Schéma thérapeutique et premiers signes de gonorrhée chez la femme

Urétrite

La gonorrhée est un représentant classique du groupe des maladies infectieuses transmises sexuellement. Chez les femmes, cette maladie vénérienne due à la structure du système de reproduction se déroule avec certaines nuances.

La gonorrhée peut constituer un grave danger pour la santé des femmes car, en l’absence de traitement médicamenteux approprié, la maladie devient chronique et peut entraîner une infertilité dans ce contexte.

Comment pouvez-vous être infecté

Selon la fréquence des maladies sexuellement transmissibles, la gonorrhée est la deuxième à la chlamydia. Très souvent, ces deux infections sont détectées en même temps. L'agent responsable de la gonorrhée est la bactérie gonocoque, ou Neisseria gonorrhée (N. gonorrhea, Neisseria).

En règle générale, l’infection se produit lors d’un contact sexuel avec un partenaire infecté. L'infection domestique est peu probable. Cela est dû au fait que le gonocoque meurt rapidement en dehors du corps humain. Pour l'infection, il est nécessaire qu'un nombre suffisant de microbes pénètre dans l'organisme.

Par conséquent, la probabilité que l’infection soit causée par les sièges de toilette, les piscines, les baignoires, la vaisselle commune et les serviettes est négligeable.

Les gonocoques infectent principalement le système urogénital, tapissé d'épithélium cylindrique: la membrane muqueuse du col de l'utérus et de l'urètre, les trompes de Fallope, les grosses glandes vestibulaire et paraurétrale. La rectite gonorrhéique peut survenir lors de contacts génitaux-anaux, de pharyngites, de stomatites et d'amygdalites lors d'infections génito-orales.

Premiers signes

Signes classiques de la gonorrhée féminine:

  • mictions fréquentes;
  • brûlure et douleur en urinant;
  • saignement en milieu de cycle;
  • douleur intense dans le bas de l'abdomen;
  • écoulement purulent de couleur jaunâtre du vagin.

Souvent, la maladie est asymptomatique ou les signes de la gonorrhée sont si légers qu'ils passent inaperçus. En conséquence, l'évolution de la maladie devient chronique.

Symptômes de la gonorrhée chez les femmes

La période d'incubation est de 2 à 7 jours. Cela signifie que les premiers symptômes de la gonorrhée chez les femmes peuvent apparaître dès la première semaine après l'infection. Si l'immunité est très faible, les symptômes de la maladie apparaîtront dans les 24 à 48 heures (maladie infectieuse gravement transférée récemment, traitement par des stéroïdes, une chimiothérapie, etc.).

Selon la localisation de l'infection, il existe un certain nombre de symptômes spécifiques de la gonorrhée chez les femmes:

  1. Partie supérieure du système génito-urinaire. Ici, la gonorrhée se manifeste plus clairement: la température corporelle augmente, des douleurs constantes au bas-ventre sont ressenties, les selles deviennent liquides et le cycle menstruel échoue.
  2. La partie inférieure du système urogénital. Ici, l'évolution de la maladie se produit souvent de manière asymptomatique ou atypique pour de telles maladies infectieuses. Les principaux symptômes peuvent être des démangeaisons et une sensation de brûlure, un écoulement sous forme de pus, un gonflement du canal cervical.
  3. Les symptômes courants de l'agent de tripper chez les femmes sont décrits ci-dessus.

Pour diagnostiquer et apprendre à traiter la gonorrhée, les symptômes de la maladie ne suffisent pas. Si l'on soupçonne un coup, un frottis vaginal est prélevé chez la femme et la maladie est diagnostiquée à l'aide d'une analyse bactériologique.
Pendant la grossesse

L'infection par la gonorrhée est dangereuse pendant la grossesse, car elle se développe très rapidement en raison de la bonne circulation sanguine vers les organes urinaires et de la diminution des défenses immunitaires. De plus, la maladie est le plus souvent asymptomatique.

Si l’infection à gonocoque se produit au cours du premier trimestre, il en résulte une fausse couche spontanée due au développement de l’endométrite, qui entraîne diverses complications et pathologies post-partum.

Prévention d'urgence après un rapport sexuel non protégé

Plus les mesures sont prises tôt, plus la probabilité d'infection est faible:

  1. Immédiatement devrait uriner, si possible 2 fois.
  2. Laver l'intérieur des cuisses et les organes génitaux externes avec du savon et de l'eau.
  3. Entrez 1 à 2 ml dans l'urètre et pas plus de 5 ml de solution de Miramistin ou de Bétadine dans le flacon avec attachement urologique dans le vagin, mais au plus tard 2 heures après l'acte non protégé.
  4. Traiter la peau du périnée et de l’intérieur des cuisses avec une solution antiseptique de permanganate de potassium (faible), de chlorhexidine ou de Miramistin.

Au plus tard 48 heures après le contact non protégé, contactez un vénéréologue. Après 14 jours, il est recommandé de passer des frottis pour l'analyse des infections urogénitales par PCR.

Prévention

Le principal moyen de prévention de la gonorrhée consiste bien entendu à refuser les rapports sexuels occasionnels et à utiliser un préservatif dans les situations où vous n'êtes pas sûr d'avance de la santé de votre partenaire.

La qualité du préservatif est également d'une grande importance, il ne doit pas s'agir d'une membrane naturelle, mais uniquement d'un préservatif en latex (dans le cas d'une allergie - polyuréthane).

Diagnostics

Le diagnostic de gonorrhée est confirmé par des tests de laboratoire. Les méthodes de provoquer la maladie sont utilisées en cas de suspicion de gonorrhée chronique et latente, lorsque l'agent pathogène n'est pas identifié dans les tests conventionnels:

  • produit chimique (lubrification de l'urètre avec une solution de nitrate d'argent à 1 - 2% et du canal cervical avec une solution à 2 - 5%);
  • biologique (introduction du vaccin gonococcique et / ou pyrogène dans le muscle);
  • alimentaire (alcool, salé, épicé);
  • thermique (conduisant la diathermie pendant 3 jours d'affilée - les frottis sont pris trois fois moins d'une heure après la physiothérapie);
  • physiologique (analyse des frottis pendant la menstruation).

En règle générale, combinez 2 méthodes de provocation ou plus. Les frottis sont pris trois fois en 24, 48 et 72 heures.

Traitement de la gonorrhée chez les femmes

Lorsque la gonorrhée est confirmée chez la femme, le seul moyen de traiter consiste à prescrire des médicaments antibactériens. Appliquez la dernière génération d'antibiotiques pouvant affecter la flore à Gram négatif, y compris le gonokokk.

Dans la phase aiguë, les plus couramment prescrits sont:

Il faut garder à l'esprit que le gonocoque peut être résistant aux antibiotiques, ainsi que le fait que le traitement de la gonorrhée chez les femmes à différents stades nécessite des dosages différents, de sorte que l'automédication à domicile est inacceptable.

Le traitement dure habituellement de 7 à 10 jours et est effectué pour les deux partenaires. A cette époque, il est strictement interdit d'avoir des relations sexuelles et de boire de l'alcool. Il est important de respecter scrupuleusement le schéma et de ne pas abandonner le traitement même lorsque les symptômes disparaissent. La première étape est la destruction des gonocoques pathogènes, et la seconde est la restauration de la flore après les médicaments antibactériens.

Pour prévenir la propagation de la maladie, il est très important d’identifier la personne qui est devenue la source de l’infection, ainsi que les personnes avec lesquelles elle était malade lors de relations sexuelles ou de contacts familiaux étroits. Toutes ces personnes doivent être examinées le plus tôt possible afin de pouvoir, si nécessaire, commencer le traitement à temps.

Forme chronique

Le traitement de la gonorrhée chronique est plus difficile que celui aigu. À ce stade de la maladie, les périodes de rémission alternent avec des périodes d'exacerbation, au cours desquelles il existe des lésions plus profondes des organes et une extension du processus inflammatoire.

La thérapie comprend l'utilisation d'antibiotiques, d'immunostimulants et de traitements physiques. Tout est prescrit par le médecin strictement individuellement en fonction des résultats des analyses de la femme.

Si l'infection est concomitante, c'est-à-dire qu'en plus de la gonorrhée, il existe d'autres maladies vénériennes (par exemple, chlamydia, trichomonas), vous devez alors prescrire un médicament agissant simultanément sur deux agents pathogènes.

La gonorrhée chez les femmes

La gonorrhée chez les femmes est une infection spécifique causée par Neisseria gonorrhoeae, un microorganisme à Gram négatif qui affecte les voies urinaires, le rectum, la cavité buccale et le pharynx muqueux. La forme génito-urinaire se manifeste par un écoulement purulent du vagin avec une odeur désagréable, une dysurie, des douleurs à l'abdomen, des démangeaisons et des douleurs dans la région des organes génitaux externes, mais elle peut aussi être asymptomatique. Les méthodes de diagnostic de la gonorrhée chez la femme comprennent un examen au fauteuil et des tests de laboratoire (microscopie de frottis, bacse d'excrétion, PCR, MIF). Le traitement adibiotique étiotrope est réalisé par les céphalosporines, les pénicillines, les fluoroquinolones.

La gonorrhée chez les femmes

La gonorrhée chez les femmes est une maladie vénérienne qui peut survenir dans les formes urogénitale (gonorrhéique, cervicite, bartholinite) et extragénitale (rectite gonorrhéique, stomatite, pharyngite, blénorrhée). Dans la structure des IST, par sa prévalence, il se classe au deuxième rang après l’infection à chlamydia et est souvent détecté simultanément. La plupart des cas de gonorrhée sont diagnostiqués chez les femmes âgées de 15 à 29 ans. Avec un seul contact sexuel non protégé avec un partenaire atteint de gonorrhée, le risque d'infection est de 60 à 90%. Un degré élevé de contagiosité, l’émergence de souches de gonocoques résistantes aux antibiotiques connus, un effet néfaste sur la fonction de reproduction - ces facteurs, parmi d’autres, font de la prévention de la gonorrhée une tâche prioritaire de la vénéréologie et de la gynécologie.

Causes de la gonorrhée chez les femmes

L'agent pathogène responsable de la gonorrhée - Neisseria gonorrhoeae - est un diplocoque aérobie à gram négatif, ayant la forme d'un haricot. Dans le corps humain, l'agent pathogène est très résistant et meurt rapidement dans l'environnement extérieur. Les facteurs de pathogénicité des gonocoques sont les suivants: une capsule à activité antiphagocytaire; les villosités par lesquelles la bactérie s'attache à l'épithélium; endotoxine sécrétée par la paroi cellulaire; protéines membranaires aux propriétés antigéniques prononcées.

À l'aide de protéines de surface, les gonocoques sont fixés aux cellules de l'épithélium cylindrique, entraînant leur mort et leur desquamation. Ils sont phagocytés par des neutrophiles polynucléaires, dans lesquels ils conservent leur viabilité et leur capacité de reproduction. Généralement, les gonocoques provoquent une inflammation locale spécifique, mais une fois libérés dans le sang, ils peuvent provoquer une infection gonococcique disséminée. Très souvent, la gonorrhée chez les femmes se manifeste par une infection mixte: gonorrhée-chlamydia, gonorrhéique-trichomonas, gonorrhéique-mycoplasme, gonorrhée-candida.

La voie d'infection prédominante est sexuelle, l'infection est possible à la fois par contact vaginal non protégé et par contact oral-génital ou anal-génital. Se produit souvent une défaillance multifocale, à organes multiples. Une infection non sexuelle peut être réalisée au cours du processus d'accouchement lorsqu'un enfant passe dans le canal utérin. Il est extrêmement rare qu’une infection domestique se produise - principalement en raison du contact étroit de l’enfant avec la mère, le patient atteint de gonorrhée (par exemple, lorsqu’il utilise un lit, des serviettes, des articles d’hygiène, etc.).

Les facteurs contribuant à la prévalence élevée de la gonorrhée chez les femmes sont un faible niveau de culture générale, des débuts sexuels précoces, de nombreux contacts sexuels, la négligence des méthodes de barrière de contraception et des moyens spermicides lors de rapports sexuels occasionnels et la prostitution. Les infections à la remontée contribuent à l'accouchement, à l'intervention intra-utérine (détection de l'utérus, avortement, RFE), à la menstruation, au manque d'hygiène intime.

Classification de la gonorrhée chez les femmes

Selon la durée de la maladie, il existe une gonorrhée fraîche (jusqu'à 2 mois) et chronique (plus de 2 mois) chez la femme. Compte tenu de la gravité des symptômes, la forme fraîche peut évoluer de manière aiguë, subaiguë ou torpide. En règle générale, l’infection chronique est asymptomatique, avec des exacerbations périodiques. En l'absence de manifestations locales spécifiques, mais l'isolement de l'agent pathogène dans les raclures des muqueuses, ils parlent d'une infection latente, ou gonococonstituency.

Il existe des formes génitales et extragénitales de la gonorrhée chez les femmes. Selon le principe de localisation, ils différencient la gonorrhée du tractus urogénital inférieur (urétrite, parauréthrite, vestibulite, bartholinite, cervicite) et la gonorrhée des organes pelviens (endométrite, salpingite, annexion, pelviopéritonite). L'évolution de la gonorrhée chez les femmes peut être simple et compliquée.

Symptômes de la gonorrhée chez les femmes

Gonorrhée du bas appareil urinaire

La période d'incubation avec la défaite du tractus urinaire inférieur est en moyenne de 5 à 10 jours (avec la gonorrhée ascendante et disséminée et les formes estrogéniques peuvent augmenter). Chez près de la moitié des femmes infectées, la gonorrhée est asymptomatique ou légèrement asymptomatique. Les manifestations locales dépendent de la lésion prédominante d’un organe, mais la gonorrhée chez les femmes se présente souvent sous une forme mixte. Les signes classiques de la maladie sont l’apparition d’abondantes pertes vaginales de couleur blanche ou jaunâtre avec une odeur désagréable. Ce symptôme est souvent considéré par une femme comme une manifestation de vaginite non spécifique ou de muguet et, par conséquent, des tentatives sont faites pour guérir soi-même l'infection, effaçant ainsi le véritable tableau clinique.

Cervicite gonorrhéique (endocervicitis). Le col utérin est le plus souvent impliqué dans un processus inflammatoire spécifique chez les femmes atteintes de gonorrhée. En plus d'être plus blanche, dans ce cas, la femme note des démangeaisons et des brûlures dans le vagin, dans la région des organes génitaux externes et du périnée, en raison de leur irritation provoquée par des écoulements purulents. En raison de la macération, une véritable érosion se produit souvent sur la lèvre arrière du col. Des saignements intermenstruels peuvent survenir. Pendant les rapports sexuels, le patient ressent une gêne et une douleur. Au repos, on note une lourdeur dans le bas-ventre et des douleurs persistantes dans la région du sacrum. À la suite d'une cervicite chronique à la gonorrhée, des kystes de Nabotovy se forment et une hypertrophie cervicale.

Urétrite gonorrhéique. Au niveau des voies urinaires, les dommages indiquent des mictions fréquentes, accompagnées d'une sensation de brûlure et de crampes, d'une urgence, d'une sensation de vidange incomplète de la vessie. L'ouverture externe de l'urètre vu gonflé et hyperémique, douloureux à la palpation; lorsqu'on appuie dessus, il apparaît un écoulement purulent. La cystite et la pyélonéphrite sont des complications de l’urétrite gonorrhéique avec propagation de l’infection par le haut.

Bartholinite à gonorrhée. Chez les femmes, la gonorrhée de la glande de Bartholin est touchée pour la deuxième fois en raison du flux de pus provenant de l'urètre ou du col de l'utérus. Lorsque le blocage du canal excréteur est obstrué, les glandes deviennent enflammées, grossissent, deviennent extrêmement douloureuses - un abcès de la glande de Bartholin se forme. Dans les cas avancés, un abcès peut être spontanément ouvert avec la formation de fistules non cicatrisantes, à partir desquelles il y a un écoulement constant de pus.

Hausse de la gonorrhée

Endométrite gonococcique. Cette forme clinique de gonorrhée chez la femme se manifeste par des sécrétions liquides purulentes-séreuses ou succiniques à partir du tractus génital, une douleur sourde au bas de l'abdomen et au dos, une fièvre légère. En conséquence de violations de la transformation proliférative et sécrétoire de l'endomètre, des troubles menstruels du type hyperpolyménorrhée peuvent être observés; il y a parfois des saignements utérins acycliques. Avec le retard du contenu purulent dans la cavité utérine, une clinique pyometra se développe.

Salpingite à gonorrhée et salpingo-oophorite. Se développe avec des lésions des trompes de Fallope et des ovaires, souvent bilatérales. La phase aiguë de la gonorrhée chez les femmes se manifeste par de la fièvre et des frissons, des douleurs abdominales basses douloureuses (et parfois crampes). Lorsque les deux extrémités de la trompe de Fallope (utérine et ampullaire) sont soudées, un hydrosalpinx peut se former, puis un pyosalpinx et, dans le cas d'une inflammation, un transfert à l'ovaire, un abcès tubo-ovarien. Dans le contexte d'un processus inflammatoire étendu, un processus adhésif prononcé se forme dans le pelvis.

Pelviopéritonite gonorrhéique. Cette forme de gonorrhée chez les femmes est causée par la propagation de l'infection des trompes de Fallope au péritoine pelvien. La pelviopéritonite causée par une étiologie gonococcique se manifeste violemment: il existe des douleurs aiguës dans le bas de l'abdomen avec irradiation de l'épigastre et du mésogastre, symptômes de la protection musculaire. La température est vite comprise par les valeurs fébriles, on note les vomissements, la rétention de gaz et la rétention des selles. La péritonite se développe rarement, car la formation rapide d’adhésions délimite le processus inflammatoire de la cavité abdominale.

Complications de la gonorrhée chez les femmes

Le risque de gonorrhée ne réside pas seulement dans un degré élevé de contagiosité et dans la diversité des formes cliniques, mais également dans le développement fréquent de complications, à la fois chez la femme elle-même et chez la progéniture. Ainsi, l'endométrite gonorrhéique devient souvent la cause de la forme utérine d'infertilité chez la femme, ainsi que de la salpingite et de la salpingo-oophorite à gonorrhée - infertilité des trompes et grossesse extra-utérine.

La gonorrhée chez la femme enceinte peut provoquer un avortement spontané et une naissance prématurée; retard de croissance intra-utérine et mort fœtale prénatale, infection intra-utérine du fœtus avec développement de gonoblina, otite, sepsis gonococcique du nouveau-né; complications purulentes-septiques postnatales chez la parturiente.

Une infection gonococcique disséminée peut entraîner des lésions cutanées, une ténosynovite à gonorrhée, une arthrite, une hépatite, une myopéricardite, une endocardite, une méningite, une pneumonie, une ostéomyélite et une sepsie. La gonorrhée asymptomatique chez la femme ne garantit pas l'absence de complications.

Diagnostic de la gonorrhée chez la femme

Les formes génitales de gonorrhée chez les femmes sont généralement diagnostiquées par un gynécologue ou un vénéréologue, tandis que les formes extragénitales peuvent être détectées par un dentiste, un oto-rhino-laryngologiste, un ophtalmologiste ou un proctologue. En règle générale, dans l'histoire, il existe des indices de relations sexuelles occasionnelles ou de contacts sexuels multiples. Dans des cas typiques, vu dans une chaise, il y a un écoulement de décharge mucopurulente semblable à une bande à partir de l'os externe du col de l'utérus, signes de vulvovaginite. Lors d'un examen vaginal, on peut palper un utérus légèrement dilaté et douloureux, un conglomérat de trompes de Fallope et d'ovaires soudés.

Afin de confirmer le diagnostic, le matériel est prélevé dans le vagin, le canal cervical, l'urètre, le rectum, la cavité buccale, la conjonctive (en fonction de la localisation du foyer primaire). Les tests de diagnostic en laboratoire comprennent la microscopie de frottis de Gram, la décharge de gonocoques et l’examen par raclage PCR et MUF. Les études sérologiques (RIF, ELISA, RSK) ne permettent pas la différenciation de la gonorrhée précédemment transférée et de la gonorrhée actuelle chez la femme. Par conséquent, elles ne jouent généralement pas un rôle décisif dans le diagnostic.

Si une gonorrhée latente ou chronique est suspectée chez la femme lorsque l'agent pathogène n'est pas détecté dans les frottis, différentes méthodes de provocation sont utilisées: chimique (lubrification de l'urètre et du canal cervical avec une solution de protargol), mécanique (massage de l'urètre), biologique (administration intramusculaire de pyrogène ou de gonovaccine), thermique (physiothérapie - ozokérothérapie, paraffine, UHF, etc.), alimentaire (consommation d'épices, d'aliments salés, d'alcool), physiologique (menstruations). Après provocation, une triple collection de matériel biologique est constituée: après 24, 48, 72 heures.

Traitement et prévention de la gonorrhée chez les femmes

Lors de la prescription d'un traitement, la forme, la localisation et la sévérité de la gonorrhée chez la femme, la présence d'infections concomitantes et de complications sont prises en compte. Le traitement repose sur un traitement antibiotique en cours avec des préparations de pénicilline, de céphalosporine et de fluoroquinolone. Lorsqu’on associe la gonorrhée à la chlamydia ou à la trichomonase, le métronidazole ou la doxycycline est associé au traitement.

En cas de gonorrhée fraîche chez les femmes présentant des lésions des voies urinaires inférieures, une dose unique ou l'administration d'un antibiotique (ceftriaxone, azithromycine, ciprofloxacine, céfixime) suffit. La durée du traitement de la gonorrhée ascendante ou de l’infection mixte s’étend sur 7 à 10 jours. Le traitement de la gonorrhée chronique chez les femmes implique des stimulants de l'immunité, l'auto-thérapie, l'introduction du vaccin contre le gonocoque. Le traitement topique comprend le lavage de l'urètre avec 0,5% de nitrate d'argent dans le rhum, le lavage du vagin avec des antiseptiques (solutions de permanganate de potassium, de chlorhexidine, de miramistine). La mesure obligatoire est le traitement du partenaire sexuel. Après l’abaissement du processus inflammatoire, des procédures physiothérapeutiques sont prescrites (UV, électrophorèse, UHF).

En cas de formes compliquées de gonorrhée chez la femme (abcès tubo-ovarien, pyosalpink, etc.), un traitement chirurgical est indiqué - l'ablation des appendices est indiquée. Dans le cas du développement de la pelviopéritonite, une laparotomie dans le but de la désinfection de la cavité abdominale est nécessaire. Dans le processus suppuratif aigu dans la région de la glande de Bartholin, un abcès est ouvert, le lavage et le drainage de la plaie.

Si vous identifiez une femme atteinte de gonorrhée, vous avez besoin d'une enquête auprès des membres de la famille ou des partenaires sexuels. Pour la prophylaxie personnelle, il est recommandé d'utiliser des préservatifs pour les rapports sexuels occasionnels. Après un rapport sexuel non protégé, vous devez contacter le centre de santé le plus tôt possible pour une prévention urgente des IST. L'examen de la gonorrhée fait partie intégrante du programme de prise en charge de la grossesse et de l'examen gynécologique annuel des femmes. Le travail sanitaire et éducatif joue un rôle important dans la prévention de la gonorrhée.

Les signes de la gonorrhée chez les femmes, le traitement et la prévention

La gonorrhée chez les femmes est plus fréquente en âge de procréer. Cette infection sexuellement transmissible pouvant entraîner une infertilité ou des problèmes de gestation, l'infection gonococcique nécessite un traitement immédiat des deux partenaires sexuels. Cette maladie vénérienne est également appelée maladie du clap ou maladie du clap.

Selon les statistiques de l'OMS, la gonorrhée est une infection très courante. Chaque année, la maladie est diagnostiquée chez environ 200 millions de personnes. Dans la Fédération de Russie, dans les années 90, le nombre de cas a légèrement diminué, mais après quelques années, la situation a commencé à se détériorer. Et maintenant, l’incidence est supérieure à 100 cas pour 100 000 personnes.

Malgré les méthodes de traitement modernes, la maladie n’est pas totalement maîtrisée: l’agent responsable de la gonorrhée se mute, acquérant progressivement une résistance aux derniers antibiotiques.

Agent causal de la gonorrhée et transmission

L'agent responsable de la gonorrhée - la bactérie à Gram négatif, Neisseria gonorrhoeae, appartient à la paire de cocci et a la forme d'un haricot. Les gonocoques sont situés dans les cellules, dans le cytoplasme des leucocytes. Ces organismes sont hypersensibles à divers facteurs externes. Ils meurent lorsque la température atteint 55 degrés. En outre, la lumière du soleil et le dessèchement leur sont préjudiciables. Bon effet donne un traitement avec des solutions antiseptiques. La bactérie reste viable car elle se trouve dans du pus frais. Après séchage, le gonocoque périt.

Modes de transmission de la gonorrhée:

  1. Le principal mode de transmission est sexuel, lorsque des agents pathogènes sont transmis lors de relations sexuelles vaginales ou anales non protégées. 20 à 50% infectés par la gonorrhée lors d'un seul rapport sexuel traditionnel non protégé. Beaucoup moins - avec des rapports sexuels oraux.
  2. La maladie de la mère malade est transmise au nouveau-né lors de l'accouchement. La conjonctivite gonococcique du nouveau-né se produit avec la formation d'ulcères qui guérissent avec une cicatrice. La maladie est compliquée par la cécité.
  3. Dans les rapports sexuels non conventionnels, une inflammation de la gonorrhée apparaît dans le rectum, le pharynx et les amygdales. La maladie peut être transmise par les vibrateurs et les jouets sexuels d'une personne malade.
  4. En raison de l'instabilité des bactéries dans l'environnement extérieur, la maladie ne se transmet pas par les baisers, les effets personnels du patient, les couverts, les toilettes et les piscines.
  5. Très rarement, les petites filles sont infectées par les affaires personnelles de la mère atteinte de gonorrhée.

Les agents responsables de la gonorrhée ne sont pas capables de bouger, ils ne constituent pas un argument. Ces organismes ont des filaments très minces, grâce auxquels ils peuvent être conservés à la surface des cellules épithéliales, des globules rouges, des cellules germinales mâles - les spermatozoïdes. En plus, chaque bactérie est recouverte d'une couche d'une substance spéciale et se trouve, pour ainsi dire, dans une capsule. Par conséquent, la destruction de ces organismes est difficile. Le traitement est compliqué par le fait qu'il est possible de placer l'agent pathogène à l'intérieur de cellules épithéliales, de trichomonas et de leucocytes.

Période d'incubation

La période latente (incubation) de la gonorrhée varie de 2 à 5 jours chez les hommes et de 5 à 10 jours (et même 30 jours) chez les femmes. Pendant ce temps, les gonocoques passent de la couche muqueuse à la sous-muqueuse, provoquant sa destruction.

De là, l'infection se propage à travers le système lymphatique et pénètre dans le sang. En se propageant de manière rétrograde, les gonocoques pénètrent dans les ovaires par les trompes de Fallope, provoquant leur inflammation (annexite) et dans la cavité abdominale. Avec une immunité fortement réduite, les gonocoques peuvent se propager dans la circulation sanguine et causer une sepsie et des lésions à certains organes - les articulations, la membrane muqueuse des yeux, la peau, le cœur et le cerveau.

Les premiers signes de la gonorrhée, photo

Immédiatement après l'infection, l'infection gonococcique ne présente aucune manifestation clinique. Chez les femmes atteintes de gonorrhée, les symptômes et le traitement sont dus à la localisation du processus inflammatoire.

Le plus souvent, avec cette maladie, l'urètre est affecté et une urétrite gonorrhéique se développe avec les symptômes suivants:

  • douleur (souvent douleur et sensation de brûlure) en urinant;
  • démangeaisons dans la région génitale et en particulier dans l'urètre;
  • augmentation de la fréquence des mictions;
  • excrétion d'urine en petites portions;
  • sentiment persistant de vidange incomplète de la vessie;
  • inclusions purulentes dans l'urine.

Il arrive également que la gonorrhée provoque une cervicite - un processus inflammatoire du col de l'utérus. Le symptôme principal de cette affection est le blanc, avec parfois des inclusions purulentes. Le reste de la maladie est asymptomatique et indolore.

Le troisième complexe symptomatique le plus fréquent chez les femmes atteintes de lésions gonococciques est la proctite à gonorrhée, dont les symptômes sont:

  • douleur (parfois accompagnée de démangeaisons et de brûlures) dans la région de l'anus;
  • sensation de chaleur résultant de l'élévation de la température locale dans l'anus;
  • le besoin de selles fréquentes, souvent sans cause.

À quoi ressemble la gonorrhée?

La photo ci-dessous montre comment la maladie se manifeste chez les femmes.

Maladie chronique

Chez les femmes, la forme chronique de la maladie se manifeste par une absence prolongée de traitement pour sa forme aiguë. Le traitement de la gonorrhée chronique est très difficile en raison de la présence de complications possibles. Dans tous les cas, vous pouvez vous débarrasser complètement de l’infection, mais il convient de rappeler que les processus qu’elle provoque dans le corps peuvent être incurables. Par exemple, la cervicite qui dure longtemps et qui accompagne souvent la gonorrhée conduit progressivement à l'apparition dans la région cervicale d'adhésions qui empêchent la conception et le port d'un enfant. Parfois, ce problème ne peut être résolu qu'avec l'aide d'une opération chirurgicale.

La gonorrhée chronique n'est pas accompagnée de symptômes prononcés, elle peut être détectée par hasard lors de l'examen pour détecter la présence de toute autre infection. La base de son traitement est également des antibiotiques. La probabilité de guérison complète avec toutes les recommandations médicales nécessaires est de 100%.

Tripper pendant la grossesse

La gonorrhée chez les femmes enceintes montre une inflammation du vagin et du col utérin, une ouverture prématurée des membranes ou leur inflammation, une fièvre de naissance et un avortement septique. Une salpingite (inflammation des trompes de Fallope) peut survenir jusqu'à 4 mois de grossesse. Le développement de la vaginite à gonorrhée, qui ne survient généralement pas en dehors de la grossesse, est associé à des modifications hormonales de l'épithélium vaginal.

Les symptômes ressemblent à ceux du muguet, mais les médicaments standard n’aident pas. Le danger pour l’enfant est une infection intra-utérine par un gonocoque, une conjonctivite blennorragique post-partum, chez les filles - la gonorrhée des organes génitaux. Les femmes enceintes atteintes de gonorrhée sont traitées à l'hôpital.

Des complications

Les complications de la gonorrhée chez les femmes sont très graves:

  • formation d'érosion cervicale - défaut non curatif de la membrane muqueuse;
  • Bartholinite - inflammation des grosses glandes jumelées dans la période qui précède le vagin, nécessitant souvent une intervention chirurgicale;
  • échec du cycle menstruel;
  • frigidité - diminution du désir sexuel;
  • la propagation de l'infection à la cavité utérine et ses appendices (souvent une intervention chirurgicale);
  • la mort du globe oculaire d'un enfant infecté pendant l'accouchement;
  • obstruction des trompes de Fallope et grossesse extra-utérine;
  • infertilité, souvent persistante;
  • dommages articulaires;
  • fausse couche pendant l'infection en début de grossesse;
  • manque d'oxygène chez le fœtus, travail prématuré et septicémie du nouveau-né lors d'une infection en fin de grossesse;
  • dans les cas les plus graves - péritonite, lésion du cœur et du cerveau.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de la gonorrhée commence par une enquête auprès des patients et un historique des antécédents. En outre, le patient est examiné pour détecter l'agent causal de la maladie, la prise en compte des manifestations cliniques de la maladie. Cependant, les résultats les plus précis montrent les résultats des analyses.

L'examen bactérioscopique implique la coloration d'un frottis en utilisant une méthode spéciale qui détecte les microorganismes pathogènes atteints de gonorrhée aiguë avec une précision de presque 100%. La gonorrhée chronique est beaucoup plus difficile à détecter. La méthode bactériologique permet de déterminer la sensibilité des bactéries trouvées aux médicaments antibactériens, ce qui est nécessaire pour un traitement ultérieur.

Dans cette situation, en plus des tests standard, l’étude des sécrétions de l’urètre, des conduits urinaires et de l’eau de lavage du rectum est réalisée. Tout cela ensemble donne une image claire de la maladie et permet de la guérir plus efficacement.

Schéma de traitement de la gonorrhée

Le principe de base: il est impératif de traiter les partenaires sexuels ayant découvert des gonocoques à l'aide de la méthode de culture. La gonorrhée aiguë et chronique nécessite une approche étiotropique, c'est-à-dire un impact sur la cause de la maladie.

Le traitement aux antibiotiques, pris par voie orale, est toujours effectué sur les antécédents d'hépatoprotecteurs (Kars) et de probiotiques (Linex, yaourt). Les eubiotiques locaux (intravaginaux) - acylact, lacto et bifidumbactérine. Il sera utile et la nomination de médicaments antifongiques (fluconazole).

La tentation de guérir par vous-même est préférable de cesser immédiatement, car l'antibiotique risque de ne pas fonctionner et la gonorrhée de devenir chronique, les médicaments provoquant de plus en plus d'allergies et sa complication - le choc anaphylactique - se développant à la vitesse de l'éclair. Et surtout, seul le médecin établit un diagnostic fiable de la gonorrhée, sur la base de données objectives.

Parmi les antibiotiques utilisés dans le traitement de la gonorrhée chez les femmes, on préfère les médicaments à base de pénicilline, de céphalosporine et de fluorochlorine:

  • Ceftriaxone 0,25 g ou gentamicine 2,0 g / m
  • Sumamed 2 g (analogues Zi-factor, Azitroks, Hemomitsin, Azitsid, Ecomed)
  • Céfixime 0,4 g ou ciprofloxacine 0,5 g par voie orale

La gonorrhée ascendante aiguë est traitée avec les médicaments suivants6

  • Ceftriaxone 1 g par voie intramusculaire une fois par jour pendant la semaine, ciprofloxacine 500 mg i / v 2 fois par jour pendant 7 jours, ofloxacine 0,4 g 2 fois par jour pendant une semaine.
  • D'autres antibiotiques peuvent également être utilisés (tétracycline, clindamycine, rifampicine, bicilline, josamycine, ofloxacine, etc.).
  • Le traitement de la gonorrhée chronique est complété par des stimulants de l'immunité et un vaccin contre les gonocoques (pyrogène, méthyluracile, lévamisole, prodigiosan).
  • Active efficacement l'auto-thérapie des défenses du corps.

Étant donné que la gonorrhée est souvent associée à la trichomonase et / ou à la chlamydia, la doxycycline pendant 10 jours et les préparations à base de métronidazole pendant 5 à 7 jours sont associées au traitement. Le traitement topique consiste à laver l’urètre avec une solution à 0,5% de nitrate d’argent, à l’aide d’une solution de manganèse, de protargol, de chlorhexidine, de miramistine et de décoction de camomille.

Dans certains cas, utilisez de nouveaux schémas thérapeutiques, en utilisant 2 médicaments - Azithromycine (à l'intérieur) + Gentamicin (injection) ou une autre combinaison - Hémifloxacine + Azithromycine par voie orale.

Cela s'explique par le fait qu'au cours des dix dernières années, l'OMS s'est inquiétée de l'augmentation du nombre de cas de développement de l'agent pathogène responsable de la gonorrhée à certains antibiotiques. Ainsi, le principal expert britannique en matière de santé, Sally Davis, a déclaré qu'en 2013, le pathogène tétracycline gonorrhée était déterminé.

Le sexe et l'alcool sont interdits pendant toute la durée du traitement!

Prévention d'urgence

Si une femme a eu des rapports sexuels non protégés et craint de contracter le gonocoque, il est recommandé de prendre des mesures de prévention d'urgence, notamment:

  • vidange de la vessie (de préférence deux fois);
  • traitement minutieux avec de l'eau chaude et du savon à l'intérieur des cuisses et des organes génitaux externes;
  • l'introduction de solutions de Miramistin ou de Betadine dans l'urètre (pas plus de 1 à 2 millilitres) et dans le vagin (jusqu'à 5 millilitres), si après un contact dangereux ne s'est pas écoulé plus de deux heures;
  • traitement avec antiseptique (Miramistin, Chlorhexidine, manganèse faible) du périnée et de l’intérieur des cuisses.

Au plus tard 48 heures après une éventuelle infection, vous devez contacter un vénéréologue, qui procédera à un examen et rédigera un schéma thérapeutique comportant un effet thérapeutique dans des zones spécifiques.

Prévention systématique de la gonorrhée

La prévention de la gonorrhée consiste à prévenir l’infection à gonocoque et à en bloquer la propagation. L'utilisation d'un préservatif et l'utilisation ultérieure d'antiseptiques à base de chlore (miramitan) réduisent le risque d'infection pendant les rapports sexuels. Laver avec du savon ordinaire et de l'eau est inefficace, tout comme les spermicides. La meilleure façon de rester en santé est d'avoir un partenaire fiable, de préférence au singulier.

Les rapports sexuels protégés dans la gonorrhée sans préservatif avec un patient ou un porteur de l'infection sont possibles, mais de telles actions peuvent difficilement être qualifiées de relations sexuelles complètes. Les spécialistes y font référence: massage corporel, baiser à sec, contact oral avec le corps, à l'exception de la région génitale externe, auto-masturbation et jouets sexuels individuels.

L'identification des patients atteints de gonorrhée et des porteurs se fait lors d'inspections régulières, d'enregistrement de carnets médicaux, lors de l'enregistrement de femmes enceintes. Tous les partenaires sexuels doivent subir un examen si la gonorrhée présente des symptômes après 30 jours et 60 jours avant le diagnostic pour la forme asymptomatique, si au moins l'un d'entre eux présente des signes de la maladie. Examinez les mères qui ont des enfants atteints de gonorrhée et les filles si elles applaudissent leurs parents ou leurs tuteurs.

La gonorrhée chez les femmes: premiers signes, photos, symptômes et traitement

Transition rapide sur la page

La gonorrhée est l’une des infections génitales classiques. La première mention de cette maladie remonte au IIème siècle avant JC, lorsque l’ancien médecin et philosophe romain Galen décrivit pour la première fois des patients présentant des symptômes typiques de la maladie.

Qu'est-ce que la gonorrhée chez les femmes?

La gonorrhée (l'un des noms populaires “tripper”) est une maladie sexuellement transmissible. Chez les femmes, la maladie est souvent asymptomatique, ce qui entraîne le développement de processus inflammatoires chroniques et de la stérilité.

Le gonocoque devient l'agent responsable de la maladie - la bactérie pénètre dans l'organisme lors de contacts sexuels non protégés et devient la cause du développement d'un processus inflammatoire spécifique.

La gonorrhée est causée par une bactérie gonocoque en forme de haricot immobile (Neisseria gonorrhoeae). Pour la première fois, ils ont été détectés au microscope par un dermatologue allemand, A. Neisser, qui leur a donné son nom.

Ces microbes s'accumulent dans la décharge purulente, où ils peuvent maintenir leur viabilité pendant longtemps. Ainsi, dans les sécrétions purulentes d'une personne, la bactérie vit pendant la journée. Dans l'environnement externe, les gonocoques sont instables. Ils ne tolèrent pas les températures basses ou élevées, mais comme une humidité élevée.

  • Très sensibles aux antibiotiques du groupe de la pénicilline et de la streptomycine, ils peuvent toutefois devenir résistants à la plupart des agents antibactériens au cours du traitement.

Transmis avec tout type de contact sexuel (oral, anal et vaginal). La transmission domestique est également distinguée lorsqu'une femme utilise les articles d'hygiène personnelle d'un patient atteint de gonorrhée, qui a été exposé à des gouttes de pus avec des bactéries.

Les premiers signes de gonorrhée chez les femmes

La principale différence de la gonorrhée chez les femmes est l'absence des premiers signes de la maladie depuis longtemps. Les symptômes de la maladie sont d'abord flous et flous. À cet égard, une femme se tourne rarement vers le médecin à ce stade et devient un colporteur de gonorrhée.

La période d'incubation de la gonorrhée (lorsque les gonocoques sont déjà entrés dans l'organisme, mais ne se manifestent pas encore) peut durer jusqu'à 7 à 10 jours. Après cela, les premiers signes de la maladie deviennent visibles:

  1. Pertes vaginales jaune-blanc;
  2. Inconfort et douleur dans le bas-ventre;
  3. Violation du cycle menstruel;
  4. Écoulement sanglant évolutif.

C'est important! Ces symptômes sont rares chez les femmes au début de la maladie et une évolution asymptomatique est caractéristique de la maladie au début.

Symptômes de la gonorrhée chez les femmes photo

douleur à la miction, douleur dans le bas de l'abdomen - symptômes de la gonorrhée (photo)

Le tableau clinique de la gonorrhée dépend en grande partie du statut immunitaire du patient et du site de l’agent en cause. Ainsi, les symptômes de la gonorrhée chez les femmes peuvent être:

  • Les pertes vaginales sont jaunes ou blanc cassé;
  • Douleur abdominale basse;
  • Mictions fréquentes et douloureuses;
  • Crotch démangeaisons;
  • Spotting du vagin.

Si le gonocoque pénètre dans la muqueuse rectale (lors de relations sexuelles anales), des symptômes de proctite se développent que le patient peut confondre avec une exacerbation d'hémorroïdes. Il y a une douleur dans le rectum et lorsqu'un acte de défécation apparaît du sang dans les selles.

Quand une infection atteint la muqueuse buccale (avec le sexe oral), une pharyngite ou une amygdalite gonococcique se développe. Les symptômes de cette maladie rappellent un mal de gorge banal: des raids apparaissent, la température augmente et les ganglions lymphatiques augmentent.

C'est important! Le gonocoque sur la membrane muqueuse de l'œil est particulièrement dangereux. Une conjonctivite se développe, qui s'accompagne de rezya dans les yeux et de sécrétions purulentes.

Diagnostics

Pour diagnostiquer la gonorrhée, une femme prend un coton-tige et vous recommande également de passer des tests cliniques généraux de sang et d'urine afin de détecter la présence d'un processus inflammatoire.

Confirmer de manière fiable la présence de la gonorrhée aide la PCR, qui détecte le matériel génétique de la bactérie. Lors de la confirmation du diagnostic du patient est envoyé pour une visite chez le vénéréologue.

Traitement de la gonorrhée chez les femmes

Si les symptômes sont confirmés, le traitement de la gonorrhée par une femme ne devrait être administré que par un médecin qualifié, faute de quoi la maladie risque d’être transférée de aiguë à chronique.

C'est important! Dans un grand pourcentage de cas, la gonorrhée est associée à la chlamydia et à d'autres infections sexuellement transmissibles; par conséquent, plusieurs antibiotiques peuvent être proposés pour le choix des médicaments.

Quels médicaments sont utilisés pour traiter la gonorrhée chez les femmes:

  1. Antibiotiques (pénicillines ou céphalosporines). Dans la gonorrhée chronique, plusieurs antibiotiques peuvent être prescrits.
  2. Immunostimulants
  3. Physiothérapie
  4. Thérapie locale en fonction de la zone d'endommagement (gargarisme en cas de pharyngite à gonocoque, douches vaginales avec antiseptiques avec lésions vaginales, etc.).

Lors du traitement d'une fille, son partenaire sexuel doit également subir un test de dépistage de la gonorrhée en même temps.

Effets de la gonorrhée

Les complications les plus fréquentes de la maladie sont les maladies inflammatoires des organes reproducteurs. Ils deviennent la cause de l'infertilité féminine.

Lorsque l’immunité est réduite, l’infection peut se propager à d’autres organes et systèmes, entraînant ainsi la défaillance de plusieurs organes et la mort.

Chez les femmes enceintes, la gonorrhée peut déclencher une grossesse extra-utérine ou une naissance prématurée. Chez le fœtus, l’infection provoque souvent des lésions oculaires et conduit à la cécité et à d’autres malformations.

Prévention de la gonorrhée - étapes simples

Les mesures préventives contre la gonorrhée sont réduites à la prévention des rapports sexuels occasionnels et à l’utilisation de méthodes de barrière de contraception (préservatifs).

Si un rapport sexuel douteux non protégé a néanmoins eu lieu, vous devez utiliser les méthodes de prévention de la toxicomanie. Avant d'utiliser cette méthode, vous devez consulter un vénéréologue.

La gonorrhée est une maladie bien connue et désagréable qui affecte les femmes et les hommes. Au beau sexe, les symptômes sont légers, de sorte que la maladie peut persister longtemps et est souvent diagnostiquée déjà au stade chronique.

Pour éviter cela, vous devez subir chaque année des examens réguliers et surveiller les rapports sexuels occasionnels.

Gonorrhée (gonorrhée) - signes chez les femmes et les hommes, diagnostic, traitement

La gonorrhée est l'une des infections sexuellement transmissibles courantes. L'agent causal de la gonorrhée est le gonocoque. Il mute constamment et devient résistant aux antibiotiques les plus récents. L'immunité vis-à-vis de cette maladie vénérienne n'étant pas développée, la probabilité d'être à nouveau infecté est à peu près la même pour les hommes et les femmes.

Description

Les agents responsables de la gonorrhée sont très sensibles à l'habitat. Les gonocoques meurent à des températures inférieures à 35 ° C ou supérieures à 55 ° C. Ils sont sensibles aux rayons ultraviolets et aux effets d'agents antiseptiques même faibles. La multiplication de Gonokokkov se produit de manière intracellulaire.

Chez les femmes, les principaux organes de la lésion sont les suivants:

  • vagin (pour l'intimité);
  • l'urètre (l'infection se propage au canal urinaire par les organes génitaux);
  • le rectum (avec contact sexuel anal-génital);
  • pharynx (par contact oral);
  • les yeux (non-respect des règles d'hygiène personnelle, infection de l'enfant lors de l'accouchement).

Selon les statistiques médicales, 30% des patients - hommes atteints de gonorrhée - sont homosexuels. La période d'incubation dure jusqu'à 15 jours. Les premiers symptômes de la gonorrhée apparaissent 2 jours après le contact avec une personne infectée.

La durée de l'évolution de la maladie est classée en 2 types:

  • gonorrhée aiguë (fraîche) - durée allant jusqu'à 2 mois;
  • chronique - plus de 2 mois se sont écoulés après l'infection (procédé sans symptômes, latent ou caché).

La manifestation de la pathologie dans les stades avancés est associée à la bonne immunité du patient ou à la prise de médicaments antibactériens, si la personne était en auto-traitement.

Symptômes de la maladie chez les femmes et les hommes

Les premiers signes de gonorrhée chez les femmes sont des écoulements épais de couleur blanche ou jaune avec une odeur désagréable. Très souvent, les femmes pensent qu'il s'agit d'un symptôme d'obésité à candida ou d'obésité non spécifique et d'auto-médication. Ils se plaignent également des symptômes suivants:

  • démangeaisons et brûlures dans le vagin;
  • douleur dans l'abdomen;
  • mictions fréquentes;
  • écoulement purulent avec du sang;
  • augmentation de la température corporelle à 38-39 °;
  • manque d'appétit;
  • faiblesse générale;
  • nausée et bâillonnement.

Lorsque les gonocoques à pharyngite gonococcique infectent la cavité buccale, se propagent dans le ciel, les amygdales, le nez et le larynx. L'infection se manifeste par de tels signes:

  • maux de gorge;
  • voix enrouée;
  • douleur en avalant;
  • ganglions lymphatiques sous-maxillaires élargis;
  • fièvre
  • toux

Lorsque la proctite à gonorrhée se manifeste par des démangeaisons dans l'anus, la défécation est accompagnée d'une douleur aiguë. Peut-être l'apparition de pertes jaunes du rectum avec du sang.

La gonorrhée chez les hommes présente les manifestations suivantes: sensation de brûlure en urinant, écoulement de pus en appuyant sur la tête du pénis, besoin fréquent d'uriner

Les experts identifient les signes suivants de gonorrhée chez les hommes:

  • sensation de brûlure en urinant;
  • excrétion de pus lorsque vous appuyez sur la tête du pénis;
  • miction fréquente d'uriner.

Pour la prostatite à blennorrhée, les symptômes caractéristiques sont une douleur dans la région rectale lors de la vidange et une érection douloureuse prolongée. Dans les cas avancés, les hommes développent une inflammation des testicules. Pendant les rapports sexuels, des écoulements sanglants et douloureux apparaissent.

Gonorrhée chronique

La gonorrhée chronique se caractérise par des symptômes bénins ou totalement invisibles. Dans de rares cas, les patients remarquent un écoulement, des douleurs périodiques dans la région lombaire, des douleurs dans le bas de l'abdomen.

Avec des lésions chroniques de l'utérus dans le cycle menstruel de la femme est brisé. Elle peut remarquer des saignements qui se produisent entre les règles. Tous les mois peuvent être plus longs et plus abondants.

Des complications

Si vous ne faites pas attention aux symptômes à temps et si vous ne commencez pas le traitement, de telles complications peuvent survenir:

  1. Infertilité chez les femmes.
  2. Diminution de la libido.
  3. Infection de la glande de Bartholin.
  4. Complications pendant la grossesse ou après l'accouchement.
  5. Naissance d'un enfant infecté.
  6. Le gonocoque pénètre dans la circulation sanguine, ce qui entraîne des lésions aux articulations, au cerveau, au cœur et aux reins.
  7. Conjonctivite blennorragique.

Diagnostics

Pour confirmer le diagnostic, le médecin se concentre sur les résultats des tests de laboratoire:

  • frottis sur la gonorrhée du vagin, de l'urètre et du rectum;
  • ensemencer des sécrétions génitales dans un milieu nutritif;
  • analyse d'urine;
  • méthode sérologique dans laquelle étude du sang veineux (en cas de suspicion de gonorrhée chronique).

Pour identifier la gonorrhée chronique et latente, les spécialistes utilisent souvent des méthodes de provocation, car les méthodes de recherche conventionnelles ne révèlent pas la présence de gonocoques chez un patient. Les méthodes de provocation comprennent:

  1. Introduction au muscle d'un vaccin spécial.
  2. Abandonnez les coups pendant la menstruation.
  3. Diathermie de conduite pendant 3 jours. Le médecin prélève des frottis 3 fois par heure après la procédure.
  4. Réception de boissons alcoolisées, épicées et salées.

Les médecins ont souvent tendance à recourir à plusieurs méthodes de provocation. Ensuite, les frottis sont pris 3 fois en 24, 48 et 72 heures.

Traitement de la gonorrhée

Le cours de thérapie vise à éliminer l'agent causal de l'infection. Des médicaments antibactériens sont prescrits pour la gonorrhée, la pénicilline, la céphalosporine et la tétracycline. Pendant le traitement, le patient doit s'abstenir de relations sexuelles. Interdiction des efforts physiques, rester longtemps dans le froid, à vélo. Vous devriez également arrêter de fumer et de boire de l'alcool.

Des médicaments antibactériens sont prescrits pour la gonorrhée, la pénicilline, la céphalosporine et la tétracycline.

Un traitement complet vise à améliorer l'immunité et à normaliser l'activité des organes internes. Pour ce faire, le médecin prescrit ces médicaments:

  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • immunomodulateurs;
  • complexes de vitamines;
  • hépatoprotecteurs.

Si un patient a été diagnostiqué avec des complications causées par la gonorrhée, l’antibiothérapie implique la prise de 2 ou 3 antibiotiques appartenant à différents groupes.

Les médicaments les plus couramment utilisés contre les gonocoques sont les suivants:

Avec la maladie dans la phase aiguë, une seule utilisation de médicaments antibactériens - Clindamycine, Bicilline ou Tétracycline est suffisante.

Le traitement de la gonorrhée chez les femmes comprend la prise ou l'administration de tels médicaments:

  • Ceftriaxone (dose - 0,25 g);
  • Sumamed (dosage - 2 g);
  • Céfixime (0,4 g) ou Ciprofloxacine (0,5 g par voie orale).

Le traitement de la gonorrhée chronique est complété par l’utilisation de stimulants de l’immunité et du vaccin contre le gonocoque. Les médicaments suivants sont utilisés pour cela:

Très souvent, la gonorrhée est associée à la trichomonase ou à la chlamydia. Dans ce cas, la doxycycline est également prescrite pendant 10 jours et le métronidazole pendant 5 à 7 jours. La thérapie locale consiste à laver l'urètre avec une solution de nitrate d'argent (0,5%), à un lavage vaginal à la chlorhexidine, à la miramistine ou à une décoction à base de camomille.

Faites attention! Les complications nécessiteront une intervention chirurgicale.

Le traitement de la gonorrhée chez les femmes au stade chronique consiste à prendre des antibiotiques en association avec Trichopol.

Trichopolum - utilisé dans le traitement de la gonorrhée, il s'agit d'un médicament antimicrobien qui pénètre dans les bactéries et perturbe la structure de leur ADN.

Trichopolum est un médicament antimicrobien qui pénètre dans les bactéries et perturbe la structure de leur ADN. Ainsi, il se produit une mutation des cellules de l'agent pathogène, ce qui entraîne la mort de la population de gonocoques. La réception de Trichopolum doit être prolongée afin que l'agent infectieux meure avant sa mutation. Lorsque le dosage de la drogue tripper - 1 comprimé trois fois par jour pendant 7 jours.

Le traitement de la gonorrhée chez l'homme consiste à prendre des antibiotiques du groupe de la pénicilline - Oxacillin ou Amksicillin. La thérapie peut également inclure des fluoroquinolones - Ofloxacine ou Ciprofloxacine et des Céphalosporines - Cefataxi ou Céfazoline. Si les antibiotiques n’ont pas donné de résultat positif au traitement, le médecin vous a prescrit des sulfamides:

C'est important! La gonorrhée fraîche peut être guérie par une dose unique de médicaments modernes tels que le Giramide, le Ceftriaxone ou l'Aminoglycoside.

Régime alimentaire pour la gonorrhée

Les aliments claqués doivent contenir des produits susceptibles de renforcer le système immunitaire, ainsi que des effets anti-inflammatoires et antiseptiques. Les nutritionnistes recommandent d’ajouter de tels aliments à votre alimentation:

  1. Baies fraîches. Ils contiennent de la vitamine C, ce qui renforce le système immunitaire humain.
  2. Melons et pastèques. Ils ont un effet diurétique, grâce à quoi les bactéries sont éliminées des parois de l'urètre, l'inflammation est réduite.
  3. Légumes et verts. Ils ont un effet antiseptique et contiennent de nombreuses vitamines.
  4. Noix, poisson et viande variétés à faible teneur en matière grasse. Il y a des protéines dans leur composition.
  5. Thé vert, décoction de rose sauvage ou de viorne. Ces boissons éliminent les antioxydants du corps et augmentent l'immunité.

Prévention

Si des relations sexuelles non protégées ont eu lieu avec un partenaire en qui il n’ya aucune certitude, plusieurs mesures simples doivent être prises pour éviter l’infection par une infection sexuellement transmissible:

  1. Immédiatement après les rapports sexuels, on urine parce que l’urine élimine les agents pathogènes de l’urètre.
  2. Lavez les organes génitaux externes et les cuisses à l’eau chaude savonneuse.
  3. Injectez 2 ml d'agent antiseptique Miramistin dans l'urètre et 5 ml de cette solution ou de cette préparation de Betadine (pas plus tard que 2 heures après l'intimité) dans le vagin.
  4. Traiter les organes génitaux et la zone autour de la chlorhexidine ou de Miramistin.

Faites attention! Miramistin réduit le risque d'infection par une infection à gonocoque, la syphilis, la trichomonase et l'herpès génital.

Après un rapport sexuel non protégé avec un partenaire pour lequel il n’ya aucune certitude, il est nécessaire de consulter un médecin pendant les deux premiers jours pour planifier un traitement préventif.

Pas plus tard que 2 jours après un rapport sexuel non protégé devrait consulter un médecin pour le rendez-vous de la prévention de la toxicomanie. Dans la plupart des cas, les experts proposent de suivre un traitement antibiotique d'urgence de courte durée. Il comprend des antibiotiques qui préviennent la gonorrhée. Après 14 jours, il est conseillé de réaliser des frottis pour une étude de pathologie urogénitale par PCR (réaction en chaîne du polymère).

Prévention de la gonorrhée comprend également les règles suivantes.

  1. Exclusion de rapports sexuels occasionnels.
  2. Hygiène personnelle.
  3. Traitement opportun chez le médecin en cas de gêne.
  4. Surveillance obligatoire de la grossesse et de la santé des femmes.

Afin de prévenir la gonorrhée, on instille dans les yeux des enfants 2-3 gouttes de sodium sulfacyle après la naissance.