Stricture (rétrécissement) de l'urètre chez l'homme

Puissance

Le rétrécissement de la lumière de l'urètre (urètre) perturbe le passage de l'urine dans sa lumière, ce qui retarde complètement le processus de miction.

Le rétrécissement de l'urètre est une maladie fondée sur plusieurs causes et facteurs prédisposants. Il est plus fréquent chez les hommes, car leur urètre présente un certain nombre de caractéristiques anatomiques. Il est plutôt étroit, long, courbé et présente également des courbures anatomiques sur certaines de ses parties.

Le traitement des rétrécissements de l'urètre chez l'homme nécessite une approche individuelle dans chaque cas particulier, qui est déterminé par la durée du processus pathologique, le degré de rétrécissement de la lumière de l'urètre et la gravité des troubles urodynamiques.

Aspects anatomiques

Comme mentionné ci-dessus, la maladie est le plus souvent diagnostiquée chez l'homme, il est donc nécessaire d'examiner brièvement les caractéristiques structurelles de l'urètre chez l'homme.

Anatomiquement fait les sections suivantes de l'urètre:

  • la partie prostatique (partie de l'urètre entourée par la prostate);
  • partie membraneuse (elle est entourée par le diaphragme urogénital);
  • partie du pénis (département situé entre le diaphragme urogénital et l'ouverture externe de l'urètre).

Les sténoses de la section prostatique sont associées à une forme totale de prostatite, ce qui nécessite un traitement adéquat non seulement du site de rétrécissement, mais également de l'opération simultanée sur la glande prostatique.

Classification

La classification du processus pathologique repose sur un certain nombre de critères.

Selon l'étiologie de la maladie:

  • rétrécissement post-traumatique (apparaissant sur le fond de tout endommagement de la membrane muqueuse de l'urètre ou des couches plus profondes);
  • rétrécissement inflammatoire (basé sur la composante inflammatoire du processus et le remplacement du tissu fibreux normal);
  • iatrogène (dans le contexte d'erreurs médicales, de manipulations incorrectes, etc.);
  • rétrécissement congénital (il existe des rétrécissements de longueur et de localisation différentes, dont l'apparition est due à des troubles génétiques);
  • idiopathique (avec rétrécissement de l'urètre d'étiologie inconnue).

Sur les changements pathologiques:

  • rétrécissement primaire (non compliqué, apparu en premier lieu, non traité précédemment);
  • rétrécissement récurrent (précédemment diagnostiqué chez un patient, compliqué d'abcès, de passage fistuleux, etc.).

Selon le niveau de localisation de la sténose:

  • service prostatique;
  • département membraneux;
  • département bulbozny;
  • capitatum;
  • ouverture externe de l'urètre.

Par longueur (longueur de sténose):

  • court (moins de 2 cm);
  • long (plus de 2 cm);
  • rétrécissement total (lésion de l'urètre sur toute sa longueur).

Par le nombre de restrictions:

  • stricture simple;
  • plusieurs sténoses.

Selon le degré de rétrécissement de la lumière de l'urètre:

  • degré modéré du processus (le rétrécissement de la lumière de l'urètre ne dépasse pas 50%);
  • rétrécissement modéré (pas plus de 75%);
  • rétrécissement sévère (plus de 75%);
  • oblitération complète de la lumière (pas de perméabilité).

Les principales causes de la maladie

La formation de tissu cicatriciel, qui remplace l'épithélium normal de l'urètre et rétrécit sa lumière, peut être due aux raisons suivantes:

  1. Impact traumatique sur les parois de l'organe, entraînant des lésions de l'urètre ou sa rupture complète (fractures des os du bassin, symphyse, rupture de la symphyse, introduction de corps étrangers dans la lumière de l'urètre, comme un cathéter ou une bougie, etc.).
  2. L'introduction d'agents infectieux d'origine différente dans les muqueuses, ce qui conduit à une inflammation prononcée et à un rétrécissement du corps. La cause la plus fréquente de rétrécissement de l'urètre est une infection gonococcique, dont le traitement est absent pendant longtemps ou qui est inadéquat.
  3. Le rétrécissement congénital de l'urètre est généralement diagnostiqué à un âge précoce (ceci devrait exclure la nature infectieuse ou traumatique du processus pathologique).
  4. Présence à long terme du cathéter urétral chez des patients atteints d'un cancer de la prostate et ne pouvant faire l'objet d'un traitement chirurgical.
  5. Un rétrécissement idiopathique de la lumière de l'urètre est diagnostiqué chez environ 15% des patients. Un tel diagnostic est posé lorsqu'il n'y a aucun antécédent de traumatisme, de processus infectieux, de manipulation, etc.

Si nous parlons de lésion traumatique de l'urètre, le plus souvent, il se produit une rupture complète du corps et la divergence de ses extrémités. Un hématome étendu se forme toujours. Le processus de formation de tissu cicatriciel commence, qui remplace les couches normales de l'urètre, sur le fond duquel il commence à se rétrécir.

Symptômes de la maladie

Les principaux symptômes du rétrécissement de l'urètre sont:

  • affaiblir la pression du jet d'urine (jet «faible»), l'éclabousser dans différentes directions, changer de direction, etc.
  • l'apparition de sensations désagréables ou douloureuses accompagnant le processus de vidange de la vessie;
  • la nécessité de faire un effort pour commencer le processus de miction, tandis que l'urine peut se distinguer en petites gouttes;
  • sensation de vessie pleine, qui reste même après sa vidange;
  • Une «fuite» d'urine involontaire est possible, apparaissant lors d'un léger effort physique ou au repos;
  • la présence de douleur dans le bas de l'abdomen, au-dessus du pubis, qui irradie vers le rectum, le périnée ou la surface de la cuisse;
  • apparition dans l'urine ou le sperme du sang, ainsi que d'autres composants pathologiques.

Des complications

Lorsque les premiers symptômes indiquent un rétrécissement de la lumière de l'urètre, des soins médicaux spécialisés sont nécessaires, car ils peuvent entraîner un certain nombre de complications graves, telles que:

  • la formation de passages fistuleux urétraux avec des organes adjacents (par exemple, dans la lumière du rectum);
  • formation de phlegmon ou d'abcès;
  • la formation de pierres au-dessus du niveau de rétrécissement;
  • processus infectieux dans les organes génitaux d'une genèse aiguë ou chronique (prostatite, épididymite et autres);
  • processus infectieux dans différentes parties du tractus urinaire (pyélonéphrite, cystite, pyonephrose et autres);
  • état septique général (septicémie);
  • insuffisance rénale chronique et autres.

Algorithme de diagnostic

L'examen général du patient commence par un examen numérique du pénis et de ses appendices, ainsi que par une palpation rectale du rectum et de la prostate.

Les méthodes de recherche instrumentales et de laboratoire incluent les procédures suivantes:

  • analyse complète du sang et de l'urine (présence de la composante inflammatoire, sa gravité ainsi que d'autres modifications pathologiques dans les résultats obtenus);
  • test sanguin biochimique (détermination du taux de créatinine et d'urée, détermination du taux de protéines totales et de ses fractions et autres indicateurs, le cas échéant);
  • culture d'urine sur un milieu nutritif (si une nature infectieuse du processus est suspectée);
  • urétrographie rétrograde (procédure permettant d'identifier le lieu du rétrécissement de l'urètre, sa longueur et sa sévérité, ainsi que la présence de passages fistuleux, de calculs, etc.);
  • urétroscopie (méthode d'examen endoscopique, par laquelle le médecin visualise les parois de l'urètre, la présence de défauts, de rétrécissements et d'autres structures pathologiques);
  • Échographie du système urinaire et examen transrectal de la prostate (permet d'identifier les processus pathologiques de la prostate, leur taille, la présence de calculs, etc.);
  • L'IRM ou la tomodensitométrie des organes du système urogénital avec l'utilisation d'un agent de contraste (actuellement, les méthodes sont largement utilisées, car elles permettent de détecter le rétrécissement, sa longueur exacte, etc.) dans un délai bref.

Tactiques de gestion

Le traitement des rétrécissements de l'urètre (rétrécissement de l'urètre) a les objectifs suivants:

  • restauration complète de la perméabilité de la lumière de l'urètre, c'est-à-dire la guérison du patient et la prévention de toute complication;
  • la normalisation du processus de la miction;
  • améliorer la qualité de vie globale du patient.

La thérapie des patients peut avoir plusieurs directions.

Surveillance patiente dynamique

Cette tactique est choisie dans les cas suivants:

  • le patient manque complètement toute plainte ou ses manifestations sont minimes;
  • une petite quantité d'urine résiduelle reste dans la vessie (moins de 80 à 100 ml);
  • il n'y a pas de rechute de processus infectieux dans les organes du système urinaire.

Bougienage du rétrécissement de l'urètre

Les indications pour cela sont:

  • longues structures (5-6 cm de long), qui ont le même degré de rétrécissement sur toute sa longueur;
  • un petit degré de rétrécissement de la lumière de l'urètre, ce qui permettra la procédure de bougienage sans lésion des muqueuses;
  • le patient refuse d'autres méthodes de traitement;
  • risque élevé de complications pendant la chirurgie (état général grave du patient, présence de comorbidités);
  • bonne tolérance de la procédure de négociation, qui a été réalisée plus tôt, ainsi qu'un effet positif durable.

Urétrotomie optique interne

L’essence de la procédure consiste en une excision endoscopique de sites de rétrécissement cicatriciels (à l’aide d’un urétroscope et d’un dispositif spécial capable d’enlever les tissus anormaux). Pour le traitement du rétrécissement par la méthode urétrale chez les hommes et les femmes, utilisez un laser, une source de chaleur ou un couteau froid.

La méthode s'accompagne de fréquentes rechutes du processus pathologique, observées assez tôt (après 2-3 mois), ce qui fait référence à ses méthodes peu prometteuses pour traiter les sténoses de toutes origines.

Excision de l'urètre

Retrait d'une partie de l'urètre (sa résection) avec formation d'une anastomose terminale (utilisation de tissus propres de l'urètre en les resserrant). Cette méthode est utilisée pour réduire une petite mesure, il a de bons résultats à long terme.

Urétroplastie de substitution

L'étalon or du traitement. Il s'est propagé dans le processus pathologique d'une grande longueur (plus de 2-3 cm), localisée dans différentes parties de l'urètre. Le plus souvent, pour remplacer les tissus affectés, on utilise le matériel obtenu à partir de la membrane muqueuse de la joue du patient (greffe buccale).

Prévention

Les mesures de prévention des rétrécissements de l'urètre sont les suivantes:

  • traitement en temps opportun de tout processus inflammatoire dans l'urètre (en particulier d'origine gonococcique);
  • en cas de lésion traumatique des parois de l'urètre, une intervention chirurgicale rapide et un nombre suffisant d'interventions chirurgicales sont nécessaires (les méthodes modernes de traitement doivent être préférées).
  • Pour exclure les rétrécissements iatrogènes résultant d'une complication d'un cathéter mal inséré, une formation compétente du personnel médical en matière de cathétérisme est nécessaire;
  • Il est important d'éviter l'introduction de corps étrangers dans l'urètre (correction du comportement sexuel).
  • le respect des règles d'hygiène personnelle, l'utilisation de contraceptifs, ce qui élimine la pénétration d'agents infectieux dans l'urètre;
  • renforcement général du statut immunitaire, durcissement progressif du corps, maintien d'un mode de vie actif.

Conclusion

Les processus inflammatoires de l'urètre nécessitent un traitement rapide, car ils peuvent conduire à un état tel que le rétrécissement de l'urètre, qui menace le patient de plusieurs troubles urodynamiques et de complications graves.

Quels que soient les symptômes qui gênent le patient (au début, peut-être même leur absence complète), il est nécessaire de fournir une aide qualifiée pour l’utilisation des méthodes de traitement modernes. Malheureusement, même un traitement adéquat à long terme ne garantit pas toujours le rétablissement complet du patient et ne le protège pas de possibles rechutes du processus pathologique.

Stricture (rétrécissement) de l'urètre chez l'homme et la femme: symptômes et traitement

Les rétrécissements de l'urètre ont diverses causes et peuvent entraîner diverses manifestations, allant de l'évolution clinique asymptomatique à l'inconfort grave associé à l'incontinence urinaire.

Établir un passage adéquat de l'urine peut être difficile.

À propos de la sténose de l'urètre a été mentionné dans les écrits grecs anciens, qui ont rapporté sur l'installation dans la vessie de divers dispositifs pour l'extraction de l'urine.

Le rétrécissement de l'urètre se développe sur le fond de l'inflammation, de l'ischémie et des processus traumatiques menant à la formation de tissu cicatriciel. En conséquence, le diamètre de l'urètre diminue et un écoulement d'urine rétrograde se produit.

Le rétrécissement de l'urètre antérieur se développe dans le contexte de modifications cicatricielles secondaires du tissu spongieux, la section postérieure due à la fibrose, qui rétrécit le col de la vessie, généralement à la suite d'une blessure ou d'une opération, souvent une prostatectomie radicale.

Le rétrécissement de l'urètre est court ou étendu, simple et multiple.

Il existe des rétrécissements de l'urètre antérieur et des rétrécissements de l'urètre postérieur.

Étiologie

Les causes les plus courantes sont traumatiques ou iatrogènes.

Moins fréquents sont inflammatoires, infectieuses, malignes, congénitales.

Les sténoses infectieuses de l'urètre se développent, en règle générale, dans le contexte de l'urétrite gonococcique.

Signes et symptômes du rétrécissement de l'urètre

En règle générale, le patient formule les plaintes suivantes:

  • écoulement d'urine divisé, sa faiblesse, la léthargie;
  • discontinuité;
  • inconfort dans le bas-ventre;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • changement de la qualité de l'urine: odeur, sédiment, etc.

Si le rétrécissement de l'urètre entraîne une obstruction infra-vésicale importante et qu'il reste beaucoup d'urine résiduelle après la miction, une atonie de la vessie peut se développer avec un écoulement goutte à goutte.

Diagnostic du rétrécissement de l'urètre

Le diagnostic est établi sur la base des plaintes, des résultats de l'examen physique, des méthodes de recherche radiographiques ou endoscopiques.

Pour une compréhension objective de la pathologie, il est préférable de réaliser une urétrographie rétrograde ou un cystogramme antérograde. Ces études servent à diagnostiquer et à déterminer le degré de rétrécissement de l'urètre.

Échographie également applicable dans le diagnostic de sténose de l'urètre. Le capteur peut être placé le long du phallus. L'échographie est utilisée pour évaluer l'étendue et le degré de fibrose spongieuse.

L'échographie montre des tissus péri-urétraux plus épais au niveau de la sténose par rapport aux zones intactes de l'urètre.

Des études ont montré que les rétrécissements de l'urètre détectés sur les sonogrammes périnéaux sont plus longs qu'avec l'urétrographie rétrograde et la cysto-urétrographie.

Examen endoscopique peut être réalisée avec une urétrocystoscopie souple ou rigide.

Cystoscopie flexible plus préférable pour les hommes, avant le début de la manipulation, une solution de lidocaïne à 2% ou un gel anesthésique est injecté dans l'urètre.

Examiner l'urodynamique, pour cela effectuer débitmétrie.

Modifications des paramètres de laboratoire pour le rétrécissement de l'urètre

Les changements dans l'urine apparaissent en violation de l'écoulement et de la stagnation.

Si l'analyse montre une leucocyturie, une bactériurie, une protéine, cela indique une inflammation développée.

Si vous suspectez un processus inflammatoire chronique d'une étiologie spécifique (gonorrhée, trichomonase, chlamydia), effectuez un diagnostic par PCR des MST.

La tuberculose de l'urètre est maintenant rare.

Avec un rétrécissement compensé de l'urètre, il n'y a aucun changement dans l'OAM et l'UAC.

Avant le traitement chirurgical, un cœur supplémentaire est examiné, les paramètres biochimiques, le taux de PSA chez les hommes sont contrôlés.

Traitement chirurgical

Pour un traitement chirurgical, il existe les indications suivantes:

  • l'inefficacité de la thérapie conservatrice;
  • une grande quantité d'urine résiduelle dans la vessie;
  • infections récurrentes des voies urinaires;
  • rétention urinaire aiguë.

Avant l'opération, selon les indications, un traitement antibactérien est effectué en tenant compte de la sensibilité à l'antibiotique.

Pour prévenir la re-formation de l'inflammation de stricture dans l'urètre ne devrait pas être.

Urétrotomie interne

L'urétrotomie interne implique la dissection du rétrécissement transurétral à l'aide d'un équipement endoscopique.

L'incision permet au tissu cicatriciel de se dilater. L'opération est réalisée sous contrôle visuel, avec un couteau «froid» ou «chaud».

En urologie moderne, l'utilisation du laser est considérée comme un moyen peu invasif de se débarrasser du rétrécissement de l'urètre.

L'effet positif de l'intervention consiste à brûler un "extra" tissu avec un laser, suivi par la nomination d'instillations dans l'urètre avec des solutions antiseptiques, des antibiotiques. La miction normale est généralement restaurée. Les inconvénients incluent la probabilité de rechute. Selon les statistiques, le rétrécissement du diamètre de l'urètre se produit dans 40 à 50% des cas.

En cas de lésion des corps caverneux par une complication, une dysfonction érectile se développera.

Avant la chirurgie, il est nécessaire d’obtenir une rémission du processus inflammatoire. Si une tumeur maligne est suspectée, une biopsie est effectuée.

Chirurgie ouverte

L'opération implique l'élimination complète du segment fibrotique de l'urètre avec de la réanastamose. L'opération est adaptée aux patients présentant une sténose de 1 à 2 cm.

Chez les patients jeunes, avec l'élasticité préservée des tissus, l'effet de la chirurgie est plus fort. Après l'opération, un cathéter urétral est installé et une épicystostomie sus-pubienne est réalisée.

Urétroplastie

L'essence de l'opération consiste en l'excision de la zone pathologique avec fermeture ultérieure par autoscale de la membrane muqueuse de la joue, le prépuce. Dans la plupart des cas, la greffe d'un lambeau authentique se produit bien. Les rechutes après cette opération sont enregistrées dans 10% des cas.

Prosternation de l'urètre

Certains patients atteints de sténoses sont aidés par la procédure d'agnelage urétral.

La prostration de l'urètre due à un traumatisme, en tant que méthode de traitement indépendante, est de moins en moins utilisée.

La procédure consiste à étirer le rétrécissement au détriment des lésions cicatricielles des tissus de l'urètre. Bougé - un instrument médical en métal ou en biosynthétique, a un diamètre différent. Il existe un certain nombre de contre-indications à la procédure de négociation:

  • tumeur de l'urètre;
  • inflammation aiguë ou exacerbation du processus inflammatoire chronique dans tout organe du tractus urogénital de l'homme: urétrite; la prostatite, la vésiculite, la cystite de la prostate; pyélonéphrite.
  • phimosis paraphimosis;
  • troubles aigus de la circulation cérébrale;
  • état fébrile de toute genèse.

Même avec la correction la plus précise de l'urètre, des microtraumatismes peuvent apparaître et la flore bactérienne secondaire peut se rejoindre. Il est donc obligatoire de prendre des antibiotiques, des uroseptiques et, à titre d'aide, des diurétiques des plantes.

Commencez la manipulation de l’expansion du rétrécissement par l’introduction d’une bougie de plus petit diamètre, avant que le bougienage du gel sous anesthésique ne soit injecté dans l’urètre.

La durée de la procédure est de 15 à 20 minutes, le diamètre de la bougie augmente progressivement.

Il convient de noter que les bougies sont différentes: droite pour élargir les tissus de la partie antérieure de l'urètre et incurvée - pour le dos. En outre, les bougies sont des extensions à la fin ou dans une partie.

Bougienage prescrit après des opérations sur l'urètre.

Quels médicaments sont utilisés après la procédure de bougienage

Pour prévenir le processus d'inflammation - les antibiotiques sont prescrits avec un large spectre d'action.

Ceux-ci comprennent les médicaments suivants:

  • Lévofloxacine;
  • La ciprofloxacine;
  • La doxycycline;
  • Josamycine

De uroseptikov utiliser Furomag, Palin, Pimidel, 5 - NOK.

La plus grande erreur de stricture de l'urètre serait de limiter la quantité de liquide consommée.

Décoctions utiles d'herbes diurétiques:

  • Thé de rein;
  • Fitonefrol;
  • Brusniver;
  • Busserole;
  • Prêle;
  • Collection urologique.

Prenez des décoctions de 100 ml 3 fois par jour, à jeun, pendant 10 jours par mois. Les plantes peuvent être alternées.

Après l'intervention chirurgicale pour rétrécir l'urètre, les patients doivent consulter périodiquement l'urologue et surveiller leur urine. Il n’ya pas toujours de manifestations aiguës au début de l’inflammation et il est déjà possible de corriger les modifications de l’urine, ce qui nécessite un traitement immédiat.

Sténose de l'urètre chez la femme

Les femmes sont beaucoup moins souvent confrontées à cette pathologie que les hommes, car l'urètre lui-même est plus court et plus large.

Cependant, les facteurs suivants ont conduit au développement d’un rétrécissement de l’urètre chez la femme:

  • traumatisme pendant l'accouchement;
  • les tumeurs;
  • les néoplasmes de l'urètre;
  • cathétérisme à long terme avec modifications subséquentes du tissu cicatriciel;
  • blessure périnéale.

Le traitement chirurgical est préférable aux autotissues plastiques de l'urètre après l'excision du rétrécissement, suivies d'un cathétérisme de la vessie et d'un traitement antibactérien.

Mishina Victoria, urologue, examinatrice médicale

1,600 vues - 1 vues aujourd'hui

Sténose de l'urètre: signes et traitement

La striction de l'urètre chez l'homme est une maladie qui se manifeste par le rétrécissement de l'urètre et l'apparition de cicatrices à la surface muqueuse de l'urètre.

Selon la CIM 10, cette maladie porte le code N35.9. Plus souvent, il est masculin que féminin en raison des caractéristiques physiologiques de la structure du canal urétral.

Les symptômes

Les symptômes de rétrécissement de l'urètre peuvent souvent être confondus avec d'autres maladies urologiques. Toutefois, si vous remarquez l'un des signes suivants, vous devez contacter immédiatement un andrologue et commencer le traitement:

  • difficulté à uriner;
  • mictions fréquentes;
  • pulvérisation de pulvérisation d'urine;
  • changer la couleur de l'urine;
  • sang dans les urines (hématurie);
  • douleur au bas du dos.

La plupart de ces symptômes peuvent être absents ou apparaître progressivement. Déterminer indépendamment le rétrécissement de l'urètre est extrêmement difficile. Si vous présentez l'un des symptômes énumérés ci-dessus, vous devez immédiatement consulter l'urologue.

Diagnostics

Si un homme présente des symptômes de sténose, un diagnostic approfondi est réalisé:

  • région de l'aine;
  • les reins;
  • l'urètre.

Pour ce faire, a mené des recherches en laboratoire et des études de dépistage. Un homme prend:

  • un frottis pour éliminer les infections et les maladies du tractus génital;
  • analyse d'urine;
  • du sang;
  • ensemencement du tissu rénal.

Ensuite, une échographie est effectuée et, pour établir un diagnostic final, ils effectuent une mesure de débitmètre urinaire.

Urométrie

Un débitmètre urinaire est utilisé pour déterminer la vitesse à laquelle le patient quitte l'urine. Un homme reçoit un récipient spécial dans lequel il collecte l'urine. Cette capacité est située dans l'appareil qui, à l'issue du processus, affiche le résultat.

Après avoir trouvé l'urètre styptique chez l'homme, il est immédiatement important de commencer le traitement.

Radiologie

Pour que le diagnostic soit correct, l’urologue doit déterminer l’emplacement du rétrécissement et sa longueur. Pour cela, on utilise une urétrographie rétrograde. Une solution spéciale est introduite dans le canal, puis une radiographie est prise.

Ces manipulations aident à avoir une image complète de la maladie.

Traitement

Après un diagnostic complet, il est nécessaire de commencer le traitement. En aucun cas, ne peut pas les traiter de manière indépendante, il est non seulement inefficace, mais souvent même dangereux. Toujours consulter un médecin.

En raison de la structure physiologique particulière de l'urètre masculin, le traitement est plutôt compliqué. Le médecin prescrit des médicaments et, en fonction de la forme de la maladie, de la taille du rétrécissement et d'autres paramètres, il examine les opérations dont le patient a besoin. Il est important de noter qu'il existe assez peu de telles méthodes.

Observation dynamique

Si les plaintes sont minimes et que la maladie commence tout juste à se développer et qu'il n'y a pas non plus d'infection, le médecin observe simplement le patient. Souvent, dans ce cas, prescrire des médicaments antibactériens. L'andrologue observe jusqu'à l'apparition de signes évidents de maladie.

Bougienage d'un rétrécissement

Le rétrécissement de l'urètre chez les hommes est étiré à l'aide d'une tige en métal. Cette méthode est efficace pour les sténoses courtes.

Quand le bougienage survient très souvent, des rechutes se produisent. Les tissus commencent à cicatriser à nouveau, le rétrécissement est allongé. La méthode ne peut pas être appliquée à nouveau, car il n'y aura pas de guérison.

Urétrotomie optique

À l'aide de dispositifs spéciaux, d'un cystoscope et d'un urétroscope, l'urètre est disséqué avec un laser ou un scalpel tranchant dans une zone étroite. Cette méthode présente également des inconvénients, car la plupart des patients se plaignent de rechutes. Cette intervention ne doit pas être utilisée une seconde fois.

Puanteur

Cette méthode, comme le bougienage, est recommandée très rarement. Un ressort ou un stent urétral est inséré dans le rétrécissement de l'urètre, à la suite de quoi le canal augmente.

La procédure provoque des complications et des rechutes, car le stent est souvent déplacé de la position centrale.

Urétroplastie

Cette opération est la méthode de traitement thérapeutique la plus moderne pour le rétrécissement de l'urètre masculin. Efficace avec un strict de toute taille.

Lorsque vous rétrécissez une petite longueur, inférieure à deux centimètres, le canal urétral est coupé et remplacé par la partie saine.

L'efficacité de la méthode est assez élevée. Si la longueur des constrictions est supérieure à deux centimètres, utilisez une greffe pour laquelle la peau du prépuce ou de la muqueuse buccale est utilisée.

Conduire de telles opérations donne un bon résultat et, en même temps, il n’ya aucune rechute. Le prix de l'urétroplastie varie de 15 à 100 000 roubles, en fonction de la complexité.

Traitement au laser

Cette méthode est utilisée dans de nombreux centres de médecine. Le traitement au laser ne cause pas de blessure au patient, mais au fil du temps, il y a des rechutes.

Les hommes agissent sur le canal urétral avec un laser. Après l'opération sur le canal, des pommades et des solutions anti-brûlures sont injectées.

Si les médicaments ne sont pas injectés correctement, une cicatrice apparaît à l'endroit où se trouvait la sténose. En raison de caractéristiques physiologiques individuelles, même avec une petite intervention chirurgicale, le canal se rétrécit à nouveau.

Le prix de cette opération peut être trouvé dans n'importe quelle institution médicale.

Méthode endoscopique

Cette opération sur les contractions est réalisée à l'aide d'un endoscope, uniquement sur de courtes sténoses. Un endoscope est inséré dans le canal urétral et le tissu est coupé.

Après la chirurgie, la miction est restaurée pendant une courte période. Cette méthode est une urgence, les réponses sont généralement positives.

Traitements faits maison

Le traitement des remèdes populaires n'est pas recommandé pour cette maladie et, avant de vous lancer, vous devriez consulter votre médecin.

Afin d'éviter la rémission de la maladie et de ses complications, les plantes peuvent être traitées après l'opération. Ce qui suit est une description détaillée des méthodes folkloriques.

Décoctions à base de plantes

Pour préparer le bouillon, vous devez mélanger la camomille de pharmacie, l'herbe à airelle, les bourgeons de peuplier et les feuilles noires du sureau. Ensuite, prenez deux grandes cuillères d'herbes hachées et ajoutez-y 500 ml d'eau bouillante. Le bouillon doit être couvert et insisté pendant la journée.

Il est nécessaire de le prendre une cuillère à soupe avant les repas. Cette méthode de traitement populaire n'est pas recommandée pendant plus de dix jours.

Hirudothérapie

L'hirudothérapie est l'un des remèdes populaires. Dans le traitement avec des sangsues médicaux, le gonflement est réduit, l'inflammation est soulagée après la chirurgie et la circulation sanguine est également améliorée.

Une telle médecine traditionnelle aide après la chirurgie.

Prévention

Un rétrécissement peut causer n'importe quel homme, quel que soit son âge. Pour éviter cela, procédez comme suit:

  • suivez les règles d'hygiène personnelle et assurez-vous d'utiliser la contraception;
  • traiter en temps opportun tous les processus inflammatoires de l'urètre;
  • effectuer immédiatement l'opération en cas de blessure au canal urétral;
  • ne pas introduire d'objets étrangers dans l'urètre;
  • mener une vie active et tempérer le corps;

Le respect de ces procédures aidera le patient à éviter les problèmes liés à de nombreuses maladies urologiques.

Conclusion

Pour la santé des hommes nécessite une surveillance constante des problèmes d'urologie. Si vous ne remarquez pas cette maladie à temps, des complications graves peuvent se développer.

Si la maladie s'est manifestée, une aide opportune des médecins et des méthodes de traitement modernes sont nécessaires. Il est important d'être surveillé en permanence par un urologue. Mais même si le patient demande de l'aide à temps, les rechutes sont possibles.

Rétrécissement de l'urètre

Le rétrécissement de l'urètre est un rétrécissement pathologique de la lumière interne de l'urètre, conduisant à des troubles de la miction de gravité variable. La miction liée à la sténose de l'urètre devient difficile, fréquente et douloureuse, accompagnée d'éclaboussures d'urine et d'une sensation de vidange incomplète de la vessie. Le diagnostic du rétrécissement de l'urètre nécessite des études urodynamiques, une urétrographie et une urétroscopie, une échographie de la vessie avec mesure du volume résiduel d'urine, des tests de laboratoire. En cas de rétrécissement de l'urètre, il peut être nécessaire d'effectuer un rétrécissement de l'urètre, une résection de la région de rétrécissement avec une urétroplastie anastomotique ou de remplacement.

Rétrécissement de l'urètre

Les sténoses de l'urètre en urologie sont retrouvées chez 1 à 2% des hommes et 0,5% des femmes. La prévalence des rétrécissements de l'urètre chez les hommes est due à la plus grande longueur et à la complexité accrue de la structure de l'urètre masculin, ainsi qu'à sa susceptibilité plus légère aux blessures et à d'autres facteurs dommageables. Le risque potentiel de sténose de l'urètre non reconnue ou incomplètement guérie réside dans le risque de développer des infections des voies urinaires (cystite, pyélonéphrite), de la lithiase urinaire, des diverticules de la vessie, un blocage complet des fuites urinaires, une hydronéphrose et une insuffisance rénale.

Classification des rétrécissements de l'urètre

Selon l'étiologie, il existe des rétrécissements urétraux congénitaux et acquis (traumatique, inflammatoire, iatrogène). Selon la pathomorphose, les rétrécissements de l'urètre primaires, récurrents et compliqués sont isolés. La violation de la perméabilité de l'urètre avec rétrécissement de l'urètre peut être partielle ou complète. La sténose peut être localisée dans l'urètre antérieur (dans la région de l'ouverture externe - section du méat, du capitat, du pénis ou du bulbaire) ou dans l'urètre postérieur (dans le service de la prostate ou de la membrane).

En fonction de la longueur, les rétrécissements de l'urètre sont divisés en courts (jusqu'à 2 cm) et longs (étendus - plus de 2 cm). Avec une lésion de 2/3 de la longueur de l'urètre, ils parlent d'un rétrécissement sous-total; en cas de rétrécissement de la lumière de la quasi-totalité de l'urètre, rétrécissement total (panuretral). La perte complète de la lumière de l'urètre et son obstruction sont considérées comme une oblitération de l'urètre.

Causes de la sténose urétrale

Les sténoses congénitales de l'urètre sont assez rares (environ 2%) et sont principalement dues à la constriction de la valve antérieure de l'urètre. Plus souvent, les urologues doivent faire face à des rétrécissements acquis de l'urètre, qui peuvent être causés par des blessures (70%), des processus inflammatoires (15%) et des causes iatrogènes (13%).

Les sténoses post-traumatiques de l'urètre se développent généralement à la suite de blessures périnéales contondantes, de plaies pénétrantes de l'urètre, d'excès sexuels (corps étrangers de l'urètre, fractures du pénis), de fractures du bassin (résultant d'autotraumatismes, de chutes de hauteur, de lésions dues au travail), de lésions chimiques ou thermiques l'urètre

Les sténoses iatrogènes de l'urètre peuvent être causées par des manipulations et des opérations urologiques négligentes telles que l'urétroscopie, la cystoscopie, le bougienage, le cathétérisme, l'enlèvement de calculs ou de corps étrangers, la TUR de la prostate, la prostatectomie radicale, la prothèses de remplacement, la brachythérapie. Chez la femme, une sténose de l'urètre peut survenir après une blessure à la naissance, une hystérectomie vaginale, une amputation du col de l'utérus, etc.

Une urétrite retardée (pour la gonorrhée, la chlamydia, la tuberculose), une balanite, des processus dégénératifs-dystrophiques non spécifiques (lichen sclérosant), etc. peuvent entraîner des rétrécissements de la genèse inflammatoire de l'urètre. - athérosclérose systémique des vaisseaux, cardiopathie ischémique, diabète sucré, hypertension artérielle.

Dans l'aspect pathogénique, le développement d'une sténose de l'urètre passe par plusieurs étapes: lésion de l'urothélium et violation de l'intégrité de la membrane muqueuse, formation de stries urinaires, superposition d'infection secondaire, prolifération et granulation des tissus, entraînant des processus de sclérose cicatricielle.

Symptômes de sténose de l'urètre

Les patients présentant un rétrécissement de l'urètre s'inquiètent de l'impossibilité de réaliser une miction adéquate, caractérisée par un faible écoulement d'urine, le besoin de tension des muscles abdominaux pendant le dosage, des éclaboussures d'urine, une sensation de vidange incomplète de la vessie, des fuites urinaires, etc.

Sur le fond de la sténose de l'urètre peut apparaître une douleur dans la région pelvienne, du sang dans l'urine ou du sperme, ce qui réduit la force de la libération de l'éjaculat. La présence d'infections urinaires se manifeste par un écoulement anormal de l'urètre et une miction douloureuse. Avec un degré prononcé de sténose de l'urètre, l'urine peut être expulsée par gouttes. Dans certains cas, un blocage complet de l'écoulement de l'urine, nécessitant l'aide immédiate d'un urologue, se développe.

Diagnostic du rétrécissement de l'urètre

Lors de l'analyse des antécédents, il est nécessaire de rechercher les causes possibles - la maladie et les circonstances ayant précédé l'apparition des symptômes de rétrécissement de l'urètre. Chez les patients chez qui on soupçonne une sténose inflammatoire de l'urètre, une étude en laboratoire sur les frottis d'infections génitales est présentée à l'aide des méthodes des fonds communs de placement, du diagnostic PCR et de la culture bactériologique. L'analyse d'urine permet de détecter l'érythrocyturie, la leucocyturie, la pyurie et d'autres écarts par rapport aux valeurs normales. À l'aide de bacposa urine, un agent pathogène de l'infection des voies urinaires est détecté et la sensibilité aux antibiotiques de la flore isolée est déterminée.

Une méthode de dépistage de routine pour suspicion de rétrécissement de l'urètre est la débitmétrie urinaire, ce qui nous permet d'estimer le débit urinaire. Lorsque les sténoses de l'urètre pendant la débitmétrie urinaire reçoivent une courbe caractéristique avec une phase de plateau et allongeant le temps de miccation. Dans l'examen complexe, la cystométrie, la profilométrie et la recherche vidéo-dynamique jouent un rôle important. L'échographie de la vessie, effectuée immédiatement après la miction, vous permet de déterminer la quantité d'urine résiduelle, de vous faire une idée du degré de décompensation des fonctions.

Le bilan radiographique de la localisation et de la longueur du rétrécissement de l'urètre est obtenu lors de l'exécution de l'urétrographie, de la cystouréthrographie antérograde, de la cystouréthrographie multirotale. Les techniques de contraste radio permettent également de déterminer la présence de faux passages, de diverticules de l'urètre, de calculs urétraux et de la vessie. Les méthodes de diagnostic endoscopique (urétroscopie, cystoscopie) permettent d’examiner la zone du rétrécissement de l’urètre, de déterminer les causes probables et de réaliser une biopsie tissulaire en vue d’un examen morphologique.

Traitement Stricture Uretral

Le choix du traitement pour la sténose de l'urètre est effectué individuellement, en fonction de la localisation, du degré et de l'étendue des processus sclérosés cicatriciels. Avec les sténoses simples, simples et non étirées, le traitement commence généralement par la dilatation de l'urètre. À cette fin, des bougie-dilatateurs de différents diamètres et formes (droites, courbes) ou des cathéters à ballonnet urétral sont utilisés. L'inconvénient du bougienage est la fréquence élevée de récidive des rétrécissements de l'urètre.

Pour éviter le resserrement de l'urètre, il a fallu installer un stent urétral capable de maintenir une lumière adéquate de la partie sténotique de l'urètre. Cependant, les cas fréquents de déplacement ou de migration de stents urétraux rendent la distribution de la méthode plutôt limitée. Avec des sténoses courtes (moins de 0,5 cm) de l'urètre situées dans le service bulbaire ou bulbomembraneux de l'urètre, il est possible de procéder à une dissection de la région sténosée - urétrotomie interne sous contrôle endoscopique visuel.

Pour les rétrécissements de l'urètre d'une longueur de 1 à 2 cm, il est préférable d'effectuer une résection ouverte de l'urètre avec une urétroplastie anastomotique de bout en bout. L’excision d’un rétrécissement de l’urètre supérieur à 2 cm nécessite une urétroplastie utilisant une greffe provenant des propres tissus du patient (peau du prépuce, muqueuse buccale).

Prévision et prévention du rétrécissement de l'urètre

Le plus faible pourcentage de récidive du rétrécissement de l'urètre est observé après des opérations de reconstruction de l'urètre. Après dilatation de l'urètre ou de l'urétrotomie, le risque de re-sténose est supérieur à 50%. Après le traitement des rétrécissements de l'urètre, les patients doivent être surveillés par un urologue et surveiller les habitudes de miction.

La prévention du développement du rétrécissement de l'urètre consiste en la prévention des MST, le traitement opportun de l'urétrite sous surveillance médicale, des procédures minutieuses endo-urétrales, l'exclusion des blessures et d'autres facteurs indésirables. La prévention des rétrécissements récurrents de l'urètre nécessite le choix d'une méthode adéquate pour le traitement de la pathologie.

Caractéristiques du rétrécissement de l'urètre

Stricture de l'urètre (sténose) - pathologie de l'urètre, rétrécissement entraînant une obstruction de la sortie du liquide. Il se caractérise par une douleur, une sensation de vidange incomplète, des envies fréquentes d'aller aux toilettes. Dans la plupart des cas, il est diagnostiqué chez les hommes, mais parfois, les femmes et les enfants sont sujets à une pathologie.

Informations générales

Selon les statistiques, 1-2% des représentants de la forte moitié de l’humanité souffrent de sténose de l’urètre et pas plus de 0,5% des femmes. Cela est dû aux caractéristiques structurelles du système urinaire. Même les symptômes chez les patients de différents sexes peuvent varier considérablement.

Le rétrécissement de l'urètre est classé comme un problème urologique grave nécessitant un traitement immédiat. Si vous ne consultez pas un médecin en temps voulu, vous risquez des conséquences graves, notamment un blocage de l'écoulement d'urine et une insuffisance rénale.

Aspects anatomiques

La prévalence du rétrécissement de l'urètre chez l'homme s'explique par la longueur de l'organe, constitué de plusieurs sections entourées d'une membrane de la prostate. Par conséquent, tout processus infectieux ou inflammatoire, accompagné d’une augmentation de la taille de la prostate ou d’une lésion du pénis, entraîne facilement une compression du passage et une violation de la sortie du liquide.

Chez la femme, l'urètre étant beaucoup plus court, le rétrécissement est rarement détecté.

Espèces

Différenciez le rétrécissement de l'urètre en fonction de l'étiologie, de l'emplacement et des caractéristiques.

  1. Post-traumatique - les dommages aux parois de l'urètre deviennent provocateurs.
  2. Congénitale - due à des troubles génétiques dans la période de développement intra-utérin du nourrisson, apparaît rarement.
  3. Inflammatoire - la contraction est due à un processus infectieux-inflammatoire ou au remplacement des tissus de l'organe du connectif.
  4. Idiopathique - diagnostiqué si la cause de la pathologie n’est pas claire.
  5. Iatrogénique - résulte d’interventions médicales illettrées; parfois, cela devient le résultat d’une erreur médicale.
  1. Primaire - non accompagné de complications, identifié pour la première fois chez le patient.
  2. Récidive - forme répétée, procédant souvent à la formation de fistules, abcès.

Par lieu:

  • prostatique
  • membraneux;
  • bulboznaya;
  • capitaliser;
  • rétrécissement externe.

La taille de la zone resserrée de l'urètre:

  1. Courte - jusqu'à 2 cm.
  2. Longue - à partir de 2 cm.
  3. Sous-total - 2/3 de l'organe est affecté.
  4. Total (panuretral) - toute la longueur du canal de sortie.
  5. Oblitération urétrale - le passage est complètement bloqué.

La pathologie est également classée en fonction de la gravité du processus.

Étapes de développement

Il existe 3 stades caractéristiques du rétrécissement de l'urètre:

  1. La première est accompagnée de dommages à la couche épithéliale.
  2. Moyen - diagnostiqué en présence de fuites d'urine, provoquant une infection secondaire.
  3. Le dernier tissu cicatriciel se forme et se développe, ce qui conduit au processus sclérotique.

C'est important! Si vous recourez à une thérapie pour détecter une sténose à un stade précoce de développement, vous éviterez les complications, dont le traitement prendra plus de temps.

Caractéristiques chez les hommes

La fréquence de la pathologie chez l'homme s'explique par la longueur et la structure du corps:

  1. Prostate - la prostate est située autour. Avec ses maladies, le canal est facilement comprimé.
  2. Membraneux - entouré d'un diaphragme.
  3. Pénis - s'étend jusqu'au trou extérieur.

Il est à noter que dans sa longueur, l'urètre masculin est constitué de différents tissus. Par conséquent, en fonction de la localisation du dommage, les signes de pathologie peuvent varier considérablement. La variante la plus courante est le rétrécissement du segment de la prostate.

Caractéristiques chez les femmes

Le canal urinaire chez la femme est court et moins sujet aux blessures. Cependant, la pathologie se développe souvent chez les jeunes femmes qui présentent un risque de cicatrisation du passage en raison d'opérations gynécologiques.

Le défaut se développe sur n'importe quel segment de l'urètre, une grande surface est touchée. Le danger est que la rétention de liquide entraîne un débordement de la vessie, ce qui entraîne une compression et un déplacement d'autres organes, ce qui constitue une violation de leur fonctionnalité.

Pathologie chez un enfant

Chez les enfants, la sténose de l'urètre est généralement causée par un développement intra-utérin anormal de l'urètre. En règle générale, chez les garçons, le service dans le scrotum ou dans la partie inférieure de la tête du gland est rétréci. En plus des causes congénitales, provoquer un rétrécissement de la blessure.

Chez les filles, la mobilité excessive de l'urètre et l'élasticité de ses tissus deviennent un facteur de la pathologie. Mais le problème est diagnostiqué extrêmement rarement.

Quand faut-il garder?

Le tableau clinique de la maladie dépend en grande partie de l’intensité du processus, de la localisation du rétrécissement. Par conséquent, vous devriez consulter un médecin avec le moindre changement dans la miction - cela vous permettra d'identifier la pathologie à un stade précoce.

Les signaux aux soins médicaux sont:

  1. Douleur dans la région pelvienne.
  2. Gêne lors de la vidange.
  3. Le sentiment de plénitude constante de la vessie.
  4. La présence de sang dans les urines.
  5. Fuite d'un petit volume de liquide après avoir visité les toilettes.

C'est important! L'un des signes caractéristiques d'un rétrécissement est un estomac serré, ce qui s'explique par des problèmes de production d'urine.

Raisons principales

Parmi les facteurs conduisant au développement d'un défaut, les congénitaux ne représentent que 2%, les composés iatrogènes de 13%, les composés inflammatoires de 15% et les post-traumatiques de 70%.

Vous pouvez identifier les provocateurs qui mènent souvent à la pathologie.

Amputation cervicale, hystérectomie vaginale, traumatisme à la naissance

En tant que problème indépendant, un rétrécissement est rarement diagnostiqué.

Symptômes de la maladie

Les principaux signes de pathologie incluent:

  1. Retarder la miction ou en manquer.
  2. Débit faible, éclaboussures.
  3. La nécessité de fatiguer l'estomac en train de se vider.
  4. Plénitude de la vessie après avoir utilisé les toilettes.
  5. Fuite de fluide.
  6. Douleur dans la région pelvienne.
  7. La présence de sang dans l'urine ou le sperme.

Le tableau clinique se développe souvent rapidement, les symptômes apparaissent vivement. Le contact sexuel diminue la sécrétion de sperme.

Complications possibles

Si vous ne traitez pas la sténose de l'urètre, cela aura des conséquences graves au fil du temps

  1. Atrophie de la vessie à la suite d'une surcharge musculaire.
  2. Processus infectieux-inflammatoires dus à la stagnation constante de l'urine, qui devient facilement chronique. Ceux-ci incluent la cystite, l'orchite, la pyélonéphrite.
  3. Insuffisance rénale, insuffisance rénale.
  4. Concrétions - lithiase urinaire.
  5. Hydronéphrose rénale, caractérisée par une expansion du bassin d'organes appariés.

Même après la chirurgie, les complications suivantes sont possibles:

  1. Rétrécissement récurrent.
  2. Saignement
  3. Trempage sanguin du tissu spongieux du pénis, ce qui contribue à la fibrose.
  4. Le déplacement du stent installé dans la lumière du canal, qui provoque des sensations douloureuses en position assise et lors de contacts sexuels, blesse la membrane muqueuse de l'organe.

Pour éviter les complications, il est nécessaire de recourir à l'examen dès le premier signe de défaut.

Diagnostics

Pour élaborer un programme de thérapie de haute qualité, il est nécessaire d'identifier la raison du rétrécissement de l'urètre. Pour ce faire, on prescrit au patient les procédures suivantes:

  1. Prenez un frottis de l'urètre pour culture bactériologique, immunofluorescence directe, PCR - aidez à identifier l'infection ou les antigènes, l'ADN de l'agent pathogène.
  2. Analyse générale de l'urine pour le niveau de leucocytes, érythrocytes, protéines, pour la présence de pus.
  3. Urométrie - pour déterminer la vitesse de progression de l'urine.
  4. Échographie de la vessie et de la région pelvienne, des reins - vous permet d'évaluer visuellement la quantité d'urine résiduelle et d'identifier les lésions d'autres organes.
  5. Uréthrographie ou radiographie - si vous soupçonnez des calculs.
  6. Palpation rectale - pour étudier la taille et la texture de la prostate.
  7. Cystouréthrographie vaginale calculée multispirale - TDM pour l'examen couche par couche des tissus en cours de vidage.
  8. Cystoscopie - examen de la vessie par un cystoscope avec une caméra intégrée.

Le schéma thérapeutique est basé sur les résultats obtenus. Il est conseillé de fournir à l'urologue une description détaillée du tableau clinique afin d'éviter toute erreur médicale due à la similitude des symptômes avec les signes d'autres problèmes du système génito-urinaire.

C'est important! Selon la cause, le programme de diagnostic peut s’étendre.

Thérapie pathologique

Dans la plupart des cas, le traitement du défaut est effectué par voie chirurgicale. Les méthodes conservatrices sont indiquées si le rétrécissement est de nature infectieuse - à titre de mesure supplémentaire, des médicaments antibactériens et anti-inflammatoires sont prescrits, ce qui permet de détruire les agents pathogènes et de réduire la symptomatologie prononcée.

Chirurgie de striction

Le type d’opération indiqué au patient dépend de la gravité de la pathologie, de la taille du rétrécissement, du nombre de contractions, de la présence de complications. Il existe plusieurs méthodes courantes qui permettent d’éliminer le défaut, de restaurer le flux naturel de l’urine, d’éliminer la clinique, caractéristique de la maladie.

Bougienage

Une telle opération consiste à dilater et à étirer le canal en installant un cathéter à tige métallique ou à ballonnet spécial. L'indication est la présence d'un site de lésion ne dépassant pas 2 cm ou d'un seul rétrécissement avec un rétrécissement uniforme de 5–6 cm de long.

  1. Le risque de complications causées par un traumatisme à l'organe, l'état général du patient. Parfois, l'urètre ne doit pas simplement s'étirer et se déchirer.
  2. Rechutes fréquentes. Dans le même temps, la taille des cicatrices augmente.
  3. Il ne permet pas de rétablir la circulation sanguine dont les violations deviennent souvent la cause du défaut.

C'est important! Le recours à la procédure n'est pas recommandé.

Urétrotomie optique et traitement au laser

L'urétrotomie optique interne est réalisée avec un petit rétrécissement. Le cystoscope urétral dissèque le segment d'organe affecté et insère une tige métallique. Cependant, la technique ne guérit pas complètement le patient, car après l'opération de ce type, après 2-3 mois, le canal urinaire est à nouveau sujet à un rétrécissement. La seule exception est si le processus se poursuit avec une fibrose minimale et s'il est possible d'exciser complètement le tissu conjonctif.

À plusieurs reprises, ne pas recourir à une urétrotomie optique.

La chirurgie au laser est considérée comme la moins traumatisante. Les zones muqueuses sclérosées sont brûlées au laser. Après la procédure, des solutions anti-brûlures et des onguents sont utilisés pour traiter les plaies. Mais même avec cette technique, les rechutes se produisent dans 40 à 50% des cas. À bien des égards, le risque de re-développement de la pathologie dépend de la sélection correcte lors de la récupération des médicaments.

Stenting

Un ressort ou une endoprothèse spéciale est inséré dans la lumière de l'urètre, ce qui permet d'élargir le canal dans la zone rétrécie. L'opération est rarement pratiquée, car il existe une forte probabilité d'effets secondaires, tels que le déplacement de l'endoprothèse vasculaire, qui peut entraîner des blessures au mur. En règle générale, la technique est montrée si le rétrécissement est inférieur à 0,5 cm.

Excision de l'urètre

Pour la résection de l'urètre ou de sa zone limitée à l'aide d'un urétroscope. Après l'excision du segment endommagé, les extrémités de l'urètre sont suturées. S'il est nécessaire de retirer la majeure partie de l'allée, effectuez une intervention chirurgicale complexe, y compris l'excision de tissus, ainsi que son remplacement par une greffe réalisée à partir de la membrane muqueuse des lèvres ou du fessier du patient, prépuce. Lorsqu'il est nécessaire d'éliminer complètement l'urètre, un cathéter spécial est inséré, à travers lequel l'urine est excrétée.

Urétroplastie de substitution

Cette technique est recommandée pour les défauts de petite taille et les défauts étendus situés dans différentes parties de l'urètre. La méthode permet de guérir complètement le patient si le rétrécissement ne dépasse pas 1 cm de long.Un résultat positif est obtenu à 80%.

En règle générale, le prélèvement des tissus endommagés est effectué au laser et une greffe est cousue à la place. Les rechutes ne sont observées que dans 10% des cas.

Méthodes traditionnelles de traitement

Thérapie à la maison implique l'utilisation de décoctions d'herbes médicinales. Le plus souvent, ils sont fabriqués à partir des plantes suivantes:

  • peuplier noir;
  • genévrier;
  • le sureau;
  • marguerites;
  • les groseilles;
  • busserole;
  • millefeuille;
  • Hypericum

Ces outils améliorent l’effet diurétique, ont des qualités anti-inflammatoires, ce qui montre l’utilisation de recettes folkloriques pendant la période de récupération.

  1. Les feuilles de cassis versent de l'eau bouillante et partent dans un récipient fermé pendant plusieurs heures.
  2. Mélanger les feuilles de bouleau, la busserole et la réglisse. Remplissez avec de l'eau 12 g de collection et incuber sur le bain de vapeur pendant 15 minutes. Ensuite, le bouillon insiste dans un thermos.

C'est important! Tous les sténoses ne peuvent pas être traités avec les méthodes traditionnelles. Souvent, l'utilisation d'herbes provoque un défaut accru. Avant de recourir à la thérapie à domicile, consultez un urologue. En outre, il est nécessaire de prendre en compte les contre-indications des compositions médicamenteuses, par exemple une réaction allergique aux composants.

Une autre méthode consiste à utiliser des sangsues, qui sont placées directement sur la zone de l'uretère. La séance d'hirudothérapie dure jusqu'à 8 heures. La procédure doit être effectuée par un spécialiste et uniquement avec l'autorisation du médecin.

Rééducation après maladie

Étant donné que le traitement de sténose est effectué chirurgicalement, l’état de la plaie doit être étroitement surveillé afin d’éviter toute fuite d’urine dans la zone de suture postopératoire. Par conséquent, un cathéter est installé chez les patients, ce qui facilite la délivrance de fluide.

Cependant, cette méthode provoque également des complications, telles que la cystite. Afin de ne pas développer de processus inflammatoire, vous devez changer le tube au moins 1 fois en 7 jours, traiter la vessie avec des solutions antiseptiques, qui sont perfusées directement à travers le cathéter.

La physiothérapie est également indiquée pour la récupération rapide - galvanisation, diathermie, thérapie magnétique. Les procédures favorisent la guérison, augmentent le flux d'oxygène dans les tissus en raison de la normalisation de la circulation sanguine.

Nutrition et mode de vie

Les sténoses urétrales et les traitements chirurgicaux sont des provocateurs pour la formation de sable et de cailloux. Par conséquent, en préparation à l'opération et pendant la période de récupération, les patients doivent adhérer au tableau de régime No. 7.

  1. Minimisez le nombre de repas et de produits pouvant augmenter le volume quotidien d'urine.
  2. Éliminer les boissons alcoolisées.
  3. Abandonnez complètement les assaisonnements, les marinades, les épices chaudes, les aliments gras et frits qui augmentent la soif.

L'activité physique est limitée au début, mais les sports sont encouragés à mesure que la rééducation progresse.

Pronostic et prévention

Il existe plusieurs règles auxquelles vous pouvez adhérer pour réduire le risque de pathologie.

  1. Pour éviter le traitement du rétrécissement de l'urètre chez les hommes et les femmes, il convient de se protéger lors de contacts sexuels, d'éviter les connexions accidentelles. Maladies vénériennes - une des causes du développement du défaut.
  2. Utilisez des serviettes personnelles pour l'hygiène des organes génitaux.
  3. Il est conseillé d'effectuer les procédures médicales associées au cathétérisme avec prudence.
  4. Ne pas mettre en danger le bas-ventre.
  5. Subir des examens préventifs.
  6. Traiter rapidement les maladies du système génito-urinaire.
  7. Dans la période automne-hiver de l'année, évitez l'hypothermie.

Le pronostic pour la détection précoce du problème est favorable. Par conséquent, aux premiers signes avant-coureurs, il est nécessaire de consulter un médecin. Plus vous démarrez le processus, moins vous avez de chances de guérir complètement.