5 principales raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas blâmer l'enfant avec l'énurésie

Infertilité

L'énurésie chez les enfants est une miction involontaire périodique ou permanente dans un rêve ou au cours d'une forte concentration ou d'un loisir qui se développe à un âge où la connexion entre le cortex cérébral et la vessie devait être établie - après 4 ans. Les raisons de cette condition sont assez grandes; ils ont certaines caractéristiques en fonction du sexe et de l'âge.

L'énurésie est enregistrée chez chaque cinquième à sixième enfant de 5 ans, ce diagnostic est posé chez 12-14% des enfants en âge de fréquenter l'école primaire et à l'âge de 12-14 ans, le nombre de patients n'est que de 4%. Les garçons sont malades 1,5 à 2 fois plus souvent.

Le pédiatre ainsi que l’urologue, le neurologue, l’endocrinologue et le psychologue pédiatres sont chargés de diagnostiquer les causes de la maladie; dans certains cas, la participation d'un homéopathe ou d'un psychiatre est nécessaire.

Le traitement est complexe: la thérapie comportementale, l'alimentation, la psychothérapie et les méthodes physiothérapeutiques sont le plus souvent utilisées; il arrive que des médecins prescrivent des médicaments. Le traitement chirurgical n’est utilisé que si l’incontinence est causée par des maladies des voies urinaires ou des organes à proximité de celles-ci qui peuvent être opérées.

Classification des maladies

Attention! Le diagnostic "d'énurésie" est posé si l'enfant présente des signes de maturité des connexions vessie-cortex cérébral, qui survient généralement après 4 ans. À propos de la formation de cette relation indique que le bébé est capable de retenir l'urine et dit d'abord aux adultes qu'il veut aller aux toilettes.

Il existe plusieurs classifications de la maladie - prenant en compte divers facteurs.

  1. Par mode d'occurrence:
    • La nuit Elle peut se manifester toutes les nuits après 4 ans (forme constante) ou seulement périodiquement (option intermittente) - lorsque l'enfant a été dans une situation traumatique ou a été soumis à une surcharge physique ou émotionnelle intense.
    • Incontinence diurne chez les enfants. Il se développe le plus souvent chez les enfants atteints de maladies des voies urinaires, chez ceux qui ont une sphère volitive sous-développée (lorsque, lorsqu'il fait le même travail, il ne ressent pas le besoin pressant). La forme diurne de l'énurésie «commence» lorsque la vessie est si pleine que, sans attendre de lien de réponse avec le cortex cérébral, elle déclenche sa vidange.
    • Mixte, quand l'enfant peut uriner involontairement de jour comme de nuit.
  2. De ce fait, les mictions involontaires ont toujours été observées (après 4 ans) ou se sont développées après la période «sèche», les enfants sont atteints d’énurésie:
  3. primaire (type le plus fréquent): cela a toujours été noté, il n’ya pas eu de longues périodes «sèches»;
  4. secondaire: six mois ou plus, l'enfant s'est levé pour uriner, puis a cessé de le faire. La part des pathologies secondaires ne représente que 20-25%.
  5. Symptômes de fuite d'urine concomitants:
    • monosymptomatique - si l'enfant ne se moque pas de douleur en urinant, il n'y a pas de besoin pressant;
    • polysymptome (indique des complications) - lorsque la miction incontrôlée est accompagnée de douleur, d’augmentation du nombre de visites aux toilettes, de la difficulté à résister à l’enfant.

Attention! Chez l'adolescent, la forme principale est considérée comme une énurésie secondaire.

Causes de la maladie

L'incontinence la plus fréquente est observée chez les enfants:

  • construction mince;
  • timide
  • timide
  • trop émotif;
  • des familles nombreuses;
  • membres de la famille soumis à des soins excessifs;
  • issus de familles à faible revenu ou défavorisées.


La classification étiologique divise l'énurésie en ces formes:

  1. simple: lorsqu’on examine un enfant, il est impossible de trouver la cause de cette affection, mais on sait que l’un ou les deux parents ont été atteints d’énurésie infantile. Dans ce cas, le risque de miction nocturne passe de 15% (chez les enfants en bonne santé) à 44% (si un seul parent était malade) et à 77% (si une pathologie a été observée chez deux parents);
  2. névrotique: se développe chez des enfants timides et timides qui sont très inquiets du fait de leur énurésie;
  3. névrose-like: caractéristique des enfants avec une tendance à l'hystérie et à la névrose;
  4. épileptique: causes de l'énurésie chez les enfants - dans l'activité pathologique des zones du cortex cérébral responsables du contrôle de la miction;
  5. endocrinopathie: l'énurésie se développe à la suite de maladies des glandes endocrines (diabète, hyperthyroïdie, syndrome dienphtalique).

Il y a d'autres causes de la maladie:

  1. Causes intra-utérines et génériques: dommages au cerveau ou aux voies reliant le cortex à la vessie, en passant par la moelle épinière, pour les raisons suivantes:
    • gestose;
    • infection intra-utérine;
    • hypertension chez la mère;
    • insuffisance fœto-placentaire;
    • enchevêtrement du cordon;
    • diabète chez une femme enceinte;
    • lésions du cerveau ou de la moelle épinière pendant l'accouchement.
  2. Maladies qui se développent après la naissance et entraînent un manque d'oxygène dans le cerveau: malformations cardiaques, pneumonie, asthme bronchique, tuberculose.
  3. Maladies infectieuses du système nerveux central: méningite, encéphalite, gonflement du cerveau dû à l'évolution grave de toute infection virale ou bactérienne.
  4. Maladies non transmissibles du système nerveux central: épilepsie, hydrocéphalie, développement anormal de la colonne lombaire.
  5. Pathologie psychiatrique: oligophrénie, intoxication chronique à une drogue ou à l'alcool.
  6. Maladies des voies urinaires: cystite, adhérences dans l'urètre, vessie neurogène, l'ouverture des uretères n'est pas à la place de la vessie, qui est reliée au cerveau.

Les causes de l'énurésie varient en fonction du sexe et de l'âge de l'enfant.

Chez les filles

L'incontinence urinaire chez les filles se développe en raison de:

  1. traumatisme psychologique: réinstallation, divorce, naissance d'un bébé, transfert dans une nouvelle école;
  2. caractéristiques du système nerveux, ce qui provoque un sommeil très sain;
  3. boire beaucoup de liquides;
  4. réduire la vasopressine - une hormone qui empêche les voyages de nuit aux toilettes;
  5. infections des voies urinaires;
  6. blessures (y compris génériques) de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière;
  7. retards de développement.

Chez les garçons

L'incontinence urinaire chez les garçons a les raisons suivantes:

  • les voies neuronales allant de la vessie au cortex cérébral ne sont pas encore mûres;
  • l'enfant est hyperactif;
  • hyper soin des proches;
  • le stress;
  • déficit d'attention;
  • les pathologies de l'hypothalamus, conduisant à un manque d'hormone de croissance et de vasopressine;
  • l'hérédité;
  • inflammation des reins et de la vessie;
  • réactions allergiques;
  • maladies conduisant à une privation d'oxygène du cerveau;
  • la prématurité et les traumatismes lors de l'accouchement.

Les adolescents

L'énurésie chez les adolescents se développe en raison de:

  1. blessures à la colonne vertébrale;
  2. anomalies congénitales du système urinaire, en raison desquelles se développe leur infection;
  3. le stress;
  4. troubles mentaux;
  5. changements hormonaux dans le corps;
  6. violation de l'éveil.

Est-ce que tout le monde a la même pathologie

L'incontinence chez les enfants se manifeste par la libération involontaire d'une certaine quantité d'urine pendant le sommeil ou la veille. De tels épisodes peuvent survenir à différentes fréquences, paroxystique, parfois plusieurs fois par nuit. La miction peut survenir pendant la première moitié de la nuit ou le matin. tandis que l'enfant mouillé ne se réveille pas.

Si l'énurésie apparaît à la suite d'autres maladies, ces symptômes seront également notés. Ainsi, la forme semblable à la névrose se manifestera par le bégaiement, les peurs, les tics, l’hyperactivité. Si la cause est une hypoxie du cerveau due à des maladies des bronches et des poumons, il y aura toux, dyspnée intermittente, respiration sifflante, fatigue et autres. Avec la forme endocrinopathique d'incontinence, des symptômes tels que l'obésité ou, à l'inverse, la minceur avec un bon appétit, la susceptibilité aux maladies infectieuses, l'œdème et le vitrage oculaire vont apparaître.

Si l’incontinence nocturne chez l’enfant est compliquée, il faut observer, en plus de la miction involontaire, un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • augmentation de la miction;
  • envie pressante d'uriner ou, au contraire, leur absence;
  • douleur à la miction;
  • faible flux d'urine.

Comment trouver la cause

Le diagnostic de l'énurésie chez les garçons et les filles est fait par les spécialistes suivants:

  1. pédiatre;
  2. urologue pédiatrique;
  3. neurologue;
  4. endocrinologue;
  5. psychiatre.

Selon les données de l'examen, l'interrogatoire de l'enfant et des parents, en particulier sur les écarts d'arbitraire de miction qu'ils avaient dans l'enfance, le pédiatre peut soupçonner de quelle forme d'énurésie le bébé a. Pour confirmer son diagnostic préliminaire, en référant l’enfant à des spécialistes pour consultation, il peut ordonner ces études:

  • analyses générales d'urine et de sang;
  • examen bactériologique de l'urine;
  • tests sanguins biochimiques;
  • Échographie du système urinaire;
  • Rayons X de la colonne vertébrale et du crâne;
  • électroencéphalographie;
  • Radiographie des voies urinaires avec contraste (urographie, cystographie).

Traitement de la maladie

Le traitement de l'énurésie chez les enfants commence par le traitement de la cause de cette affection. Dans les maladies infectieuses, des médicaments antibactériens, antiviraux ou antifongiques sont prescrits. Si l'énurésie est causée par une maladie endocrinienne, un traitement approprié est prescrit avec des hormones synthétiques ou des substances qui les suppriment. Dans le cas d'une incontinence épileptique, des médicaments anticonvulsivants sont nécessaires et, dans le cas de sédatifs, de type névrose.

En outre, prescrire une thérapie comportementale. Cela réside dans le fait que:

  • avant le coucher, ils limitent la consommation de sel, de sucre et de liquide; l'eau peut et doit être bue, mais il est souhaitable qu'au moins 15 minutes s'écoulent entre la pose du lit et le moment de la consommation de boisson;
  • avant d'aller se coucher, on leur demande d'aller aux toilettes;
  • ils réveillent un enfant (pas un adolescent) dans la première moitié de la nuit afin de l'emmener aux toilettes;
  • si un enfant dort dans sa chambre, il peut avoir peur de se lever pour uriner afin que les parents puissent y allumer une veilleuse;
  • Vous pouvez utiliser des tampons spéciaux associés à un détecteur d'humidité. Elles sont collées dans une culotte et réveillent l’enfant lorsque les premières gouttes d’urine apparaissent.

Régime alimentaire

La nutrition des enfants devrait être riche en vitamines, protéines et oligo-éléments. Le régime alimentaire de Krasnogorsky peut être utilisé pour le traitement de l'énurésie: l'enfant mange le soir un petit morceau de hareng, du pain et du sel, arrosé d'eau douce.

Psychothérapie

Les psychothérapeutes et les psychologues pour enfants travaillent avec des enfants de plus de 10 ans. Des méthodes telles que la psychothérapie de motivation et la formation autogène sont appliquées jusqu'à cet âge.

Physiothérapie

Pour le traitement de l'incontinence urinaire chez les enfants sont des méthodes bien adaptées telles que:

  • procédures thermiques;
  • thérapie au laser;
  • électrophorèse;
  • galvanisation;
  • acupuncture;
  • thérapie magnétique;
  • électrostimulation des muscles du plancher pelvien;
  • douche circulaire;
  • massage

Les exercices de Kegel visant à améliorer la communication entre le cerveau et la vessie ont un effet positif. Ils sont faciles à réaliser - pour détendre et fatiguer les muscles du périnée, mais pour commencer, l’enfant doit comprendre où se trouvent ces muscles. Pour ce faire, demandez-lui de cesser d'uriner et de le répéter plusieurs fois.

Traitement médicamenteux

Les médicaments pour le traitement de l'énurésie sont rarement prescrits - généralement, les méthodes non pharmacologiques ont un effet. Mais si les méthodes ci-dessus ne donnent pas d'effet dans les 6-8 semaines, elles sont prescrites:

  • analogues d'hormone-vasopressine;
  • un type spécial d'antidépresseurs;
  • médicaments anticholinergiques;
  • Nootropiques (ils ne peuvent pas être pris la nuit).

Opérations

Pour le traitement de l'énurésie chez les enfants, la chirurgie ne peut être utilisée que dans les cas où la miction involontaire est provoquée par des anomalies de la structure des voies urinaires. Sling, et même les opérations plus ouvertes chez les enfants ne s'appliquent pas.

Mais peut-être est-il plus correct de ne pas traiter l’effet, mais la cause?

Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Olga Kirovtseva, comment elle a guéri son estomac. Lire l'article >>

L'énurésie des enfants

Laisser un commentaire

Beaucoup de parents sont confrontés au problème de l'incontinence urinaire chez les enfants, apparaissant de jour ou de nuit. Bien que la maladie puisse survenir chez une personne de tout groupe d’âge, la plupart des cas sont diagnostiqués chez des enfants à partir de 3 ans. C'est à cet âge que le bébé apprend à contenir lui-même ses urines pendant la miction. Si cela ne se produit pas, le petit patient a besoin d'un traitement. Quelle est la cause de l'énurésie chez un enfant, quelles sont ses causes? Quel est le meilleur traitement pour: les remèdes populaires ou la pharmacothérapie?

Informations générales sur la pathologie

L'incontinence urinaire chez les filles et les garçons est une affection secondaire, souvent due à des problèmes mentaux, en particulier des blessures. Normalement, l'énurésie disparaît chez les bébés à l'âge de 6 mois et, chez un enfant de un an et demi, l'incontinence urinaire apparaît dans de rares cas, et parfois même disparaît complètement. Mais chez certains patients jeunes, on observe une décharge d'urine involontaire, et le facteur psychogène n'en est pas toujours la cause.

La maladie peut se développer à 3 ans et en 7 ans et est plus âgée. Les parents font une erreur en utilisant la méthode physique de punition et ne comprennent pas que le bébé a besoin d'un traitement. Selon les statistiques, la manifestation de l'incontinence diurne est 10 fois moins fréquente que l'énurésie nocturne. Un patient peut souffrir immédiatement de 2 formes de la maladie et, dans tous les cas, une personne a besoin d'un examen complet.

Classification des maladies

Il existe plusieurs classifications de l'énurésie chez les garçons et les filles. Selon la fréquence à laquelle le patient a manifesté la maladie, la forme primaire est distinguée (les patients ne présentaient pas de longues périodes entre les exacerbations de la maladie) et la forme secondaire (le bébé a uriné pendant 6 mois ou plus, après quoi il y a eu une période pendant laquelle la déviation ne s'est pas manifestée). L'énurésie peut également entraîner d'autres symptômes. Par conséquent, la maladie se divise en deux types: monosymptomatique (miction indolore, absence de besoin pressant) et polysymptomatique (complications survenant chez un patient: des douleurs surviennent, une personne se rend souvent aux toilettes et aucune miction ne peut être résistée). En fonction du moment de la manifestation, types de maladie divisés selon le jour et la nuit.

Type de nuit

Au cours de l'énurésie nocturne, le patient n'a pas la capacité de se contrôler pendant son sommeil et, au réveil, il est révélé que le bébé s'est décrit. L'énurésie nocturne chez les garçons est diagnostiquée plus souvent que l'énurésie chez les filles. Dans ce cas, l’incontinence se manifeste de façon permanente et à certains intervalles de temps. L'incontinence urinaire peut être observée après un traumatisme psychologique subi pendant la journée (altercation parentale, punition) ou en raison d'une surcharge (passe-temps actif).

Forme quotidienne de la maladie

L’incontinence urinaire diurne chez les enfants se manifeste par une inhibition du cortex cérébral tout au long de la journée. Selon les statistiques, l'énurésie diurne chez une fille est aussi courante que chez un garçon. Ce type d'incontinence urinaire chez l'enfant apparaît en cas d'épuisement émotionnel d'une personne ou en présence d'une maladie urologique. Ainsi, la cause devient une anomalie neurologique ou anatomique.

Causes de la maladie

Il existe différentes causes d'énurésie chez les enfants. Dans la plupart des cas, la maladie est diagnostiquée chez des patients minces, des personnes craintives et soumises à des soins rigoureux de la part de leurs parents, qui grandissent dans une famille pauvre, nombreuse ou dysfonctionnelle. La cause de l'énurésie chez les enfants est à la fois intra-utérine et apparue lors de l'accouchement, ce qui a pour effet d'affecter le cerveau ou les voies menant du cortex à la vessie, en passant par le cortex. Cela est dû à des facteurs tels que la prééclampsie, l'infection intra-utérine, l'enchevêtrement du cordon ombilical, le diabète sucré chez la mère, etc. Mais la maladie peut se développer pour des raisons générales telles que:

  • les maladies qui surviennent après la naissance du bébé et entraînent un manque d'oxygène dans le cerveau (maladie cardiaque, tuberculose, etc.);
  • infection du système nerveux central (méningite, encéphalite);
  • la présence de maladies non infectieuses du système nerveux central (épilepsie, développement anormal de la colonne lombaire);
  • développement d'anomalies psychiatriques (oligophrénie, intoxication par la drogue ou l'alcool);
  • l'apparition de perturbations dans le système endocrinien;
  • situations stressantes et traumatismes psychologiques;
  • maladies du système urinaire (cystite, adhérences, etc.).
Retour à la table des matières

Quels sont les symptômes?

L'incontinence chez un enfant s'accompagne de la libération d'une certaine quantité de liquide, ce qui se traduit par des crises que le patient ne peut pas contrôler. Si la maladie se développe dans le contexte d'autres maladies, le patient affiche les symptômes correspondants. L'énurésie infantile peut être accompagnée d'anxiété et d'une irritabilité accrue, de larmoiements, d'une faiblesse, d'une perte de conscience et de vertiges. On observe également une incontinence urinaire impérieuse chez un enfant qui, lorsqu'il en a envie, n'a pas le temps d'aller aux toilettes.

Diagnostic de l'incontinence urinaire chez l'enfant

Pour déterminer la cause de l'énurésie chez les filles ou les garçons et le choix du traitement pour les patients jeunes, il est nécessaire d'examiner. Pour ce faire, contactez un pédiatre, un urologue, un neurologue, un psychiatre et un endocrinologue afin de mener une étude approfondie. Pour commencer, l’enfant et ses parents sont interrogés pour déterminer le type de maladie présent. Pour établir un diagnostic plus précis du patient est envoyé pour une analyse générale du sang et de l'urine, une analyse sanguine biochimique, après quoi vous pouvez déterminer si la maladie est apparue en raison d'une inflammation des voies urinaires. En cas d'incontinence urinaire, une échographie du système urinaire est effectuée et la cystographie, l'urographie et la cystoscopie sont prescrites comme méthodes de recherche supplémentaires. Lors de l'examen d'un patient, il est nécessaire de vérifier l'état du système nerveux central, pour lequel une électroencéphalographie, une tomographie par ordinateur et une radiographie sont effectuées.

Comment traiter la maladie chez les enfants?

Il existe différentes méthodes de traitement de l'énurésie, mais le traitement de la maladie repose sur la thérapie comportementale. Tout d'abord, assurez-vous que le petit patient mange avant de se coucher et limite également la quantité d'eau avant de se coucher. Avant d'aller au lit, l'enfant doit aller aux toilettes. Quelques heures après la libération, le bébé est réveillé et conduit aux toilettes. Une autre méthode consiste à utiliser des cales qui réagissent au niveau d'humidité. En plus de la thérapie comportementale, les médecins prescrivent un remède traditionnel contre l’énurésie ou la pharmacothérapie.

Traitement de la toxicomanie

Un traitement médicamenteux est prescrit dans les cas où un traitement non médicamenteux ne produit aucun résultat et où les symptômes de la maladie ne disparaissent pas. Le médicament n'est sélectionné que par le médecin traitant, en fonction des causes du développement de la maladie et des caractéristiques individuelles de l'enfant. Pour se débarrasser de la maladie, le médecin vous prescrit des pilules "Vesicare", "Spasmex" ou "Urotol". Si les enfants atteints d'énurésie ont un sentiment de peur, une détérioration de l'activité cérébrale, des médicaments à base de Phenibut, Pantogam ou Picamilon sont prescrits pour normaliser la maladie. Tout médicament ayant des effets secondaires, il doit être pris uniquement tel que prescrit par un médecin.

Traitement des remèdes populaires à la maison

Pour normaliser l'état psycho-émotionnel du patient, vous devez créer un environnement positif dans lequel il vit. Afin de soigner l'énurésie à la maison, des tisanes à base de myrtille, de millepertuis, de sauge ou de millefeuille sont prescrites. Mais les plantes utilisées pour le traitement de l'énurésie chez les enfants à la maison sont sélectionnées avec soin afin de ne pas provoquer le développement d'allergies. En outre, pour lutter contre l'énurésie, les remèdes traditionnels contrôlent le régime alimentaire du bébé, ce qui réduit la quantité de produits ayant un effet diurétique (par exemple, la pastèque, le cantaloup, le persil, les concombres, etc.).

Physiothérapie

Il est possible de soulager l'incontinence chez le petit patient en utilisant des méthodes de traitement physiothérapeutiques. Une personne est traitée à l'aide d'interventions thermiques, d'une thérapie au laser, d'une douche circulaire, d'une électrostimulation des muscles pelviens, d'une thérapie magnétique. En outre, le patient est assisté par un massage pendant l’énurésie, l’électrophorèse et une méthode d’acupuncture.

Autres traitements

Pour normaliser l'état, une thérapie par l'exercice est prescrite aux enfants, ce qui inclut les exercices de Kegel, à l'aide desquels la connexion entre le système urinaire et le cerveau est améliorée. Pour cela, le patient se détend et contracte les muscles du périnée. Pour que l’enfant trouve les muscles et la gymnastique nécessaires, il doit améliorer brusquement son état de santé en urinant.

Pour les enfants âgés de plus de 10 ans, un traitement psychothérapeutique de l'énurésie est prescrit (par exemple, thérapie autogène ou motivationnelle). Si les méthodes ci-dessus ne donnent aucun résultat ou si la maladie est apparue en raison d'une structure anormale des voies urinaires, une opération est prescrite au patient. Mais pour les bébés, aucune élingue ni chirurgie à ciel ouvert n'est prescrite, car cela est dangereux.

Prévention du développement de la maladie

Que faire pour que l'enfant soit en bonne santé et que l'incontinence ne soit pas apparue? Après tout, un problème qui commence dans l'enfance peut nuire à l'estime de soi et à l'apparition de maladies. Pour éviter cela, les parents devraient arrêter d'utiliser les couches à temps et habituer progressivement le bébé au pot. Normalement, à l'âge de 2 ans déjà, une personne va aux toilettes dans une casserole sans l'aide d'un adulte. Pour éviter un refroidissement excessif du corps, ils surveillent si l'enfant est habillé en fonction des conditions météorologiques, car si une maladie des voies urinaires apparaît, elle risque alors de développer une énurésie. À des fins de prévention, un pédiatre est montré une fois par saison. Cela aidera à identifier les maladies infectieuses à temps, ce qui signifie que le traitement commencera à temps.

Causes et méthodes de traitement de l'incontinence fécale chez les enfants

L'incontinence fécale, également appelée encoprésie, est la norme pour les enfants de moins de deux ou trois ans, mais à un âge plus avancé, cela peut indiquer la présence de diverses pathologies dans le corps.

Si un enfant a ce trouble, vous devriez consulter un médecin qui diagnostiquera et établira les causes. Le traitement de l’incontinence fécale chez les enfants ne commence qu’après que l’on en a clairement déterminé la cause.

Informations générales sur la violation

La maladie est largement répandue en pédiatrie: 1 à 5% des enfants ont présenté ce trouble.

Le plus souvent, il est détecté chez les enfants de 5 à 8 ans et peut être un symptôme de désordres du système nerveux ou un signe d'autres pathologies, y compris des désordres mentaux.

L'incontinence fécale chez les garçons est plusieurs fois plus fréquente que chez les filles.

L'énurésie nocturne est également présente chez 30 à 35% des enfants souffrant d'incontinence fécale.

Beaucoup de parents, ayant constaté que l'enfant avait des problèmes de rétention des matières fécales, ne consulteraient peut-être pas leur médecin avant longtemps, s'attendant à ce que le problème disparaisse tôt ou tard de son propre chef.

Des affirmations telles que «c'est l'âge de tels», «tout ça vient des nerfs» agissent comme une excuse, mais il est important de comprendre que, dans certains cas, il s'agit d'un signe de maladies graves qu'il est urgent de traiter, et qui crée en outre un malaise psychologique chez l'enfant plus âgé.

Les enfants atteints de cette maladie sont plus difficiles à adapter à l'école, ils peuvent devenir des parias, qui seront ridiculisés pendant des années, même lorsque la violation disparaîtra.

Les jeunes enfants souffrant d’incontinence souffrent également souvent d’humiliations et d’insultes de la part de leurs parents, y compris des parents, dont beaucoup, après avoir vu leurs excréments en sous-vêtements, commencent à ressentir de la rancoeur et à faire honte à leur enfant, ce qui ne fait qu’aggraver le problème.

Les parents doivent apprendre: humilier et faire honte à un enfant pour l'incontinence des matières fécales ne peut pas. Il ne peut vraiment pas contrôler le processus de défécation et la violence psychologique n’a profité à personne.

Causes de

Pourquoi bébé a-t-il une incontinence fécale? Si l'enfant a moins de 3 ans, la violation peut être considérée comme une variante de la norme, mais si elle persiste à l'âge de 3 ou 4 ans, le bébé devra être conduit à l'hôpital.

Chez les enfants et les adolescents, l'incontinence fécale a généralement des causes similaires, mais chez les enfants plus âgés (8 à 10 ans), ce trouble est plus souvent associé à des problèmes psychologiques, car l'incontinence causée par des anomalies somatiques (physiques) est détectée beaucoup plus tôt.

Les principales causes de véritable encoprésie:

  1. Fort choc émotionnel. Les enfants réagissent vivement à la mort d'êtres chers, d'animaux de compagnie bien-aimés, à divers événements difficiles: accident de la route, divorce des parents, viol, épisode aigu de violence physique ou psychologique. Chez les enfants plus âgés, la perte d'un ami proche ou d'un être cher peut être un choc.
  2. Changer l’environnement habituel: déménager, entrer dans une école, changer d’institution éducative, séparation temporaire des parents (par exemple, aller dans un camp de vacances ou un long séjour chez des parents que l’enfant ne connaît pas bien), aller en internat.
  3. Pathologies neurologiques, telles que l'épilepsie, lésions infectieuses et non infectieuses de la moelle épinière, dysfonctionnement du système nerveux autonome, paralysie cérébrale.
  4. Traumatismes de la tête ou de la colonne vertébrale. Ils peuvent entraîner des perturbations dans les mécanismes de transmission des impulsions, ce qui permet à l'enfant de contrôler le processus de défécation.
  5. Anomalies congénitales de la structure de la région ano-rectale et d'autres zones du gros intestin, telles que la maladie de Hirschsprung, caractérisée par une constipation prolongée.
  6. Blessures à la naissance, anomalies au cours de la gestation. Chez les enfants ayant des antécédents d'hypoxie et de lésions congénitales à la tête et à la colonne vertébrale, la violation est plus fréquente. Les risques augmentent si, au cours de la grossesse, la mère souffre de maladies infectieuses, notamment de rubéole, rougeole, herpès, a de mauvaises habitudes (tabagisme, dépendance à l'alcool et à la drogue), a pris des médicaments qui ne sont pas recommandés pour les femmes enceintes.
  7. Environnement stressant permanent. Les enfants vivant dans des familles dysfonctionnelles souffrent souvent de coups, d'humiliations, d'insultes. Mais la situation traumatique ne s’observe pas toujours exclusivement dans de telles familles: elle peut se développer dans une famille prospère de l’extérieur et dans un établissement d’enseignement, y compris un internat.

On observe souvent une incontinence chez les enfants régulièrement victimes d'intimidation à l'école.

  • Manque de compétences associées à la défécation. Principalement observé chez les enfants de familles défavorisées.
  • Il existe également une fausse encoprésie, qui apparaît pour les raisons suivantes:

    1. Constipation chronique Une cause très courante d'incontinence. Les matières fécales recueillies dans les zones inférieures du rectum exercent une pression sur l'anus. Il s'étire et perd sa sensibilité. Plus de selles liquides à ce stade peuvent fuir.
    2. L'enfant garde les selles pendant longtemps pour diverses raisons. Par exemple, l'école peut avoir des toilettes de mauvaise qualité, dans lesquelles il n'y a même pas de cloisons, sans parler des stands, de sorte que certains enfants peuvent craindre de faire leurs selles. En outre, si un transit intestinal provoque une douleur (fissure anale, hémorroïdes) chez un enfant, il peut essayer de garder les selles. Lorsque les matières fécales s'accumulent beaucoup, la région ano-rectale peut perdre temporairement de la sensibilité. Ses murs vont s'étirer et les excréments tombent dans des sous-vêtements.

    Les grossesses précoces et les accouchements peuvent également influer sur l’incontinence fécale chez les adolescentes.

    Dans la plupart des cas, une incontinence fécale est observée lorsque l'enfant est réveillé et qu'il n'y a pas de problème la nuit.

    L'incontinence fécale nocturne est rare et indique généralement la présence d'anomalies neurologiques et de troubles mentaux. Si l'enfant a une forme nocturne, il s'agit d'un signe pronostique défavorable.

    Types et formes

    Selon les causes de la violation, il existe les types suivants:

    1. Névrotique. Le type d'incontinence le plus courant. Son apparence est associée à divers troubles mentaux résultant de l’impact de situations traumatiques, notamment divers types de violence, de stress chronique et de tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, pourrait avoir un impact négatif sur la psyché de l’enfant.

    Contrairement à la confiance de certains adultes, les anomalies névrotiques, en particulier les plus graves, ne disparaissent pas complètement de manière autonome, si ce n’est qu’elles peuvent s’atténuer avec le temps et deviennent à peine perceptibles; ces enfants ont donc besoin de soutien et d’une aide psychologique.

  • Bio Toutes les encoprésies, qui ont été causées par des désordres organiques dans les organes et systèmes responsables du mécanisme de la défécation, en particulier le gros intestin, le sphincter, la moelle épinière et le cerveau, entrent dans cette catégorie. Chez les enfants, ces troubles ont généralement un caractère congénital, mais ils peuvent aussi être acquis (par exemple, lésions traumatiques de la tête et de la colonne vertébrale, néoplasmes du rectum).
  • En termes d'apparition de pathologie émettre:

    1. Primaire. Le mécanisme réflexe qui permet à l'enfant de contrôler le processus de défécation n'est pas formé pour quelque raison que ce soit (manque de parentalité et d'attention de la part des parents, imperfections physiques et mentales empêchant toute interaction avec l'enfant - cécité, surdité, retard mental profond).
    2. Secondaire. L'enfant avait un mécanisme réflexe qui lui permettait de contrôler le processus de défécation pendant au moins un an, mais avait ensuite été perturbé en raison d'anomalies organiques ou névrotiques.

    Il existe également une classification associée au mécanisme de développement, selon laquelle l'encoprésie est divisée en:

    1. Vrai. Cela inclut tous les cas résultant de violations des mécanismes de transmission de l'influx nerveux du cerveau au gros intestin. Ce type d'incontinence fécale est beaucoup moins fréquent que faux: seulement 10 à 20% des cas entrent dans cette catégorie.
    2. Faux Associé à la constipation chronique ou à la rétention intentionnelle de matières fécales.

    En outre, l'incontinence fécale est divisée en jour et nuit.

    Comment traiter la diarrhée chez un enfant? Renseignez-vous sur notre article.

    Les symptômes

    Si la maladie est associée à la constipation, les parents peuvent noter les signes caractéristiques de ce trouble:

    • l'enfant va aux toilettes de façon improductive, peut se plaindre de ne pas pouvoir marcher et d'avoir mal au ventre;
    • avec constipation à long terme, faiblesse, perte d’appétit, nausée, l’enfant peut se plaindre de douleurs à la tête et à l’abdomen, ne dort pas bien.

    Dans les familles aimantes, les enfants ont rarement peur de parler de leur état. La constipation ne se transforme donc pas en maladie chronique, sauf si elle est associée à des troubles organiques.

    L'incontinence peut être exprimée de différentes manières. Dans la plupart des cas, les sous-vêtements présentent des traces de matières fécales, plutôt que des fragments à part entière (mais ils ne sont pas rares).

    Un ou plusieurs cas d’incontinence non systématique avec des raisons bien expliquées (par exemple, l’enfant a joué à des jeux actifs avec enthousiasme et n’a pas réagi à temps lorsque l’envie est apparue) ne devrait pas susciter l’inquiétude.

    L’incontinence névrotique est accompagnée de symptômes caractéristiques des troubles mentaux:

    • l'apathie;
    • insomnie, sommeil superficiel;
    • anxiété, peurs qui empêchent l'enfant de dormir et de faire ses activités quotidiennes;
    • mauvaise humeur;
    • détérioration du bien-être général;
    • irritabilité, dans certains cas, agressivité;
    • isolement, détachement;
    • perte d'intérêt pour les activités et les jouets habituels;
    • fatigue
    • violation de la concentration;
    • détérioration des notes à l'école.

    Certains de ces symptômes peuvent être manquants. Tout dépend de quel type de violation chez l'enfant et de ce à quoi elle est liée.

    On peut parler de pathologie si l'incontinence était notée chez un enfant au moins une fois par mois pendant six mois.

    Si l’incontinence fécale est associée à l’énurésie (incontinence urinaire), cela favorise souvent des causes psychologiques, mais indique parfois la présence de pathologies organiques. Habituellement, l'énurésie se produit la nuit et l'encoprésie le jour.

    Diagnostics

    Les objectifs principaux du diagnostic sont d'identifier les maladies qui ont affecté la survenue d'une violation, afin qu'elles puissent être efficacement éliminées ou leur gravité atténuée.

    Le médecin interroge les parents de l’enfant et le bébé lui-même, découvre quel type de nourriture il reçoit et s’il existe d’autres symptômes lui permettant de diagnostiquer le déroulement de l’accouchement et de la grossesse.

    Des études complémentaires sont également menées, en fonction des symptômes:

    • examen rectal;
    • radiographie du gros intestin;
    • résonance magnétique et tomodensitométrie du cerveau et de la colonne vertébrale;
    • radiographie de la colonne vertébrale;
    • analyse clinique de l'urine et du sang.

    L'incontinence est diagnostiquée par un gastroentérologue et un pédiatre. Si nécessaire, l'enfant est également examiné par un psychiatre ou un psychothérapeute.

    Est-il nécessaire de traiter les tics nerveux chez les enfants? Découvrez la réponse maintenant.

    Traitement

    Comment traiter? Dans le traitement de l'incontinence, les méthodes suivantes sont utilisées:

    1. Exercice, renforcement des muscles des cuisses, des fesses et des abdominaux. Des exercices spéciaux pour renforcer le sphincter sont nommés par nécessité exclusivement par le médecin traitant.
    2. Régime alimentaire Pour que les intestins fonctionnent correctement, une grande quantité d’aliments contenant des fibres est ajoutée au régime alimentaire de l’enfant: légumes, légumes verts et fruits. Il est recommandé d’exclure du régime les aliments riches en sucre et en amidon (bonbons, pommes de terre, pâtes, pain, petits pains). En outre, l'enfant doit boire beaucoup d'eau.
    3. Médicaments. Des laxatifs (Duphalac, Microlax) et des sédatifs (Valérian, Persen) sont prescrits.
    4. Les lavements. Les lavements classiques peuvent éliminer l’accumulation de masses fécales dues à la constipation chronique. En l'absence de troubles organiques dans le rectum, des lavement lavants sont appliqués pendant une durée limitée. Des lavements d’entraînement peuvent également être prescrits: environ 500 ml de liquide sont injectés à l’enfant, qui le retient en pressant le sphincter.
    5. Travailler avec un psychothérapeute. Le spécialiste identifiera les causes et aidera l'enfant à résoudre ses problèmes internes, à survivre à des événements difficiles et à examiner les situations sous différents angles. En outre, le psychothérapeute s'entretiendra avec les parents et leur donnera des recommandations. Si la situation autour de l'enfant ne change pas, il n'y aura pas de dynamique positive, donc les parents devraient supprimer tous les facteurs de stress.

    Les méthodes traditionnelles de traitement, en particulier la phytothérapie, peuvent améliorer l’état de l’enfant. Il est utile de préparer des herbes apaisantes (menthe, mélisse, agripaume, valériane, camomille), vous pouvez également ajouter des bouillons à la baignade.

    Recommandations pour le développement d'un mécanisme réflexe contrôlant le processus de défécation:

    1. Après avoir mangé un enfant, vous pouvez le mettre aux toilettes de manière à ce qu'il exerce une pression sur le sphincter pendant un certain temps: cela stimule la motilité intestinale et l'enfant apprend à contrôler la défécation et à sentir les indicatifs d'appel.
    2. Le respect du régime est très important: si l'enfant s'habitue à faire des efforts à un moment donné, la plupart des problèmes d'intestins disparaîtront.
    3. Si l'enfant ne veut pas s'asseoir sur les toilettes, il n'est pas nécessaire de le forcer: cela affectera négativement son psychisme. En outre, l'enfant devrait, dans une atmosphère détendue, parler du travail des intestins et expliquer pourquoi il est important de respecter le régime.
    au contenu ↑

    Prévention

    Pour réduire les risques d'incontinence fécale chez les enfants, il est important:

    • assurez-vous que la maison a une atmosphère amicale et confortable;
    • résoudre les problèmes par une conversation calme et mesurée (si l'enfant est petit, il peut être expliqué beaucoup sous forme de jeu ou avec l'aide d'images);
    • à temps pour former un mécanisme réflexe chez l'enfant (il est important d'éviter les punitions, les insultes);
    • Ne grondez pas lorsque vous détectez des traces d'excréments sur un sous-vêtement;
    • réduire la consommation d'aliments nocifs et augmenter la quantité de légumes et de fruits dans le régime.

    La maladie lancée est complètement difficile à guérir, elle est donc nécessaire lorsque les signes d'incontinence conduisent l'enfant à l'hôpital. Si le traitement est commencé à temps, le pronostic est favorable.

    Incontinence fécale chez l'enfant: que faire? Découvrez à partir de la vidéo:

    Nous vous demandons de ne pas vous soigner vous-même. Inscrivez-vous avec un médecin!

    Incontinence chez un enfant. Traitement de l'énurésie chez les enfants

    Par «énurésie» infantile, on entend tout un ensemble de symptômes dont la principale manifestation est une miction involontaire la nuit (pendant le sommeil). Cette pathologie a de nombreuses raisons étiologiques.

    Le principal défaut pouvant conduire à de telles violations est une violation de l'innervation de la vessie et la présence d'une insuffisance du contrôle cortical du processus de miction. D'un point de vue physiologique, le processus de régulation de la miction implique deux mécanismes: volontaire et involontaire.

    Il est involontaire que le muscle obturateur de l'urée se détend spontanément après avoir rempli la vessie à une certaine taille. Un réflexe similaire se manifeste en réponse à la stimulation de récepteurs qui sont intégrés à la membrane muqueuse de la vessie et qui sont responsables de la réponse à l'étirement mécanique.

    À son tour, le cerveau contrôle le deuxième mécanisme de verrouillage de sorte qu'une personne ne puisse uriner que quand il le souhaite ou le permet, se bloquant ainsi contre la miction involontaire. Ce mécanisme se forme chez un enfant dans la période allant de un à quatre ans, lorsque les fibres nerveuses de la myéline qui conduisent les impulsions nerveuses commencent à mûrir.

    La formation complète de ce mécanisme a lieu jusqu'à 4 ans. Ainsi, si l'enfant a des mictions involontaires avant cet âge, le diagnostic de l'énurésie est précoce. Le traitement de la miction involontaire peut commencer à 4-5 ans et il n’est pas trop tard à sept ans.

    Causes de l'énurésie chez les enfants

    Facteur héréditaire - environ 20% des enfants atteints d'énurésie sont nés de parents présentant la même pathologie que les enfants. Il n’est pas plus probable que le problème lui-même hérite du problème lui-même, mais des caractéristiques de l’échange dans les cellules nerveuses de certaines parties de l’hypothalamus et du tronc nerveux, de la susceptibilité des tissus à la vasopressine et à la sérotonine (neuromélikants) ou du taux de myélinisation des fibres nerveuses, ce retard de développement conduisant à une formation ultérieure du mécanisme de surveillance urinaire.

    Pathologie pathologique et accouchement - lésions des voies nerveuses, de l'hypothalamus et du tronc cérébral dues à la privation d'oxygène des cellules du système nerveux:

    intra-utérin - hypertension et diabète chez la mère, infection intra-utérine chez le fœtus, RCIU, insuffisance fœto-placentaire, gestose;

    à l'accouchement - traumatisme à la naissance du fœtus, longue période anhydre, décollement prématuré du placenta, enchevêtrement du cordon ombilical, hypoxie.

    Toutes les complications ci-dessus conduisent au développement d'une encéphalopathie postnatale, caractérisée par certains processus dégénératifs dans le cerveau et des retards moteurs dus au manque d'oxygène dans les tissus et les cellules du cerveau. Une confirmation indirecte de ce fait est qu'une plus grande susceptibilité au développement de l'énurésie est observée chez les garçons, qui ont des capacités d'adaptation plus faibles pendant les périodes de développement prénatal et précoce du nourrisson, par rapport aux filles. Les dommages graves au système nerveux central résultent de blessures graves lors de l'accouchement: paralysie cérébrale, hémorragies, contusions cérébrales.

    Maladies infectieuses - lésions cérébrales infectieuses chez le nourrisson et le jeune enfant:

    déshydratation grave due au développement d'infections intestinales graves;

    œdème cérébral dû à un choc toxique d'origines diverses;

    méningite et encéphalite virale;

    Les maladies somatiques entraînant l'apport d'oxygène au système nerveux central:

    pathologies endocriniennes - hyperthyroïdie, syndrome diencéphalique, diabète sucré;

    malformations d'origine cardiaque et congénitales, endocardite et myocardite, accompagnées d'une défaillance de l'appareil circulatoire;

    tuberculose pulmonaire - pulmonaire, pneumonie fréquente, œdème pulmonaire d’origines diverses, asthme bronchique sévère, bronchectasie.

    Pathologie neurologique - épilepsie, troubles pyramidaux, hypertension intracrânienne - liste incomplète de problèmes neurologiques pouvant être associés au développement de l'énurésie.

    Maladies psychiatriques - apparaissant sur le fond du sous-développement de fonctions corticales supérieures de nature générale (débilité, imbécillité, oligophrénie) et pouvant conduire à une incontinence chez l'enfant. En outre, les troubles associés à une intoxication chronique due à l'alcoolisme et à la toxicomanie peuvent entraîner une violation de l'arbitraire urinaire.

    Problèmes psychologiques - divers types de névrose, associés à la présence de facteurs externes constamment traumatiques:

    Les situations traumatiques vécues - crimes, blessures, accidents - peuvent devenir un mécanisme déclencheur dans le processus de développement de l'énurésie infantile;

    problèmes de communication avec les êtres chers et les pairs;

    situation malsaine dans un jardin d'enfants ou une famille.

    Pathologie urologique - constituent une catégorie distincte de causes pouvant provoquer le développement de l’incontinence urinaire chez l’enfant. La muqueuse vésicale, altérée par une inflammation, peut ne pas répondre adéquatement à l'étirement des parois de l'organe. De plus petites quantités d'urine dans l'urée peuvent provoquer une miction. Les causes de l’incontinence urinaire chez l’enfant sont également des défauts valvulaires de l’urètre et de la vessie neurogène. À ce jour, les causes urologiques ne sont souvent pas considérées comme une manifestation de l'énurésie sous sa forme pure.

    Les principaux processus pathologiques de l'incontinence urinaire:

    violation de l'innervation de la vessie, y compris les contractions non coordonnées des muscles de l'urée;

    rupture du pont avec l'hypothalamus (produit de la vasopressine);

    dysfonctionnement dans la zone du pont cérébral à côté des zones anatomiques responsables de la miction et de l'éveil;

    troubles de la prostaglucine, de l'histamine, de la sérotonine, qui affectent la vessie. Il faut également attribuer ici une faible concentration de vasopressine la nuit, ce qui provoque une production d'urine plus abondante la nuit.

    Mécanismes accompagnant l'énurésie

    Lorsque l’incontinence, en plus des violations de la formation du réflexe correspondant, bloque la miction involontaire, il existe un certain nombre de processus qui expliquent l’origine du problème.

    Trouble de la phase de sommeil

    L'extension de la phase de sommeil profond empêche le déclenchement du mécanisme de surveillance dans la couche corticale au moment où la vessie s'étire à un niveau tel que la relaxation spontanée du muscle obturateur se produit. Les enfants ont également du mal à s'endormir et à se réveiller. Il peut exister une chose telle que le somnambulisme (parler et marcher dans un rêve). L'énurésie est caractéristique chez les enfants présentant des épisodes d'apnée du sommeil (arrêt de la respiration) et des ronflements. Cela est dû au fait que le réveil compensatoire et les phases du sommeil paradoxal se développent en réponse à l'asphyxie et non à un remplissage excessif de la vessie. De même, en cas d'augmentation de la pression intrathoracique, l'oreillette droite est débordée de sang, ce qui provoque une augmentation de la libération de l'hormone diurétique sodique, ce qui entraîne une augmentation du débit urinaire.

    Le changement de l'activité motrice dans la journée

    L'enfant peut tellement flirter qu'il oublie la nécessité de demander un pot. Ce phénomène est une analogie des moments de transe (inhibitions) qui se développent dans le cerveau pendant l’éveil du jour et sont associés à un surmenage du corps avec des stimuli monotones - images clignotantes, couleurs vives, sons.

    Violation de la sphère émotionnelle-volitive

    Diverses violations du trophisme dans les neurocytes dans leur relation conduisent au fait qu'un enfant atteint d'énurésie devient plus émotionnellement labile, larmoyant, anxieux par rapport à des pairs en bonne santé. Cela peut être attribué davantage à des états liés. À savoir, l'énurésie n'est pas le résultat de manifestations émotionnelles perturbées, mais se développe avec elles en réponse à des troubles corticaux.

    Traitement inadéquat de l'incontinence urinaire

    L'enfant n'est pas capable d'influencer de manière indépendante le développement du problème. Par conséquent, ne le grondez pas et exigez d'être plus attentif au problème.

    Chez de nombreux patients, le problème de l'incontinence urinaire est résolu indépendamment, sans traitement, à l'aide de techniques psychothérapeutiques ou de médicaments. Cela est probablement dû à la capacité d'adaptation élevée du système nerveux chez les enfants. Même en cas de dommages importants au cortex cérébral, les régions voisines peuvent jouer le rôle de neurones morts ou endommagés. Cela s'explique également par la différence entre les résultats de la réadaptation des adultes et des enfants après des hémorragies cérébrales. Un enfant qui a subi une lésion cérébrale avant l'âge de un an, rétablit pleinement l'activité mentale et physique lorsqu'un degré de handicap grave se développe chez un adulte.

    Types d'énurésie

    Énurésie nocturne chez un enfant

    S'endormant, l'enfant cesse de se contrôler, se détend et se réveille mouillé. Plus souvent, les garçons souffrent de cette forme de pathologie. Il existe à la fois une forme permanente de pathologie (le patient urine dans son sommeil tout le temps) et périodique (certaines nuits, l’enfant ne mouille pas le lit).

    Dans certains cas, la réponse sous forme d'énurésie se manifeste lorsque l'enfant est exposé au cours de la journée à certains facteurs psychotraumatiques (les parents ont été agressés, punis ou offensés) ou après certaines surcharges émotionnelles et physiques au cours de la journée (il a beaucoup couru, s'est couché tard). L'énurésie qui se produit sans manifestations diurnes est appelée nocturne monosymptomatique.

    Énurésie diurne chez un enfant

    C'est le résultat de l'inhibition du cortex cérébral de nature spontanée dans le processus de veille du jour. Les garçons et les filles sont également touchés par cette forme de trouble. Plus susceptibles à cette pathologie sont les enfants émotionnellement épuisés et facilement fatigués, ainsi que les enfants atteints de pathologies urologiques concomitantes.

    D'un côté, les enfants peu motivés et rapidement fatigués d'activités monotones perdent le contrôle arbitraire de leur envie d'uriner. En même temps, un centre d'excitation est créé dans le cortex, ce qui supprime les autres divisions. Le mécanisme de transe n'est pas non plus exclu - un arrêt à court terme de certaines parties du cortex cérébral en cas d'uniformité des stimuli ou de surmenage.

    D'autre part, pendant une période plus courte, la vessie est remplie de liquide au point d'activer le mécanisme de miction automatique involontaire. Ainsi, les problèmes anatomiques ou neurologiques conduisent le plus souvent au développement de l'énurésie diurne.

    Forme mixte de l'énurésie, qui implique une combinaison d'incontinence épisodique diurne et nocturne. Le plus souvent, les filles souffrent de cette forme de pathologie.

    En outre, l'énurésie est divisée en primaire et secondaire (après 6 mois de nuits sèches).

    Vue moderne sur le problème de l'énurésie chez les enfants

    Face à une situation où toutes les méthodes de traitement de l'énurésie nocturne chez l'enfant ne sont pas efficaces, certains spécialistes suggèrent d'abandonner complètement le traitement de la pathologie et de se concentrer sur l'élimination des principaux troubles mentaux et somatiques de l'enfant qui accompagnent le problème de l'énurésie.

    Pratiquez les tactiques d'attente pour l'énurésie nocturne. Il est basé sur l'espoir d'une maturation indépendante des structures de la couche corticale et de la myélinisation des fibres nerveuses, qui, apparemment, sont retardées chez les enfants souffrant d'incontinence.

    Aujourd'hui, de nombreux auteurs s'accordent pour dire que la miction involontaire est l'un des mécanismes de compensation nécessaires à la régulation de la phase de veille et du sommeil chez l'enfant. À partir du moment de la transition des phases vers le canal constant, le besoin d'incontinence disparaît de lui-même.

    Enuresis et l'armée

    Les patients souffrant d'énurésie sont exclus du nombre de candidats à l'armée. Cette règle s'applique aux services urgents et contractuels. Par conséquent, selon vos préférences, vous devez collecter soigneusement toute la documentation relative à la présence d'une telle pathologie chez un enfant et ne pas refuser l'hospitalisation et un examen médical prophylactique, ou bien traiter le traitement de l'énurésie chez un enfant et le transférer dans une autre clinique avec une carte de consultation externe «propre».

    Traitement de l'énurésie

    Avant de procéder au traitement de l'énurésie chez un enfant, vous devez l'examiner attentivement avec un neurologue et un urologue. L'urologue prescrira une analyse générale de l'urine et du sang, ainsi que, si nécessaire, une cystoscopie, une échographie des reins et des organes pelviens et une urographie intraveineuse. Le neuropathologiste demandera un test psychologique du niveau d'auto-évaluation (les résultats du test indiquent indirectement la nécessité d'un traitement) et une électroencéphalographie.

    Les enfants qui reconnaissent l'énurésie comme un problème et qui ont une perte d'estime de soi doivent également suivre, en plus d'un traitement médicamenteux, un traitement psychothérapeutique. L'énurésie diurne d'origine inorganique n'est traitée qu'à l'aide d'une psychothérapie. Notez également le faible effet du traitement chez les enfants qui ne sont pas conscients de la présence d’un défaut. En présence de tels enfants seulement énurésie nocturne monosymptomatique, le traitement n'est pas effectué.

    Le traitement de l'énurésie nocturne est initié à l'aide du système de «contrôle par alarme», à savoir les réveils nocturnes forcés. Avec le grand intérêt de l'enfant et de la famille et le respect de toutes les conditions pour le traitement de l'incontinence urinaire chez les enfants, l'efficacité du traitement varie de 50 à 80%.

    Quelques conditions à remplir:

    il est important que l'un des parents dorme dans la même pièce que l'enfant et l'aide à se réveiller lorsque le réveil sonne;

    l'application de la technique ne doit pas être interrompue, doit être surveillée par un médecin; le médecin doit conseiller les parents sur la façon de résoudre les problèmes techniques;

    Si, après six à huit semaines de traitement, l'effet est incomplet, le traitement doit durer jusqu'à deux semaines de nuits sèches. En l'absence d'effet, le traitement ne doit pas être arrêté.

    Le traitement médicamenteux de la pathologie est réalisée à l'aide du médicament "Desmopressin" sous forme de formes sublinguales ou de spray dans le nez. La posologie est choisie par le médecin traitant (de 5 à 30 mg / jour). Le plus souvent, le médicament est utilisé si l'enfant a l'énurésie nocturne et est administré au coucher. En l'absence de résultat après deux semaines de traitement, le traitement est annulé.

    Anticholergiques prescrits dans le cas d'un enfant souffrant d'incontinence due à une vessie neurogène. Préparations "Spazmeks" et "Driptan".

    Il est également possible d’utiliser des antidépresseurs, tels que l’amitripiline ou l’impramine. Dans le cas d'une combinaison d'énurésie avec anxiété et névrose, «Dosulépine» est utilisé.

    Les nootropiques appartiennent aujourd'hui à la catégorie des médicaments aux effets non prouvés. Cependant, en neurologie pratique, la pantokalcine, le pantogame et le picamilon sont utilisés pour traiter l'énurésie.

    Traitement populaire de l'incontinence urinaire chez les enfants

    Le meilleur moyen de traitement traditionnel de l'énurésie chez les enfants est la création d'un environnement psycho-émotionnel normal et un réveil forcé la nuit pour aller aux toilettes.

    Avant de se coucher, il est également conseillé de suivre un régime avec restriction hydrique et de réduire les aliments ayant un effet diurétique prononcé (concombres, courgettes, persil, céleri, melons, pastèques), ce qui est l’un des moyens de prévenir l’incontinence urinaire chez l’enfant.

    L'utilisation de diverses infusions d'herbes, de rhizomes et de décoctions à effet sédatif n'a aucun effet. De plus, la valériane peut entraîner chez l'enfant une diminution de la fréquence cardiaque, une diminution de la fréquence respiratoire et une potentialisation énurétique du type d'apnée du sommeil.