Qu'est-ce que tripper: symptômes de la maladie

La cystite

Il est impossible d’infecter les toilettes avec une claque depuis les toilettes. Le gonocoque ne peut exister en dehors d'une personne (il meurt très rapidement dans l'environnement extérieur). Les maladies sexuellement transmissibles sont transmises par les mains et peuvent atteindre les yeux. Tripper est considéré comme la maladie transmissible sexuellement la plus contagieuse, le risque d’infection sans préservatif est supérieur à 70%. Qu'est-ce qu'un tripper? Les symptômes et le danger de la maladie seront abordés dans cet article. L'agent causal du gonocoque a été découvert en 1879 par Albert Neisser.

Tripper: symptômes de la maladie

Les symptômes peuvent apparaître 2 à 10 jours après l'infection. Habituellement, une personne commence à assumer quelque chose qui ne va pas le cinquième ou le septième jour. Tripper chez les hommes se manifeste par une douleur à la miction et une décharge blanche de l'urètre. La cause de ces symptômes devient une inflammation purulente qui, sans traitement, deviendra aiguë ou chronique. Au début, l'homme se sent très bien, même si la maladie se développe progressivement et nuit à la santé. En conséquence, la lumière de l'uretère se rétrécit, ce qui la rend difficile à uriner.

L'image moderne de la clinique de la maladie a beaucoup changé. Qu'est-ce qu'un tripper moderne? Les symptômes de la maladie aujourd'hui ne sont plus exprimés comme avant. Très probablement, cela est dû à l'utilisation de pénicilline ou d'autres médicaments antibactériens qui pourraient en quelque sorte affecter le comportement des gonocoques. Maintenant, la miction n'est plus aussi douloureuse qu'avant, ou il n'y a aucun malaise du tout. Diminution et décharge purulente. La maladie elle-même étant devenue beaucoup plus facilement tolérée par une personne, un grand nombre de personnes infectées n'y prêtent même pas attention. C’est cette tendance qui a donné lieu à la propagation de formes chroniques de la maladie et, partant, à la propagation de la gonorrhée.

Signes de maladie

Chez les femmes, contrairement aux hommes, le trépidation n’est pas aussi perceptible. Les symptômes de la maladie ne causent souvent aucun inconvénient, car les gonocoques pénètrent tout au plus dans le clitoris, le vagin et le canal cervical, provoquant une inflammation avec des sécrétions purulentes. Cependant, les pertes sont souvent minimes et ne causent pas de douleur. L'infection passe donc parfois inaperçue. Cependant, la santé ne dérange pas pour le moment. Chez les femmes, le fait de marcher avec le temps peut se manifester dans les processus inflammatoires chroniques de l'oviducte et de l'utérus. Plus tard, des cicatrices apparaissent dans ces zones, qui rétrécissent ou ferment les trompes de Fallope. Et c'est l'infertilité ou la grossesse extra-utérine. Assurez-vous d’être au moindre soupçon d’un excipient pour rendre visite au médecin et procéder à un examen. Le traitement moderne vous permet de faire face à la maladie.

Autres lésions

La gonorrhée est capable de nuire non seulement au système urinaire, mais également à d'autres organes. Les gonocoques sécrètent un produit toxique de son activité vitale, qui se propage rapidement dans les systèmes lymphatique et circulatoire. En conséquence, des problèmes tels que l'inflammation des articulations et de la paroi interne de notre cœur apparaissent. Il existe également une inflammation des nerfs et des muscles. Le moyen le plus sûr d'éviter de contracter un coup est d'éliminer les rapports sexuels occasionnels, d'avoir un partenaire régulier et, bien sûr, d'utiliser des préservatifs!

Tripper symptômes et traitement

Dans cet article, vous apprendrez: Qu'est-ce que le tripper, ses symptômes et son mode de transmission, le traitement de la clapberry, ses médicaments et les méthodes de prévention et de diagnostic.

L'auteur de l'article: Kapustyanova Galina Vasilyevna. Vénéréologue, Dermatologue - VV-Clinic, Moscou

Tripper est le nom commun de la blennorragie vénérienne, qui survient à la suite d'une infection à gonocoque et se caractérise par des lésions des membranes muqueuses des organes génitaux, de la bouche, des yeux, du rectum et des organes urinaires. Presque toujours, accompagné de décharge purulente.

Causes et voies d'infection du tapeur

La cause du déclencheur est l'ingestion d'une bactérie appartenant à la catégorie des diplocoques à Gram négatif - les gonocoques. Ces bactéries meurent rapidement dans l'environnement, mais à l'intérieur du corps, elles sont très stables et peuvent exister longtemps. La période d'incubation pour l'infection par les gonocoques est en moyenne de 10 jours. Chez les hommes, il est plus court et chez les femmes, il est plus long en raison de caractéristiques anatomiques et peut durer jusqu'à 3 semaines. Même avec un seul rapport sexuel non protégé, le risque de contracter avec le clap est très élevé à 80%.

Comment pouvez-vous obtenir des tapeurs?

Il y a trois manières d'infection:

  • sexuelle, qui est la principale, de sorte que la probabilité d'infection d'un partenaire infecté avec un lien sexuel non protégé est de 70 à 80%;
  • ménage rare, dans lequel le tapeur est transmis sous forme d’objets personnels - savon, serviette, brosse à dents, peigne et sous-vêtements;
  • Infection lors du passage dans le canal génital d'une mère infectée: la membrane conjonctivale de l'œil est le plus souvent touchée chez ces nouveau-nés.

Comment détecter le coup?

En dépit de l'image cliniquement reconnaissable de la maladie, le vénéréologue ne peut établir un diagnostic final qu'après avoir effectué des tests de laboratoire spéciaux. Les tests de tripper incluent:

  • numération globulaire complète pour clarifier la formule des leucocytes;
  • analyse bactérioscopique ou frottis pour déterminer les gonocoques et leur emplacement à l'intérieur de la cellule;
  • Méthode PCR;
  • méthode bactériologique.

Formes de tripper

Il existe deux formes principales de la maladie:

  1. Un déclencheur aigu ou frais - lorsque la durée de l’infection ne dépasse pas 2 mois à partir du début des manifestations cliniques initiales. La forme aiguë est divisée en:
  • directement aiguë;
  • subaiguë;
  • forme torpide, caractérisée par des symptômes lissés, disparaissant au bout de 2 mois à partir du moment de l’infection.
  1. Clap chronique, caractérisé par un flux lent - lorsque la durée à partir du moment de l'infection dépasse plusieurs mois.

La forme aiguë du tripper: manifestations classiques chez l'homme et la femme

Sous forme aiguë ou fraîche, les symptômes augmentent rapidement et apparaissent environ une à deux semaines après le contact non protégé avec un partenaire infecté. Les bactéries présentes dans le corps se multiplient rapidement et détruisent les cellules épithéliales des muqueuses, ce qui provoque leur rougeur, leur gonflement et une sensation de brûlure. En plus des manifestations spécifiques, des manifestations non spécifiques sont également possibles - malaise général, maux de tête, hyperthermie, douleur intense pendant les rapports sexuels ou les mictions.

Les principaux signes d'un déclencheur chez les hommes

  • Démangeaisons et brûlures dans l'urètre.
  • Miction douloureuse.
  • Rougeur de l'urètre.
  • L'écoulement de pus avec une pression sur la tête du pénis.
  • Démangeaisons obsessionnelles dans l'aine.
  • Décharge du pénis, accompagnée d'une forte odeur spécifique.

Les principaux symptômes de trepper chez les femmes

  • Besoin fréquent d'uriner.
  • Puffiness et rougeur de la muqueuse vaginale.
  • Douleur localisée dans le bas de l'abdomen et dans la région lombaire.
  • Démangeaisons et brûlures du vagin.
  • Purulent secret du vagin.

Les effets dangereux de Tripper

En règle générale, l'évolution chronique résulte d'un traitement inadéquat ou d'un auto-traitement. Il est approprié de parler de forme chronique ou négligée dans les cas où l'infection est survenue il y a plusieurs mois, en l'absence de manifestations cliniques, et uniquement dans la période d'exacerbation, des symptômes aigus peuvent apparaître. Au fil du temps, dans les endroits où il y avait une accumulation d'un grand nombre d'agents pathogènes, des infiltrats se forment, remplaçant les cellules épithéliales.

Si le clap lui-même est considéré comme une infection sexuellement transmissible déplaisante, mais facilement traitable, ses conséquences, qui se développent pendant la course, sont très dangereuses pour la santé. Les effets indésirables les plus courants d'un déclencheur sont les suivants:

  • processus inflammatoires dans les organes pelviens, provoquant l'infertilité masculine et féminine;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • grossesse extra-utérine;
  • la prostatite, dont le stade avancé peut causer l'impuissance;
  • risque élevé d'infection du fœtus au cours de la période générique;
  • périhépatite aiguë, provoquant la formation d'adhérences entre le foie et le diaphragme;
  • maladies oncologiques du système génital et urinaire;

Dans certains cas, l'infection peut survenir sous une forme latente, c'est-à-dire presque sans symptômes. Sous cette forme, les gonocoques ne se manifestent pas, mais «capturent» progressivement le corps entier, remplaçant le tissu épithélial tapissant la cicatrice de la cavité abdominale. Ils touchent non seulement les organes génitaux et urinaires, mais également les reins, le rectum, les articulations, les ganglions lymphatiques et d'autres organes internes.

Méthodes de traitement des gonocoques: traitement par le trepper

Le pronostic de la forme aiguë de la maladie est favorable: avec une détection opportune, le clap peut être traité avec succès par un traitement médicamenteux. Les antibiotiques sont le principal remède contre les excès. Ils doivent être pris dans les prochains jours. Le traitement étiotropique des formes simples, prescrit par le vénéréologue sur la base de tests de laboratoire, consiste à prescrire l’un des antibiotiques suivants:

  • ceftriaxone - 250 mg par injection intramusculaire 1 fois par jour;
  • Ofloxacine -400 mg une fois par jour;
  • Norfloxacine-800 mg 1 fois par jour;
  • Ciprofloxacine - 500 mg une fois par jour;

Préparations pour le traitement des agents de décollement s’écoulant sous une forme compliquée:

  • Ciprofloxacine -500 mg 2 fois par jour;
  • ceftriaxone -1 g par voie intramusculaire ou intraveineuse 1 fois par jour;
  • Cefotaxime - 1 g par voie intraveineuse 3 fois par jour.

Le traitement d'une forme compliquée de déclencheur est effectué à l'hôpital, le patient étant au repos au lit. Au moins pour la période de traitement, il est nécessaire d’abandonner les mauvaises habitudes: fumer, boire de l’alcool, des plats épicés et salés, etc. Pour le traitement de la gonorrhée asymptomatique, la physiothérapie est appliquée avec succès: traitement au laser, traitement par la boue, électrophorèse à base de médicaments anti-inflammatoires, etc.

Tous les antibiotiques de Tripper appartiennent à une série de fluoroquinolones. La durée du traitement est déterminée par le médecin traitant et varie de 2 à 7 jours selon les cliniques. Le traitement est obligatoire pour les deux partenaires, ce qui pendant cette période n'est pas recommandé d'avoir des rapports sexuels. Après la fin du traitement, il est nécessaire de repasser les tests pour détecter la présence de gonocoques dans le corps: si l'analyse est négative, la personne est considérée en bonne santé.

Les principales directions de prévention de tripper

  • Attention à votre santé: dès les premiers symptômes, il est urgent de consulter un vénéréologue. Absolument pas recommandé à l'automédication.
  • L'utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels et une meilleure exclusion des relations sexuelles non protégées, en particulier avec des partenaires inconnus.
  • Respect strict des règles d'hygiène personnelle.
  • Conduire une grossesse sans faute.
  • Dépistage annuel des spécialistes étroits, même dans les cas où il n'y a pas de plaintes ni de signes avant-coureurs.

Rappelez-vous que le plus important en la matière est de surveiller votre santé et, en cas de symptômes suspects, de consulter immédiatement un médecin, seul un spécialiste sera en mesure de poser le bon diagnostic et de vous prescrire le bon traitement. Ne pas se soigner de quelque façon que ce soit! Santé pour vous et vos proches.

Triperok: symptômes chez l'homme, signes avant-coureurs, comment se manifester et comment traiter

Parmi la population, d'autres noms de gonorrhée sont souvent utilisés, par exemple clap et tripes. Quelle est cette maladie? Comment apprendre les symptômes de triperok chez les hommes? A quoi ressemble un tripper? Il provoque l'apparition de cette pathologie du gonocoque - Neisseria gonorrhoeae. Le mode de transmission de la maladie est le contact sexuel non protégé: vaginal, anal, oral. Il est également possible d'infection de cette maladie du bébé lors de l'accouchement. La probabilité de transmission de la maladie par un petit chemin est liée aux faits d'infection dangereuse par la variante sexuelle, puisque le gonocoque est caractérisé par une instabilité de la sphère externe. Le contact vaginal par voie anale est généralement reconnu comme la principale voie de transmission. Avec le contact oral, le risque de blessure est faible. La période d'incubation peut aller jusqu'à 5 jours, éventuellement 2 semaines. Ressemble à un tripper pour les hommes comme suit - sur la photo.

De nombreux représentants de la moitié forte de l’humanité sont concernés par de telles questions concernant cette maladie: comment se fait le coup? Quels sont les premiers signes d'un déclencheur?

Types de maladie

Les experts identifient les options suivantes pour cette maladie:

  • Type aigu - les symptômes chez les hommes se manifestent rapidement, augmentant encore;
  • Forme chronique - il y a une manifestation prononcée de signes de pathologie, ils disparaissent périodiquement, puis réapparaissent.

Symptômes de Triper

A quoi ressemble un coup? Les premiers signes d’un déclencheur sont les formations excrétoires de la région de l’urètre, qui se manifestent souvent avec des sensations douloureuses. En outre, les symptômes pathologiques chez les hommes sont une rectite gonococcique accompagnée de démangeaisons, des moments d'excrétion de la région rectale, une douleur dans la région de la gorge. L’épididymite est une conséquence fréquente de la maladie. Si le gonocoque se propage dans le sang vers des zones d'autres organes, il existe un risque d'apparition d'une pathologie gonococcique disséminée, entraînant des lésions de la peau, du foie, de la structure cardiaque et du cerveau.

Ainsi, le tripper masculin est exprimé sous la forme:

  • Démangeaisons, brûlures, douleurs pendant la miction;
  • Inflammation de la tête du pénis, prépuce;
  • Le choix de l'éducation purulente.

La gonorrhée peut être asymptomatique, le représentant de l’homme ignore la présence de la maladie et peut donc infecter son partenaire.

Raisons

Le contact sexuel non protégé avec une personne atteinte de ce trouble est le principal facteur de lésion de cette pathologie.

En outre, la transmission de l'infection est possible avec l'option orale d'un partenaire de type gonorrhée orale et urinaire. La maladie peut être transmise d'une mère infectée à un bébé pendant l'accouchement. Rarement, la maladie est transmise par l’option domestique, par exemple par le biais d’articles de toilette ordinaires, de sous-vêtements. Il y a peu de cas de dommages causés par une pathologie à la maison, les bactéries meurent en dehors de la structure de l'organisme.

Des complications

Le type chronique de la maladie est considéré comme dangereux, les représentants du sexe masculin ne soupçonnent pas qu'ils ont cette pathologie, qui se propage progressivement aux organes internes. Dans cette situation, les complications suivantes sont possibles:

Les conséquences graves de la maladie sont considérées comme une prostatite, une orpioididymite, elles peuvent être accompagnées de fièvre, d'œdème, de crises douloureuses dans la région de l'aine, d'une hyperémie dans le scrotum. Puis l'apparition de l'impuissance, l'infertilité.

La structure urinaire est également affectée par cette pathologie. Le processus d'infection se prête à la lumière de l'urètre. Les conséquences de la maladie sont la conjonctivite à gonorrhéique, elle entraîne la mort du tissu oculaire, la cécité. Les processus inflammatoires internes entraînent souvent l'apparition d'hépatites, de méningites, de myocardites et de divers troubles cutanés.

Triper diagnostic et traitement

Le patient doit d'abord être examiné. Mesures de diagnostic pour cette maladie:

  • Frottis sur gonokokk de l'urètre;
  • Buck semis;
  • Analyse PCR;
  • L'étude du sang, de l'urine.

Comment traiter un tripper? Le processus médical est effectué par un médecin, une option de traitement individuel est sélectionnée, sous le contrôle dynamique de l'état du patient. L'auto-traitement n'est pas autorisé, en particulier avec l'utilisation de médicaments antibactériens, car dans ce cas, les bactéries forment une résistance à ces médicaments, la pathologie deviendra un stade chronique. La forme chronique de la maladie nécessite un long processus thérapeutique à l'aide de plusieurs agents antibactériens.

Actuellement, la maladie est traitée en utilisant 3 méthodes thérapeutiques:

  • Antibactérien;
  • Anti-inflammatoire;
  • Immunomodulateur.

Les gonocoques sont souvent résistants à de nombreux médicaments antibactériens. Les antibiotiques à la pénicilline sont couramment utilisés:

Le traitement au treper dure de quelques jours à 2 semaines. Selon le stade de la lésion, un traitement anti-inflammatoire peut être prescrit par un médecin. La maladie provoque souvent une urétrite, une cystite.

Pour augmenter l'efficacité du traitement, un médecin spécialiste peut prescrire un comprimé à un patient:

  • Céphalosporines - céfazoline, ceftriaxone;
  • Fluoroquinols - Loméfloxacine.

S'il est interdit au patient d'utiliser des antibiotiques, le médecin lui prescrit des sulfamides - Biseptol, sulfate, Bactrim.

Tripper effet dépresseur sur la structure immunitaire du corps, avec un traitement intensif, divers immunostimulants sont recommandés, ils aident à maintenir une fonctionnalité de protection.

En cours de traitement, un homme doit s'abstenir de tout contact sexuel. Les efforts physiques intenses, les surchauffes et le cyclisme ne sont pas autorisés. L'abstinence des dépendances aidera également les processus de guérison, ce sont deux partenaires sexuels.

Mesures préventives

Le vénéréologue s'occupe du traitement de cette maladie. Même les images de cette maladie sont considérées comme une sorte de prévention de la gonorrhée, elles montrent à quel point la pathologie des organes affecte. Par conséquent, un homme deviendra plus attentif à sa santé, à savoir:

  • S'abstenir de relations sexuelles avec des partenaires occasionnels;
  • Il sera protégé avec des préservatifs.
  • L'hygiène personnelle doit être maintenue.
  • Aide et examens réguliers chez le médecin 2 fois par an.

Des solutions spéciales peuvent également avoir un effet bénéfique. Ils doivent être utilisés immédiatement après un contact sexuel, par exemple, Miramistin. Si vous trouvez les premiers signes de pathologie, vous devez immédiatement consulter votre médecin pour établir un diagnostic précis, le rendez-vous du traitement adaptatif qui peut se débarrasser de la bactérie gonocoque.

Triperok est considéré comme une maladie dangereuse, mais il peut être évité. Pour ce faire, il existe des mesures de protection dans le processus de contact sexuel, il n'est également pas recommandé de détecter les premiers symptômes de la maladie en retardant le rendez-vous chez le médecin. Plus tôt le traitement commence, plus tôt cette infection ne va plus tourmenter le patient, provoquant ainsi l'apparition de diverses complications graves.

Quel est le coup, son traitement des symptômes

Tripper est l’un des noms de la gonorrhée, une maladie causée par un gonocoque. Alors, quel est le coup, ses symptômes, son traitement - examinons ce problème.

Le microbe, qui est l'agent causal du déclencheur, est transmis par le biais de fluides sécrétés aux patients, qu'il s'agisse de sperme, de salive ou de sécrétions vaginales. Par conséquent, la gonorrhée est généralement infectée par contact sexuel (contact oral, anal ou vaginal non protégé). En outre, la maladie peut être transmise de la mère à l’enfant lors de l’accouchement. Dans ce cas, le nouveau-né est atteint d'une conjonctivite à gonocoque (lésion de la conjonctive oculaire).
Le gonocoque ne survivant pas en dehors du corps humain, les infections domestiques sont donc pratiquement impossibles (en fait, tous les rares cas d '«infection domestique» étaient probablement des infections sexuelles non prouvées). En outre, pour le développement de la gonorrhée, il faut une énorme quantité de gonocoques, mais cela n’est pas possible avec une infection quotidienne.
La probabilité de contracter avec le clap est très élevée (jusqu'à 70%) même si une personne en bonne santé n'a des rapports sexuels avec un patient qu'une seule fois. Le risque d'infection lors d'un contact sexuel oral est considérablement réduit. Les symptômes de la gonorrhée chez les hommes et les femmes sont différents et la maladie elle-même évolue de différentes manières.

Les symptômes

Savoir traiter le coup n'est pas suffisant. Pour un traitement rapide, il est également important de connaître les symptômes du déclencheur. Comme mentionné ci-dessus, les symptômes peuvent différer considérablement chez les femmes et les hommes:

  • Tripper chez les femmes: la pire chose à propos de la gonorrhée féminine est qu'elle se manifeste souvent sans aucun symptôme ou avec des symptômes faciles à confondre avec la manifestation d'autres maladies. La gonorrhée ne provoque souvent que des douleurs dans le bas de l'abdomen ou des écoulements jaunâtres - la douleur est facile à supporter en cas de cystite et les pertes en cas de muguet. Mais lorsque la maladie se développe, elle commence à se déclarer sous la forme d'une envie fréquente d'uriner et de la douleur. Si le traitement de la maladie n’est pas commencé, le gonocoque s’élèvera progressivement au-dessus des organes génitaux féminins, ce qui engendre déjà de graves maladies, telles que la pharyngite, la rectite, la salpingo-oophorite et l’endométrite.
  • Tripper chez les hommes: les symptômes de la maladie apparaissent généralement une semaine après l'infection, mais cette période peut aller jusqu'à 2 semaines. Tout commence par l'apparition de douleurs lorsque vous urinez, mais l'envie d'uriner est beaucoup plus fréquente que d'habitude. Des fils et des flocons apparaissent dans l'urine, elle devient plus trouble. Un écoulement grisâtre ou jaunâtre apparaît et une érection peut devenir douloureuse. Aux premiers signes de la maladie, vous devez consulter un spécialiste, car la gonorrhée peut entraîner des complications telles que la prostatite ou une inflammation des testicules et de la vessie. La maladie devient alors chronique.

Diagnostics

Premièrement, vous ne devez pas vous soigner vous-même, si vous pensez avoir été infecté par un coup - consultez immédiatement un médecin. L'automédication est dangereuse, car il est probable qu'elle ne conduira pas à une guérison, mais à une amélioration temporaire ou à la transition de la maladie vers une forme asymptomatique, ce qui ne fera qu'aggraver la situation. Lors de la première visite chez le médecin, il est très important de décrire tous les symptômes qui vous dérangent.
Pour diagnostiquer un déclencheur, les procédures suivantes sont effectuées:

  • Analyse d'immunofluorescence.
  • Analyse bactériologique.
  • Analyse bactérioscopique
  • Frottis sur la gonorrhée.

Traitement

Tripper, le traitement dépend entièrement de plusieurs facteurs: âge, sexe, stade et présence (ou absence) de complications. Il va sans dire que plus la maladie est précoce, plus il est facile de la traiter, par exemple, les premiers jours, ils ne sont traités qu’avec une seule dose d’un antibiotique puissant. Le problème est qu’il est extrêmement rare de le trouver à un stade aussi précoce.
Les patients présentant une forme asymptomatique de déclencheur se voient prescrire un traitement complet, généralement constitué de diverses procédures physiologiques (traitement au laser, darsonvalisation, UHF, électrophorèse) ainsi que d'antibiotiques.
Pour les formes aiguës et subaiguës de déclenchement, les médecins prescrivent les médicaments suivants:

  • Une dose unique de ciprofloxacine
  • Injection intramusculaire unique de deux grammes de spectinomycine

Il est très important de suivre strictement la prescription du médecin en ce qui concerne les dosages du médicament et la durée de l’accueil. Comme le gonocoque a une bonne adaptabilité aux antibiotiques, le médecin choisira de nouveaux types d'antibiotiques à traiter.
L'utilisation à long terme d'antibiotiques peut avoir pour conséquence la destruction de la microflore intestinale normale. En conséquence, après le traitement, des traitements supplémentaires sont souvent prescrits pour les préparations bifido et lactiques. Parfois, il y a des cas de traitement infructueux du déclencheur, une amélioration à court terme se produit, puis une rechute de la maladie. Dans cette situation, vous devez subir un autre traitement avec un autre antibiotique.

Prévention de la gonorrhée

Comme toutes les autres maladies, la gonorrhée est mieux évitée que guérie. Sans aucun doute, le meilleur moyen d’empêcher de faire tripper est simplement d’utiliser un préservatif ou un partenaire sexuel régulier et de le fidéliser.
Le soi-disant tourisme sexuel est l’une des causes les plus courantes d’infections par la gonorrhée. Malheureusement, chaque année, il ne fait que gagner en popularité. Parmi les prostituées, on trouve souvent le mythe selon lequel, pour la prévention de nombreuses maladies sexuellement transmissibles, il suffit de prendre des antibiotiques. Mais c’est une terrible illusion, car de cette manière, ils aggravent non seulement leur immunité et leur santé en général, mais même si le gonocoque est infecté, le microbe s'adapte très probablement aux antibiotiques et la maladie sera asymptomatique.
N'oubliez pas que les applaudissements peuvent être très dangereux pour la santé. S'il n'est pas traité, les gonocoques se répandront de plus en plus dans tout le corps. Cela peut provoquer une inflammation du péritoine et finalement conduire à une infection du sang. Par le biais du sang, le coup peut atteindre n'importe quel organe et même le cerveau. C'est pourquoi il est si important de traiter rapidement la gonorrhée.

Qu'est-ce qu'un clap: voies d'infection possibles, caractéristiques de l'agent pathogène, principales manifestations chez l'homme

Malheureusement, beaucoup de femmes et d'hommes savent ce qu'est un coup. Cela est dû à la prévalence élevée de cette maladie. Comme le montrent les statistiques, il est généralement diagnostiqué entre 19 et 35 ans, ce qui correspond à une vie sexuelle active au cours de cette période.

Tripper est causé par un diplocoque à Gram négatif, ressemblant à la forme de deux grains de café fondus, comme on peut le voir sur la photo prise à travers l'oculaire du microscope. Son nom latin est Neisseria gonorrhoeae.

Par conséquent, la gonorrhée est un autre nom commun dans les milieux médicaux officiels. Le gonocoque a une longueur de 1,25 à 16 microns et un diamètre de 0,7 à 0,8 microns. Ce microorganisme n'affecte que les tissus humains. Une caractéristique particulière des bactéries est leur capacité à former spontanément des formes en L, qui résistent au traitement antibiotique standard. Cela peut causer une gonorrhée récurrente et chronique. En outre, à l'heure actuelle, de plus en plus de souches de gonocoques résistants aux médicaments antimicrobiens "classiques" du groupe des pénicillines et des sulfamides sont isolées.

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de prendre les pilules uniquement sous prescription médicale et avec un contrôle obligatoire de l’efficacité du traitement. Dans la plupart des cas, l'infection par cette maladie vénérienne ne survient que par contact sexuel avec une personne infectée. Lors du contact avec les muqueuses sur du linge et une serviette, le gonocoque meurt après son séchage complet (c'est-à-dire après 30 minutes à 5 heures), mais le risque d'infection de cette manière est minime (environ 1% des cas).

En outre, la viabilité des bactéries est perdue sous l'influence d'une température supérieure à 56 ° C, la lumière du soleil. Le processus d'infection peut toucher non seulement les membranes muqueuses des organes génitaux. Lors de relations sexuelles orales ou anales avec une personne malade, une pharyngite à gonorrhée, une amygdalite de la cavité buccale ou une rectite rectale n'est pas exclue. Le risque d'infection par contact sexuel est beaucoup plus élevé chez les femmes (jusqu'à 85%), tandis que chez les hommes, la probabilité d'être infecté ne dépasse pas 45%.

La possibilité d'infection intra-utérine du fœtus par le placenta n'a pas encore été établie. Les médecins pensent qu'un enfant peut contracter une gonorrhée lors de l'accouchement en traversant le col de l'utérus et le vagin. Les nouveau-nés ont généralement des yeux conjonctivaux. Les gonocoques affectent les muqueuses du système génito-urinaire, tapissées d'épithélium.

Dans la plupart des cas, le processus s’arrête au canal cervical chez la femme et à l’urètre chez l’homme. À l'aide de villosités spéciales, les gonocoques adhèrent aux cellules, pénètrent à l'intérieur, provoquant ainsi une réaction inflammatoire. Quand il pénètre dans le sang, il meurt généralement, mais avec une immunité affaiblie, l'infection affecte également les ganglions lymphatiques pelviens.

Il existe des cas isolés d'endocardite à gonorrhée (inflammation de la paroi musculaire du cœur) et de méningite. Le clap chronique provoque des processus destructeurs de l'épithélium, ce qui est particulièrement dangereux pour les hommes, car cela peut entraîner un rétrécissement de l'urètre. La période d'incubation de la maladie varie de 24 heures à 1 mois, mais ne dépasse généralement pas une semaine.

En fonction de l'intensité du processus d'infection, de la réponse de l'organisme à l'ingestion de microflore étrangère et du tableau clinique, on distingue les formes suivantes de gonorrhée:

  • aigu, quand pas plus de 2 mois se sont écoulés depuis l'infection;
  • Un diagnostic similaire est établi lorsque le moment exact de l'apparition des manifestations est inconnu ou s'il s'est écoulé plus de 60 jours après cela.
  • latente, dans laquelle il n'y a aucun signe, mais le test d'infection à gonocoque donne un résultat positif.

Pour savoir ce que c'est un coup, un homme peut par l'apparition des symptômes suivants:

  • inconfort pendant la miction, qui se manifeste par des démangeaisons et des brûlures;
  • abondante décharge purulente de couleur vert jaunâtre de l'urètre;
  • gonflement de la peau autour de l'ouverture externe de l'urètre;
  • rougeur et léger gonflement de la peau de la tête, parfois - apparition d'une éruption cutanée sous la forme de foyers d'érosion;
  • turbidité de la première portion d'urine matinale.

La gonorrhée asymptomatique est possible dans 10% des cas. Par conséquent, il est conseillé aux hommes sexuellement actifs de se soumettre à des examens préventifs réguliers.

En cas de troubles du système immunitaire, les gonocoques de l'urètre peuvent pénétrer dans la prostate avec le développement de la prostatite et des testicules, accompagnés d'une épididymite. Pour de telles maladies est caractérisée par un début aigu.

Il y a des douleurs lancinantes à l'aine, parfois du gonflement du scrotum. La température augmente brusquement jusqu'à 40 ° C, des symptômes d'intoxication aiguë apparaissent (faiblesse, frissons). Si vous ne commencez pas le traitement avec des médicaments antibactériens à temps, cette pathologie peut aboutir à la stérilité.

Qu'est-ce que la gonorrhée chez les femmes: principaux symptômes et caractéristiques de la maladie

Les vénéréologues savent très bien ce qu'est la gonorrhée chez les femmes, car très souvent, la maladie des représentants du sexe faible est asymptomatique ou son tableau clinique est flou.

En outre, beaucoup traitent simplement le clapet avec divers antibiotiques ou suppositoires, en prenant les signes de la gonorrhée pour des manifestations de vulvovaginite. Souvent, un médecin n'est consulté que si la pathologie se reproduit. Le vagin et les organes génitaux externes sont rarement touchés, une telle localisation de l'infection est plus caractéristique de l'infection par le biais d'articles d'hygiène générale. Habituellement, le gonocoque pénètre dans les cellules épithéliales du col de l'utérus, l'urètre (se produit dans presque 90% des cas), moins souvent - dans la région des lèvres de la glande de Bartholin. L'endocervicite est une manifestation de ce que la gonorrhée est chez les femmes. Du canal cervical expire abondante décharge purulente.

Cela perturbe la microflore normale du vagin, provoque son gonflement et son érosion, ce qui peut provoquer un saignement qui n’est pas associé à la menstruation. De tels changements augmentent le risque d'infection secondaire.

Les manifestations externes de la gonorrhée chez les femmes sont similaires à celles chez les hommes:

  • pertes vaginales épaisses vert blanchâtre;
  • démangeaisons persistantes dans le périnée;
  • douleur et sensation de brûlure en urinant;
  • inconfort grave pendant les rapports sexuels.

Chez la femme, l'infection est beaucoup plus commune dans les organes internes des systèmes urinaire et reproducteur. Une lésion du col de la vessie est typique. Ceci est accompagné par une douleur dans le bas-ventre, une envie accrue d'uriner, éventuellement une augmentation de la température corporelle. Des symptômes similaires apparaissent lorsque le gonocoque pénètre dans les trompes de Fallope et les ovaires.

Ceci est facilité par diverses procédures de diagnostic, accouchement, avortement. Les conséquences typiques de la gonorrhée chronique chez les femmes sont la formation d’adhésions, qui interfère en outre avec la conception normale, les troubles menstruels. Compte tenu de l'évolution possible de la maladie, les médecins recommandent à toutes les femmes enceintes risquant de subir un frottis sanguin pour la gonorrhée.

Les médicaments antibactériens modernes qui agissent contre l'agent responsable de l'infection ne représentent à aucun moment un danger pour le fœtus, d'autant plus que plusieurs injections suffisent généralement pour le traitement. Il convient de mentionner d'autres formes de déclencheur. La rectite gonorrhéique commence de façon aiguë, des démangeaisons intenses apparaissent dans l'anus et la défécation est accompagnée de douleur.

Des fissures apparaissent souvent à la surface de la membrane muqueuse, ce qui peut provoquer la présence de sang dans les selles. Dans certains cas, du mucus purulent est sécrété par l'anus. Les pharyngites et amygdalites à gonorrhée sont asymptomatiques chez la plupart des patients. Parfois, il y a une rougeur de la paroi postérieure du pharynx et des arcades palatines, une douleur en avalant. Mais cette localisation de l'infection est souvent compliquée par l'entrée des gonocoques dans la circulation systémique, qui se manifeste par une fièvre subfébrile modérée et des symptômes d'intoxication générale.

Tripper est une maladie facile à diagnostiquer et à traiter.

Pour le diagnostic de la gonorrhée, prévoyez des sécrétions muqueuses de l'urètre, du col utérin, de l'oropharynx, du rectum et de la conjonctive.

L’étude est réalisée par l’une des méthodes suivantes:

  • Microscopie de frottis. Le matériau est appliqué sur une lame de verre et coloré avec des colorants spéciaux au bleu de méthylène ou au vert brillant. En conséquence, les gonocoques acquièrent la couleur correspondante. La spécificité de cette méthode est relativement faible - environ 70%. Cela est dû à la variété des souches de gonocoques.
  • La méthode de culture consiste à appliquer les milieux nutritifs obtenus lors de l'analyse (en plus du substrat lui-même, les conditions associées sont importantes, à savoir la teneur en dioxyde de carbone et la température). Après plusieurs jours, la croissance des bactéries est notée. Le bacposev est aujourd'hui la méthode de diagnostic de la gonorrhée la plus utilisée car, à faible coût, sa spécificité est de 98%.
  • Réaction d'immunofluorescence. Le matériel biologique est mélangé à un colorant, grâce auquel les complexes antigène - anticorps sont mis en évidence et clairement visibles au microscope. L'utilisation de RIF est limitée par la faible spécificité par rapport au buckposs (jusqu'à 80%) et par le coût élevé de l'analyse.
  • Recherche sérologique (réaction de Borde-Zhang). À ce jour, ils sont utilisés en cas de suspicion d'inhibition chronique - cette maladie ne peut souvent pas être dépistée par la méthode de culture classique.
  • La PCR en chaîne de la polymérase est l’un des moyens les plus précis de diagnostiquer la gonorrhée. Il est utilisé relativement rarement en raison de son coût élevé.

Les indications pour l'enquête sont:

  • l'apparition de pertes purulentes de l'urètre chez les hommes, le vagin ou le rectum;
  • détection de la gonorrhée chez le partenaire sexuel;
  • contact sexuel sans préservatif avec une personne inconnue;
  • épididymite aiguë chez un homme de moins de 40 ans;
  • conjonctivite purulente chez un nouveau-né;
  • le désir du patient.

Si les résultats du test sont positifs, des tests supplémentaires sont généralement prescrits pour identifier d’autres infections sexuellement transmissibles et le VIH, les hépatites B et C sont également obligatoires. Les médecins conseillent de faire une échographie pelvienne. L’examen est également nécessaire pour les partenaires sexuels avec lesquels le patient a eu des contacts sexuels au cours des 60 ou 60 derniers jours s’il s’agit d’une forme asymptomatique de gonorrhée.

Tripper est une maladie qui répond bien au traitement antibactérien. Pour le traitement des formes non compliquées de gonorrhée, une seule injection d'antibiotique suffit.

Habituellement prescrit:

  • Ceftriaxone (Rocefin, Torocef, Ceftriabol) 250 mg (bien que le plus souvent, j'utilise tout le flacon de médicament - 1 g) par voie intramusculaire;
  • Ciprofloxacine (Quintol, Tsiprinol, Tsifran) - 500 mg par voie orale;
  • Ofloxacine (Zofloks, Ofloksin) - 400 mg par voie orale;
  • Spectinomycine (Kirin) - 2 g par voie intramusculaire;
  • Loméfloxacine (Lofox, Lomatsin) - 800 mg (2 comprimés) par voie orale.

La ceftriaxone est le médicament de première ligne destiné au traitement de la gonorrhée aiguë non compliquée chez l'homme et la femme.

En cas de gonorrhée chronique ou d'infection persistante, le schéma thérapeutique est différent. Les antibiotiques utilisent la même chose, mais la posologie et la durée du traitement augmentent. Le médicament principal est la ceftriaxone par voie intraveineuse ou intramusculaire, à raison de 1 g par jour. Les injections sont effectuées avant l'expiration des 2 jours suivant la disparition des symptômes cliniques.

S'il existe des contre-indications à l'utilisation de Ceftriaxone, on utilise la spectinomycine (2 g deux fois par jour par voie intramusculaire), le Céfotaxime (1 g trois fois par jour par voie intraveineuse), la Ciprofloxacine (500 mg deux fois par jour par voie intraveineuse). La durée du traitement est la même que pour la ceftriaxone.

Après les injections, le traitement est poursuivi avec des comprimés d'Ofloxacine (800 mg par jour, divisés en deux doses) ou de Ciprofloxacine (500 mg deux fois par jour). En moyenne, le traitement dure environ deux semaines. En cas de suspicion d'infection à Chlamydia, Azithromycine (Azitrox, Sumamed) est également utilisée à raison de 1 g une fois ou de Doxycycline (Ksedocin, Unidox) à raison de 100 mg deux fois par jour pendant une semaine.

Si une gonorrhée est détectée pendant la grossesse, des antibiotiques de la ceftriaxone ou de la spectinomycine, sans danger pour le fœtus, sont prescrits en quantité standard. Le suivi de l'efficacité du traitement chez tous les patients est effectué deux jours et deux semaines après la fin du traitement. Les critères d'efficacité sont l'absence de symptômes externes et des données négatives issues des méthodes de recherche en laboratoire.

Lorsque l'infection se reproduit, le traitement n'est prescrit qu'après l'inoculation bactériologique pour sensibilité aux antibiotiques. Les complications typiques du traitement antimicrobien comprennent les réactions allergiques, les troubles du système digestif et l’exacerbation de la candidose vaginale chez les femmes. Dans la forme chronique de la maladie, le traitement principal est complété par un traitement local. Des solutions antiseptiques sont instillées (2% de protargol et 0,5% de nitrate d'argent).

Il est extrêmement rare, selon de strictes indications, de mener une immunothérapie avec du sérum gonococcique spécifique. Un déclencheur est une infection qui peut être facilement évitée en utilisant un préservatif lors d'un contact sexuel avec un partenaire inconnu. Compte tenu de l'évolution asymptomatique de la maladie chez les femmes, il est recommandé de passer des tests permettant de détecter les gonocoques au stade de la planification de la grossesse, avant de commencer un traitement par immunosuppresseur.

La gonorrhée - de quoi s'agit-il, symptômes, premiers signes, période d'incubation, diagnostic et traitement

La gonorrhée (gonorrhée) est un processus infectieux-inflammatoire spécifique qui affecte principalement le système génito-urinaire et qui est provoquée par des gonocoques (Neisseria gonorrhoeae). Il est également possible la défaite de la conjonctive, les muqueuses du pharynx, du rectum. Lorsque la gonorrhée ne survient pas, immunité, protégeant contre la réinfection.

Quelles sont la maladie, les causes d'occurrence, ainsi que les premiers signes chez l'adulte et les méthodes de traitement les plus efficaces, envisagez plus avant.

La gonorrhée: qu'est-ce que c'est?

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible transmise sexuellement. Elle se produit avec une lésion de l'épithélium cylindrique du tractus urogénital.

La gonorrhée est plus fréquente chez les jeunes de 20 à 30 ans, mais peut survenir à tout âge. Le risque de complications liées à la gonorrhée est très élevé - divers troubles urinaires (y compris les troubles sexuels) et la stérilité chez les hommes et les femmes. Les gonocoques peuvent pénétrer dans le sang et, circulant dans tout le corps, causer:

  • dommages articulaires,
  • parfois une endocardite et une méningite à blennorrhée
  • bactériémie
  • conditions septiques sévères.

Il a été prouvé que la voie prédominante de transmission de l'infection gonococcique était le contact sexuel. Après le premier contact, 50 à 70% des femmes contractent l'infection et le taux d'infection chez les hommes est de 25 à 50%.

Agent causal

L'agent responsable de la gonorrhée est le gonocoque - Neisseria gonorrhoeae.

L'agent responsable de la gonorrhée ne se sent à l'aise que dans les milieux nutritifs, en particulier s'il existe une protéine humaine native (non modifiée), et chez la personne elle-même. Dans l'environnement externe, sa viabilité est faible.

En quelques secondes, les gonocoques meurent dans la solution savonneuse habituelle, meurent rapidement sous l'action d'antiseptiques même faibles (sels d'argent, bétadine, alcool, etc.), meurent au fur et à mesure que le mucus et le pus sèchent. Cette fonctionnalité est très utile pour les humains et est utilisée comme prophylaxie pour la gonorrhée.

Les gonocoques infectent principalement les parties inférieures du système génito-urinaire recouvertes d'épithélium cylindrique.

  1. Ce sont les membranes muqueuses des glandes paraurétrales et de l'urètre chez l'homme;
  2. urètre, canal cervical, trompes de Fallope, glandes de Bartholin - chez les femmes. Les parois vaginales sont recouvertes d'épithélium squameux stratifié, normalement immunisé contre les gonocoques. Le développement de la vaginite à gonorrhée survient lors du relâchement de l'épithélium pendant la grossesse, la puberté ou la ménopause.

Classification

Il existe une gonorrhée génitale et extragénitale (non sexuelle). La gonorrhée génitale est caractérisée par des lésions des organes urinaires.

Le groupe de la gonorrhée extragénitale comprend:

  • localisation ano-rectale de la gonorrhée (inflammation du rectum),
  • blennorragie des os et des systèmes musculaires (arthrose gonococcique),
  • dommages de blennorragie à la conjonctive de l'œil (gonoblina),
  • défaite gonorrhéique du pharynx (pharyngite à gonocoque).

Le cours de la maladie est divisé en gonorrhée fraîche, chronique et latente.

Gonorrhée fraîche

La gonorrhée fraîche est considérée si pas plus de 2 mois ne se sont écoulés depuis l'apparition des premiers signes cliniques de la maladie. Pendant cette période, le corps combat activement le développement des gonocoques, ce qui détermine le tableau clinique de la maladie.

Il y a 3 formes:

  1. Dans la forme aiguë, le patient ressent pleinement tous les symptômes ci-dessus. Cela ne se produit pas plus de 14 jours après l'infection. L'urètre rougit, enflé. Allocation abondante. Le patient commence à ressentir de la fatigue chronique, de la fatigue, des crises de maux de tête graves.
  2. Dans la forme subaiguë, les symptômes ne sont pas très prononcés, mais ils le sont. Le gonocoque dans le corps ne provoque que des pertes jaunes rares et rares. Les autres signes sont complètement absents.
  3. Le plus dangereux est la forme torpide ou asymptomatique de la gonorrhée. Le patient ne dérange pas. Il n'y a aucun signe subjectif de la présence de la maladie. Une personne est porteuse de gonocoque et n'en a pas conscience.

Forme chronique

La gonorrhée chronique est le résultat d'une gonorrhée fraîche avancée, causée par un traitement inadéquat ou un manque de traitement.

Latent

La forme latente de la maladie se caractérise par une évolution presque asymptomatique et est plus fréquente chez les femmes. Dans ce cas, le patient est infecté, c’est-à-dire qu’il est porteur et source de l’infection, mais son système immunitaire, pour une raison ou une autre, ne répond pas à un microorganisme étranger, de sorte que le processus inflammatoire ne se développe pas et qu’il n’ya pas de sensations subjectives (symptômes).

Chez les hommes, même avec une forme de gonorrhée latente, certains signes non spécifiques peuvent être observés (collage des éponges de l'urètre après une nuit de sommeil, apparition d'une petite quantité de décharge opaque de l'urètre après une longue marche, une course ou une relation sexuelle).

Les causes

Pour la gonorrhée, il n'y a pas de différence de sexe ou de statut social, et un petit enfant et un adulte peuvent en devenir la victime.

Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, cette maladie insidieuse affecte chaque année environ un quart de milliard de personnes sur la planète.

Cela s'explique par le fait que l'agent causal de la maladie est hautement résistant à certains médicaments et que le dernier rôle dans la propagation de l'infection est attribué à des raisons sociales et à des facteurs comportementaux (l'homosexualité se développe, la prostitution et le développement de relations sexuelles à profusion).

La gonorrhée peut être détectée par:

  • rapports sexuels non protégés (relations orales, vaginales, anales);
  • partage avec un patient partagé serviette, draps, gants de toilette;
  • les enfants sont infectés par des gonocoques lors de l'accouchement;
  • les filles peuvent tomber malades si elles ne respectent pas les règles d'hygiène des organes urinaires (gonorrhée en poterie);
  • les yeux sont introduits dans les yeux des gonocoques (se développe une blennorragie);
  • La gonorrhée peut également être provoquée de manière domestique à l'aide de mains sales dans la bouche (pharyngite à gonorrhée, stomatite).

La gonorrhée en tant qu’infection a un degré élevé de contagiosité, elle est transmise sexuellement (99 cas sur 100) et seulement 1 cas sur 100 est une infection domestique causée par les effets personnels et les articles d’hygiène du patient (serviettes, gants de toilette, etc.), ainsi que l’infection de l’enfant à la naissance.

Période d'incubation

La période d'incubation de la gonorrhée dépend fortement du sexe de la personne touchée. En règle générale, l'incubation chez les femmes prend beaucoup plus de temps et prend au moins un mois. Pour les hommes, la période d'incubation est essentiellement de 2 à 5 jours.

La période d'incubation de la gonorrhée est fortement influencée par le lieu où l'agent pathogène est entré. Les termes décrits ci-dessus sont valables si l’organe pour le gonocoque est les organes génitaux.

Jusqu'à un certain temps, les bactéries responsables ne se révèlent pas. Cependant, après être entrés dans leur environnement favorable, ils entament un processus actif de reproduction qui, au cours des premières étapes de l'évolution de la maladie, conduit progressivement au développement du processus inflammatoire dans ces organes.

Dès l'apparition des premiers signes cliniques de gonorrhée, une personne infectée entre dans la catégorie des patients. La fin de la période d’incubation peut être indiquée par l’apparition des symptômes suivants:

  • sensation de brûlure et écoulement purulent des organes du système génito-urinaire;
  • gonflement des organes génitaux;
  • la miction devient fréquente et s'accompagne de douleur;
  • une augmentation des ganglions inguinaux;
  • peut augmenter la température corporelle.

En cas de blennorragie, les facteurs suivants peuvent influer sur l’augmentation de la période d’incubation:

  • prendre des médicaments, en particulier des antibiotiques;
  • transmission domestique, bien que rare, et surtout chez les femmes.

Les facteurs suivants affectent la diminution:

  • maladies chroniques: tuberculose, diabète sucré.
  • combinaison de gonorrhée et d'autres pathologies vénériennes: chlamydia, mycoplasmose, vaginite bactérienne;
  • faible immunité;
  • alcoolisme, toxicomanie, tabagisme.

Symptômes de la gonorrhée chez les adultes

Les premiers symptômes de la gonorrhée apparaissent 2 à 5 jours après le contact avec un partenaire malade. Un patient atteint de gonorrhée ressent une gêne dans l'urètre et apparaît plus tard:

  • des démangeaisons;
  • sensation de brûlure;
  • écoulement purulent de couleur vert jaunâtre.

Décharge de l'urètre, premier maigre, gris. Après 1-2 jours, des écoulements purulents, abondants, épais, de couleur vert jaunâtre apparaissent qui tachent le linge.

La gonorrhée a souvent un tableau clinique atypique en raison du fait qu'elle est formée dans le contexte d'une infection secondaire. Dans ce cas, l'infection mixte modifie quelque peu la période d'incubation, ce qui pose problème pour le diagnostic correct et le traitement approprié de la gonorrhée. En conséquence, sa forme chronique est souvent formée, ce qui est déjà diagnostiqué en présence de complications.

Chez les femmes

La gonorrhée chez les femmes peut se manifester:

  • Abondantes sécrétions purulentes ou mucopurulentes de l'urètre, aggravées le matin après le sommeil.
  • Modifications inflammatoires dans le vestibule du vagin (rougeur, gonflement et sensibilité de la membrane muqueuse).
  • Démangeaisons, brûlures ou douleurs dans l'urètre, aggravées au début de la miction ou pendant les rapports sexuels.
  • Augmentation de la température corporelle à 37 - 38 degrés.

Chez les hommes

  • Cela commence par des brûlures et des démangeaisons, surtout pendant la miction.
  • En appuyant sur la tête, une goutte de pus est libérée.
  • Le gland et le prépuce sont enflammés.
  • Avec la pénétration de l'infection dans le dos de l'urètre apparaissent des mictions fréquentes. Une goutte de sang peut rejoindre la fin de cet acte.
  • Ce faisant, les ganglions inguinaux sont souvent impliqués dans l'inflammation et l'élargissement.

Si la gonorrhée n'est pas traitée, le processus s'étend à l'ensemble de l'urètre, de la prostate, des vésicules séminales et des testicules. Semble douloureux, fréquent, difficulté à uriner.

Des complications

  • urétrite totale (lésion d'une partie de l'urètre),
  • phimosis (réduction du trou du prépuce),
  • balanoposthite (affection du gland et du prépuce),
  • prostatite (affection de la glande représentative),
  • épididymite (endommagement de l'épididyme),
  • orchite (dommages testiculaires),
  • vésiculite (défaite des vésicules séminales),
  • glandes du tractus urogénital,
  • canaux paraurétraux
  • ganglions inguinaux.

Diagnostics

Pour finalement déterminer la présence de la gonorrhée, la présence de symptômes cliniques n'est pas un indicateur clé, car la détection en laboratoire de la présence de gonocoques dans le corps est toujours nécessaire:

  • analyse microscopique de frottis prélevés sur la surface de la muqueuse;
  • ensemencement de bactéries saisies à partir de matériaux prélevés dans des milieux nutritifs spécifiques afin de mettre en évidence la culture de gonocoques;
  • PCR et IFA-diagnostics.

Traitement de la gonorrhée

L'auto-traitement de la gonorrhée est inacceptable, il est dangereux que la maladie devienne chronique et que se développent des lésions irréversibles du corps. Tous les partenaires sexuels de patients présentant des symptômes de gonorrhée et ayant eu un contact sexuel avec eux au cours des 14 derniers jours, ou le dernier partenaire sexuel, doivent être examinés et traités si le contact est survenu avant cette période. En l'absence de symptômes cliniques chez un patient atteint de gonorrhée, tous les partenaires sexuels des 2 derniers mois sont examinés et traités.

Il est nécessaire de respecter un certain nombre de règles:

  • ne pas l'automédication (changer le dosage des médicaments prescrits ou refuser complètement de prendre des pilules);
  • arrêter complètement toutes les formes de relations sexuelles, y compris la caresse orale, les baisers;
  • refuser de prendre des boissons alcoolisées, même à faible teneur en alcool;
  • après être allé aux toilettes, lavez-vous les mains avec du savon et traitez-les avec un antiseptique;
  • utilisez uniquement vos articles d'hygiène personnelle, ne touchez pas les autres;
  • laver les vêtements du patient, en particulier les sous-vêtements, séparément du reste.

La gonorrhée compliquée aiguë du système génito-urinaire inférieur et supérieur est traitée pendant une longue période. L'antibiotique est changé après un maximum de 7 jours ou des médicaments sont prescrits en traitement de longue durée - jusqu'à ce que les symptômes disparaissent plus 48 heures plus tard.

  1. Ceftriaxone 1,0 par voie intramusculaire (intramusculaire) ou par voie intraveineuse (intraveineuse), 1 fois par jour pendant 7 jours.
  2. Spectinomycine 2,0 V / m, x 2 par jour, 7 jours.
  3. Cefotaxime 1,0 in / in, x 3 par jour ou Ciprofloxacine 0,5 in / in, x 2 par jour - jusqu'à ce que les symptômes disparaissent + 48 heures.

Après avoir arrêté les manifestations aiguës de l'inflammation gonorrhéique (la température devrait revenir à la normale, les écoulements sont rares ou non détectés, il n'y a pas de douleur aiguë, le gonflement local a diminué) continuer à utiliser des antibiotiques.

Le succès du traitement de la gonorrhée dépend du traitement antibiotique, du dosage et de la durée de réception appropriés. En cas d'intolérance aux antibiotiques, les sulfamides sont prescrits. En parallèle, si nécessaire, dans le schéma de traitement incluent:

  • moyens d'immunothérapie,
  • préparations locales (onguents, gels, pâtes),
  • ainsi que la physiothérapie (UHF, bains).

Il est important de ne pas interrompre le traitement après le début de l'investissement car, dans ce cas, le gonocoque n'est pas complètement éliminé, il devient simplement latent et progresse de manière chronique. Dans ce cas, l'agent pathogène peut développer une résistance aux antibiotiques.

La gonorrhée chronique est traitée beaucoup plus longtemps. Premièrement, le vaccin est administré par séries de 6-8-10 injections intramusculaires et de médicaments qui stimulent l’immunité non spécifique (pyrogène, ribonucléase) et seulement après l’antibiothérapie.

En fin de traitement, après la disparition de tous les symptômes caractéristiques de la maladie, le patient subit plusieurs examens de contrôle utilisant différents types de provocations.

Prévention

Méthodes de prévention obligatoires:

  • L'utilisation d'équipements de protection individuelle;
  • Hygiène personnelle;
  • Utilisation après un rapport sexuel accidentel non protégé, antiseptiques spéciaux (chlorhexidine, miramistina, etc.)
  • Diagnostic régulier des MST chez les personnes qui changent fréquemment de partenaire sexuel.
  • Examens médicaux obligatoires des travailleurs dans le domaine de la nutrition, des établissements pour enfants et des établissements médicaux.
  • Dépistage obligatoire de la gonorrhée chez les femmes enceintes.
  • Travail sanitaire et éducatif de spécialistes au profil étroit parmi la population.

La gonorrhée est considérée comme une maladie dangereuse qui doit être traitée dès l'apparition des premiers signes, mais uniquement sous la surveillance d'un spécialiste. L’auto-traitement du trepper est contre-indiqué, car ne peut qu'aggraver le déroulement du processus infectieux-inflammatoire.