Adénome de la prostate

Urétrite

L'adénome de la prostate se développe dans la grande majorité des hommes plus âgés. Il est souhaitable de connaître et de comprendre la maladie dès son plus jeune âge, ce qui permettra non seulement de la reconnaître à temps, mais aussi de la prévenir autant que possible.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBPD) ou l'adénome de la prostate est un trouble fréquent chez les hommes matures et âgés. Il se caractérise par un certain nombre de symptômes associés à une miction altérée.

Lorsque la maladie de la prostate se développe, le tissu conjonctif et l'épithélium se développent, ce qui entraîne son augmentation. La partie supérieure de l'urètre passe à travers la glande, de sorte que sa croissance peut bloquer le flux normal de l'urine. En raison du développement de la rétention urinaire, la vessie et les reins peuvent être affectés au fil du temps.

Des statistiques

En Russie, l'incidence des adénomes en 2009 était une fois et demie supérieure à celle du début du siècle: 2221, 5 pour 100 000 hommes adultes (Apolikhin OI, et al., 2011). Tous les hommes adultes ne souffrent pas de la même fréquence: le plus souvent, les symptômes de la maladie apparaissent à l'âge de 60 ans, à l'âge de moins de 30 ans, sa manifestation ne se produit pas, même au niveau histologique. Une hypertrophie bénigne de la glande survient chez environ 90% des hommes de plus de 80 ans.

Services médicaux

Tests de diagnostic

Symptômes de l'adénome de la prostate

Les manifestations de la maladie sont principalement associées à des troubles de la miction: le passage de l’urine est perturbé et la capacité de la vessie à s’accumuler et à la retenir s’aggrave. Ce groupe de symptômes s'appelle les symptômes du bas appareil urinaire. Ceux-ci comprennent:

  • Symptômes de la phase d'accumulation. Caractérisé par des mictions fréquentes, il peut exister des pulsions dites impérieuses (désir écrasant de vider la vessie). De plus, les hommes doivent souvent aller aux toilettes la nuit.
  • Symptômes de la phase de vidage. Le flux d'urine devient léthargique, peut être interrompu et pulvérisé. Un homme doit pousser pour uriner.
  • Symptômes postmicrobraux. Après la miction, l’urine peut légèrement s’égoutter et rester insatisfaite de la vidange.

En 65 ans, des signes prononcés d'adénome de la prostate peuvent être détectés chez 30% des hommes.

Il convient de noter que ces symptômes se manifestent non seulement dans l'adénome, mais également dans un certain nombre d'autres pathologies (troubles nerveux de la miction, prostatite, cancer de la prostate, etc.).

Stades et adénome de la prostate

Il y a trois étapes dans l'évolution de la maladie.

Étape Je peux durer de nombreuses années sans passer à des formes plus sévères. Avec elle, il y a une augmentation de la miction, les hommes sont perturbés par l'envie d'aller aux toilettes la nuit. Un flux d'urine devient lent, vous devrez peut-être pousser. Parallèlement, les premiers signes d'incontinence urinaire apparaissent.

Au stade II, les manifestations deviennent plus prononcées. Un flux d'urine est interrompu, l'urine résiduelle commence à stagner dans la vessie. La nécessité de se redresser peut conduire à une hernie ou même à un prolapsus rectal. Cette étape ira à la suivante.

L'étape III se caractérise par un étirement de la vessie et une diminution de sa capacité à se contracter. Sa sensibilité diminue, ce qui peut conduire à une illusion de soulagement des symptômes. Des complications se développent souvent à ce stade: infections, lésions rénales et calculs vésicaux. L'incontinence urinaire augmente, les hommes sont souvent obligés de recourir à des mesures spéciales (tampons, urinoir).

Au dernier stade, les symptômes généraux associés à l '«empoisonnement» de sa propre urine: aggravation de l'appétit, faiblesse, bouche sèche et constipation apparaissent.

Complications de l'adénome de la prostate

La maladie peut durer longtemps sans nuire à la qualité de la vie: pour la plupart des hommes, les complications ne se développent pas. Cependant, ils ne sont pas rares et vous devez savoir à leur sujet.

  • Rétention urinaire aiguë. Cela se manifeste par l'incapacité soudaine de vider la vessie et par la douleur du pubis. Cette condition nécessite des soins d'urgence, un cathéter est inséré dans la vessie ou une petite opération est effectuée.
  • Infection des voies urinaires. La cystite et la pyélonéphrite se développent en raison de la stagnation de l'urine, ce qui crée des conditions favorables à la croissance des bactéries.
  • Les calculs vésicaux sont également dus à la stagnation de l'urine.
  • Dommages à la vessie. Si la vessie n'est pas régulièrement vidée régulièrement, elle est étirée et des protubérances (poches) se forment dans ses parois, dans lesquelles l'urine stagne.
  • Dommages aux reins. Une pression accrue dans la vessie et les uretères peut avoir un effet néfaste direct sur les reins. Cela peut conduire au développement d'une insuffisance rénale.

Causes de l'adénome de la prostate

Les causes de la maladie ne sont pas entièrement comprises. Il a été établi que dans la survenue d'un adénome, la diminution du taux d'hormones sexuelles liée à l'âge et la restructuration ultérieure de l'organisme, c'est-à-dire la ménopause masculine, jouent un rôle essentiel.

Les principaux facteurs de risque sont:

  • Âge Une hypertrophie de la prostate ne se produit pratiquement pas avant l'âge de 40 ans et, à 65 ans, ses symptômes se manifestent déjà chez un tiers des hommes.
  • L'hérédité. Si le père souffre d'hyperplasie, cela augmente les chances de développement chez son fils après avoir atteint l'âge adulte.
  • Diabète, maladie cardiaque. En plus des maladies elles-mêmes, les médicaments contre elles, tels que les bêta-bloquants, peuvent également être rapprochés.
  • Mode de vie L'obésité augmente le risque de maladie, réduit l'activité physique.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Les médecins ont des questionnaires spéciaux qui aident à identifier des plaintes spécifiques. De plus, le journal du patient peut aider le spécialiste à établir le diagnostic. Il enregistre les paramètres de quantité et de qualité: le volume d'urine, les caractéristiques du fluide consommé, les envies impératives, les envies nocturnes, etc. Les dossiers doivent être conservés pendant au moins trois jours, c’est un outil simple et efficace.

La méthode d'examen physique principale est l'examen numérique de la prostate. Cela permet de révéler son augmentation et d’exclure d’autres pathologies.

  • analyse d'urine;
  • analyse biochimique du sang (les médecins s'intéressent avant tout au contenu en créatinine et en urée, marqueurs du rein);
  • Détermination du PSA (pour tous les hommes de plus de 50 ans, pour la surveillance du cancer de la prostate).

L'azotémie, signe de lésion rénale associée à un adénome, survient dans 15 à 30% des cas.

Présentée à tous les patients suspects d’adénome:

  • échographie transrectale (US);
  • Urofluométrie (débit urinaire);
  • détermination du volume d'urine résiduelle par ultrasons.

Selon les indications spéciales sont tenues:

  • remplissage de la cystométrie;
  • rapport pression / débit;
  • électromyographie du plancher pelvien;
  • urographie excrétrice;
  • urétrocystoscopie.

Traitement de l'adénome de la prostate

Les objectifs principaux du traitement sont de soulager les symptômes du bas appareil urinaire, d’améliorer la qualité de la vie, de prévenir les complications de la maladie.

Pour les patients présentant des symptômes légers ou modérés n'affectant pas la qualité de vie, les Lignes directrices européennes pour le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate recommandent une surveillance active en attente ou en attente. Pendant cette période, aucun traitement médical ou chirurgical n'est effectué, le patient doit être examiné régulièrement (une fois par an ou tous les six mois) par un urologue ou un andrologue pour contrôler l'évolution de la maladie. Actuellement, l’accent est mis sur le traitement non médicamenteux. Cela comprend:

  • Thérapie comportementale. Le patient devrait:
    • réduire la consommation d'aliments liquides et diurétiques (baies, etc.) 3 heures avant le coucher;
    • n'oubliez pas de vider la vessie la nuit;
    • sans instruction spéciale du médecin, ne pas prendre de diurétiques ni d'anticholinestérases le soir (par exemple, la galantamine).
  • Exercices pour entraîner les muscles du bassin (exercices de Kegel, kinésithérapie).

Ces méthodes peuvent également compléter un traitement conservateur. Selon les directives cliniques russes, les médicaments suivants sont utilisés pour ces derniers:

  • Alpha-bloquants (tamsulosine, alfuzosine). Actuellement, ce sont des médicaments de choix, ils sont utilisés pour les symptômes modérés et graves.
  • 5 inhibiteurs de l’alpha réductase (finastéride). Ils réduisent le volume de la glande, retardent sa croissance.
  • Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (sildénafil). Les médicaments, principalement utilisés pour le traitement de l'impuissance, ont démontré leur efficacité dans l'adénome.
  • Traitement combiné. La combinaison la plus courante d'alpha-bloquants et d'inhibiteurs de la 5-alpha réductase
  • Les inhibiteurs des récepteurs muscariniques ou M-cholinolytiques (solifénacine) sont prescrits principalement lorsque les symptômes d’accumulation sont dominants.

Non recommandé, ne pas avoir l'efficacité prouvée: - préparations à base de plantes; - préparations à base d'extrait de prostate.

Les principales opérations sont l'excision transurétrale, la résection transurétrale et l'ablation de la prostate. Le traitement chirurgical est indiqué pour:

  • rétention urinaire récurrente;
  • insuffisance rénale due à un adénome;
  • pierres vésicales;
  • la récurrence des infections des voies urinaires;
  • hématurie récurrente.

En outre, les patients opérés qui:

  • n'a pas été soulagé par un traitement médicamenteux;
  • ne veulent pas prendre de drogues, mais nécessitent un traitement.

La chirurgie de l'adénome de la prostate est l'une des interventions chirurgicales les plus courantes; elles peuvent être pratiquées jusqu'à 30% des hommes (Wasson J et al, 1994).

Pendant un traitement conservateur ou après une intervention chirurgicale, vous devez consulter le médecin au moins une fois par an. L'urologue effectue les tests standard requis pour l'examen clinique (échographie, détermination du débit urinaire, PSA). En outre, le spécialiste doit s’informer en détail des changements dans la qualité de vie du patient et des effets secondaires possibles des médicaments.

Prévention de l'adénome de la prostate

Étant donné la prévalence de la maladie, la connaissance de sa prévention est nécessaire pour tout le monde. Nous ne pouvons pas influencer tous les facteurs de risque de la maladie (hérédité, changement hormonal), mais le respect de certaines règles contribue au maintien de la santé de la prostate.

  • Régime alimentaire pour adénome de la prostate. Il est souhaitable de réduire la consommation d'aliments gras et de viande rouge. Il est nécessaire d’augmenter la proportion de légumes, de fruits et d’oméga-acides.
  • Activité physique Il est prouvé que l'éducation physique a un effet positif sur la santé de la prostate.
  • Contrôler le poids corporel.
  • Minimiser le stress améliore les hormones et ralentit la progression de la maladie.
  • Vie sexuelle régulière.

Si le diagnostic est déjà établi, les mesures de prévention secondaire aideront à ralentir la progression de la maladie et des complications. Ceux-ci comprennent:

  • thérapie comportementale (voir dans Traitement);
  • régime alimentaire (voir ci-dessus);
  • exclusion d'alcool;
  • éviter les températures élevées, telles que les allers-retours au sauna;
  • l'exercice avec l'adénome de la prostate donne un bon effet;
  • visites préventives régulières chez le médecin.

Adénome de la prostate - symptômes chez l'homme, les premiers signes, les causes, le traitement et les complications de l'adénome

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne qui se développe à partir du stroma ou de l'épithélium glandulaire de la prostate. En soi, l'adénome ne métastase pas, mais peut éventuellement dégénérer en adénocarcinome (cancer de la prostate).

Chez 30 à 40% des hommes de plus de 50 ans et entre 75 et 90% des plus de 65 ans, la forme de prolifération du tissu glandulaire dans le col de la vessie se modifie.

Quelle est cette maladie, pourquoi survient-elle chez les hommes de plus de 40 ans, quels sont les premiers symptômes et quel est le traitement prescrit, allons au-delà.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance.

En cas d'adénome, un organe est agrandi, ce qui provoque une compression de la vessie et de l'urètre. Cela perturbe le courant d'urine et conduit à une accumulation d'urine résiduelle. En outre, un homme peut développer une infection de l’appareil génital, une lithiase urinaire et un cancer. L'augmentation est indolore, ce qui est dangereux pour le diagnostic rapide de la maladie.

La prostate: qu'est-ce que c'est?

La prostate, également appelée prostate, est un organe situé légèrement en dessous de la vessie. L'objectif principal de la prostate - le développement d'un secret spécifique, qui fait partie du sperme. Le secret de la prostate, déterminant la consistance de l'éjaculat (contribuant notamment à sa dilution), contient des vitamines, des enzymes, de l'immunoglobuline, des ions zinc, etc.

La prostate pour hommes est le «deuxième cœur» responsable de la fonction sexuelle, de l'état psycho-émotionnel et de la santé en général.

Les principales fonctions de la prostate comprennent:

  • liquéfaction des spermatozoïdes - grâce à cela, les spermatozoïdes acquièrent une motilité active et deviennent généralement viables;
  • sécrétion - dans sa composition, il contient des enzymes, des protéines, des graisses et des hormones, sans lesquels le système reproducteur ne fonctionnerait pas normalement;
  • Éjection de la graine - les muscles lisses de la prostate sont capables de contraction, ce qui assure l'écoulement de la graine dans l'urètre, et c'est ainsi que se produit l'éjaculation.

Les causes

L'adénome de la prostate se développe et se développe progressivement. Bien que cette maladie touche principalement les hommes âgés, les symptômes initiaux peuvent être identifiés dès l'âge de 30 à 40 ans. Fait intéressant, au début, les nodules des cellules se forment massivement et ne commencent à grossir qu’après une longue période.

  1. Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.
  2. Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

Un certain nombre de facteurs concomitants peuvent contribuer au développement de l'adénome. Ceux-ci comprennent:

  • Surpoids (l'accumulation de tissu adipeux contribue au développement des hormones féminines);
  • Facteur héréditaire;
  • Athérosclérose;
  • Abus de tabac et d'alcool;
  • Processus inflammatoires dans les reins et l'urètre;
  • Hypodynamie et régime malsain;
  • Hypertension artérielle.

Types d'adénome de la prostate

Selon la structure et l'emplacement, il existe trois types d'adénome:

  1. La tumeur pénètre dans l'urètre par l'urètre, déformant le sphincter interne et perturbant sa fonction.
  2. La tumeur augmente dans la direction du rectum, la miction est légèrement altérée, mais la perte de contractilité de la partie prostatique de l'urètre ne permet pas à la vessie de se vider complètement.
  3. Avec un compactage uniforme de la prostate sous la pression d'un adénome sans l'augmenter, on n'observe ni rétention urinaire dans la vessie ni trouble urinaire. C'est le type d'adénome le plus favorable.

Symptômes de l'adénome de la prostate chez les hommes

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs.

Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend:

  • augmentation de la miction,
  • envie persistante (impérative) d'uriner,
  • nycturie
  • incontinence urinaire.

Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend:

  • difficulté à uriner,
  • apparition retardée et augmentation du temps de miction,
  • sensation de vidange incomplète
  • uriner par intermittence flux lent,
  • la nécessité de forcer

Les premiers signes à surveiller:

  • Les premiers signes d’un adénome de la prostate sont un flux d’urine lent, une envie accrue d’uriner, qui ne se terminent pas toujours par une vidange de la vessie.
  • Au fur et à mesure que la tumeur grossit, le patient ne souhaite plus savoir quelles sont les causes de l'adénome de la prostate, il s'inquiète davantage de la façon de se débarrasser des symptômes inquiétants. La miction devient difficile, vous devez forcer, uriner, connecter les muscles abdominaux.

Avec la complication de l'adénome de la prostate et son passage à un stade sévère, tous les symptômes s'intensifieront, ce qui affectera la vie du patient. Dans les cas surchargés, seule la chirurgie peut aider, raison pour laquelle il est si important de faire attention aux symptômes. Même s'ils ont été répétés 1 à 2 fois, un examen complet est requis.

L'adénome de la prostate chez l'homme passe par plusieurs étapes, chacune s'accompagnant de signes et de complications croissants.

Formulaire compensé

Les changements les plus caractéristiques dans la miction de cette étape sont:

  • plus fréquent
  • moins libre
  • moins intense qu'auparavant (le flux d'urine n'a plus l'apparence d'une parabole caractéristique, mais tombe presque à la verticale).

Avec la poursuite de la croissance de la prostate et la compression accrue de l'urètre, les symptômes suivants apparaissent:

  • augmentation du besoin d'uriner pendant la journée
  • diminution du débit urinaire,
  • augmentation de l'incidence d'un désir irrépressible d'uriner (les pulsions dites impératives),
  • participation des muscles auxiliaires: le patient met de temps en temps à rude épreuve l'estomac au début ou à la fin de la miction pour une meilleure vidange.

Stage sous-compensé

Sous-compensé - une augmentation de la prostate a atteint des niveaux lorsqu'elle a commencé à affecter fortement la fonction de la vessie pour éliminer l'urine du corps. Les violations se produisent:

  • la vessie est libérée par portions
  • l'épaisseur des parois de la bulle augmente
  • une partie de l'urine est conservée,
  • si la vessie déborde, une miction involontaire peut se produire,
  • l'urine peut être trouble et contenir des impuretés sanguines.

Adénome de la prostate de stade 3 - décompensé

Il y a une baisse de la contractilité de la vessie aux limites minimales, une augmentation de l'urine résiduelle peut être d'environ deux litres. Un étirement important de la vessie, dans lequel ses contours apparaissent sous la forme d’un ovale ou d’une forme sphérique, atteignant le nombril et, dans certains cas, s'élevant considérablement plus haut, est également pertinent.

Pendant ce temps, la nuit, et après et pendant le jour, l'urine est excrétée de manière systématique ou permanente, ceci se produit de manière involontaire, en raison des gouttes de la vessie débordante.

Symptômes associés de l'adénome:

  • faiblesse
  • nausée et manque d'appétit
  • constipation
  • soif et bouche sèche.

Implications pour les hommes

Complications de l'adénome de la prostate:

  • Rétention urinaire aiguë. Une complication apparaît à 2 ou 3 stades de la maladie en raison de la compression de l'urètre par la prostate hypertrophiée.
  • Inflammation des voies urinaires. Les processus stagnants dans la vessie entraînent la prolifération de bactéries. Ils provoquent l'apparition d'une cystite, d'une urétrite, d'une pyélonéphrite.
  • Urolithiase. La vidange incomplète de la vessie entraîne l'apparition de microlithes, de cailloux ou de dépôts minéraux. Ils peuvent provoquer un blocage de la vessie et une rétention urinaire.
  • Hématurie L'apparition d'érythrocytes dans l'urine, à l'origine des varices du col de la vessie.

Diagnostics

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie.

Le diagnostic comprend:

  1. Le médecin effectue un examen digital de la prostate.
  2. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction.
  3. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses.
  4. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

L'analyse du PSA dans l'adénome de la prostate est un indicateur important pour déterminer l'étendue de la maladie et la désignation du traitement. Une telle étude est recommandée pour chaque homme de plus de 40 ans chaque année, car il diagnostique toutes les anomalies de la prostate et peut même détecter le cancer de l'adénome de la prostate.

Malgré le fait que de nombreux patients aident les médicaments et améliorent considérablement la qualité de vie, dans presque 100% des cas, les symptômes désagréables réapparaissent quelque temps après l’arrêt du traitement.

  1. Les alpha-bloquants détendent les muscles de la vessie et de la prostate, normalisent le processus de miction: silodosine, Dalfaz, Omnik, Setégis, Kornam, Adenorm, Flosin, Doxazosine, Lokren.
  2. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont nécessaires pour réduire la quantité de tissu glandulaire de la tumeur de la prostate, ainsi que pour contrôler et corriger les hormones: Dutasterid, Finasteride.
  3. Les antibiotiques sont nécessaires pour réduire l'activité de la flore pathogène, si la cause de l'adénome est une infection pathogène et une reproduction rapide: Céphalosporines, Gentamicine.
  4. Les médicaments anti-inflammatoires sont nécessaires à un homme pour éliminer rapidement l'inflammation de la prostate et réduire la douleur aiguë liée à l'adénome de la prostate: Voltaren, Dikloberl, Diclofenac.
  5. Les antispasmodiques pour un homme sont nécessaires si le syndrome douloureux, même si un régime strict est observé, ne recule pas, ne faiblit pas. Préparations: Papaverine, Ibuprofen, Buscopan.

Avant de prendre des médicaments, assurez-vous de consulter votre médecin, car Il existe des contre-indications d'utilisation.

Opération

Les mesures chirurgicales sont appliquées lorsque l'inefficacité d'un traitement conservateur ou lorsque la maladie est négligée. Dans l'adénome de la prostate, une opération est prescrite pour les indications absolues:

  • Incapacité à uriner;
  • Hématurie massive;
  • Des pierres dans la vessie;
  • Processus pathologiques dans la prostate;
  • Une augmentation de la proportion moyenne de la prostate;
  • Insuffisance rénale;
  • Grande accumulation d'urine résiduelle.

Une opération non programmée (urgence) est effectuée dans la journée qui suit le début des complications: hémorragie grave menaçant la vie du patient et rétention urinaire sous forme aiguë.

Préparation à la chirurgie:

  1. Un test sanguin général est effectué pour déterminer l'anémie (réduction de la quantité d'hémoglobine et de globules rouges), la leucocytose (en parlant de tout processus inflammatoire).
  2. Avant la chirurgie, il est nécessaire de vérifier le fonctionnement des reins à l'aide d'un test sanguin biochimique. En cas d'insuffisance rénale, la créatinine et l'urée sanguine seront élevées.
  3. Des études de coagulation sanguine sont nécessaires pour exclure le risque de thromboembolie ou de saignement, pendant et après la chirurgie.
  4. ECG (électrocardiogramme) - afin d’exclure les complications possibles du cœur pendant la chirurgie.

Il existe différentes méthodes de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate:

  • La résection transurétrale ou TUR est une méthode répandue, car une telle opération est réalisée à travers l'urètre sans incisions. Cependant, il ne peut être utilisé qu'avec une masse d'adénome allant jusqu'à 60 g et contenant jusqu'à 150 mg d'urine résiduelle dans la vessie. De plus, cette méthode n'est pas autorisée en cas d'insuffisance rénale du patient.
  • L'adénomectomie (prostatectomie ouverte) est une méthode populaire de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate en raison du nombre réduit de contre-indications. Il est important d'utiliser lorsque la masse de la prostate dépasse 40 grammes et que la quantité d'urine résiduelle est de 150 ml. Ne pas interférer avec l'opération et les diverses complications de la pathologie.

Probabilité de rechute

Après une intervention chirurgicale pour adénome de la prostate, des rechutes inflammatoires sont possibles. À cet égard, pendant la période postopératoire, il est nécessaire de respecter les précautions que le médecin désigne:

  • ne pas trop travailler
  • ne pas surcharger
  • suivre un régime
  • être supervisé par un spécialiste.

Traitement mini-invasif de l'adénome de la prostate.

  1. Méthode thermique - la taille de la prostate diminue sous l’influence des températures élevées. La radiofréquence et le rayonnement micro-ondes sont utilisés pour chauffer les tissus d'un organe, moins souvent - les ultrasons.
  2. Cryodestruction - les cellules des tissus anormaux sont détruites par l'exposition à des températures extrêmement froides.
  3. Technique laser - le rayonnement laser affecte l’eau des tissus de la prostate et la réchauffe. Il y a un pliage (coagulation) du tissu de l'organe.
  4. Dilatation par ballonnet de l'urètre - un cathéter est inséré dans l'urètre avec un ballon à l'extrémité duquel la lumière de l'urètre est dilatée.
  5. Stenting de l'urètre de la prostate - un stent (squelette en forme de cylindre) est inséré dans l'urètre, ce qui facilite l'urination du patient.

Régime alimentaire pour adénome

Le régime alimentaire est sélectionné individuellement pour chaque patient en tenant compte du degré de négligence de la pathologie, de l'état général du patient et de ses antécédents, ainsi que des préférences gustatives du patient. Mais, comme le montre la pratique, changer de mode et d'équilibrer les rapports de force ne suffit pas.

Une attention particulière est portée aux produits riches en sélénium (Se) et en zinc (Zn), qui ont un effet positif sur la tumeur en réduisant sa taille. Au cours de la maladie, l’homme devrait recevoir pendant la journée 25 mg de zinc et au moins 5 µg de sélénium.

Adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate)

En médecine moderne, la croissance de la prostate due à la croissance active des tissus est appelée adénome de la prostate. Bien que certains experts "expérimentés" et les patients de cet âge utilisent encore des termes tels que adénome de la prostate ou rétention urinaire. En toute justice, nous notons que ce nom a un autre synonyme: hyperplasie bénigne de la prostate (ci-après appelée HBP).

Dans tous les cas, l’essence de la maladie consiste à augmenter la taille de la prostate, ce qui entraîne l’apparition de ganglions gênant la miction normale. Caractère bénin implique l'absence de métastases, ce qui distingue la maladie du cancer de la prostate.

L'adénome de la prostate est considéré comme une maladie masculine chez les personnes âgées. À 50 ans, un homme sur deux a des problèmes de miction qui, après avoir consulté un spécialiste, sont tenus pour responsables de cette maladie. Avec l’âge, l’incidence augmente et à l’âge de 70 ans, trois hommes sur quatre éprouvent les mêmes problèmes. Selon les résultats de la recherche médicale, sur 15% des hommes ne sont pas sensibles à l’HBP. Au même moment chaque année, la probabilité de la maladie augmente.

Causes de l'adénome de la prostate

Toutes les causes d'adénome de la prostate peuvent être divisées en deux groupes.

Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.

Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

En toute justice, il convient de noter que les causes de l'adénome de la prostate ne sont pas encore entièrement comprises. Les scientifiques mènent régulièrement des recherches visant à identifier des corrélations avec d'autres maladies ou avec les particularités de la vie personnelle d'une personne, mais toutes ces études n'ont jusqu'à présent pas donné de résultats significatifs. Bien que, par exemple, il ait été possible de réfuter l'idée selon laquelle la prostatite et l'adénome de la prostate sont interconnectés. Comme le montrent les statistiques, les deux maladies peuvent se manifester de manière totalement indépendante ou inversement, simultanément. Par conséquent, malgré les diverses causes hypothétiques de l'adénome de la prostate, le seul facteur prouvé qui augmente le risque de morbidité est l'âge.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Pour mieux comprendre les signes de l'adénome de la prostate, vous devez d'abord comprendre ce qui se passe dans la prostate d'un homme présentant l'apparition de cette maladie. Comme vous le savez, la taille normale de la prostate, située sous la vessie, est approximativement égale à la taille d’une noix. Lorsque le tissu prostatique commence à se développer, un ou plusieurs nodules apparaissent inévitablement dessus. Ils pressent l'urètre, de sorte que la miction est perturbée. Il est clair que ce processus ne se produit pas immédiatement, mais progressivement. Pour cette raison, en fonction des symptômes, il existe trois stades de la maladie.

Initialement, lorsque le canal commence seulement à se rétrécir sous l'influence externe, les premiers symptômes de l'adénome de la prostate apparaissent. Ils consistent à changer les sensations en urinant. Les hommes en bonne santé ont une sensation agréable en vidant la vessie, ce qui est tout à fait normal. La disparition de ces sensations peut servir de premier appel au réveil.

Malheureusement, les hommes ont tendance à déduire des modifications détectées de toute autre maladie que la maladie. Par conséquent, les médecins sont extrêmement rarement traités. Pendant ce temps, HBP se présente sous la forme suivante. Les symptômes de l'adénome de la prostate sont plus évidents.

En particulier, une réduction notable de l'urètre entraîne une diminution de la puissance des jets. Lorsqu'il y a peu d'urine (aux derniers stades de la vidange), elle devient verticale ou même se sépare en gouttes séparées. Naturellement, dans ce cas, la vessie n'est pas complètement vidée. Le patient doit mettre à rude épreuve les muscles abdominaux, pressant ainsi la vessie et l'urine qui y reste après une courte période de temps provoquera un autre besoin urgent d'uriner. Ce sont également les principaux signes de l'adénome de la prostate.

S'il n'est pas traité, de nouveaux symptômes apparaissent, similaires à ceux de l'énurésie. Ainsi, un homme ne peut plus faire la nuit sans uriner et le temps qu'il peut «tolérer» est considérablement réduit, jusqu'à l'incontinence totale.

L'importance de la référence rapide à un spécialiste lors de la détection des premiers signes est également due au fait que, sans traitement approprié, l'adénome de la prostate peut entraîner des complications graves, qui feront l'objet d'une discussion ultérieure.

Complications de l'adénome de la prostate

Comme vous le comprenez, l'adénome de la prostate entraîne des problèmes de miction. Et cela, à son tour, provoque un sérieux coup aux reins. Leur défaite graduelle peut se traduire par de fréquents maux de tête, irritabilité, soif constante et sensation de bouche sèche. Le fait que l'urine dure trop longtemps dans la vessie augmente considérablement le risque de contracter une infection des voies urinaires, telle que la pyélonéphrite, l'urétrite et d'autres, ainsi que l'apparition de la lithiase urinaire.

Il faut bien admettre que ce ne sont pas les pires complications de l'adénome de la prostate. Le développement sans entrave des nœuds de la prostate peut conduire à un chevauchement complet de l'urètre. Dans ce cas, l'urine s'accumule dans la vessie, sans issue, ce qui se traduit par une douleur intense et une menace pour la vie de l'homme. Avec de tels signes, un cathéter est installé pour drainer l'urine ou, en cas de besoin urgent, une opération chirurgicale immédiate est effectuée.

Le danger est que le chevauchement complet de l'urètre puisse se produire même aux premiers stades de la maladie. Tout dépend d'une certaine combinaison de facteurs provoquants, tels que l'hypothermie, l'abus d'alcool, le fait de s'abstenir d'uriner, etc.

Malheureusement, ce ne sont pas toutes les complications de l'adénome de la prostate. Parfois, la croissance de la prostate entraîne l'apparition de sang dans les urines. La difficulté de diagnostiquer cette complication réside dans la faible concentration de sang qui ne peut être vue à l'œil nu. L'analyse de l'urine permet donc d'identifier la maladie par la présence de caillots sanguins lors d'un examen microscopique du sédiment.

Une telle variété de complications, chacune en soi très difficile pour le corps, nécessite le diagnostic précoce de la maladie à ses débuts.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie. Un scan du doigt de la prostate est ajouté à l'enquête.

Pour les études de laboratoire, le matériel (c'est-à-dire le secret de la prostate et les frottis de l'urètre) est pris après un massage de la prostate. Le médecin traitant peut obtenir certaines informations grâce à une échographie, qui détermine la présence de calculs, la quantité d'urine résiduelle après une selle, la taille de la prostate.

Une autre méthode de recherche est la débitmétrie urinaire. Littéralement, le nom du terme est traduit par la mesure de la vitesse du jet d'urine. En plus de la vitesse, un certain nombre d'autres paramètres sont mesurés, grâce auxquels le diagnostic de l'adénome de la prostate devient plus précis.

Bien que l'adénome de la prostate n'entraîne pas toujours de conséquences oncologiques, un test sanguin obligatoire est demandé aux hommes à risque, c'est-à-dire âgés de plus de 50 ans. Selon les résultats des tests de laboratoire, il est possible d'identifier les traces de la présence d'une tumeur maligne ou d'obtenir des données sur son absence. C'est à partir de cet âge qu'il est recommandé de faire une prise de sang comme procédure annuelle. En cas de suspicion de problèmes oncologiques, des études complémentaires caractéristiques sont réalisées.

Traitement de l'adénome de la prostate

Après le diagnostic, le médecin se voit attribuer l’une des trois options possibles pour le traitement de la maladie. Il s'agit d'un traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate, de la chirurgie et de méthodes non médicamenteuses non opératoires.

Le traitement médicamenteux implique la prise de certains médicaments. Sur le marché aujourd'hui, ils sont présentés en grande quantité, le rendez-vous est donc laissé à la discrétion du médecin.

Tous les médicaments visent à détendre les fibres musculaires de la prostate ou à en réduire le volume. Dans les deux cas, la compression de l'urètre est réduite et le cours normal de l'urine est rétabli.

Malheureusement, les médicaments ne peuvent aider que dans les phases initiales et leurs effets ne sont donc pas toujours suffisants. Dans ce cas, le patient se verra probablement proposer une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate peut être effectué ouvertement ou sans incision, lorsque le chirurgien effectue toutes les manipulations à travers l'urètre.

Parfois, les méthodes non chirurgicales peuvent constituer une alternative à la chirurgie. Tous visent à ré-élargir l'urètre. Cela se fait soit en agissant sur le canal lui-même (dilatation du ballon ou stents de la prostate), soit en agissant sur la glande de la prostate (thermothérapie ou coagulation par micro-ondes).

En ce qui concerne les méthodes préventives, il n’existe malheureusement pas de recommandations efficaces susceptibles de garantir une protection contre les adénomes de la prostate. En fait, toutes les mesures préventives sont réduites à des facteurs de nivellement qui augmentent le risque de maladie, à savoir la malnutrition, l’abus d’alcool et d’autres mauvaises habitudes.

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate - la prolifération du tissu glandulaire de la prostate, entraînant une perturbation de l'écoulement de l'urine de la vessie. Caractérisé par des mictions fréquentes et difficiles, y compris nocturnes, un affaiblissement du flux d'urine, un écoulement involontaire d'urine, une pression dans la vessie. Par la suite, une rétention urinaire complète, une inflammation et la formation de calculs dans la vessie et les reins peuvent se développer. La rétention urinaire chronique conduit à une intoxication et à une insuffisance rénale.Le diagnostic de l'adénome de la prostate comprend l'échographie de la prostate, l'étude de son secret et, si nécessaire, une biopsie. Le traitement est généralement chirurgical. Le traitement conservateur est efficace à ses débuts.

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance. Pour l'hyperplasie bénigne de la prostate se caractérise par une évolution bénigne.

Prévalence de l'adénome de la prostate

Seule une petite partie des patients atteints d'adénome de la prostate demande l'aide médicale, un examen approfondi permet toutefois de détecter les symptômes de la maladie chez un homme sur quatre âgé de 40 à 50 ans et chez la moitié des hommes entre 50 et 60 ans. L'adénome de la prostate est détecté chez 65% des hommes âgés de 60 à 70 ans, 80% des hommes âgés de 70 à 80 ans et plus de 90% des hommes âgés de plus de 80 ans. La gravité des symptômes peut varier considérablement. Des études dans le domaine de l'urologie suggèrent que des problèmes de miction surviennent chez environ 40% des hommes atteints d'adénome de la prostate, mais seulement un patient sur cinq de ce groupe demande l'aide d'un médecin.

Causes de l'adénome de la prostate

Le mécanisme de développement de l'adénome de la prostate n'est pas encore complètement défini. En dépit de l'opinion répandue associant adénome de la prostate à prostatite chronique, aucune donnée ne permet de confirmer le lien entre ces deux maladies. Les chercheurs n'ont révélé aucun lien entre le développement d'un adénome de la prostate et la consommation d'alcool et de tabac, l'orientation sexuelle, l'activité sexuelle et les maladies vénériennes et inflammatoires.

L'incidence de l'adénome de la prostate dépend fortement de l'âge du patient. Les scientifiques pensent que l'adénome de la prostate se développe à la suite de troubles hormonaux chez l'homme lorsque l'andropause (ménopause masculine) se produit. Cette théorie est corroborée par le fait que les hommes qui ont été castrés avant la puberté et, très rarement, après avoir été castrés, ne souffrent jamais d'adénome de la prostate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs. Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend une miction accrue, une envie persistante (impérative) d'uriner, une nycturie, une incontinence. Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend une difficulté à uriner, une apparition retardée et une augmentation du temps de miction, un sentiment de vidange incomplète, une miction avec un jet lent et intermittent et la nécessité de faire un effort.

On distingue trois stades de l'adénome de la prostate:

  • Adénome de la prostate au stade compensé (stade I)

Modifie la dynamique de l'acte de miction. Il devient plus fréquent, moins intense et moins libre. Il est nécessaire d'uriner 1 à 2 fois par nuit. En règle générale, la nycturie au stade I de l'adénome de la prostate ne préoccupe pas le patient, qui associe des réveils nocturnes persistants au développement d'une insomnie liée à l'âge.

Pendant la journée, la fréquence normale des mictions peut être maintenue. Toutefois, les patients présentant un adénome de la prostate au stade I ont une période d'attente, particulièrement prononcée après une nuit de sommeil. Ensuite, la fréquence des mictions diurnes augmente et le volume d'urine libéré au cours d'une miction unique diminue. Il y a des pulsions impératives. Un courant d'urine, qui formait auparavant une courbe parabolique, se détache lentement et tombe presque à la verticale.

Au stade I de l'adénome de la prostate, une hypertrophie des muscles de la vessie se développe, ce qui permet de préserver l'efficacité de sa vidange. Il n’ya pas ou peu d’urine résiduelle dans la vessie à ce stade. L'état fonctionnel des reins et des voies urinaires supérieures est préservé.

  • Stade sous-compensé de l'adénome de la prostate (stade II)

Au stade II de l'adénome de la prostate, le volume de la vessie augmente et des modifications dystrophiques se développent au niveau des parois. La quantité d'urine résiduelle atteint 100-200 ml et continue d'augmenter. Tout au long de l'acte de miction, le patient est contraint de forcer intensément les muscles abdominaux et le diaphragme, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante de la pression intravésicale. L'acte de la miction devient multiphase, intermittent, ondulant.

Le passage de l'urine le long des voies urinaires supérieures est progressivement perturbé. Les structures musculaires perdent leur élasticité, les voies urinaires se dilatent. La fonction rénale est altérée. Les patients s'inquiètent de la soif, de la polyurie et d'autres symptômes d'insuffisance rénale chronique progressive. Lorsque les mécanismes de compensation sont perturbés, la troisième étape commence.

  • Adénome de la prostate au stade décompensé (stade III)

La vessie dans l'adénome de prostate de stade III est distendue, débordant d'urine, facilement déterminée par la palpation et visuellement. Le bord supérieur de la vessie peut atteindre le niveau du nombril et les niveaux supérieurs. La vidange est impossible même avec une tension intense des muscles abdominaux. Le désir de vider la vessie devient continu. Une douleur abdominale grave peut survenir. L'urine est excrétée fréquemment, en gouttes ou en très petites portions. À l'avenir, la douleur et le besoin urgent d'uriner s'atténuent progressivement. Une rétention urinaire paradoxale caractéristique de l'adénome de la prostate se développe (la vessie est pleine, l'urine est constamment libérée goutte à goutte).

À ce stade de l'adénome de la prostate, le tractus urinaire supérieur est dilaté, les fonctions du parenchyme rénal sont altérées en raison de l'obstruction constante du tractus urinaire, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le système pelvis. La clinique d'insuffisance rénale chronique se développe. Si les soins médicaux ne sont pas fournis, les patients décèdent de CRF progressive.

Complications de l'adénome de la prostate

Si aucune mesure thérapeutique n'est prise, une insuffisance rénale chronique peut se développer chez un patient atteint d'adénome de la prostate. Dans les adénomes de la prostate, une rétention urinaire aiguë se développe parfois. Le patient ne peut pas uriner lorsque la vessie est pleine malgré un désir intense. Pour éliminer la rétention urinaire, une vessie est cathétérisée chez l'homme, parfois une intervention chirurgicale d'urgence ou une ponction de la vessie.

Une hématurie est une autre complication de l'adénome de la prostate. Une microhématurie est notée chez un certain nombre de patients, mais des saignements abondants et fréquents sont également causés par le tissu adénome (en cas de lésion résultant d'une manipulation) ou par des varices dans la région du col de la vessie. Avec la formation de caillots, il est possible de développer une tamponnade de la vessie, dans laquelle une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire. La cause du saignement dans l'adénome de la prostate devient un cathétérisme diagnostique ou thérapeutique.

Des calculs vésicaux pour l'adénome de la prostate peuvent apparaître à la suite d'une urine stagnante ou migrer des reins et des voies urinaires. Dans la cystolithiose, le tableau clinique de l'adénome de la prostate est complété par une augmentation de la miction et une douleur irradiant vers la tête du pénis. En position debout, en marchant et en faisant des mouvements, les symptômes deviennent plus prononcés, en position couchée - diminue. Le symptôme de la "pose d'un jet d'urine" est caractéristique (malgré le vidage incomplet de la vessie, le jet d'urine est soudainement interrompu et ne reprend que lorsque la position du corps change). Souvent, dans l'adénome de la prostate, des maladies infectieuses se développent (épididymo-orchite, épididymite, vésiculite, adénite, prostatite, urétrite, pyélonéphrite aiguë et chronique).

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Le médecin effectue un examen digital de la prostate. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

Juger de manière fiable du degré de rétention urinaire dans l'adénome de la prostate permet l'analyse de la débitmétrie urinaire (le temps de miction et le débit urinaire sont déterminés par un appareil spécial). Pour exclure le cancer de la prostate, il est nécessaire d'évaluer le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate), dont la valeur ne devrait normalement pas dépasser 4 ng / ml. Dans les cas controversés, une biopsie de la prostate est réalisée.

La cystographie et l'urographie excrétrice en cas d'adénome de la prostate au cours des dernières années sont moins fréquentes en raison de l'apparition de nouvelles méthodes de recherche moins invasives et plus sûres (échographie). Parfois, une cystoscopie est réalisée pour exclure des maladies présentant des symptômes similaires ou en préparation d'un traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Traitement de l'adénome de la prostate

Le critère de choix du traitement de l'adénome de la prostate par un urologue est l'ampleur des symptômes I-PSS, reflétant la gravité des troubles de la miction. Selon cette échelle, si le score est inférieur à 8, aucun traitement n'est requis. Avec 9-18 points, un traitement conservateur est effectué. Si la somme des points est supérieure à 18, une opération est nécessaire.

  • Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur est pratiqué à un stade précoce et en présence de contre-indications absolues à la chirurgie. Pour réduire la gravité des symptômes de la maladie, on utilise des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (dutastéride, finastéride), des alpha-bloquants (alfuzosine, terazosine, doxazosine, tamsulosine), des préparations d’origine végétale (extrait de prune africaine ou de fruit de sabal).

Des antibiotiques (gentamicine, céphalosporines) sont prescrits pour combattre l’infection, se joignant souvent à un adénome de la prostate. À la fin du traitement antibiotique, les probiotiques sont utilisés pour rétablir la microflore intestinale normale. L'immunité est corrigée (interféron alpha-2b, pyrogène). Les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux sanguins qui se développent chez la majorité des patients âgés atteints d’adénome de la prostate empêchent l’approvisionnement en médicaments de la prostate; par conséquent, trental est prescrit pour normaliser la circulation sanguine.

  • Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Il existe les techniques chirurgicales suivantes pour le traitement de l'adénome de la prostate:

  1. adénomectomie. Elle est réalisée en présence de complications, d'urine résiduelle en quantité supérieure à 150 ml, d'adénome masse supérieure à 40g;
  2. TOUR (résection transurétrale). Technique mini-invasive. L'opération est effectuée à travers l'urètre. Conduite lorsque la quantité d'urine résiduelle ne dépasse pas 150 ml, la masse d'adénome ne dépasse pas 60 g. Non applicable en cas d'insuffisance rénale.
  3. ablation au laser, destruction au laser, vaporisation de la prostate par la TUR. Méthodes d'économie. Une perte de sang minime permet les opérations avec une masse tumorale de plus de 60g. Ces interventions sont des opérations de choix pour les jeunes patients atteints d'adénome de la prostate, car elles permettent de préserver la fonction sexuelle.

Il existe un certain nombre de contre-indications absolues au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate (maladies décompensées des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, etc.). Si le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate n'est pas possible, on effectue un cathétérisme de la vessie ou une chirurgie palliative - cystostomie. Il faut garder à l’esprit que le traitement palliatif réduit la qualité de vie du patient.

Adénome de la prostate: symptômes, diagnostic, traitement chez l'homme

L'adénome de la prostate est la présence d'une croissance bénigne de la prostate située autour de l'urètre.

Pour comprendre l'essence de l'adénome de la prostate, vous devez vous tourner vers l'anatomie.

La prostate est un organe sexuel masculin en forme de châtaignier situé dans le périnée entre le sphincter urétral externe et la vessie. Une partie de l'urètre traverse l'épaisseur de la prostate. Ces caractéristiques et provoquent l'apparition des principaux symptômes des maladies de la prostate.

Sous certaines conditions, le tissu de la prostate commence à se développer activement - à l'hypertrophie. Le tissu ainsi modifié a été appelé adénome. Cette tumeur est bénigne, c'est-à-dire sa taille augmente lentement, sans provoquer de métastases. Mais quand un adénome en croissance serre l'urètre et les glandes dans son épaisseur, des signes de la maladie apparaissent.

Échographie de l'adénome de la prostate

Pourquoi existe-t-il un adénome de la prostate et qui est à risque?

L'adénome de la prostate est l'une des maladies les plus courantes chez les hommes âgés.

L'étude a révélé que l'adénome de la prostate se produit chez 25% des hommes âgés de 40 à 50 ans, chez 50% des personnes âgées entre 50 et 60 ans, chez 65% des femmes âgées entre 60 et 70 ans et chez 80% des femmes âgées entre 70 et 80 ans., plus de 90% - plus de 80 ans. Cependant, les symptômes de la maladie et, en conséquence, le diagnostic d'adénome de la prostate sont très différents. La raison en est l’intensité différente des symptômes chez différents hommes. Les symptômes de miction problématique inquiètent environ 40% des hommes atteints de cette maladie, mais seulement 20% d'entre eux consultent un médecin.

Des données précises sur les causes de l'adénome de la prostate ne le sont pas. La plupart des scientifiques pensent que les facteurs les plus probables de cancer de la prostate sont les changements liés à l’âge et la sécrétion normale des hormones sexuelles mâles.

Les données sur la propension héréditaire à la maladie ne sont pas confirmées, seule la prédisposition au développement précoce de l'adénome de la prostate est héréditaire.

Selon d'autres théories, la croissance de l'adénome de la prostate est influencée par l'activité sexuelle, le surpoids, la consommation d'alcool et le tabagisme - facteurs qui contribuent de manière significative à la survenue d'un adénome de la prostate.

Comment se manifeste l'adénome de la prostate

Sous l'influence de la croissance du tissu prostatique, un organe est élargi, ce qui à son tour serre (rétrécit) l'urètre. La maladie se caractérise par les symptômes suivants:

Difficulté et augmentation de la miction - en particulier mictions nocturnes fréquentes. Cela est dû aux particularités de la régulation nerveuse du fonctionnement de la vessie. Les hommes ne peuvent absolument pas ressentir de gêne pendant la journée, mais la nuit, ils se rendent aux toilettes 3-4 fois et vident à peine leur vessie. La sensation de libération incomplète de la vessie est souvent imperceptible en raison d’une augmentation des mictions le matin. Les hommes atteints d'un tel problème se plaignent de ce qu'ils doivent le faire 3 à 4 fois par heure, malgré une urination normale cet après-midi.

Affaiblissement du flux d'urine - manifesté dans le stade initial de la maladie, jusqu'à l'apparition d'autres symptômes de la maladie passe souvent inaperçu.

Pression soudaine et difficile à maîtriser (impératif) - en présence de ce symptôme, les hommes consultent en général un médecin.

L'incontinence urinaire est un symptôme qui a tendance à apparaître au cours du développement à long terme d'un adénome.

Tous les symptômes susmentionnés de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais progressivement, leur nombre augmente avec le temps. Pendant longtemps, l'adénome de la prostate est capable de se manifester avec un seul symptôme à peine perceptible. Une telle condition, un homme peut en trouver la cause sous forme d’âge, de stress ou d’autres facteurs, mais lorsque les complications commencent et que des symptômes plus désagréables apparaissent, il s’adresse à un médecin.

Quel est le danger de l'adénome de la prostate?

L’adénome de la prostate est une tumeur bénigne, c’est-à-dire seules, les cellules d'adénome ne sont pas capables de se développer et de former des métastases. Le principal danger de cette maladie est ses complications.

Les complications les plus courantes de l'adénome de la prostate sont:

  • Les infections des voies urinaires (pyélonéphrite, prostatite, cystite) surviennent assez souvent avec l'adénome de la prostate et sont associées à une vidange incomplète de la vessie, qui devient le moyen optimal de reproduction des microbes. Apparaissant sous forme de complications, les inflammations infectieuses créent un inconvénient encore plus grand dans la vie d’un homme.
  • La formation de calculs est un satellite commun de l'adénome de la prostate. Parfois, la détection de calculs rénaux est le seul signe de la présence de la maladie.
  • La rétention urinaire aiguë est la complication la plus courante du cours de l'adénome. Sa présence contribue à la consommation d'alcool et de certains médicaments. Dans le même temps, la miction ne se produit pas en raison du chevauchement complet de l'urètre dû au gonflement de la glande. Cette complication nécessite une attention médicale immédiate.
  • Insuffisance rénale chronique - se manifeste dans le long cours de la maladie et peut être fatale dans l'adénome de la prostate.

Tous les cas de mortalité dans l'adénome de la prostate sont associés au développement de complications et au traitement tardif de la maladie. Dans ce cas, le décès survient principalement pour trois raisons: sepsie, insuffisance rénale et complications postopératoires.

Il faut se rappeler qu'avec l'adénome de la prostate, le nombre de symptômes augmente avec l'âge et la fréquence des complications est similaire à celle d'autres maladies. Ces complications peuvent être évitées en consultant un médecin à l’avance et en commençant un traitement.

Adénome de la prostate: méthodes de diagnostic

Dans la plupart des cas, le diagnostic d'adénome de la prostate ne pose pas de difficultés. Lors de l'examen initial, le médecin prend en compte les plaintes de l'homme et procède à un examen digital rectal de la prostate. Pour clarifier le diagnostic, ainsi que pour déterminer le degré de troubles de la miction et la taille de l'adénome, appliquez un débit urinaire et une échographie.

L'échographie de la prostate vous permet de déterminer la taille de l'adénome et de la prostate, la présence de calculs et de nodules. En outre, les résultats des ultrasons sont nécessaires pour sélectionner une méthode de traitement. Également mener des recherches sur l'état de la vessie, des uretères et des reins.

Uroflowmetry - une méthode pour déterminer de manière fiable le niveau de difficulté à uriner. Dans cette étude, un homme doit uriner et un équipement spécial déterminera le moment de la miction et le débit urinaire, c.-à-d. permettra, sous une forme qualitative, de corriger les violations existantes.

Également obligatoire de mener une étude sur le sang de PSA. Il est utilisé pour établir un diagnostic différentiel du cancer de la prostate et de l'adénome de la prostate. La norme est un niveau ne dépassant pas 4 ng / ml. Si ce diagnostic donne des données controversées, la diopsie de la prostate est prescrite pour le diagnostic final.

On a aussi parfois utilisé des méthodes d'examen aux rayons X (cystographie, urographie excrétrice), permettant d'évaluer l'effet d'une hypertrophie de la prostate sur les voies urinaires. Pour exclure les maladies de la vessie et de l'urètre, présentant des symptômes similaires, et en préparation de l'opération utilisant la méthode de la cystoscopie - inspection de la vessie et de l'urètre à l'aide d'un outil spécial.

Adénome de la prostate: méthodes de traitement

La chirurgie est le seul traitement qui puisse sauver un patient de l'adénome de la prostate. Mais dans les premiers stades de la maladie et s’il existe des contre-indications à l’effet chirurgical, un traitement médicamenteux est prescrit pour réduire les symptômes évolutifs de la maladie. En raison de la faible efficacité de la physiothérapie, les méthodes non opératoires ne sont pas répandues.

En 1993, le Comité international pour le traitement de l'adénome de la prostate a proposé une échelle de symptômes I-PSS, fondée sur une évaluation synthétique de la gravité des troubles de la miction. Si sur cette échelle, la somme des points est inférieure à 8 - la maladie ne nécessite pas de traitement, avec un traitement conservateur médicamenteux prescrit de 9 à 18 points, à partir de 18 points - suppression chirurgicale.

Il existe différentes méthodes de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate:

La résection transurétrale ou TUR est une méthode répandue, car une telle opération est réalisée à travers l'urètre sans incisions. Cependant, il ne peut être utilisé qu'avec une masse d'adénome allant jusqu'à 60 g et contenant jusqu'à 150 mg d'urine résiduelle dans la vessie. De plus, cette méthode n'est pas autorisée en cas d'insuffisance rénale du patient.

L'adénomectomie (prostatectomie ouverte) est une méthode populaire de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate en raison du nombre réduit de contre-indications. Il est important d'utiliser lorsque la masse de la prostate dépasse 40 grammes et que la quantité d'urine résiduelle est de 150 ml. Ne pas interférer avec l'opération et les diverses complications de la pathologie.

L'ablation au laser, la destruction au laser et la vaporisation de la prostate par le TURV sont utilisées avec les recommandations de TUR. Ces méthodes étant considérées comme plus bénignes, les pertes sanguines au cours de la chirurgie sont réduites au minimum. Vous pouvez donc effectuer une opération avec une masse tumorale de plus de 60 g et la pratiquer chez les patients jeunes, pour lesquels il est important de préserver la fonction sexuelle.

Le chirurgien choisit le mode opératoire en fonction de la gravité des signes de la maladie, de l'état général du patient, de la quantité d'urine résiduelle, de la taille de l'adénome de la prostate. Aujourd'hui, les médecins préfèrent les méthodes peu invasives (destruction par laser, ROUND, etc.), car ces opérations sont effectuées sans incisions et ne forcent pas le patient à rester longtemps sous anesthésie générale, elles sont réalisées sous rachianesthésie. En conséquence, la période de rééducation postopératoire du patient est raccourcie et la qualité de vie améliorée.

Traitement de l'adénome de la prostate: méthodes peu invasives

Contrairement aux autres directives médicales en urologie, de nombreuses interventions chirurgicales sont effectuées sans accès ouvert. De nombreux outils spéciaux ont été développés pour permettre des manipulations sans coupures. Beaucoup d'entre eux peuvent être effectués dans un dressing sous anesthésie locale. L'utilisation de telles technologies peut réduire considérablement les traumatismes postopératoires physiques et psychologiques. La perte de sang est minimisée. Le traitement par une méthode peu invasive ne nécessite pas de rééducation à long terme, le séjour du patient à l'hôpital, le retrait des points de suture. Tout cela rend ces méthodes plus préférables, en particulier chez les jeunes patients, pour qui le rétablissement rapide de la capacité de travail et de la qualité de vie est important.

La plus ancienne méthode endourologique de traitement de l'adénome de la prostate est la résection transurétrale de l'adénome. Après une telle opération, les complications sont beaucoup moins nombreuses qu'avec la chirurgie ouverte. Cependant, compte tenu de ses capacités techniques, la méthode présente un certain nombre de limitations: la quantité d'urine résiduelle ne peut pas dépasser 250 ml et la masse d'adénome est de 60 g.TUR n'est pas utilisé si le patient est atteint d'insuffisance rénale.

Lors de la résection transurétrale, le tissu de l'adénome de la prostate est coupé de l'intérieur avec un instrument spécial et ses restes sont retirés de la vessie à l'aide d'un ballonnet spécial. Le principal problème avec ceci est d'arrêter le saignement. Généralement, le sang est arrêté par la méthode de coagulation, mais parfois, de telles mesures ne suffisent pas et des tissus supplémentaires de la prostate doivent être excisés. Avec de telles manipulations, le risque d'endommager l'urètre, la vessie et d'autres organes situés à proximité immédiate augmente considérablement. Entre autres choses, un risque particulier est une complication, appelée syndrome de TUR, qui survient lors de saignements abondants avec l'absorption d'une masse importante de liquide hypotonique ou isotonique (utilisée pour étirer les tissus et remplir la vessie pendant une intervention chirurgicale).

À l'heure actuelle, une nouvelle méthode d'élimination de l'adénome de la prostate gagne en popularité - à l'aide d'un laser. Dans le même temps, aucune incision n'est pratiquée, l'accès à l'organe se fait par l'urètre. Cette méthode offre plus d'opportunités et entraîne moins de complications que l'adénome de TUR.

Le laser a été utilisé pour la première fois par les urologues dans les années 1960. Mais les premières tentatives de traitement des adénomes au laser comportaient moins de restrictions, raison pour laquelle ils étaient accompagnés d'un œdème grave de l'urètre après l'opération. En conséquence, le patient a connu une augmentation de la période de cathétérisme de la vessie, ce qui a sérieusement affecté sa qualité de vie.

À ce jour, il existe un tout nouveau type de laser qui ne cautérise pas le tissu de l'adénome, mais le vaporise. Les lasers urologiques modernes fonctionnent sur le principe de l'évaporation sélective (sélective) au laser, utilisée pour éliminer les tissus pathologiques. La combinaison des paramètres laser - rayonnement, impulsion et longueur d'onde - permet d'obtenir des résultats incompatibles avec d'autres méthodes: les dommages aux tissus sont exclus. Par rapport à la TUR, à la coagulation au laser et à d’autres méthodes, leur alternative sous forme d’évaporation sélective au laser est une procédure commode et indolore qui réduit le risque de complications.

Pour comprendre le principe de l’action de l’évaporation sélective des tissus par laser, vous devez vous tourner du côté physique de la technologie. Étant donné que les tissus mous contiennent une grande quantité d’eau, les rayons laser doivent être bien absorbés par l’eau. En outre, pour arrêter avec succès le saignement qui a eu lieu, l'absorption d'hémoglobine est nécessaire. Le système laser présente l’avantage de pouvoir fournir le plus haut degré d’absorption à la fois de l’hémoglobine et de l’eau à une longueur d’onde constante. Le modèle de faisceau laser assure une focalisation et une délivrance efficaces du faisceau sur les tissus adénoïdes. De ce fait, l'opération peut être réalisée sous anesthésie locale et le patient ressent un minimum d'inconfort et d'effets secondaires.

L'utilisation de la méthode d'évaporation au laser de l'adénome de la prostate présente moins de restrictions que la TUR traditionnelle, ce qui s'explique par une perte de sang minime et le manque de nécessité d'une anesthésie générale. Par conséquent, il devient une véritable mise en œuvre de l'opération à un jeune âge, lorsque vous devez maintenir la fonction sexuelle et avec une masse d'adénome à partir de 60 g.

Adénome de la prostate - traitement

L'utilisation de la méthode d'évaporation laser élimine pratiquement les complications pouvant survenir après le TUR, et l'opération elle-même présente des avantages significatifs:

la solution idéale pour les hommes prenant des anticoagulants;

n'affecte pas la fonction vésicale ni la fonction sexuelle du patient;

légère charge sur les organes du système cardiovasculaire;

Prévenir l'éjaculation rétrograde en tant que procédure préventive;