqueuse et des vaisseaux saignants;
  • enlèvement de grosses pierres
  • résection d'ulcères, de fistules, de formations cicatricielles;
  • ablation de la vessie dans les cas critiques (perte complète de la fonction en raison de la croissance du tissu cicatriciel, du développement d'un cancer) avec élimination des uretères dans la stomie.

Cystite après chimiothérapie

Dans les maladies oncologiques, on utilise des cytostatiques - des produits chimiques toxiques qui agissent de manière sélective sur les cellules à croissance rapide en interférant avec leur cycle de vie. Si une cellule est dans la phase inactive de son existence, le cytostatique n'agit pas sur elle.

Outre les cellules cancéreuses, les cellules cutanées, les follicules pileux, les cellules épithéliales des muqueuses prolifèrent rapidement - ils deviennent également la cible de cytostatiques, ce qui provoque chez le patient un certain nombre d'effets secondaires de gravité variable (perte de cheveux lors de la chimiothérapie, qui repoussent après son achèvement).

Les cellules de la membrane muqueuse de la vessie se divisent activement et souvent, de sorte que les cytostatiques ont un effet néfaste sur elles. La cystite après la chimiothérapie est un effet secondaire fréquent.

  • l'apparition de douleurs et de spasmes en urinant;
  • augmentation du besoin d'uriner;
  • douleurs abdominales douloureuses et douloureuses;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • malaise, fatigue, fièvre est possible.

Recommandations

Avec l'apparition de ces symptômes, il est recommandé au patient de boire beaucoup afin de réduire la concentration de toxines dans l'urine et de les laver progressivement. Des diurétiques, des antispasmodiques et des anti-inflammatoires sont également prescrits.

En tant que diurétique, le furosémide est le plus souvent prescrit, ce qui a un effet immédiat et prononcé, ou ses analogues. Si une infection est contaminée (et que la probabilité que cela se produise est grande, la muqueuse perdant ses propriétés protectrices), des antibiotiques appropriés sont prescrits.

Contribue au traitement des décoctions et des extraits d'herbes médicinales - Busserole, soie de maïs, feuille d'airelles. Des préparations à base de plantes complexes peuvent être prescrites, par exemple, Cyston.

Le pronostic de la maladie, comparé aux effets des radiations, est favorable: après la fin de l'exposition aux cytostatiques, l'épithélium devrait se rétablir progressivement.

Caractéristiques de la cystite de rayonnement: traitement et prévention chez les femmes à la maison, médicaments

Cystite de rayonnement: traitement et prévention. La maladie est une maladie de la vessie dont le développement contribue à l'influence des rayonnements ionisants. Cette forme de l'évolution de la maladie est traitée d'une manière différente de celle d'une cystite bactérienne, prend plus longtemps. Cette maladie est particulièrement susceptible chez les femmes qui ont subi une procédure de radiothérapie intravaginale. Cela entraîne un petit déplacement de l'utérus, ce qui rend la vessie un peu protégée.

Symptômes de la maladie

La cystite de rayonnement nécessite un traitement à long terme. La maladie à un stade précoce se manifeste par certains symptômes 3 à 6 semaines après la radiothérapie. Plus tard peut se faire connaître dans quelques années. Le traitement de la cystite par rayonnement, qui doit être complet et opportun, est une maladie dangereuse et vous ne devez donc pas retarder la visite chez le médecin.

La maladie commence à se manifester par des troubles de la miction. Le patient peut aller "petit à petit" aux toilettes jusqu'à 40 fois par jour. De plus, il y a une sensation de brûlure, une coupure. Dans l'urine apparaissent des cailloux, du sable. Dans certains cas, du sang peut apparaître dans le sang.

Comment traite-t-on la cystite?

La radiothérapie peut toucher les parois urinaires, de sorte que cette cystite est traitée selon un régime particulier.

Les lésions trophiques sont souvent réinfectées. Des tissus cicatriciels se forment sur ces zones.

Le traitement de la cystite par rayonnement implique un traitement qui dure longtemps. Cela devrait inclure la prise d'agents antibactériens, d'antispasmodiques, d'analgésiques. En outre, la phytothérapie peut être prescrite.

Pour le traitement de la cystite, des instillations intracavitaires peuvent être prescrites sous cette forme. Ils représentent l'introduction de médicaments dans la cavité urinaire.

Thérapie antibiotique

En tant qu’agent antimicrobien, le médecin peut vous prescrire des médicaments ayant un large spectre d’action. Ceux-ci incluent: Amoxiclav, Metronidazole, Meronem.

En règle générale, deux types d'antibiotiques sont utilisés simultanément. Les injections sont utilisées au début du traitement. Après eux, le patient doit prendre des médicaments par voie orale. Prescrire le dosage devrait être un docteur, basé sur l'état de santé du patient.

Instillations intracavitaires

Des médicaments à base d'argent, des stéroïdes à action anti-inflammatoire, de l'oxygène liquéfié sont injectés dans la cavité corporelle.

L'utilisation intra-vésicale de corticostéroïdes réduit l'inflammation, supprime les poches et la douleur. Les agents à base d'argent sont caractérisés par des propriétés caustiques. Avec leur aide, il est possible d'accélérer le processus de guérison des ulcères atteints de cystite de rayonnement. La cystite postradiation sous forme aiguë nécessite un traitement local. Les solutions suivantes sont injectées dans la cavité de l'organe du système urogénital:

Miramistin (chlorhexidine) ou dioxidine. Ces médicaments sont antiseptiques et n'irritent pas le corps.

Les préparations ont un large spectre d’action, elles peuvent donc être utilisées pour combattre tout microbe pathogène.

Méthyluracile et méthacine sous forme de solutions aqueuses. Les moyens diffèrent de l'effet anabolique et anticatabolique. Ils visent à accélérer la récupération des tissus atrophiques. Hydrocortisone. Il est caractérisé par un puissant effet anti-inflammatoire, réduit la perméabilité des vaisseaux sanguins.

Anesthésiques de l'action locale. Réduit la sensibilité à la douleur. Les médecins recommandent d'utiliser la lidocaïne à cette fin.

Traitement symptomatique

Pour éliminer les symptômes de la cystite de radiation, vous pouvez utiliser des agents antispasmodiques. Les antispasmodiques les plus efficaces comprennent No-shpa, Papaverine, Drotaverinum. Les analgésiques utilisaient de l'ibuprofène, du baralgin.

Tous ces médicaments visent à éliminer la douleur et à réduire la gravité de l'inflammation.

Phytothérapie

Le traitement de la cystite, dû aux procédures de radiation, implique non seulement des médicaments de synthèse, mais également des décoctions thérapeutiques. Phytodrugs aident à accélérer le processus d'élimination des microorganismes du corps en raison de l'augmentation de la miction. De tels agents ont également un effet anti-inflammatoire.

La cystite peut être chronique et aiguë. Dans certains cas, l'inflammation urinaire peut être très grave.

Le traitement de la cystite par irradiation à l'aide de remèdes populaires est impossible.

La cystite de rayonnement est l’une des variétés de cette maladie qui se développe à la suite de l’exposition à la vessie de fortes doses de rayonnements ionisants. Le traitement de la cystite post-irradiante est dans la plupart des cas plus long qu'avec l'étiologie bactérienne de la maladie. Les femmes qui subissent des procédures de radiothérapie intravaginale courent le plus grand risque de développer cette maladie. En même temps, l'utérus se déplace généralement un peu, laissant la vessie sans protection.

Le développement de la cystite de rayonnement peut prendre un certain temps. Ainsi, les formes précoces de la maladie ne se manifestent cliniquement que 3 à 6 semaines après la radiothérapie, et les formes tardives, après quelques années.

Principes généraux de traitement de la cystite d'origine radiologique

Le traitement actuel de la cystite de rayonnement est similaire à celui de ses formes bactériennes, mais il est plus massif et plus durable. Les modifications morphologiques dans les tissus de la vessie nécessitent une correction minutieuse, parfois impossible à produire par des moyens conservateurs.

Au cours de la cystoscopie sur la membrane muqueuse de la vessie, il est souvent noté la présence d'ulcérations profondes et saignantes, affectant également la paroi musculaire de l'organe. De tels défauts conduisent à l'apparition d'une hématurie macroscopique. Ceci est une indication directe du traitement hémostatique et de la cautérisation de l'ulcère à l'aide des techniques endoscopiques existantes.

Dans la plupart des cas, les symptômes de la maladie suggèrent une diminution de la capacité de la vessie. Cette hypothèse est confirmée par échographie et cystoscopie. Une réduction significative de la cavité de l'organe peut également nécessiter une intervention chirurgicale.

Le traitement médicamenteux de la cystite radio-induite vise à prévenir ou à supprimer les complications bactériennes, à améliorer la microcirculation sanguine dans l'organe touché, à arrêter le saignement, à l'analgésie et à augmenter l'activité des processus de régénération généraux dans le corps du patient.

Traitement conservateur général et local

Un traitement pharmacologique systémique pour des maladies telles que la cystite post-radiologique est effectué dans les domaines suivants:

  1. Thérapie antibiotique. Un traitement antimicrobien est prescrit selon les indications, s’il existe des preuves d’un processus bactérien actif dans la lésion. Il est recommandé de pratiquer une culture d'urine pour la sensibilité aux antibiotiques, mais dans la plupart des cas, le traitement antimicrobien est prescrit sur la base de la microflore la plus probable, en utilisant des médicaments à large spectre (amoxiclav, métronidazole, ofloxacine, pefloxacine, gentamicine).
  2. Enlèvement de spasme. Le processus inflammatoire, accompagné de rezi pendant la miction, peut contribuer au développement de spasmes réflexes des sphincters urétraux. Cela conduit à une rétention urinaire aiguë. L'élimination des phénomènes spastiques est réalisée par l'administration parentérale au patient de solutions d'agents antispasmodiques. Médicaments éprouvés tels que no-spa, drotavérine, papavérine.
  3. Analgésie. La cystite de radiation peut être accompagnée de douleurs intenses, en particulier au moment de l'acte de miction. On prescrit à ces patients des antalgiques non narcotiques (analgine, baralgin, kétorol). Il est conseillé d'utiliser des moyens combinés, tels que spasmalgon, combinant analgésique et antispasmodique. En outre, par voie intramusculaire et le mélange traditionnel de dipyrone et de papavérine.
  4. Renforcement des processus généraux de régénération. Afin de renforcer le système immunitaire, d'améliorer la cicatrisation des plaies, de renforcer la paroi vasculaire, on prescrit un traitement vitaminique aux patients, au cours duquel une attention particulière est accordée aux vitamines du groupe B et à l'acide ascorbique.

Pour en savoir plus sur les causes de la cystite et les méthodes de traitement, consultez la vidéo:

La cystite postradiation active nécessite un traitement local. Des solutions sont injectées dans la cavité de la vessie:

  1. Miramistin (chlorhexidine) ou dioxidine. Ces fonds sont des antiseptiques pour plaies qui ne contiennent pas de substances irritantes. Un large spectre d'action antimicrobien des médicaments permet leur utilisation en présence de presque toutes les souches de micro-organismes pathogènes. L'utilisation de solutions à base d'alcool pour l'introduction dans la vessie est strictement interdite!
  2. Méthyluracile et méthacine sous forme de solutions aqueuses. Les préparations ont un effet anabolique et anti-catabolique prononcé, contribuent à la restauration rapide des tissus atrophiques, arrêtent et empêchent le développement de processus destructeurs.
  3. Hydrocortisone. Il a un effet anti-inflammatoire puissant et rapide, inhibe l'activité de l'inflammation, réduit la perméabilité des vaisseaux sanguins au foyer de la pathologie, réduisant ainsi le niveau d'infiltration des tissus par les éléments sanguins.
  4. Anesthésiques locaux. Réduisez la sensibilité à la douleur en bloquant la transmission de l'influx nerveux. En raison de la meilleure absorption par les muqueuses, les experts préfèrent utiliser la lidocaïne et ses dérivés.

Dans la forme considérée de la maladie, le traitement avec des remèdes populaires comme méthode principale de suppression du processus inflammatoire n’est pas cohérent. Les lésions ulcéro-nécrotiques profondes de la vessie nécessitent un examen attentif et les effets thérapeutiques les plus efficaces, qui ne peuvent être atteints qu'avec le recours à la médecine traditionnelle.

Traitements invasifs

Des méthodes invasives de diagnostic et de traitement sont utilisées en cas de suspicion d'ulcères profonds de la paroi vésicale. Ainsi, l’ulcère saignant est soumis à une diathermocoagulation ou à un cautère chimique.

Après chimiothérapie avec des cautériseurs, le patient est soumis à un traitement conservateur complet. En cas de présence de cicatrices massives conduisant à une cessation presque complète de la fonction de la vessie, ainsi que pendant le développement dans la zone d'inflammation des néoplasmes malins, l'organe malade est retiré (cystectomie).

Traitement de la cystite après radiothérapie

La radiothérapie est le traitement des néoplasmes à l'aide de rayonnements ionisants, qui ont un effet destructeur sur les cellules tumorales. Avec cette procédure, l'exposition aux radiations peut affecter la vessie. La cystite devient souvent une conséquence de la radiothérapie. Dans cet article, nous allons résoudre ce problème et trouver un traitement curatif pour tout le monde.

Pourquoi la cystite de radiation se produit-elle?

La radiothérapie des cellules cancéreuses est utilisée en médecine depuis longtemps. L'essence de la méthode consiste en l'effet d'un certain type d'énergie sur les cellules malignes, avec leur destruction et destruction ultérieures. Mais en plus des tumeurs, les radiations peuvent également affecter les cellules saines.

Causes de la cystite de rayonnement:

  • forte dose de rayonnement;
  • courtes pauses entre les procédures;
  • violation de la technique de thérapie;
  • La muqueuse vésicale est très sensible aux rayonnements ionisants;
  • L'exposition aux radiations entraîne une diminution des fonctions de protection du corps, ce qui peut provoquer la croissance et le développement d'agents pathogènes.

Les changements pathologiques dans les parois de la vessie se produisent le plus souvent après la radiothérapie des organes pelviens.

Qu'advient-il de la vessie avec la cystite de rayonnement

Les modifications de la vessie après une telle thérapie peuvent être mineures et étendues.

Dommages causés par la radiation à la vessie:

  • mictions fréquentes et douloureuses (dans les cas graves, jusqu'à 40 fois par jour);
  • la présence de sang dans les urines (microhématurie);
  • modifications vasculaires de la vessie (télangiectasie);
  • réduction de la capacité de la vessie;
  • changements ulcératifs-nécrotiques.

Les dommages causés par les radiations sont répartis dans les types suivants:

  • précoce (peut survenir en cours de radiothérapie et pendant 3 mois après son achèvement);
  • tardive (après 3 mois, le plus souvent plusieurs années).

Le traitement de la cystite après la radiothérapie dépend de la gravité de la maladie et est un processus long.

Traitement

Avant la nomination du traitement de la cystite de rayonnement, vous devez subir un diagnostic approfondi. Généralement, la base du traitement est la thérapie anti-inflammatoire, la stimulation des processus de régénération, les médicaments pour augmenter l'immunité globale.

En raison de la complexité de la maladie et des modifications pathologiques graves de la vessie, les méthodes conservatrices de traitement de la cystite par rayonnement ne produisent pas toujours l'effet souhaité.

Traitement anti-inflammatoire pour cette maladie

Dans les processus inflammatoires de la vessie, dus à l'activité de bactéries et à l'infection associée, des agents anti-inflammatoires et antibactériens sont prescrits, par exemple, Amoxiclav (amoxicilline + acide clavulanique), Métronidazole.

Au stade initial du traitement, les injections sont le plus souvent prescrites. Après le cours des injections, vous aurez peut-être besoin de médicaments supplémentaires sous forme de comprimés.

Pour une suppression plus efficace et rapide des micro-organismes pathogènes, instillez l’instillation de la vessie. Par instillation, on entend le goutte-à-goutte de médicaments dans l'urètre. Le médecin choisit les médicaments individuellement.

Outre les médicaments antibactériens, des médicaments stimulant les processus de réparation (régénération) de la vessie peuvent être prescrits.

Pour les douleurs aiguës, des analgésiques sont prescrits ("Ketorol", "Baralgin") et des antispasmodiques ("No-shpa", "Papaverin").

Traitement immunostimulant

Pour augmenter l’immunité générale et maintenir les fonctions de protection de l’organisme, un traitement complexe est prescrit, qui comprend: des agents régénérants; médicaments pour stimuler le système hématopoïétique; médicaments pour améliorer la fonction hépatique (Essentiale); complexes de vitamines et, si nécessaire, antihistaminiques.

Pour réduire l'hyperactivité de la vessie (miction involontaire), des médicaments sont prescrits pour réduire l'activité contractile de l'organe et augmenter sa capacité fonctionnelle, par exemple, le Detruzitol, Vesicare. Les médicaments ne sont prescrits que par le médecin traitant.

N'oubliez pas non plus une alimentation équilibrée qui exclut les produits irritants pour les muqueuses.

Phytothérapie

En tant que traitement supplémentaire, il est possible d'utiliser des préparations à base de plantes ayant des effets antimicrobiens, diurétiques et antiseptiques. Des frais d’urologie appropriés, une décoction de feuilles d’ours, une infusion de boutons de bouleau, un bouillon d’airelles.

Des préparations à base de plantes, telles que "Tsiston", "Kanefron N", "Urolesan" sont utilisées en complément du traitement principal. Ils ont une action anti-inflammatoire et antispasmodique.

Thérapie au laser

La thérapie au laser a un effet positif sur la microcirculation de la vessie. Sous l'influence du rayonnement laser, les processus de régénération sont stimulés, l'apport sanguin aux tissus de l'organe malade s'améliore et il a un effet bactériostatique.

En règle générale, cette procédure n'est pas recommandée pour les personnes atteintes de cancer, mais étant donné l'état du patient et les maladies concomitantes, le médecin peut vous prescrire un traitement au laser thérapeutique de faible intensité.

Oxygénation ou oxygénothérapie

Dans les cas graves, l’oxygénothérapie hyperbare (HBO) est utilisée pour traiter la cystite par rayonnement. La procédure HBO consiste à inhaler 100% d'oxygène sous pression. Cette méthode améliore la nutrition cellulaire, a un effet curatif et renforce le système immunitaire du corps. La procédure est effectuée en utilisant une chambre de pression.

Cette méthode présente certaines contre-indications, telles que la claustrophobie ou l'épilepsie, mais est généralement efficace et sans danger.

Autres traitements

Les méthodes de traitement conservatrices ne permettent pas toujours d'obtenir une dynamique positive.

Des méthodes de traitement plus radicales sont recommandées dans les cas suivants:

  • avec une diminution significative du volume de la vessie;
  • changements pathologiques graves (ulcères, gonflement grave) qui perturbent le fonctionnement de l'organe;
  • violation de l'écoulement d'urine en présence de calculs dans la vessie;
  • remplissage excessif de la vessie avec du sang en raison d'une hématurie;
  • détérioration de l'état du patient avec diagnostic difficile.

Il existe différentes méthodes d’échec d’une méthode de traitement conservateur:

  • diathermocoagulation. Principalement utilisé dans les tumeurs ulcéreuses des parois de la vessie. La méthode consiste à utiliser un courant électrique à haute fréquence, ce qui a un effet dévastateur sur les formations pathologiques;
  • néphrostomie. Conduit avec écoulement d'urine avec facultés affaiblies. La procédure implique l'imposition d'une voie artificielle pour le retrait de l'urine du rein à l'aide d'un système de drainage, d'un cathéter ou d'un stent;
  • méthode chirurgicale pour enlever les calculs vésicaux;
  • résection de la vessie. L'élimination du corps est extrêmement rare en cas d'extrême nécessité, lorsque les autres méthodes de traitement ne conviennent pas.

Après toute intervention chirurgicale, des antibactériens, des anti-inflammatoires et des anesthésiques sont prescrits.

La cystite après la radiothérapie peut apparaître après plusieurs années. Pour la prévention des modifications pathologiques de la vessie, une endoscopie et une consultation avec un médecin expérimenté sont recommandées.

Caractéristiques de la cystite de rayonnement

La cystite de rayonnement est une inflammation de la vessie causée par la radiothérapie. Dans la plupart des cas, cette maladie endommage profondément les tissus de la vessie. Cela complique le traitement. Les antibiotiques, les instillations intracavitaires, les antispasmodiques sont largement utilisés dans le traitement de la cystite par rayonnement. Dans les cas graves, la chirurgie est effectuée.

La structure de la vessie

La vessie est l'organe responsable de l'accumulation et de l'excrétion de l'urine. Sa capacité moyenne est de 250-500 ml.

Il y a un organe dans le bassin. Elle est séparée de la symphyse pubienne par une couche de rétine en vrac. Sa paroi arrière chez les hommes est adjacente au rectum, aux vésicules séminales et aux flacons du canal déférent. Le fond est adjacent à la prostate. Chez la femme, la paroi arrière de l'organe est située à côté de la paroi du col de l'utérus. Le fond est en contact avec le diaphragme urogénital. Les parois latérales du corps chez toutes les personnes sont à la frontière avec le muscle, ce qui soulève l'anus.

Les parois de la vessie ont une membrane muqueuse, une couche sous-muqueuse, des muscles et des adventices. En raison de la nature de la vessie, celle-ci est susceptible de subir diverses infections pouvant causer une inflammation.

L'apparition du processus inflammatoire est provoquée non seulement par une infection, mais également par d'autres facteurs: dommages mécaniques, radiations ionisantes. Sous l'influence de ce dernier, il y a une cystite de rayonnement. Il est observé chez presque tous les patients qui subissent une radiothérapie pour le cancer.

Les symptômes

La cystite de rayonnement a presque les mêmes symptômes que les autres types de cette maladie. Le symptôme principal est la présence de douleur. Ils accompagnent chaque miction. Le patient peut remarquer la présence de sang dans les urines. Il y a souvent des douleurs dans le bas-ventre.

Il existe 5 principaux types de dommages par rayonnement sur le corps. Chacun d'eux a ses propres symptômes.

  1. Télangiectasie de la vessie. Il se caractérise par des mictions fréquentes et la présence de sang dans les urines, comme dans la cystite hémorragique. Lors de la réalisation d'une cystoscopie, les zones visibles d'hémorragie, les vaisseaux dilatés et convolutés.
  2. Cystite Catarrhale. Son symptôme est une miction fréquente accompagnée de douleur. Lors de la réalisation d'une cystoscopie, on observe une diminution de la capacité de la vessie à 150 ml.
  3. Ulcères de radiation de la vessie. Cette affection est caractérisée par des mictions fréquentes accompagnées de douleur, par la présence de sang dans les urines, de "flocons", "de sable". Les analyses d'urine peuvent indiquer la présence de sels de calcium. Lors de la réalisation d'une cystoscopie dans le corps, des ulcères sont observés.
  4. Cystite encroûtante. Cette forme de cystite de rayonnement présente les mêmes symptômes que la précédente. Dans le même temps, la capacité de l'organe peut être réduite à 100 ml.
  5. "Psevdorak." Dans ce cas, il y a des changements dans la vessie qui ressemblent au cancer.

Les manifestations cliniques de lésions organiques depuis la fin de la radiothérapie s'observent généralement sur une période de 3 à 48 mois.

Dans la plupart des cas, la maladie commence à se manifester au cours de la première année après la fin du traitement par radiothérapie.

Chez les patients présentant des formes compliquées de cystite post-irradiante, la vessie est gravement endommagée. Les processus inflammatoires se déroulent simultanément de manière agressive.

Raisons

La cause de la maladie est le manque de protection des tissus sains pendant la radiothérapie, la mauvaise technique de traitement et une sensibilité accrue des organes aux radiations. Par conséquent, les médecins qui pratiquent la radiothérapie doivent savoir comment prévenir l'apparition de complications chez un patient et utiliser un équipement de protection à cet effet.

Il est nécessaire d'informer le patient sous traitement des conséquences possibles.

Sous l'effet des radiations, l'approvisionnement en sang et la réparation des tissus sont perturbés. Des ulcères apparaissent dans les murs de l'orgue. La radiothérapie réduit l'immunité et la protection naturelle de la membrane muqueuse. En conséquence, les bactéries, les champignons et les virus pénètrent facilement dans l’organe et provoquent une inflammation.

Diagnostics

Il existe plusieurs façons de diagnostiquer une maladie:

  • Analyse d'urine Il montre le nombre de leucocytes.
  • Test sanguin
  • Cystoscopie
  • Biopsie.
  • Radiodiagnostic.
  • Uroflowmetry.
  • Semez de l'urine.

Lors du diagnostic, le spécialiste se concentre sur la présence de troubles caractéristiques chez un patient.

Traitement

Le traitement de la cystite de radiation est compliqué par le fait que la pathologie est caractérisée par de profonds changements dans les tissus de l'organe. Les médicaments peuvent ne pas avoir l'effet désiré. L'objectif principal de la thérapie est donc de renforcer le système immunitaire. La façon de traiter une maladie ne devrait être décidée que par un médecin.

Traitement à domicile

Vous pouvez être soigné à la maison, mais sous la surveillance d'un médecin. Si vous avez développé une cystite après une radiothérapie, il n’est pas recommandé de la traiter vous-même. Cela peut entraîner des complications dangereuses.

Les médicaments antimicrobiens sont largement utilisés dans le traitement de cette maladie. La dose pour chaque patient est déterminée par le médecin.

Le traitement de la maladie chez les filles et les femmes présente certaines particularités. Ils sont associés à la structure anatomique du corps féminin. La cystite par rayonnement est traitée chez les femmes avec des médicaments tels que les suppositoires vaginaux, tels que le méthyluracile. Les représentants du sexe fort sont moins susceptibles à la cystite de rayonnement, son traitement chez l'homme est réalisée principalement avec des antibiotiques.

Pour éliminer les symptômes désagréables, utilisez des antispasmodiques. Dans le traitement complexe peut être utilisé et les remèdes populaires, tels que des infusions d'herbes médicinales, de mil. Ils contribuent à une élimination plus rapide de l'infection. Autorisé à utiliser et préparations à base de plantes qui ont un effet anti-inflammatoire. Bonne aide aux pilules Urolesan, Tsiston. Ils donnent un soulagement rapide.

Lors du traitement à la maison, vous devez périodiquement faire des tests de contrôle.

Traitement hospitalier

Outre les médicaments, les mesures thérapeutiques peuvent inclure des instillations intracavitaires. Des préparations d'argent sont injectées dans la vessie, elles brûlent les plaies et stimulent la régénération des tissus affectés.

Si un moyen conservateur de guérir la maladie a échoué, une intervention chirurgicale est utilisée. Cela peut être fait de 2 manières:

  1. Diathermocoagulation - brûlure des ulcères.
  2. Retrait de la vessie.

Selon des études scientifiques, le traitement chirurgical de la vessie est généralement accompagné de complications. Par conséquent, il n'est utilisé que dans des cas extrêmes aux derniers stades de la maladie. La résection de la vessie entraîne une invalidité.

Méthodes de traitement

Dans la cystite postradiation, le traitement est effectué selon les méthodes suivantes:

  • Drogues
  • Instillations intracavitaires.
  • Thérapie symptomatique.
  • Phytothérapie.
  • Interventions chirurgicales.

Quels médicaments utiliser pour le traitement, combien de temps le traitement doit-il être poursuivi - seul le médecin peut décider.

Complications possibles

Les complications de la maladie comprennent des saignements abondants, une rétention urinaire, une perforation des parois de la vessie, des fistules vaginales, des lésions cicatricielles des tissus de l'organe et des modifications de l'élasticité.

Forme chronique

La maladie a le plus souvent une forme chronique. Après tout, des séances de radiothérapie sont souvent organisées et les tissus corporels n’ont pas le temps de récupérer rapidement. L'inflammation chronique est caractérisée par l'alternance de périodes d'exacerbation et de rémission.

Directives de prévention

Étant donné que l'inflammation de la vessie entraîne une radiothérapie, la principale méthode de prévention consiste à prévenir le cancer. Chaque personne doit être diagnostiquée périodiquement pour détecter des pathologies malignes.

Pour prévenir le cancer, il est recommandé de renoncer à l'alcool et au tabac afin de normaliser l'alimentation. Le respect du régime quotidien est d’une grande importance.

Afin de prévenir l'inflammation de la vessie pendant la radiothérapie, l'organe est protégé par un écran spécial. Les patients qui reçoivent une radiothérapie effectuent des examens endoscopiques périodiques de la vessie.

Il est toujours plus facile de prévenir l'apparition de pathologies au cours d'une radiothérapie que de traiter une inflammation.

Statistiques sur les maladies

Selon les statistiques, la cystite de radiation survient dans 18% des cas après la radiothérapie.